Brexit, Theresa May, prochain Premier ministre ?

Pourquoi la conservatrice Theresa May est peut-être la mieux qualifiée pour remplacer David Cameron et mener à bien les négociations de sortie de l’UE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Brexit, Theresa May, prochain Premier ministre ? By: UK Home Office - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit, Theresa May, prochain Premier ministre ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 juin 2016
- A +

Par Richard North.

Brexit, Theresa May, prochain Premier ministre ?
Brexit, Theresa May, prochain Premier ministre ? By: UK Home OfficeCC BY 2.0

On ne peut pas trouver grand chose à redire au discours de Theresa May sur la suite à donner au référendum Brexit :

Premièrement, Brexit veut dire Brexit. La campagne a été menée, le vote a eu lieu, et le public a donné son verdict. Il ne doit y avoir aucune tentative de rester dans l’Union Européenne, aucune tentative d’y retourner par la porte de derrière, et aucun deuxième référendum. Le pays a voté pour quitter l’Union Européenne et c’est le devoir du gouvernement et du parlement de s’assurer que nous faisons exactement ça.

Michael Gove, une des figures de proue de la campagne Leave, a été moins impressionnant, proposant d’exposer son plan pour le Royaume-Uni seulement « dans les prochains jours » . Et derrière Gove, il y a le venimeux Dominic Cummins. Les deux font la paire, ce n’est pas un choix heureux.

Débarrassé de Boris Johnson

Au moins, cependant, nous sommes désormais libérés de la possibilité de Boris Johnson comme Premier Ministre, je n’ai jamais fait un secret du fait que je ne l’aime pas. Une créature détestable qui n’a pas cessé de mentir durant sa carrière, et qui a incarné une campagne Leave désastreuse, centrée sur un mensonge. Bon débarras.

Dans la campagne Vote Leave, cependant, Michael Gove a aussi soutenu le mensonge. Ne serait-ce que sur cette base, on ne peut pas lui faire confiance pour mener nos négociations de sortie de l’UE. À mon avis, le fait qu’il soit totalement opposé à maintenir notre participation au marché unique le disqualifie encore davantage.

De façon perverse, je pense qu’il est peut-être préférable que les négociations de sortie se trouvent entre les mains d’une Remain réformée, comme Theresa May. Après tout, l’arbitre final du règlement de la question n’est pas le Premier ministre, mais le Parlement. Laissons ceux qui se sont exprimés en faveur d’un retour à la souveraineté parlementaire mettre les bases du parlement au feu et exiger qu’il fasse son boulot, faire rendre des comptes à l’exécutif, si possible.

Et, sur cette base, le meilleur candidat comme chef des conservateurs, et donc comme Premier ministre, semble être Mme May.

Traduction Contrepoints

Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • En somme, faire confiance aux institutions démocratiques du royaume… a mighty tall order if you ask me, but hey, crazier things have been rumored to happen… 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Sans majorité parlementaire, pas de présidentialisme majoritaire, pas de boulimie présidentielle donc. Dans une lecture institutionnelle de la Constitution de 1958, le retour des délibérations et des compromis ne peut qu’être satisfaisant. À cela doit s’ajouter le retour de la responsabilité politique, propre à la culture du Parlement. La culture politique qui lui est propre, est celle d’une « morale constitutionnelle » chère à Edmund Burke, qui suppose entre autres, la responsabilité politique, qu’elle soit collective ou individuelle, des me... Poursuivre la lecture

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait. Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’État qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. "Il a limogé Michael Gove", ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est "d'humeur enjouée et [qu’] il se battra". Finalement, ce jeudi 7 juillet Bo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles