Hauts de France contre France d’en bas

Ronde des géants crédits Olivier Duquesne (CC BY-SA 2.0)

Changer les noms de régions pour masquer l’impuissance politique ?

Par Serge Federbusch

Ronde des géants crédits Olivier Duquesne (CC BY-SA 2.0)
Ronde des géants crédits Olivier Duquesne (CC BY-SA 2.0)

La curieuse manie des mairies de distribuer à la volée les patronymes d’hommes et de femmes plus ou moins célèbres pour en affubler la moindre ruelle, la plus petite impasse et le plus ridicule édicule a gagné les nouvelles «surrégions». Il faut être glamour, attirer la lumière ; plus personne ne veut se dire d’en bas, du Nord ou des frimas. C’est l’Académie du cinéma politicien distribuant des statuettes, le concours Lépine du nom foireux…

Le pompon est en passe d’être gagné par les édiles de Champagne, Ardennes, Alsace, Lorraine et autres terres orientales qui sont allés exhumer l’Austrasie et proposer la mystérieuse Acalie. Est-ce une manifestation de la mode néo-médiévale planétaire qui envahit les jeux vidéo et met en transe les tueurs de Daech lorsqu’ils s’accoutrent comme au bon vieux temps de leur prophète ?

Impuissance politique

Je penche plutôt pour l’explication d’une forme de compensation à l’impuissance politique, une manière de marquer son territoire en l’aspergeant de noms connus, de tenter de récupérer une infime parcelle de leur notoriété. Ainsi irons-nous bientôt à Lille, chef-lieu des Hauts de France et des moules-frites, dans une région qu’on croyait marquée par les difficultés de la France d’en bas. Les internautes se sont naturellement surpassés, rivalisant en ironie facile, proposant le « Coin en bas à droite » pour la région Paca ou « Milieu un peu paumé » pour le Centre.

Ces diversions et colifichets servent à masquer une réalité prosaïque. Ces nouvelles entités ne dépenseront pas moins que celles auxquelles elles succèdent et qu’elles sont censées fusionner. C’est le regroupement sans gain de productivité, le millefeuille sur-gonflé comme les constructeurs automobiles nous vantent leurs véhicules suréquipés. Pour mémoire, la future ex-région Nord-Pas-de-Calais détenait le record des jours d’absence par fonctionnaire : 35 par an. Croyez-vous qu’ils seront plus assidus dans les Hauts-de-France ?

Mais l’essentiel est sauf. Des roitelets chamarrés vont pouvoir régner sur de vastes terres. La baisse des impôts attendra. Acaliques anonymes, Austrasiens ostracisés et autres citoyens au ras du sol continueront d’ahaner sous les charges comme au bon vieux temps des anciennes régions.

Sur le web