Loi Sapin 2 : sur la corruption, il manque l’essentiel !

Pourquoi la nouvelle loi sur la transparence de la vie publique portée par Michel Sapin ne fera qu’effleurer le problème de la corruption en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Asylum for #Snowden By: Tony Webster - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Loi Sapin 2 : sur la corruption, il manque l’essentiel !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 juin 2016
- A +

Par Erik Tamburi.

Snowden
Snowden By: Tony WebsterCC BY 2.0

En tant que co-fondateur du premier institut de formation en France pour élus locaux « contre la corruption » (institut de formation à but non lucratif), je constate qu’il manque l’essentiel au projet de nouvelle loi sur la transparence de la vie publique.

En effet, l’État n’a plus les moyens de contrôler efficacement – par manque de contrôleurs – ni les abus financiers dans les marchés publics, ni les magouilles d’urbanisme au profit généralement de grands promoteurs immobiliers, ni les actes illégaux dans les collectivités locales.

La corruption coûte pourtant chaque année en France plusieurs milliards d’euros aux contribuables (du fait notamment de marchés publics surfacturés ou de dépenses publiques exagérées non contrôlées).

Une loi inefficace

La nouvelle loi ne se donne pas vraiment les moyens de soutenir, développer et protéger réellement les lanceurs d’alertes.

Elle aurait pu par exemple, grâce au crédit obligatoire de formation déjà ouvert dans les mairies, communautés de communes et d’agglomération, conseils départementaux et régionaux, former les centaines de milliers d’élus bénévoles que compte notre république pour prévenir et empêcher dans chaque collectivité toute dérive potentielle dans les dépenses publiques (du simple gaspillage au favoritisme ou à la prise illégale d’intérêt).

Sans cette armée nécessaire de contrôleurs bénévoles publics de l’utilisation du produit de nos impôts par l’administration, l’hémorragie se poursuivra et l’impôt pèsera toujours plus lourd sur les ménages et les entreprises.

C’est dans ces conditions que nous devenons par là-même « un enfer fiscal ».

La lutte contre les paradis fiscaux devrait consister plus sérieusement à baisser notre niveau d’imposition plutôt que d’essayer illusoirement d’augmenter le niveau d’imposition des autres pays.

Mais notre gouvernement ne s’en donne pas les moyens techniques et juridiques réels dans cette nouvelle loi prétendument anti-corruption publique.

  • Erik Tamburi est conseiller municipal de Six-Four Les plages.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • la corruption en france elle se trouve la haut , au gouvernement , via les élites au pouvoir ; et tant que ce sera le cas , il n’y a pas de raisons que ceux qui se trouvent en dessous ne pratiquent pas eux même la corruption ; dans le monde de la corruption , le  » faite ce que je dis , pas ce que je fais  » ça ne marche pas ;

  • Les lanceurs d’alerte ne sont-ils pas des corruptibles comme les autres ? Transparence et responsabilité valent mieux que délation.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans le scandale de corruption des élus européens par le Qatar et le Maroc qui secoue Bruxelles, tous les chemins ramènent au socialisme et à l'étatisme.

Un mois après l’arrestation de la vice-présidente grecque du parlement européen Eva Kaili et de cinq italiens, tous socialistes, pour corruption et blanchiment d’argent, ce sont deux autres députés, également socialistes qui ont fait l’objet d’une procédure d’urgence pour lever leur immunité le 2 janvier dernier.

Depuis, c’est Marie Arena, la présidente de la sous-commission de... Poursuivre la lecture

Le Parlement européen a été secoué par un scandale de corruption. Moins de réglementation, moins d'État et moins de pouvoir pour les politiciens devraient être les principaux outils de la lutte de l'UE contre la corruption.

La relation entre l'argent et le pouvoir politique peut constituer un véritable problème dans les pays où la richesse ne dépend pas principalement d'idées entrepreneuriales mais de l'influence politique et de l'accès aux leviers du pouvoir. Plus l'État a de pouvoir, plus il est probable que le lobbying et la corrupt... Poursuivre la lecture

Par Lama Fakih.

Comment un État «jeune» — il n'est indépendant que depuis 1971 - et dénué de tout attribut classique de la puissance est-il devenu en l’espace de quelques années un acteur international de premier plan, sur lequel les projecteurs du monde entier sont braqués au moment où il s'apprête à accueillir la Coupe du Monde de football ?

Pour comprendre la trajectoire spectaculaire du Qatar, il convient d'examiner les stratégies de politique étrangère qu'il a employées, principalement l’alliance avec les grandes puissance... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles