Loi Sapin 2 : sur la corruption, il manque l’essentiel !

Pourquoi la nouvelle loi sur la transparence de la vie publique portée par Michel Sapin ne fera qu’effleurer le problème de la corruption en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Asylum for #Snowden By: Tony Webster - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi Sapin 2 : sur la corruption, il manque l’essentiel !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 juin 2016
- A +

Par Erik Tamburi.

Snowden
Snowden By: Tony WebsterCC BY 2.0

En tant que co-fondateur du premier institut de formation en France pour élus locaux « contre la corruption » (institut de formation à but non lucratif), je constate qu’il manque l’essentiel au projet de nouvelle loi sur la transparence de la vie publique.

En effet, l’État n’a plus les moyens de contrôler efficacement – par manque de contrôleurs – ni les abus financiers dans les marchés publics, ni les magouilles d’urbanisme au profit généralement de grands promoteurs immobiliers, ni les actes illégaux dans les collectivités locales.

La corruption coûte pourtant chaque année en France plusieurs milliards d’euros aux contribuables (du fait notamment de marchés publics surfacturés ou de dépenses publiques exagérées non contrôlées).

Une loi inefficace

La nouvelle loi ne se donne pas vraiment les moyens de soutenir, développer et protéger réellement les lanceurs d’alertes.

Elle aurait pu par exemple, grâce au crédit obligatoire de formation déjà ouvert dans les mairies, communautés de communes et d’agglomération, conseils départementaux et régionaux, former les centaines de milliers d’élus bénévoles que compte notre république pour prévenir et empêcher dans chaque collectivité toute dérive potentielle dans les dépenses publiques (du simple gaspillage au favoritisme ou à la prise illégale d’intérêt).

Sans cette armée nécessaire de contrôleurs bénévoles publics de l’utilisation du produit de nos impôts par l’administration, l’hémorragie se poursuivra et l’impôt pèsera toujours plus lourd sur les ménages et les entreprises.

C’est dans ces conditions que nous devenons par là-même « un enfer fiscal ».

La lutte contre les paradis fiscaux devrait consister plus sérieusement à baisser notre niveau d’imposition plutôt que d’essayer illusoirement d’augmenter le niveau d’imposition des autres pays.

Mais notre gouvernement ne s’en donne pas les moyens techniques et juridiques réels dans cette nouvelle loi prétendument anti-corruption publique.

  • Erik Tamburi est conseiller municipal de Six-Four Les plages.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • la corruption en france elle se trouve la haut , au gouvernement , via les élites au pouvoir ; et tant que ce sera le cas , il n’y a pas de raisons que ceux qui se trouvent en dessous ne pratiquent pas eux même la corruption ; dans le monde de la corruption , le  » faite ce que je dis , pas ce que je fais  » ça ne marche pas ;

  • Les lanceurs d’alerte ne sont-ils pas des corruptibles comme les autres ? Transparence et responsabilité valent mieux que délation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

D’abord, rappelons-nous. Onze ans après les révélations WikiLeaks, Julian Assange finit par être interpellé à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il est immédiatement livré à la justice britannique et placé en détention provisoire. Les États-Unis réclament alors son extradition.

Le lanceur d’alerte avait de sérieux espoirs d’y échapper pour trois raisons :

Un état de santé préoccupant, La liberté d’expression et le droit à l’information dont son alerte est le symbole, Et la jurisprudence Snowden.

 

Ce n’est en effet ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’ONG Transparency Watch vient de publier son index de perception de la corruption 2021. Cette organisation s’est donné pour but de mettre fin à la corruption et de promouvoir la transparence, la responsabilité et l’intégrité à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société.

Il ressort de cet index que les avancées de la lutte contre la corruption ont stagné voire régressé pendant la pandémie. Une situation qui touche les pays d’Europe de l’Ouest comme la France.

Les pays nordiques restent les bons élèves

Le Danemark a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles