Les déficits ne stimuleront pas l’économie

La réduction des dépenses publiques plutôt que l’augmentation des déficits publics est susceptible de stimuler l’économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Argent - Pièces de monnaie - Euro (domaine public)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les déficits ne stimuleront pas l’économie

Publié le 28 janvier 2016
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis le Canada.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Argent - Pièces de monnaie - Euro (domaine public)
Argent – Pièces de monnaie – Euro (domaine public)

Plusieurs économistes de Bay Street recommandent fortement au gouvernement fédéral de délier encore plus les cordons de sa bourse et de faire des déficits plus importants qu’annoncé lors de la campagne électorale, dans le but de « stimuler » l’économie canadienne. Cette vision « court-termiste » ne prend pas en compte plusieurs éléments importants.

Après la crise financière de 2008, ce sont les pays de l’OCDE qui ont à la fois réduit leurs dépenses publiques et leurs revenus qui ont réussi à obtenir la croissance annuelle moyenne la plus élevée. À l’inverse, les pays qui ont choisi d’augmenter à la fois leurs dépenses et leur fardeau fiscal ont connu une croissance très faible et même un recul économique, si on inclut à ce calcul la Grèce. Ces faits contredisent de façon directe la doctrine des économistes de Bay Street.

Les théories macroéconomiques sur lesquelles ces derniers fondent leurs recommandations suggèrent pourtant de relancer l’économie par la dépense publique uniquement en période de récession.

Qui plus est, de nombreux économistes nobélisés, comme Thomas Sargent, Robert Lucas, Gary Becker, Eugene Fama, Milton Friedman et plusieurs autres, croient pourtant que, même en période de récession, l’État ne peut pas relancer l’économie par son déficit. Or, peu importe le groupe d’économistes qui a raison, le Canada n’est pas en récession, ne l’a pas été en 2015 et, selon les plus récentes prévisions de la Banque du Canada, ne le sera pas en 2016, et ce, indépendamment de la taille du déficit fédéral.

Une étude récente réalisée par l’économiste de Harvard Roberto Alesina ainsi que trois de ses collègues montre que c’est en fait la réduction des dépenses publiques, plutôt que l’augmentation des déficits publics qui est susceptible de stimuler l’économie. Selon Alesina, cela est d’autant plus vrai lorsque cette réduction est accompagnée d’une vague de libéralisation du marché du travail et de réduction du fardeau réglementaire.

Dans le même sens, la recherche récemment publiée par António Afonso et João Tovar Jalles, respectivement de la Banque centrale européenne et de l’OCDE, révèle que lorsque l’État concurrence moins l’économie privée pour recruter les travailleurs et pour utiliser du capital, l’investissement privé prend le relai. À plus long terme, les effets positifs sur la croissance économique dominent très largement.

À tout cela, les partisans d’un déficit important répondent invariablement qu’il faut profiter des faibles taux d’intérêt actuels. Mais il s’agit là d’une grossière erreur.

En effet, même à faible taux, les emprunts doivent un jour être remboursés, et ce avec… des impôts. Les études récentes varient et estiment que chaque dollar de taxe prélevé coûte à la société entre 1,10 $ dans les recherches de Robert J. Barro et Chuck Redlick, de Harvard, et jusqu’à 5 $ dans certains cas, dans l’étude d’Andrew Mountford et Harald Uhlig, des universités de Londres et Chicago. Ainsi donc, comme il faut ajouter le poids de la fiscalité sur l’économie au coût de remboursement des emprunts, ceux-ci finissent par coûter bien cher à notre économie, et ce, même quand les taux d’intérêt sont par ailleurs très bas.

Enfin, les débats sur le retour à l’équilibre budgétaire que l’on rencontre au Québec ainsi que les choix difficiles auxquels a dû faire face le gouvernement Couillard, devraient constituer une mise en garde pour le gouvernement fédéral. En effet, le retour au déficit zéro, même en période de croissance, est toujours un exercice difficile demandant un certain réajustement et qui provoque immanquablement une levée de boucliers. Autrement dit, après un plan de relance, il ne suffit pas de décréter l’équilibre budgétaire pour y arriver.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Canada

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « profiter des faibles taux d’intérêt actuels » n’est pas absurde, à condition évidemment de se mettre en situation de rembourser les emprunts contractés. Ce qui suppose de ne pas les dépenser en fonctionnement, mais en investissement productif, ou plutôt, s’agissant d’une administration qui par nature n’est pas productive, en réduction des coûts (modernisation de l’administration), ou encore en délai de paiement d’impôts de gens productifs qui sont eux-même obligés d’emprunter pour boucler leur budget (pour faire simple : les entreprises)

    • Mais qu’est ce donc qu’un « investissement productif » ? Pour un politique c’est tout et surtout n’importe quoi, normal quand on n’a jamais rien produit de sa vie. Et puis un certain Frédéric Bastiat, petit économiste de salon, vous répondrait que l’argent ainsi investi, suite à un savant processus de prise de décision, a d’abord été volé à quelqu’un qui avait sans doute une idée très précise de son emploi, peut être même d’un emploi productif ! Alors à quoi bon lui voler, ce qui est immoral en prime, pour le dépenser en projets incertains décidés par des irresponsables, après en avoir perdu une partie dans une tuyauterie compliquée ?

  • il ne faut pas éluder la question de savoir à quoi sert l’argent qui est dépensé…et donc emprunté quelque part…

  • Les déficits répétés seront suivis d’une récession quand il faudra passer à la caisse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Oliver Rancourt[1. économiste à l’IEDM], depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce tr... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles