Tuerie d’Orlando : évitons les raccourcis !

Orlando By: Grow By Love - CC BY 2.0

Prétendre que l’origine du problème terroriste est uniquement dans l’islam, c’est s’interdire de résoudre quoi que ce soit.

Par Antoine Simons.

Orlando
Orlando By: Grow By LoveCC BY 2.0

Alors que l’émotion est encore grande après les évènements d’Orlando, les discours et interprétations fleurissent dans les médias. Non pas tant pour tenter de comprendre mais surtout pour faire entrer l’événement et ses multiples dimensions dans un schéma simple, familier, réducteur, qui servira la cause politique du commentateur.

La fausse piste de l’interprétation religieuse

Parmi les discours les plus audibles, malheureusement, se trouve celui de l’interprétation purement religieuse qui voudrait que la religion et les revendications, aussi contradictoires soient-t-elles, de l’auteur suffisent non seulement à expliquer son acte, mais à déterminer quelle devrait être notre réponse, ou dans ce cas-ci la réponse de la société américaine.

Prétendre que l’origine du problème est spécifiquement dans l’Islam, c’est s’interdire de résoudre quoi que ce soit. Il y a un milliard et demi de musulmans dans le monde et ils ne deviendront pas bouddhistes d’ici la fin de l’année. Dire qu’ils font partie ou sont le problème, c’est à la fois se tromper de problème et s’en créer un bien plus grand. Ne rien résoudre, c’est d’ailleurs spécifiquement l’objectif de ceux qui soufflent sur les braises de l’islamophobie et dont l’avenir politico-professionnel s’alimente à la hausse de la violence entre les communautés. Islamistes et islamophobes travaillent main dans la main pour s’assurer une guerre de civilisation qui leur offrira une rente très matérielle.

Le terrorisme comme stratégie est connu depuis des millénaires. Toutes les religions et idéologies politiques ont été invoquées. Depuis les Juifs dans Massada jusqu’aux Catholiques dans Belfast, le monde a connu du terrorisme communiste, fasciste, nationaliste, autonomiste, écologiste, religieux et sectaire. On n’arriverait pas en faire la liste de mémoire. On a même connu du terrorisme libertarien ! Est-ce que l’attentat d’Oklahoma City était guidé par une violence interne à la doctrine libertarienne ? Les libertarianophobes pourraient défendre aisément cette thèse…

Aujourd’hui, le terrorisme à la mode, c’est le terrorisme musulman. Évidemment que l’islam a quelque chose à voir, mais vouloir y trouver la source du terrorisme actuel, c’est comme chercher l’origine de l’acte de Mc Veigh dans les écrits de Rothbard.

Ce n’est pas très éclairant sinon quant à l’attitude malveillante de l’analyste vis-à-vis de son groupe cible. Les causes du passage à l’acte terroriste sont bien plus déterminées par le caractère individuel, la frustration sociale, les enjeux géopolitiques, les intérêts financiers de groupes politiques constitués. À côté de ça, l’Islam donne juste la couleur particulière du moment. Il n’y a que ceux qui regardent la surface des choses qui s’y arrêteront.

Comment résoudre le problème du terrorisme islamiste ?

Le terrorisme islamiste se réglera par les trois types d’actions qui ont permis de régler tous les autres terrorismes :

  1. Mitiger les risques par des opérations de police et de renseignement. Il n’y a pas de racisme ou d’islamophobie à dire que les milieux islamistes radicaux doivent être mis sous surveillance.
  2. Ouvrir des discussions avec Daesh. Malgré les prétentions contraires des gouvernements, on négocie avec les terroristes, toujours, dans tous les cas. On leur met la pression d’un côté (bombardements, opérations militaires plus ciblées, etc) et on leur laisse une porte de sortie de l’autre.
  3. Reconnaissances des problèmes objectifs d’existence de populations se tournant vers le terrorisme, ou qui à tout le moins le soutiennent, et ouverture à des moyens d’expression et de développement qui ne passent pas par la lutte armée.

De façon évidente, la mentalité islamophobe empêche ou limite la mise en place de ces solutions. L’utilisation de méthodes uniquement répressives est contre-productive parce qu’elle alimente l’exaspération des jeunes musulmans et les poussent dans les bras des terroristes.

L’objectif affiché de Ben Laden et autres icônes du terrorisme islamiste a bien pu être de détruire les États-Unis mais ils n’en avaient pas le quart du tiers des moyens. L’un de leurs objectifs organisationnel par contre était et reste bien de faire monter le sentiment anti-musulman en occident pour polariser les positons et attirer les musulmans modérés vers leur camp. Opération qui semble malheureusement tous les jours un peu plus réussie.