Douze milliards d’euros de pertes pour la SNCF

Ce n’est pas l’État endetté qui pourra apporter des capitaux propres à la SNCF.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Todd Lappin-TGV(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Douze milliards d’euros de pertes pour la SNCF

Publié le 21 mars 2016
- A +

Par Jean-Pierre Chevallier.

Todd Lappin-TGV(CC BY-NC 2.0)
Todd Lappin-TGV(CC BY-NC 2.0)

 

La SNCF est en très mauvaise posture financière : elle enregistre 12,324 milliards d’euros de pertes sur des dépréciations d’actifs sur l’exercice 2015 pour 377 millions de résultat net avant ces dépréciations comptables.

2016.03.11.1.sncf_

De quoi faire passer dans le rouge les fonds propres de SNCF réseau, ancien RFF, qui va donc avoir besoin d’une recapitalisation.

SNCF est une usine à gaz de la nomenklatura qui a déjà fait le même coup quelques années auparavant (la droite étant alors au pouvoir) avec des capitaux propres négatifs à la mi-août, lors d’une première application des règles comptables IFRS.

Ses dirigeants actuels ont encore été obligés de tenir compte de nouvelles règles comptables les obligeant à déprécier des actifs précédemment surévalués, ce qui produit une bonne douzaine de milliards d’euros de capitaux propres négatifs, donc la faillite inévitable, à moins qu’un investisseur soit assez fou pour la recapitaliser à hauteur de plus d’une douzaine de milliards d’euros, ce qui est fortement improbable.

La nomenklatura actuellement au pouvoir reprend exactement le même argumentaire que précédemment : ce ne sont que des pertes purement comptables, la SNCF est une très grande réussite que le monde entier nous envie, et ça marche auprès des Français !

L’URSS que tout le monde disait éternelle s’est quand même écroulée un jour sous le poids de ses dettes et de ses pseudo-entreprises publiques non rentables.

Il en sera de même un jour pour la France, rien ne presse…

Cliquer ici pour voir les comptes de la SNCF, qui ne les publie pas, alors que, en tant qu’émetteur d’obligations, elle devrait le faire dans les règles.

Par ailleurs, les capitaux propres de toute entreprise doivent être de véritables capitaux apportés par des investisseurs ayant gagné cet argent et non pas des capitaux provenant d’emprunts, car ce sont alors des dettes, évidemment.

Dans ces conditions, l’État qui n’a pas de sous mais 1600 milliards de dettes négociables, ne peut pas apporter de capitaux propres à la SNCF. Seuls des investisseurs privés ayant ces capitaux devraient pouvoir le faire, or, comme aucun ne le fera, la SNCF devrait être déclarée en faillite…

À ma connaissance, personne n’a encore réagi. Tout va bien.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • C’est pas la peine de s’affoler……puisque la sncf crie haut et fort que si elle perd de l’argent c’est seulement à cause des « usagers » qui fraudent. Et comme les journeaux télévisés relaient l’info c’est que c’est sûrement la vérité. ……..

    • Assimiler le manque à gagner à des pertes est l’argument no 1 du capitalisme de connivence : « seigneur protégez moi de ceux qui ne veulent pas m’entretenir ».

  • ces comptes sont affreux, je ne sais même pas si les appeler des « comptes » est pertinent. Ils sont peut-être régulier (?), mais leur sincérité est douteuse et l’image qu’ils donnent n’est certainement pas fidèle. Bref ce sont des contes (à dormir debout) plus que des comptes.
    Sur le plan des structures, déjà, la distinction « réseau » et « mobilité » est absurde au niveau des comptes, puisque les facturations internes (péages dans un sens, entretien du réseau dans l’autre) sont massives et totalement libres : la SNCF peut afficher ce qu’elle veut. Notamment, les péages sont notoirement insuffisant et la facturation de l’entretien notoirement excessive.
    Et puis le chiffre d’affaire : la SNCF y inclus les sommes apportées par les régions, qui relève de la subvention politique bien plus que de la facturation économique. Et c’est encore pire pour la partie « réseau » pour les raisons données plus hauts.
    Et puis que font les « dépréciation comptables », qui relève du compte de patrimoine, dans le compte de résultat ? Et d’ailleurs, il est où, le compte de patrimoine ?

    parenthèse « merci les copains » :
    FLORENCE PARLY, DIRECTRICE GÉNÉRALE DÉLÉGUÉ STRATÉGIE ET FINANCES GROUPE
    (comprendre : responsable de l’enfumage du public sur les contes (sic) de l’entreprise )
    -> vous vous souvenez de qui est Florence Parly ? google est votre ami …

    C’est totalement scandaleux et sans la protection de l’État les gens concernés seraient dehors, voire devant des juges.

  • Il faut les mettre en faillite ou vendre la Société au privé qui en fera une entreprise vertueuse non marxiste avec peu d’alcoolos!!!

  • Une bonne grève devrait remettre les compteurs à zéro, non ?

  • Consternant!! Ou comment un pays riche peut se saborder. Merci aux hauts fonctionnaires qui le dirigent depuis 40 ans.

  • J. Pierre Chevalier,
    Vous confondez les causes et les conséquences.

    RFF n’est pas une entreprise.
    C’est un machin (au sens gaullien du terme) qui a été crée principalement pour permettre à la SNCF de vider de leur substance les règlements européens relatifs au secteur ferroviaire, au moins de trois façons :
    – en imposant aux concurrents fret un coût d’utilisation du réseau prohibitif; ne vous posez-vous pas la question de la très bonne santé de la branche « réseau » ?
    – en subventionnant massivement la SNCF (dont les activités sous-traitées par RFF sans mise en concurrence sont TRÈS rentables
    – en finançant directement RFF pour ses besoins de financement liées à des investissements délirants (voies TGV dans le massif central ?) sans que cela ne passe pour un aide d’état qui serait retoquee à Bruxelles.

    Le cheminot CGT peut sourire – ou rire à gorge déployée.
    Le contribuable – et l’usager SNCF – n’ont que leurs yeux pour pleurer.

    Qui est John Galt ?

    • Déprécier les actifs de RFF crée un trou comptable que l’actionnaire – le contribuable – doit combler.
      Cette trésorerie finance les prochains tonneaux des Danaïdes.
      Six Transit Gloria Mundi

  • mais quand donc disparaitront ses vestiges d’un passé révolu qui encombrent encore nos villes et nos campagnes et qui plombe notre économie . si les gens n’ont pas les moyens de prendre l’avion , qu’ils prennent un car leur voiture ou leur vélo ou s’abstiennent de se déplacer à mes frais !

  • SNCF / SNCM : même gestion, même mentalité, même résultat. Même fin ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-François Revel. Texte présenté par Damien Theillier

Jean-François Revel prend ici l'exemple concret des trains, en France et en Grande-Bretagne, pour illustrer l'omniprésence de la mentalité antilibérale, qui jaillit comme un cri du cœur en toute occasion, notamment lors d'une catastrophe ferroviaire (Voir aussi la vidéo tout en bas). Cette mentalité persiste à l'encontre de toute l'expérience historique du XXe siècle et même de la pratique actuelle de la quasi-totalité des pays. Comme il l’écrit si joliment :

« L'antil... Poursuivre la lecture

sncf
0
Sauvegarder cet article

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

Le 9 mars dernier, la commission des Finances a rendu un rapport au vitriol sur la SNCF. Les deux auteurs font le constat que le modèle du groupe ferroviaire doit se réformer en profondeur car il ne pourra pas éternellement compter sur le soutien public pour éponger ses dettes. Ils saluent la libéralisation du rail, génératrice d’un cercle financier vertueux pour l’ensemble du secteur ferroviaire. Enfin, ils dénoncent le poids financier de plus en plus important de l’opérateur historiqu... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles