Brexit : faut-il punir le Royaume Uni ?

David Cameron puni par l'Europe ? By: Medill DC - CC BY 2.0

Avec la condamnation presque unanime du Brexit, en arrive-t-on au point de donner un avertissement aux populations qui votent « mal » ?

Par Stéphane Montabert.

David Cameron puni par l’Europe ? By: Medill DCCC BY 2.0

Il n’aura fallu qu’une semaine après le scrutin fatidique du Brexit pour que la donne change au sein de la construction européenne. De nombreuses illusions sont tombées – sur la démocratie, le sens du projet européen, et les valeurs dont se réclament les élites.

Voici un petit tour d’horizon de l’hypocrisie ambiante et de ce qui attend l’Union Européenne.

Démocratie à géométrie variable

Le Brexit a sans aucun doute libéré la parole, mais pas dans le sens où on aurait pu l’entendre. Le grand public du continent eut donc la joie de découvrir des facettes inédites des médias et d’élites mécontentes du résultat, s’adonnant ouvertement aux manœuvres les plus cyniques sans la moindre retenue.

Oubliée la majorité de citoyens ayant voté pour le Brexit ! La parole ne fut jamais donnée qu’aux vaincus du jour, et si par malheur un micro s’égarait devant un partisan du Brexit, c’était pour lui faire dire qu’il avait peur, regrettait son vote, et finalement n’avait pas vraiment souhaité tout cela. Sur Sott.net, un article hilarant intitulé Brexitinérance nous dévoile preuves à l’appui les quatre étapes suivies par l’ensemble des rédactions francophones du continent: « Tout le monde a perdu » ; « Ils ne savent pas ce qu’ils font » ; « Les pro-Brexit regrettent déjà » ; et enfin, « Et si on revotait ? »

Évidemment, en cas de victoire du Remain, on ne serait pas plus allé chercher des indépendantistes du Pays de Galles que des pro-européens soudainement pris d’un doute. Tout est dans le résultat.

Derrière ce traitement médiatique hallucinant pour contourner le résultat des urnes, la perspective d’un deuxième vote n’est qu’une hypothèse de travail parmi d’autres. Le Parlement écossais cherche à opposer un veto. On conseille au gouvernement britannique de se retrancher derrière le caractère « purement consultatif » du référendum. De repousser sine die le déclenchement du fameux article 50 entérinant le départ du Royaume-Uni de l’UE.

Bien entendu, ce déni de démocratie est assorti de toutes les excuses possibles ; le camp du Brexit aurait menti, dépassé ses prérogatives, n’était pas prêt à assumer la victoire. Un jour, Boris Johnson n’est qu’un « ambitieux » faisant campagne pour avancer sa carrière ; le lendemain, il devient un « lâche » en renonçant à postuler comme futur Premier ministre. Toutes les décisions et toutes les circonstances sont portées au passif du Brexit.

Jean-David Sichel, juriste, s’émeut de ces manœuvres dans Le Figaro en pointant les contradictions du camp Remain. Qui n’a jamais employé de slogan simplificateur dans une campagne politique? Libération rêve d’une oligarchie éclairée au lieu du vote démocratique, mais monte sur les barricades lorsqu’il s’agit de lutter contre l’adoption via le 49.3 d’un projet de loi en France. David Cameron est pointé du doigt comme l’artisan de l’échec alors que l’Europe a boudé ses propositions de réforme. On reproche aux xénophobes le résultat mais en évitant d’évoquer le moindre lien avec la politique d’accueil de Mme Merkel…

Dernière approche, et non la moindre, il faudrait changer les règles de la démocratie elle-même. L’abolir pour donner le pouvoir à une caste éclairée, par exemple. Les moins extrêmes suggèrent tout de même plus de poids pour les jeunes, qui ont voté dans le bon sens sur ce scrutin, une majorité qualifiée à 60%, une participation de trois quarts des électeurs pour valider le résultat… D’autres enfin, sans doute nostalgiques des guerres de sécession, visent la piste institutionnelle : supprimons tout simplement l’article 50 permettant de quitter l’Union Européenne et les problèmes seront réglés !

Tous ces gens se comportent en parfaits fascistes mais ils n’ont même plus assez de recul pour s’en rendre compte.

Le véritable projet européen se dévoile

L’Europe doit-elle redevenir l’espace de libre-échange qu’elle était au début des années 1980, ou pousser plus avant le long du chemin de l’intégration jusqu’à devenir le fameux super-État dont rêvent les étatistes de tout poil ?

Le départ du Royaume-Uni, fervent adepte de la première solution, est effectivement une mauvaise nouvelle pour le camp libre-échangiste. Les étatistes se sentent pousser des ailes, incapables de comprendre que leur vision a précisément contribué à faire fuir les Anglais et en fera fuir d’autres. Des documents de travail commencent à filtrer dans la presse – mais sont rapportés uniquement dans les journaux anglais comme l’Express ou le Daily Mail. Ne comptez pas sur les médias du continent pour faire le moindre travail d’information.

Comme le rapporte l’Express, la solution préconisée pour sortir de la crise existentielle de l’Europe post-Brexit consiste à concrétiser un plan prévu de longue date pour fusionner tous les pays du continent en un seul super-État. La proposition, radicale, consistera à demander aux pays de l’Union de renoncer au droit de posséder leur propre armée, à leur Code pénal, à leur système de taxation et à leur banque centrale, toutes ces prérogatives étant désormais transférées à Bruxelles.

Selon le Daily Express, ce rapport de neuf pages aurait « suscité un outrage » auprès de certains leaders de l’UE en prenant connaissance. Le Ministre tchèque Lubomír Zaorálek aurait exprimé des réserves contre la politique de sécurité commune ; Lorenzo Condign, l’ex-ministre du Trésor italien, aurait quant à lui affirmé que ce plan était trop ambitieux pour une Europe en proie à la crise interne actuelle (notez bien qu’il ne dit pas qu’il était contre).

Les prochains mois seront critiques alors que l’agitation politique est à son comble. L’époque est propice à des ajustements de grande ampleur qui définiront le futur des institutions européennes. La volonté de centralisation est d’autant plus forte que les autorités de Bruxelles entendent aller vite, prenant de vitesse les mouvements eurosceptiques de plusieurs pays de l’Union avant leur accès au pouvoir.

Prochaine étape, la crise européenne ?

Le Royaume-Uni est perdu pour l’Europe. Reste à le lui faire payer.

Nous en avons un aperçu grâce à la vidéo de la première intervention post-référendum de Nigel Farage, le bouillant leader du UKIP, devant le Parlement européen (les sous-titres en anglais sont disponibles dans les paramètres).

Cette séquence a valeur de témoignage non à cause des propos tenus par le leader du UKIP mais bien par la réaction de l’assemblée. Malgré son style corrosif, M. Farage ne demande rien d’autre qu’un comportement constructif de la part des autorités de l’UE face au futur départ du Royaume-Uni. Le Parlement Européen n’est certes qu’un théâtre de marionnettes au sein des institutions européennes, mais reste emblématique de l’humeur qui règne à Bruxelles.

L’hostilité est palpable. La bronca des parlementaires survient à chaque fois que M. Farage évoque la possibilité d’une future entente cordiale profitable entre l’UE et le Royaume-Uni. Il a beau rappeler qu’un conflit commercial endommagerait autant, voire davantage, l’industrie européenne que son pays, l’assemblée n’en a cure. Elle réclame vengeance.

Les parlementaires européens n’ont que faire de l’économie privée. Pour la plupart, ils n’y ont jamais mis les pieds. Le sort des ouvriers automobiles d’Allemagne leur importe donc peu, et moins que l’idée de pénaliser l’économie anglaise à titre de rétorsion. Nous avons finalement un aperçu de la trajectoire du prochain divorce entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne : côté européen, on œuvrera à provoquer une crise économique pour punir le Royaume-Uni en faisant porter le blâme au Brexit, peu importe ce que cela coûte au reste de l’Union Européenne.

Le Brexit et la crise économique qui lui succédera seront érigés en exemple de ce qui attend les populations qui votent mal – un avertissement adressé tant aux citoyens mécontents qu’à des dirigeants qui oseraient leur poser la question de leur avenir au sein d’une Union Européenne toujours plus centralisée.

Sur le web