Inondations : éloge du bénévole

Inondation By: Burgermac - CC BY 2.0

Partout où les inondations ruinent des vies, des bénévoles sont là pour aider : qu’ils en soient remerciés !

Par Frédéric Mas.

Inondation
Inondation By: BurgermacCC BY 2.0

Des routes coupées, des écoles fermées et des maisons évacuées… Partout en France, les pluies diluviennes ont été catastrophiques. Certaines scènes sont incongrues, à la limite du comique, comme sur les quais de Seine ou encore le parc du château de Chambord dans le Loir-et-Cher transformés en piscine. Seulement, derrière les dégâts qui se compteront en millions, combien de vies vont être bouleversées ? Souhaitons que la catastrophe matérielle ne soit pas suivie ces prochains jours de victimes.

Ces événements sinistres sont pourtant l’occasion de redécouvrir certaines choses qui forment pourtant le ciment de la société : la coopération et l’entraide. Face au malheur, des voisins, des amis, des parents, souvent des inconnus complets viennent aider les sinistrés comme ils le peuvent en sacrifiant de leur temps pour les autres. Les pompiers volontaires, les secours, les membres de la communauté qui accompagnent ceux qui ont perdu leurs maisons méritent l’éloge.

À Saint Rémy-lès-Chevreuse, ce sont des mères d’élèves qui se sont retroussées les manches pour nettoyer les écoles.  À Bruay La Buissière, ce sont des jeunes accompagnant la Croix-Rouge qui ont participé à la recension des besoins des sinistrés. Et ce ne sont que quelques exemples.

Liberté de s’associer et solidarité

Dans La démocratie en Amérique, Tocqueville observe que l’association est au cœur d’une démocratie libre. Comme chaque individu est indépendant et « faible », « ils tombent […] tous dans l’impuissance s’ils n’apprennent à s’aider librement ». (DLDA, II, II, V). Plus encore, cette liberté de s’associer aux yeux de Tocqueville est nécessaire à la civilisation : « Un peuple chez lequel les particuliers perdraient le pouvoir de faire isolément de grandes choses sans acquérir la faculté de les produire en commun retournerait bientôt vers la barbarie. » Ici, les Français montrent devant l’adversité qu’ils sont capables de s’entraider et de dépasser leurs dissensions. Contre toutes les formes de déclinisme, le bénévole est un modèle d’espoir.