Régionales : comment endiguer la marée « bleu marine » ?

Comment expliquer et contrer l’inexorable poussée du FN, devenu hier soir premier parti de France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Régionales : comment endiguer la marée « bleu marine » ?

Publié le 7 décembre 2015
- A +

Par Vincent Benard

Marine Le Pen - Marée bleu - René Le Honzec - dessin politique050

La loi des urnes est dure, mais c’est la loi : le Front National emportera au minimum 3 et peut être 6 régions de France métropolitaine à l’issue des régionales, en fonction des jeux de listes qui se joueront entre les deux tours. Le FN est aujourd’hui le premier parti de France, devant le PS qui paie trois ans d’incurie gouvernementale, et les Républicains, ex-UMP, qui n’excitent guère les foules, plombés par leur bilan en demi ou plutôt en tiers-teinte entre 2002 et 2012, et par la personnalité toujours aussi antipathique de leur président.

La banalisation de l’autoritarisme par le gouvernement

Premier constat que je n’ai vu dans la bouche d’aucun commentateur politique hier soir : la réaction du gouvernement aux attentats du 7 janvier puis du 13 novembre rend particulièrement inopérante la rhétorique anti-fasciste habituellement déployée contre le FN par les partis établis. Difficile de prétendre que « les Fachos, c’est le FN », lorsque l’on a fait voter une loi renseignement qui élimine la notion de vie privée, que l’on songe à prolonger l’état d’urgence dans des termes qui rendent la notion d’État de droit pour le moins évanescente, et que les bavures de cet état d’urgence se multiplient. Après tout, on ne retrouve des armes que dans une perquisition sur 7, et la presse régionale fourmille d’articles où l’on s’interroge sur le bien fondé des opérations de police opérées, eu égard à leur finalité officielle, la lutte contre le terrorisme.

Bref, la France va mal, et tous les partis, de par leur attitude post attentats, ont décomplexé l’autoritarisme. Pas étonnant que la somme des partis ouvertement autoritaires (extrême gauche + extrême droite) atteigne aujourd’hui 35%, voire 40% si on intègre les supporters de Debout La France. Et sur le marché de l’État providence autoritaire, il ne peut y avoir qu’un seul leader. On avait cru au début des années 2000, alors que le vieux Le Pen père multipliait les provocations qui rebutaient beaucoup d’électeurs, qu’Olivier Besancenot et l’extrême gauche allaient reprendre le leadership de ce créneau politique, que le FN avait chipé au PCF à la fin des années 1980. Mais l’arrivée à la tête du FN de Marine Le Pen a changé la donne.

À défaut d’être économiquement crédible auprès des milieux économiques, Marine Le Pen est assez intelligente pour avoir compris que l’électorat « autoritarien » voulait de l’État contrôleur, de l’État providence, de l’État nounou, de l’État ennemi de la finance, et qu’en mixant ce désir d’État avec une bonne pincée de protection contre les étrangers « du sud » (ce point lui permettant de se différencier nettement des socialistes historiques), elle réussirait là où son père, après une période faste, semblait perdre pied.

L’extrême droite, une extrême gauche presque comme les autres

Marine Le Pen a donc transformé le FN en parti ultra dirigiste renforçant l’État providence, mais seulement pour les « bons Français ». Par absence totale de culture économique, la classe politique a été incapable d’établir le parallèle entre ce programme (planification, nationalisations, prix contrôlés, banque centrale sous tutelle, protectionnisme, expansion de l’État providence pour les « bons Français ») et celui d’un Juan Peron, d’un Hugo Chavez, ou, osons le point Godwin, d’un Hjalmar Schacht.

Et c’est là que l’Histoire prend sa revanche : au lendemain de la guerre, il a été assez facile pour la gauche dominant la médiasphère française, de marteler qu’Hitler était « d’extrême droite », que toute assimilation d’Hitler ou du fascisme à une forme dure de socialisme était un mensonge, alors qu’Hitler et ses complices ont toujours clamé être les seuls vrais détenteurs de la vérité socialiste. Bref, le jeu politique de l’époque a placé les fascistes, politiquement embryonnaires au lendemain de 1945, à la droite de la droite, et non, comme une analyse sereine de ses propositions politiques aurait dû les y conduire, à peine à droite des communistes. Essayez donc d’arguer dans un forum qu’Hitler était socialiste. Malgré les évidences historiques incontestables, il se trouvera toujours une cohorte de sociaux-démocrates (encore que…) pour demander votre tête pour blasphème.

70 ans ont passé. L’extrême gauche est plombée par l’échec patent de toutes les politiques socialistes plus ou moins extrêmes conduites dans le monde depuis lors. On pense à l’URSS, bien sûr, mais aussi à tous les régimes social-autoritaires d’Amérique Latine, d’Ortega à Chavez en passant par Peron et Castro… Cette image-là plombe l’extrême gauche. Marine Le Pen a beau avoir considérablement « gauchi » le programme économique et social du FN, elle s’est bien gardée d’en modifier le positionnement officiel à l’extrême droite, pour ne pas se faire assimiler aux échecs du socialisme dur et du communisme. Mais son programme n’est ni plus ni moins qu’une énième version d’un État providence à tendances autoritaires et financé par la dette vu et revu mille fois. Mais voilà, défense d’assimiler extrême droite et socialisme ! Voilà qui rend difficile de développer un argument anti-FN fort.

Comment reconquérir les électeurs que nous avons offerts sur un plateau au FN ?

En effet, quel angle d’attaque la classe politique actuelle peut-elle utiliser pour abattre le FN ? Critiquer sa vision de l’État providence ? C’est la même que celle de l’aile gauche du PS, qui est au cœur des institutions sociales françaises, et que la droite dite républicaine n’a jamais osé remettre en question. Critiquer ses pulsions autoritaires ? Comme je le disais plus haut, ceux qui multiplient les lois liberticides sont très mal placés pour se poser en poseurs de leçon dans ce domaine. L’attaquer sur sa propension à vouloir discriminer l’étranger ? Je vais être un peu brutal, mais face au sentiment d’abandon des Français contre les exactions des minorités mafieuses, islamistes et terroristes « ethniques », les gens raisonnables auront beau dire qu’il ne faut pas assimiler tous les étrangers d’Afrique et du Moyen Orient à leur pègre, cette forme de diabolisation du FN n’atteindra plus sa cible. Faute d’État régalien digne de ce nom, un grand nombre de Français adoptent d’eux-mêmes une attitude de méfiance, et donc de rejet vis-à-vis de l’ensemble des communautés dont sont issues les « bandes » qui terrorisent les cités et au-delà.

Les seuls moyens (normaux – je ne parle pas des coups tordus que le pouvoir pourrait tenter d’employer contre la menace FN) de fermer le boulevard qui s’ouvre hélas à Marine Le Pen en 2017 sont :

  • D’une part, de restaurer un État de droit impitoyable avec tous les malfaisants, y compris étrangers, dans le respect des droits des justiciables et non dans un état d’urgence liberticide, mais sans faire peser sur les forces de l’ordre et du droit aucune crainte d’accusations de préjugés racistes, en rejetant par avance les postures victimaires que les malfaisants étrangers ne manqueront pas d’utiliser à leur avantage. Se montrer impitoyable avec les malfaisants est le seul moyen de réduire l’assimilation de tous les arabo-africains honnêtes avec leurs pègres, et de pouvoir entamer à nouveau un processus d’acceptation réciproque vis-à-vis de ceux qui sont venus pour contribuer positivement à notre société.
  • D’autre part, admettre que le « tout État providence » a lamentablement échoué, et lancer le pays sur la voie de réformes économiques véritablement libérales, susceptibles de redonner un espoir économique aux exclus et aux précarisés de l’économie privée aujourd’hui étouffée en France.

Même si vous êtes le plus convaincu des libéraux, vous conviendrez que vendre un tel message à l’électorat français demandera du temps, puisque ceux qui osent le faire sont si rares. Seul problème : les voix libérales en France sont aujourd’hui inaudibles. Mon très cher PLD, malgré tous ses efforts, ne parvient pas à rassembler plus d’un à deux électeurs sur cent sur les quelques scrutins auquel il arrive à se présenter. Nous Citoyens, malgré la couverture médiatique que Denis Payre a pu obtenir au lancement de ce mouvement, ne décolle pas non plus. Au sein des Républicains, le score tristement affligeant de Dominique Reynié (Midi-Pyrénées), seul candidat libéral assumé de ce parti, et non issu de la nomenklatura habituelle, rend aléatoire la pourtant très prudente démarche de libéralisation de ce parti tentée par MM. Fillon, Le Maire et Mariton. À ce stade, il est trop tôt pour dire si Hervé Morin, autre candidat timidement libéral de la Droite et du Centre, se sortira du piège d’un second tour difficile en Normandie, mais sa réserve de voix semble inférieure à celle du candidat de gauche. Et de toute façon, LR est tellement discrédité par son aile étatiste, qui pèse incomparablement plus que le maigrichon courant libéral-mou en son sein, et par les scandales financiers qui plombent ce parti depuis 30 ans, dont Bygmalion n’est que le dernier avatar, qu’il est difficile de voir en ce parti sans vraie colonne vertébrale idéologique la solution d’avenir aux problèmes de la France.

Bref, pour les libéraux français, le constat d’échec dure et perdure avec la même sévère acuité, année après année. L’étatisme sous toutes ses formes, qu’il soit semi-autoritaire honteux ou autoritaire décomplexé, social-démocrate de gauche, social-démocrate de droite ou communiste, représente plus de 9 électeurs sur 10, même lorsqu’une offre dûment assumée libérale parvient à se présenter à leur suffrage.

Ce pays est-il foutu ?

Il est assez convenu et banal de crier à la gravité de la situation à chaque poussée électorale du Front National. Mais aujourd’hui, il est difficile de se dire que l’électorat aura un « sursaut républicain » (qu’est-ce que cela veut dire, d’ailleurs…) à la prochaine élection nationale et que tout rentrera dans l’ordre aux présidentielles, si tant est qu’on puisse qualifier d’ordre la situation actuelle de la France. Les choix récents du gouvernement de gauche ont légitimé certaines formes d’action politique qui, autrefois, servaient à diaboliser le Front National. Et le refus de remettre en cause les pans malades de notre État providence empêche d’attaquer… frontalement (!) l’extrême droite sur ce terrain. L’on ne peut qu’être très pessimiste pour l’évolution de notre pays, que le FN peut sérieusement espérer diriger en 2017.

Je ne vois qu’un mouvement très fort, mené intelligemment et rapidement, d’entrepreneurs et de leaders d’opinion de la société civile, capable de renverser la nomenklatura existante et de rebâtir de nouvelles institutions, pour avoir une petite chance de nous sauver de cette perspective très peu réjouissante. Une chance sur mille. Est-il déjà trop tard ?

Voir les commentaires (134)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (134)
  • Excellent article. De mon côté j’irai voter blanc (ou ne pas voter), histoire que la raclée soit généralisée et qu’on commence peut-être à se poser les bonnes questions à droite. Et s’ils ne se posent pas les bonnes questions, pas la peine de voter pour eux.

    • la droite est incapable de se poser toutes les bonnes questions

    • Si aller voter blanc peut avoir encore quelques grammes de sens (mais qui en parle? On ne s’intéresse qu’aux vainqueurs et, surtout aux vaincus, dans les médias) alors que ne pas aller voter est le classique geste d’ « incivisme » officiel!

      Dans les 2 cas, c’est abandonner votre voix aux votants significatifs des autres, donc, à la majorité de leur choix.

      La situation française est désespérée car c’est bien la réactions anti-politiciens qui l’emporte: après des dizaines d’essais de droite comme de gauche, il est logique d’essayer le parti qui n’a jamais accédé au pouvoir: cela peut difficilement être pire!

      Franchement, si j’y étais invité, je n’aurais pas envie de voter non plus!

      Et je ne suis pas sûr de m’être trompé lorsque j’accusais (entre autres) ce vote majoritaire à 2 tours vétuste: il est devenu clair, aujourd’hui, qu’il n’est pas de justice ni de démocratie, quand le premier parti de France n’a que 2 députés à l’assemblée nationale, j’espère!

      Pour avoir vécu ailleurs la proportionnelle comme le vote obligatoire et les majorités composites qui obligent des partis différents à se mettre d’accord, à la longue, c’est visiblement plus démocratique: majorité autorrégulée par ses partis partenaires au pouvoir et par la prise en considération des propos des partis minoritaires.

      Combien de politiciens ont promis (une part de, faut pas déco…er) la proportionnelle, sans suite?

      Mais non! L’état nounou refuse que ses enfants-citoyens s’en fassent pour ses décisions difficiles (et ratées) ou ce manque d’argent chronique qui remplace leur patrimoine par une dette croissante, donc on ne change rien, mais ça, ils s’en rendront compte trop tard, quand ils seront « grands ».

      Et non, comme à des enfants adoptés, on ment pour ne pas les traumatiser, ces pauvres « innocents » mais devenus adolescents, ils veulent la vérité, quitte à en souffrir, incapables de croire encore au père Noël, ni aux nounous parfaites, si on les écoute! Donc ils essaient d’autres voies malgré l’opposition du Père Bleu et de la mère Rose leur disant que ce n’est pas bon pour eux!

      Je ne suis évidemment pas pro-FN, n’ayant vécu que dans des pays (sauf la France) ou ce problème n’existait même pas.

  • le problême des élus nottament droite et gauche , c’est qu’ils ont les dents longues mais la vue et la mémoire courte ; ça fait longtemps que le FN monte , les avertissements ont été nombreux , mais quand on ne veut pas voir hé ben on ne voit pas ; le ps a pris une branlée dont ils sont entièrement responsables ,vont ils le reconnaitre ? j’en doute ……

    • bien sûr que non, ils ne vont pas le reconnaître :
      total de toutes les voix de gauche, 36 %
      total de toutes les voix de droite, 32 %
      total de toutes les voix du front, 28 %

      les socialistes ont gagné, un pantin du gouvernement l’a d’ailleurs expliqué à la télé hier soir.

    • Pour les grands partis, le FN avait toujours été le loup qui se promène dans la bergerie, et les moutons devaient alors « en toute logique » voter anti-FN.
      A force de s’époumoner et d’agiter à chaque fois cet épouvantail , plus personne n’a fini par en prendre compte.
      Le citoyen moyen a alors compris que toute cette agitation ne faisait que servir les desseins desdits partis.

      Pourtant, si ces partis ont perdu cette élection, ce n’est pas seulement à cause de cette perte de signal, mais par la conjonction de facteurs multiples, dont le premier est sans équivoque l’impression d’injustice permanente, suivi de la sensation de spoliation, d’insécurité, et de manque de perspectives.
      Les garde-fous ont alors sauté.

      Ne reste plus que l’appareil régalien, qui assure un semblant de stabilité. S’il saute à son tour, on va droit à la catastrophe.

  • Je ne supporte pas le FN, mais ce n’est que justice que la vieille stratégie mitterrandienne éclate à la figure de la gauche. Les socialistes ont toujours pensé que la droite ou le FN occuperait la place de n°3 à laquelle ils se trouvent aujourd’hui gràce à l’incompétence de celui qu’ils ont mis à l’Elysée.
    Un détail (qui n’en est pas un): vous écrivez au sujet du FN privilégie seulement les « bons français ». Cette expression comporte une ambiguïté, car le parti de Mme le Pen entend faire une politique fondée sur la nationalité.
    Sur votre conclusion: il y a quelques figures à droite ou au centre de tendance libérale (Fillon, Mariton…). Il faudra peut-être tabler sur eux, même s’ils sont encombrés d’un parti qui a bien des connivences avec tout ce qu’on déteste. Je n’imagine pas, come vous, que les Français puissent élire un illustre inconnu à l’Elysée.

    • Il vaut peut etre mieux elire un « inconnu » que quelqu’un qui a ete ministre pendant 8 ans et Premier ministre pendant 5 ans et qui est co-responsable du desastre actuel?

  • Il m’est d’avis qu’un an et demi est trop juste pour changer les choses, même si on met soudainement des politiques éco en place qui sont ambitieuses et libérales le chômage ne baissera pas assez vite pour que les gens le ressentent.
    Pour la sécurité c’est faisable mais je doute que le PS veuille perdre le vote musulman qui a permis la victoire en 2012.

    • L’UMP avait le pouvoir pendant 10 ans (2002-2012). Strictement rien n’a ete fait pour:

      – faciliter la vie des individus
      – liberaliser l’economie
      – diminuer l’imposition
      – reformer le droit du travail
      – retirer l’Etat de domaines ou il est indesirable: economie generale, sante, education… et le renforcer dans ses fontions regaliennes: justice, armee, ordre.
      – freiner l’immigration massive et l’islamisation de la France
      – rehausser le niveau de l’eductaion et de la culture
      – enrayer le declin moral, societal, civilisationnel

      Un echec est un echec. Il n’y a plus lieu de donner notre confiance a des gens qui ont lamentablement echoue alors qu’il avaient toutes les cles en main pour reussir.

    • Le PS a déjà perdu l’éventuel vote musulman avec son mal nommé « mariage pour tous » (mal nommé puisque les unions entre plus de 2 personnes en restent exclues).

  • Arrêtez de fantasmer (ça ne fait jamais que 30 ans)… Vous ne pourrez pas « endiguer » la marée.

    Ca fait 30 ans que vous répétez avec une constance ahurissante les mêmes erreurs.. et vous osez encore vous « poser des questions », vous interroger doctement sur le pourquoi du comment ?

    Vous êtes responsables, vous tous et vos idées mortifères, celles qui enterrent le pays.

    Le FN est un vote d' »insurrection », comme le dit justement l’édito du Figaro ce matin.

    L’insurrection est nécessaire pour purger ces 30 années de lente descente aux enfers.

    • Ben voyons, mon colon. On est responsable alors qu’on n’a jamais eu le pouvoir et qu’on fait 1% aux élections.
      Petit rigolo.

      • Pierre a d’une certaine facon raison. LE FN n’a jamais ete au pouvoir alors comment pouvez vous le juger? le parti « les republicains » (ex-UMP) a un programme plutot liberal mais a toujours mene une politique etatiste au pouvoir. Peut etre qu’avec le FN ce serait l’inverse. Blague a part, admettez qu’il n’est pas honnete intellectuellement de s’en prendre a un tel point au FN alors que le centre droit et la gauche sont pleinement responsable du desastre de ces 40 dernieres annees.

      • Eh si.

        Un peudo « libéral » qui vote Sakorzy, version bleue, ou Bayrou, version « cantal entre-deux », ou encore Hollande, version rose… est un veau.

        Car ton 1 %, à ce rythme là, tu le garderas pour l’éternité.

        Si tu n’es pas capable de comprendre qu’il est nécessaire de casser le système, pour tenter d’en construire un meilleure après (sans garantie de succès), alors tu es de facto un complice du dit système.

        Appelé aussi sous d’autres latitudes et époques : un idiot utile.

      • Ben oui! À qui la faute si il n’y a pas un parti libéral rassembleur, si ce n’est à ce parti ou aux libéraux qui ne votent pas pour lui?

    • N’importe quoi : les gens votent FN parce qu’ils tremblent de peur. Ce qui est très toxique est la bande de fachos qui manipulent les trouillards, ca oui.

    • j’approuve ce propos,sans restriction

  • Vous êtes peut être conscient que votre utopie libérale est mort-née tant que subsisteront des organisations d’aparatchiks comme la CGT entre autres vouée à la destruction des entreprises françaises.
    Il est possible que la France ne puisse s’éviter une phase thatchrienne, incarnée par Marion Maréchal afin de liquider les résidus du socialisme post 1945.

  • Nos doctes dirigeants de droite et de gauche, avec à leur côtés d’éminents philosophes gauchistes, des politologues le nez dans leurs analyses erronées sorties de leurs livres universitaires et des médias qui mangent dans la gamelle du président « NORMAL », viennent de se prendre une raclée salvatrice. Désolé !Mais cet électrochoc ne pouvait que se produire.

    Le plus grave étant qu’aucun des « intellectuels » de pacotille qui dirigent le pays n’a encore cherché à admettre que les causes de ce qui est arrivé ne sont pas encore admises : leur indigence à comprendre les problèmes du quotidien de quidam de la rue et y apporter une réponse.

    Le résultat de ce 1er tour illustre parfaitement leur autisme ou bien, plus grave, le mépris qu’ils portent au peuple, qui n’a aucune qualité pour comprendre pour ce qui est bien pour lui, bien entendu : leurs politiques de m…..

    La mèche est allumée, selon sa longueur, l’explosion interviendra tôt ou tard. Le dos au mur, sans échappatoire, il va y avoir beaucoup de victimes…

  • Hénin-Beaumont : 60% de voix pour le FN aux régionales

    Une commune dirigée par un maire FN depuis 2014, et les habitants ne semblent pas noyés par le FN, au contraire puisqu’ils en redemandent aux régionales.

  • Votez FN ou renverser la table ?
    Il y a un rejet d’un système politique corrompu et inopérant dans la gestion des ressources financières provenant de la richesse créée par ceux qui produisent.
    La France est un pays sur-administré et pour cela il faut créer des poste de fonctionnaires, car la complexité administrative les protègent. Ajoutez à cela, que les politiques sont issus très majoritairement de la sphère publique et vous obtenez un système qui génère de la consanguinité…
    Le socialisme n’a jamais favorisé l’indépendance de l’individu, bien au contraire ! Cette drogue idéologique (pléonasme) favorise un assujettissement par la redistribution (pour ceux qui votent bien).
    Quel confort de s’en remettre pour tout à L’ETAT par paresse ou idéologie. Nos pompiers pyromanes nous ont emmené dans une impasse par la lutte des places. Le FN veut participer au festin à tout prix !
    Même en promettant la lune…

    • Très bonne analyse.

    • Oui, le FN a compris le truc : au lieu d’avoir les gens qui votent pour vous pour avoir une part de la gamelle (le socialisme), ils ont les gens qui vont voter pour eux et gardent toute la gamelle pour eux : trop fort !

      Faut arrêter de jouer les ingénus : les gens vont quand même sous prétexte de déboulonner une « oligarchie » mettre à la présidence de région 3 personnes de la même famille, c’est même plus du copinage, c’est carrément de la mafia. Et que l’on ne me dise pas que les gens n’ont pas compris cela …

      • Les gens ont compris que l’argument de contrer une famille, venant d’une promo bien unie si mal nommée Voltaire, n’avait aucune pertinence. Combien d’électeurs, ce dimanche, ont voté pour et non pas contre ?

        • Alors là, je m’en moque comme de ma première chemise : on est en démocratie (qu’on le veuille ou non, on a à faire avec cette cochonnerie) et il n’y a que les résultats qui comptent.

          Vous ne m’enlèverez pas de l’idée que les grande majorité des gens ont voté FN par calcul : parce qu’il espèrent que la gamelle sera meilleure avec le FN : ils voient pointer le spectre de l’arrêt du clientélisme, du protectionnisme, de l’Etat papa-maman, alors, pétri de peur, ils votent pour ceux qui leur permettront de continuer à vivre au crochet des autres.

          Il faut arrêter de croire que les gens votent FN pour nettoyer la classe politique et remettre de l’ordre dans le pays : c’est peut être ce qu’ils disent, mais clairement pas ce qu’ils pensent : ils votent FN parce qu’ils ont peur, parce qu’ils sont pété de trouille.

          • La gamelle en question c’est la restauration de l’autorité de l’etat,un espoir de travail et d’avenir pour leurs enfants et eux memes,l’arret de la haine de soi diffusée depuis quarante ans par les medias,les politiques,les intellectuels,les artistes,l’education nationale,l’arret d’une immigration non maitrisee quand on a 6millions de chomeurs et lorsque les finances publiques sont epuisees,le retour à la sécurité sur notre territoire,c’est quand meme le premier devoir d’un état

          • Stéphane Boulots: « on est en démocratie »

            Vraiment non…
            Tout est verrouillé pour ne donner aucun vrai choix, aucun pouvoir.

            Stéphane Boulots: « Vous ne m’enlèverez pas de l’idée que les grande majorité des gens ont voté FN par calcul : parce qu’il espèrent que la gamelle sera meilleure  »

            Je n’y crois pas un instant, la « gamelle » est misérable pour la grande majorité et la facture est énorme pour la plupart.

          • il est faux de croire que ceux qui votent fn sont uniquement des fonks, des chômeurs, des retraités et autres parasites qui ont peur pour leur gamelle. les fonks sont dans toutes les listes, à des proportions très au delà de leur pourcentage dans la population. même chez les républicains, élections régionales, élections municipales, même combat : plus de 50 % de fonks. sur certaines listes de gauche, la proportion va jusqu’à 80 % de fonks.

            • Ce ne sont pas eux qui vont a la gamelle. Il faut arrêter de croire que les gens vivent du RSA par choix ou par plaisir.

              Ce sont les salariés oû exploitants a très bas revenus (le Peuple au sens Romain du terme) qui votent FN. Il suffit de regarder une carte des résultats cantons par canton pour le comprendre : les cantons ouvriers ou agricoles sont ceux oû le FN arrive en tête.

              Bref ceux qui sont la cible de toutes les politiques socialistes depuis des années : ceux auquel les politiques promettent la lune et qui finissent par croire que leur seul salut c’est l’Etat, ceux pour qui le SMIC, les allocations familiales, le chômage, la retraite ne peuvent venir que de l’Etat. Ceux qui ont peur, chez qui on a fait de leur peur un fond de commerce. Et qui ont raison d’avoir peur, vu la précarité sociale dans laquelle l’Etat les a mis.

            • mettez vous dans la tete que ces « ploucs » ont aussi des valeurs,une fierté,un sens de la nation que les classes dirigeantes n’ont plus

          • Je ne crois pas au vote par calcul. La grande majorité vote par « devoir » et par émotion. Le devoir, parce que « tant de gens sont morts pour que nous ayons le droit de vote qu’il serait idiot de s’abstenir », et le choix émotionnel de ceux dont ils ont entendu dire qu’ils étaient du bon bord, ou surtout dont ils n’ont pas entendu dire qu’ils étaient du mauvais ou constaté qu’ils se moquaient ouvertement d’eux. D’où le succès de ceux qui dénoncent avec des arguments simplistes les échecs et les contradictions de leurs concurrents.
            Enfin, ce type de vote favorise aussi la notoriété. Même avec un programme sur lequel l’électeur pourrait être d’accord, un inconnu n’obtiendra guère de voix, c’est trop fatiguant de chercher à le comprendre et à se faire une opinion globale.

            • MichelO: « La grande majorité vote par « devoir » et par émotion. »

              Quand on vote pour un « papa » qui promet plus de bonbons c’est certain.
              Sa chevelure son costard, sa voix, ses promesses, ses discours, que de l’émotion.
              On ne fait que ça d’ailleurs en France: discuter des papas et mamans, leur bon mots, leur blague du jour ce qu’ils pensent de ceci, de cela.

              MichelO: « Je ne crois pas au vote par calcul. »

              Dans une démocratie participative évidemment que si, ça se résume même a ça bien souvent.

              « Voulez vous monter la TVA de deux points »
              « Voulez vous vous que les fonctionnaires aient la même retraite que les autres »
              « Acceptez vous la loi contre le cumul des mandats »
              « Acceptez vous que le budget de la culture soit gelé »
              « Acceptez vous la hausse de la taxe pétrolière »

              • Une démocratie participative, c’est aussi souvent ça :

                « Voulez-vous interdire aux juifs de pratiquer leur abattage rituel ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous interdire la consommation de l’absinthe ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous interdire les maisons de jeux ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous que les prix soient contrôlés ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous interdire l’urbanisation de certaines zones ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous interdire les centrales nucléaires ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous limiter le trafic routier ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous interdire les OGM ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous limiter la construction de résidences secondaires ? » Les Suisses ont voté oui.
                « Voulez-vous contrôler les rémunérations des dirigeants d’entreprises ? » Les Suisses ont voté oui.
                Etc.
                Etc.

          • « Ils votent FN parce qu’ils snt pétés de trouille », dîtes-vous, vous connaissez mal les électeurs du FN pour les insulter ainsi. L’électeur du FN n’est pas animé par la peur mais par la fierté de ce qu’il est et par le courage qu’il faut avoir pour le défendre. De tous les intervenants politiques, Marine Le Pen est la seule à avoir une carrure de chef d’Etat à l’unisson d’un peuple combatif. Pour rétablir un Etat fort et régalien contre les malfaisants qui ruinent les efforts des Français et les exploitent depuis trop longtemps.

      • Pourquoi oligarchie entre guillemets?

        Oligarchie: « Système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d’individus
        constituant soit l’élite intellectuelle (aristocratie), soit la minorité possédante (ploutocratie), ces deux aspects étant fréquemment confondus ».
        http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/oligarchie/55863

        Il me semble que cette definition semble correspondre a la realite de notre systeme. Essayez d’etre elu sans: etre haut place dans un grand parti, avoir des reseaux importants, avoir de l’argent, avoir la benediction des medias. Bon courage.

    • Tout ce que vous dites est bien clair et vérifié: oui, les fonctionnaires sont majoritaires à l’assemblée nationale ainsi que dans le personnel politique, non, ils ont rarement été en contact vécu, non, le gaspillage de talent de ces jeunes diplômés sans emploi ne diminuera que trop peu et c’est un crime générationnel! Mais les Français ont essayé la droite et la gauche sans succès et ces politiciens sont tout « paf » de voir qu’ils veulent essayer ceux qu’on a jamais voulu laisser entrer dans l’arène, eh bien eux, ils veulent essayer! C’est d’une parfaite logique: y’avait qu’à pas jouer les c..s!

  • La plupart des français se foutent de la loi informatique.

    Le FN n’est plus celui de papa et ne tire pas sur une ethnie particulièrement. Il met en avant les français et sait parler aux musulmans.

    Tant que vous n’intègrerez pas ces deux idées. Le reste ne compte pas et vous ne changerez rien.

  • A propos d’un état de droit impitoyable avec les malfaisants, je vous invite à prendre exemple sur Singapour. Bouddhistes, musulmans, indouistes, chrétiens et autres variantes coexistent sans problème.
    Avec en plus environ 20% de travailleurs immigrés.
    Première règle: éducation de la politesse. L’agressivité verbale est déjà punie sans failles en particulier à l’école et vis à vis de la police.
    Deuxième règle: zéro agression. Une agression commencée mais ratée = amande et prison. Une agression qui a touché = amande + prison + coups de canne.
    Troisième règle: Les juges ne sont libres des peines qu’un peu seulement ou pas du tout. Les histoires du genre mon client a perdu son père, mon client a perdu sa mère, vous n’allez quand même pas condamner un orphelin n’existent pas.
    Par exemple pour le trafic de drogue c’est au poids. Si vous êtes pris avec plus de tant de grammes d’une certaine sorte de drogue c’est la corde au cou. Le tribunal ne sert qu’a vérifier que la police a bien fait son travail.
    Résultat: une des plus faible délinquance et criminalité au monde, sans oublier que la corruption est très faible (quand j’y travaillait, ce n’est pas moi qui invitait le client (fonctionnaire) mais c’est lui qui m’invitait s’il était satisfait).
    Bilan général un des niveau de vie les plus hauts de la planète.

    • « L’agressivité verbale est déjà punie sans failles en particulier à l’école »
      Ça n’arrivera plus jamais en France, les enseignants ont les menottes aux poignets pour toutes les questions d’autorité, et si par malheur l’un d’entre eux ose élever la voie sur un enfant, c’est les parents qui viennent casser la gueule à l’enseignant; triste pays de l’enfant roi ! Et oui ce pays est foutu.

    • Vous avez donc a Singapour un Etat policier pratiquant la censure. Les libertes sont bridees, les medias sont controles, les religions surveillees, la justice est aux ordres. C’est exactement le modele qui est rejete par Contrepoints et ses lecteurs mais c’est aussi malheureusement le seul modele possible pour faire cohabiter pacifiquement des peuples et des religions divers: une main de fer, aucune liberte publique.

    • Ils se sont comme même bien calmés depuis 2012 la loi en matières de drogues a été adoucie pour permettre au juge de réduire la peine dans certains cas…

    • @ISARD : Qui punit l’impolitesse ? L’Etat (singapourien) ? C’est donc une forme de censure contraire à la liberté d’expression.

      D’un point de vue plus personnel, selon moi la politesse est l’une des pires hypocrisies sociales, une pure « hypocrisie bourgeoise ». Je préfère 100 fois une personne vulgaire et honnête plutôt qu’une personne polie et hypocrite.

      D’autre part, la politesse est une chose foncièrement irrationnelle qui exige qu’on ait foi en elle. C’est pour ça que remettre en question la politesse est déjà en soi un acte « impoli, grossier, vulgaire », tout comme remettre en question Dieu est déjà en soi un acte blasphémateur.
      Par exemple: c’est illogique de porter des cravates, mais le simple fait de le dire est déjà en soi un acte « impoli, grossier, vulgaire ». La politesse pose donc un problème de compatibilité avec l’esprit critique.

      En outre, comme la politesse est une chose profondément illogique, qui exige qu’on ait une confiance aveugle en elle, il n’est pas étonnant qu’elle serve souvent de moyen pour camoufler du sexisme et du racisme. Par exemple: une femme qui admet tel un homme qu’elle aime le sexe sera disqualifiée au prétexte qu’elle est « vulgaire. » Un rappeur qui dit les mêmes choses qu’un rockeur sera disqualifié au prétexte qu’il est « vulgaire. » Rien de mieux que ces prétextes pour ne pas avoir à argumenter : « Untel ou unetelle sont impolis ? Donc ils ont tort ! même quand ils ont de meilleurs arguments que moi ! »

      Concernant le reste de votre message, il faut bien comprendre que les lois contre les drogues (ou contre la prostitution, ou contre le port d’arme, etc) ne servent qu’à maintenir les privilèges de certaines personnes et n’existeraient pas dans un Etat-libéral. Ces lois sont injustes, illégitimes et surtout, contrairement à ce que vous dîtes, elles sont inefficaces.

      Pour finir, la solution contre les délinquants n’est pas d’être plus dur, plus sévère, sans pitié, moins « laxiste », mais de faire en sorte qu’ils subissent toutes les conséquences de leurs actions, particulièrement les conséquences financières. Il faut, autant que possible, faire en sorte que ce soit eux, et seulement eux, qui indemnisent leurs victimes et couvrent les frais de procédure et d’incarcération.

      • « selon moi la politesse est l’une des pires hypocrisies sociales »
        Dire bonjour, merci et au revoir c’est hypocrite ? Avec un tel discours je comprends donc où nous en sommes dans ce pays !

        • « Dire bonjour, merci et au revoir c’est hypocrite ? »

          Je vous retourne la question : Si Obama dit « bonjour, merci et au revoir » à Poutine, ce n’est pas hypocrite ?

          • Votre discours libertaires-libertariens semble être le même que celui des socialistes qui n’arrêtent pas de déconstruire les codes socio-culturels pour le « vivre-ensemble » et le « progressisme », exaspérant les gens qui se tournent massivement vers le FN.

            En plus de désorganiser la société, la haine de la culture du respect et de la hiérarchie ne fait que favoriser, in fine, la catastrophe qui se prépare.

            • @Général : Mon propos c’est qu’une personne « vulgaire et honnête » est préférable à une personne « polie et hypocrite ». Mais il est évident qu’une personne capable d’être « polie et honnête » est encore plus souhaitable.

              Mon propos ne s’oppose donc pas à « la culture du respect », il s’oppose à l’hypocrisie, qu’elle provienne de gens polis ou de gens vulgaires.

              D’autre part, concernant les gens qui se tournent vers le FN, c’est effectivement la faute des socialistes, mais c’est aussi la faute de leur propre nullité. Vous voyez les électeurs du FN comme étant uniquement des victimes, alors qu’ils sont à la fois des victimes et des bourreaux qui, comme la très bien résumé Stéphane Boulots, « votent pour ceux qui leur permettront de continuer à vivre au crochet des autres. »

              • Si on ne respecte pas les règles sociales, pourquoi respecter les règles légales ? juste parce qu’il y a une répression pour les secondes ? C’est pas ma définition de l’honnêteté …

        • C’est intéressant de constater que votre argumentaire consiste exactement en ce que pointait commando : le simple fait de questionner la politesse est un acte de blasphème.

          Dans le cadre de moeurs partagés, elle peut avoir un intérêt certain, certes.
          Cependant, elle va dans tous les cas limiter votre liberté de penser ou de vous exprimer au-delà des frontières qu’elle établit, ce qui nuit certainement à l’expression de ce qu’est l’être humain (pour le pire, certes, mais aussi pour le meilleur).

          Par exemple, commencer une rencontre par un salut, sera certainement une attitude partagée par la majeure partie de la planète (et je ne pense pas que quinconce ici estime cette attitude inutile).
          Ce qui est important, c’est que l’on y croit (politesse = croyance) et il me semble qu’obliger quelqu’un a croire en quelque chose est une attitude malsaine, gravement liberticide et dont je ne vois pas le côté utilitariste.

          • « C’est intéressant de constater que votre argumentaire consiste exactement en ce que pointait commando »
            C’est intéressant de voir à quel point les gens surinterprètent les écris des autres. L’interprétation est un mal moderne qui nuit au dialogue. Ici nous ne dialoguons pas, nous discutons (Je vous laisse chercher les racines latine et grec de ces mots pour comprendre la différence).

            La teneur de message de commando était : « la politesse est l’une des pires hypocrisies sociales ».
            Cette vision très étriquée de la vie est alarmante, la politesse n’est pas hypocrisie et inversement. Ce sont deux comportement totalement dissociés mais qui peuvent se retrouver ensemble dans certains individus et certains comportement. On peut également être hypocrite et mal poli.

      • Vous arrivez de quelle planète?
        L’impolitesse peut être une méconnaissance des usages: Non, on ne dit pas à une fille qu’elle est moche ou à la maitresse de maison qui vous a invité à dîner que « sa bouffe est dégueulasse! ».
        Cela fait partie de l’art de vivre ensemble, avec d’autres!
        Il est clair que refuser de serrer la main qu’un président de la république vous tend, n’est pas une faute grave en soi et permet de signifier une opinion, mais vous avez bien vu que lui l’a pris pour une agression et a libéré son expression pour insulter le quidam!

        Ben oui, vous vivez en France où Julien Lepers comme la Baronne de Rotschild ont, dans des registres différents, éditer des guides qui vous aideront à vivre avec les humains.

        Quand vous dites:
         » la politesse est l’une des pires hypocrisies sociales, une pure « hypocrisie bourgeoise ». Je préfère 100 fois une personne vulgaire et honnête plutôt qu’une personne polie et hypocrite. »
        * je me demande dans quel sens il faut prendre le terme « bourgeois » dont l’acception marxiste n’est pas l’acception, historique, habituelle ou sociologique:
        *Eh oui, le sens des mots est, lui aussi conventionnel comme la signification des chiffres ou des lettres. Manifestement sous votre plume, son sens est ici péjoratif!
        * Il y a une raison précise pour qu’une vérité précise s’accompagne d’une expression vulgaire alors qu’une façon polie de dire les chose s’accompagne forcément d’une hypocrisie?
        – Cela n’est pas vérifié dans la vie de tous les jours!
        – Qui n’a pas rencontré un fonctionnaire avec un aplomb agressif qui vous mentait clairement, alors qu’il ignorait vos arguments aussi légaux que censés?
        – Et qui n’a pas rencontré quelqu’un pour vous remettre à votre vraie place en termes châtiés?
        – Donc non, on peut dire poliment la vérité et/ou mentir en termes crus!
        – Votre question est clairement un sophisme par l’association de 2 variables avec des termes associés dont vous ne prouvez pas qu’ils soient obligatoirement associés:
        ➤ tout ce qui est rare est cher,
        ➤un éléphant à 5 €, c’est rare etc … Je vous laisse deviner la suite!

        Bon, parler de l’inversion de la courbe du chômage, surtout quand on l’a déjà promise en 2012 et qu’elle ne pointe pas le bout de son premier point, oui, c’est hypocrite! (Vu que Fr.Hollande qui est facilement au courant de tous les chiffres, le savait depuis longtemps!)
        Mais si vous croyez un politicien français, effectivement, vous n’irez pas loin!

        Il y a sur contrepoints bien des auteurs et des lecteurs qui peuvent vous expliquer ça en termes choisis, sans insulte ni gros mot vulgaire. (Le regretté Coluche prétendait toujours pratiquer la grossièreté sans atteindre la vulgarité: Ah! la nuance de ces 2 termes!)

        Et non! remettre en cause l’existence de Dieu dans des circonstances comme la souffrance ou la mort d’innocents, c’est humainement normal et logique, même pour un croyant qui a tout à fait le droit de douter de sa foi et de la remettre en cause: le Dieu de France, traditionnellement chrétien (je n’ai pas dit catholique! Quoique je doute qu’il y en aie plusieurs pour les Souchiens français) veut les hommes libres! Donc raisonnables et parfois habités par le doute! Il n’y a là aucun blasphème!

        De même, il y a plusieurs façons de porter la cravate: elle n’est obligatoire que dans les métiers où on vend quelque chose, genre banque et assurances.

        Ailleurs, c’est devenu tout à fat un libre choix personnel: même ce « gendre idéal » (devenu grand-papa radoteur) de M.Drucker, assis dans son canapé de velours rouge, avec sa chienne, n’en met plus pour caresser ses archéo-vedettes dans le sens du poil quand elles ont quelque chose à vendre: ça, c’est la télé publique qui fait la pute et c’est franchement vulgaire!
        Mais sinon, pour les fêtes, je vous recommande le smoking avec un noeud papillon dénoué: effet irrésistible garanti!

        Je suis sexologue et je peux vous affirmer que les hommes préfèrent qu’elles soient aussi intéressées qu’eux par la sexualité! Par contre, elles n’ont pas les mêmes déclics hormonaux, même si l’hormone de la libido est la testostérone pour les 2 sexes. (Mais priver un homme de sa satisfaction sexuelle est une « sanction » jouissive fréquemment utilisée même si elle n’arrange rien!)

        Il est vrai que la « société » supporte encore mal que cela soit exprimé en public, mais dans le cercle de ses copines, ne vous tracassez pas, c’est un sujet fréquent de conversation!

        Avec ou sans les codes sociaux de lieu ou de temps, les hommes n’échappent pas à leur sort animal qui est, entre autres, la crainte de « l’autre »: il est clair que l’homme préhistorique, comme les animaux, craignait la survenue d’un mâle plus dominant et avait pour réflexe soit de le combattre, soit de s’en aller!

        L’anti-racisme-homophobie-xénophobie-antisémitisme-islamophobie française actuelle est une réponse raisonnée à un phénomène trop répandu et connu depuis « touche pas à mon pote ».
        Il ne faut pas être grand clerc pour se rendre compte que ce pays a fait 3 versions filmées de la guerre des boutons où les adversaires habitaient des villages voisins!
        Dans les 2 autres pays où j’ai habité, le mélange de populations diverses et variées ajoutée à l’absence de chauvinisme national à la française, fait que le phénomène n’est pas aussi développé et, en fait, pose moins de questions à la société.

        Alors, bien sûr, ça n’empêche aucune discrimination qui dot être corrigée, mais ces pays qui ont été occupés pendant des siècles par bien des nations étrangères, se sont sans doute fait à cette variété humaine! C’est encore l’actualité vu le nombre de nationalités qui y vivent ensemble, sans trop de problème.

        C’est moins la politesse qui est la faute dans ce cas, que l’expression du premier jugement de celui qui n’est pas moi ni comme moi qui est vulgaire et agressif.

        À propos de votre phrase: « il faut bien comprendre que les lois contre les drogues (ou contre la prostitution, ou contre le port d’arme, etc) ne servent qu’à maintenir les privilèges de certaines personnes et n’existeraient pas dans un Etat-libéral. « , je ne fais que vous signaler que l’année où il y a eu cet acte terroriste lors du marathon de Boston, qui a fait 3 morts, aux U.S.A., il y a eu 5 personnes décédées, tuées par un enfant de moins de 5 ans qu jouait avec une arme! La libre circulation des armes mériterait, pour le moins, un référendum, en France, où la formule existe au plan national. Il en va de même pour la drogue (l’avis des drogués et de leurs proches) ou la prostitution (où la surprise des féministes sera probable!).

        Et les lois, en France, les libéraux ne seront évidemment pas seuls à en juger! Il est donc normal qu’elles ne se rangent pas automatiquement à votre ligne de partage entre liberté et domaine régalien.

        Quant aux problèmes des délinquants, vous n’imaginez pas le nombre de délinquants réputés insolvables (Il ne faudrait pas les prendre pour des C…!)

        • @Mikylux : Je ne m’attendais pas à une réponse aussi intelligente. Je suis d’accord avec vous, notamment quand vous dîtes « on peut dire poliment la vérité et/ou mentir en termes crus! ».

          En revanche je suis un peu moins convaincu quand vous dites « un croyant a tout à fait le droit de douter de sa foi et de la remettre en cause. » Tel que vous le précisez vous-même le croyant est autorisé à douter … mais seulement dans certaines circonstances. On en revient donc au problème soulevé par « Rigo » plus haut : la liberté de penser du croyant est limitée, il ne peut pas s’aventurer à penser au-delà de certaines frontières.

          • @ commando

            Merci.
            Je n’ai pas choisi et j’ai été instruits dans l’enseignement catholique, je le reconnais volontiers, mais dans ce pays-là, l’enseignement catholique n’est pas « privé » au sens français, mais plutôt comme pas mal de cliniques dites « privées » en France qui « participent au service public » avec une convention qui traite les patients selon les mêmes normes, et à un prix convenu, à quelques exceptions près d’ailleurs prévues.

            Je maintiens que le doute est aussi normal, sur le plan de la foi: même Jésus a dit qu’il y aurait plus de joie pour un pécheur repenti, dans le ciel, que pour cent justes qui le sont restés! (jésus n’était pas à un paradoxe près!) Et vous comprenez bien qu’il est difficile de croire à un Dieu d’amour qui ne serait pas capable de vous comprendre et de vous pardonner autant qu’un homme-père qui n’arrête pas d’aimer ses enfants à cause de leur bêtises!
            Mais là aussi, faute avouée est déjà pardonnée!
            À mon avis (que je n’impose à personne!), Dieu doit se faire une idée bien plus large de la liberté que les libéraux!
            Il faut bien dire que dans la vie terrestre, notre libre choix individuel est souvent le libre choix de nos contraintes: tout homme marié et père de famille, avec un travail peut en témoigner.
            Il ne faut pas confondre l’évangile et le Vatican!

  • Je ne vois qu’un mouvement très fort, mené intelligemment et rapidement, d’entrepreneurs et de leaders d’opinion de la société civile, capable de renverser la nomenklatura existante
    Un putsch ? Un coup d’État libéral ?

    • L’erreur est de penser que les libéraux ne sont que la liste des politiques cités par l’article : plus de 50% des gens n’ont pas voté, une immense majorité de ceux-ci sont libéraux.

      Le libéralisme est le plus grand parti de France, juste qu’il est composé de gens qui crachent sur la politique tant que celle-ci n’a aucun intérêt pour eux et aussi qui courbent l’échine par peur de la doxa démocratique.

      Quand on regarde les chiffres, EELV, avec la participation, ca fait 2 personnes sur 100 qui votent, ca fait à peine 1 personne sur 1000 qui milite … et on parle d’écologie partout !

      Ne me dites pas que dans votre ville de 10 000 habitants, vous ne connaissait pas 10 libéraux prêts à s’engager !

      • « Le libéralisme est le plus grand parti de France »:

        La preuve, les scores electoraux fabuleux d’Alain Madelin. Remarque, son liberalisme est a relativiser du fait de ses ambiguites sur le plan societal et civilisationnel.

      • Non pas 10 sur presque 1 million (Toulouse )
        Et ces dix doivent gagner leur vie…
        Je ne vois pas comment un système consanguin peut s’auto réformer

        • Les activistes de LO ou du NPA aussi ….

          Il y en a bien plus, sauf qu’ils se cachent de peur de se faire chopper par la Gestapo morale.

        • Oui mais non! Le libéralisme qui met en valeur première, la liberté, s’adresse naturellement à des individus: c’est dans son ADN, puisque tous les autres ont la même liberté, évidemment!

          Il y a une sorte d’antinomie entre libéralisme et « groupe, mouvement ou parti » qui pour être « homogènes » sont tout de même tenus par leur « raison sociale » ou leurs « statuts ».

          D’où la nécessité pour les « participants » de laisser tomber les moins importantes de leurs exigences pour défendre un but commun qui n’aura d’ailleurs pas la vie facile dans la ve politique française où on s’assemble plus dans un parti pour ce qu’il apporte que pour y exprimer vos propres idées qui ne conviendront sans doute pas à tout le monde (euphémisme)

      • « plus de 50% des gens n’ont pas voté, une immense majorité de ceux-ci sont libéraux. »

        Je ne suis pas aussi certain que vous, Stéphane.

        https://www.les-crises.fr/les-abstentionnistes-voteraient-pratiquement-comme-les-votants/

  • Merci pour cette fine analyse qui rétablit quelques vérités.
    Cela dit, je ne comprends pas bien la position de l’auteur.

    Il nous explique que le FN, ce n’est pas l’extrême-droite (ce qui est vrai) et que ce n’est donc pas plus terrible que d’autres partis (communistes, ou extrême-gauche, par ex.).
    Puis, il nous explique que le programme économique du FN est indigent et qu’il ne ferait que mener notre pays à plus d’étatisme et à plus de dépenses (ce qui est vrai).
    Tout en ajoutant bien que les partis de droite et de gauche « convenables » n’ont pas fait grand chose de bien, tant politiquement que socialement ou économiquement.

    Dans ce cas, pourquoi faut-il récupérer les voix « offertes sur un plateau au FN » ?

    Ne serait-il pas temps de cesser de vouloir COMBATTRE le FN et de plutôt se concentrer sur FORCER les personnes au pouvoir (quel que soit leur parti) à faire ce pour quoi on les élit et paie ?

    C’est facile de pousser des cries d’effraie dès que le FN dépasse tel ou tel score. C’est visiblement plus difficile d’assister à un conseil municipal ou d’écrire à son député……………

    • Il est temps que le PLD s’unissent au front !

    • Un peu de bon sens !…
      Les deux partis menacés par le FN, sont dans une stratégie de défense. Dénigrer l’adversaire est une attitude négative totalement contre-productive.
      Un bon « commercial » valorise son entreprise et son produit en s’abstenant de citer son concurrent, cette attitude positive est beaucoup plus valorisante.
      Ultime qualité du bon commercial… Sa capacité d’écoute pour saisir les besoins du « client »…
      CQFD… Nos politiques ne connaissent pas le terrain et n’ont vraiment pas le bon produit, lequel est fabriqué par une entreprise incompétente.
      DEHORS !….

      • @ RESKEBIL

        Ah! le bon sens! C’est clairement l’attitude la plus maligne!
        Celle qui est chargé de concilier le raisonnement et la réalité.
        Le bon sens prend en compte (ou a pour but) l’efficacité.

        Mais, avouez, dans un discours politique, ça manque de « gueule »! Que va-t-on faire des grands mots et des grands principes: République, Gauche, Droite, populaire, démagogie, démocratie, clientélisme, Poujadisme, amalgame, dictature, toussa?

        Vous voulez demander aux politiciens de réfléchir et décider comme un « ménage normal »? (On ne fait pas d’appel d’offre, dans un ménage, un devis chez 3 artisans suffit!, on visite les commerces, pour choisir où acheter: souvent, le moins cher, parfois le luxe…) mais là, la confiance règne!!!

        En politique, ce sont des compétiteurs guerriers qui veulent du pouvoir (j’ai toujours pensé qu’ils étaient atteint de névroses multiples ou, pour certains, d’une psychose!).

        Vous avez envie d’étendre votre pouvoir sur la France, vous? Eux bien! Ils ont forcément « un grain »! Une « araignée dans le plafond », des « courants d’air dans les méninges »!

        • @Mikylux
          J’ai observé chez beaucoup de politiques cette soif de pouvoir…
          Pour certains par convictions, puis l’appétit vient en mangeant !
          La reconnaissance qu’ils n’auraient pas eu dans leur métier d’origine (surtout chez les fonctionnaires)
          se traduit par une forme de griserie (l’ivresse des cimes ?). Rien ne se ferait sans un ego surdimensionné.
          Ils chassent en meute et se reconnaissent par toute une série de codes…
          Par mon métier, j’ai longtemps fréquenté les institutions patronales…où j’ai retrouvé ce type de comportement (une Présidence de tribunal ou de CCI, par exemple !)
          Mon optimisme fait que j’ai surtout beaucoup rencontré d’ hommes et de femmes passionnés et désintéressés qui s’investissent pour l’intéret général.
          Alors oui, je crois au bon sens, à l’efficacité et à l’humilité…

  • Jean-François REVEL, pour revenir à lui, disait : « La France n’avancera pas tant qu’elle n’aura pas crever l’abcès de son passé communiste » Il suffit de lire ou de relire son livre « La Grande Parade  » Essai sur la survie de l’utopie socialiste pour s’en convaincre, et aussi noté dans le livre : « La gauche française à une conscience supérieure et à partir de là ne peut avoir tord ». Ou lire encore, le livre qui n’a pu paraître de Jean ROBIN « La France CGT ». Ou plus vieux le livre de Jean MAZE « Le Système » Tout y est dit pour comprendre pourquoi nous en sommes arrivé ici depuis le C.N.R. verrouillé par les cocos ! Comme en son temps, Celui qui a décidé l’effondrement de l’URSS disait : « Pour faire écrouler le château il faut prendre le donjon » Le donjon était le Kremlin. Chez nous le donjon c’est la sécu, quand elle tombera, (ce qui devrait être déjà le cas avec les lois votées, mais toujours retardées) « la France communiste » aussi. Comme toujours en France, dans la douleur !! Mais les médias tous subventionnés, ont masqué la réalité au Français et pour cause, aujourd’hui c’est le FN (socialiste nationaliste) et la gueule de bois pour tous les autres ! L’auteur a raison, les chances sont minces, vu la connaissance des français sur le sujet !
    Afin d’avancer d’avancer dans la connaissance du libéralisme, je fais connaitre Frédéric Bastiat, chaque fois que possible et cela surprend les gens.
    ‘La chimère du jour est d’enrichir toutes les classes aux dépens les unes des autres ; c’est de généraliser la Spoliation sous prétexte de l’organiser. Or, la spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières ; de la multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, droits au travail, droit au profit, droit au salaire, droit à l’assistance, droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, ect. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de socialisme. »

    • +1 : national socialisme et socialisme universaliste : même cochonnerie.

    • Je n’oserais pas vous penser naïf, mais comme dans le commerce, qu’il soit alimentaire ou manufacturier, qui récolte le plus gros bénéfice si ce n’est le commerçant, en bout de chaîne?

      De même, en politique, tout prélèvement, au budget est noté en « recette » et toute redistribution, en « dépense » mais le dernier intermédiaire prend aussi la sa marge qui lui revient pour son travail (utile ou pas, ce n’est pas la question), tout comme celui qui a collecté ce même pognon en prélèvement: le même? Non, forcément un peu plus!, Il faut bien payer tous ces fonctionnaires (le vrai signe extérieur de Richesse de la France: son pps, comme on dit dans vos hôpitaux français, quand ce n’est pas ppm, que je ne veux pas traduire) qui doit en croquer une partie significative!

      Quand vous voulez une assurance, vous regardez vos frais fixes annuels et vos dédommagements « en cas que », ce que vous comparez aux autres assurances proposées. Avec l’état, il a un monopole: comment éviter la tentation d’en abuser en gonflant « les frais de dossiers »?

      On comprend mieux pourquoi chaque € , dans ses allées et venues, doit être strictement suivi, de peur qu’il échappe, à une étape, à la taxe correspondante! C’est bien comme ça que 57,5% disparait de la circulation pour payer cet état, dépendances et autres dépenses, prévues dans un budget établi mais chaque année dépassé, malgré les tripotages de chiffres de dernière minute!

      Donc oui, l’état a tout intérêt à prendre de l’argent ici pour le donner à d’autres et inversement, comme votre banquier (même privé et « sale » capitaliste) qui vous facture entrées et sorties, sur votre compte, alors que votre argent, placé, lui, continue à lui rapporter, au banquier! Franchement, vous n’étiez pas au courant?

  • La seule et unique force du FN est d’oser dire quelques vérités pour beaucoup d’approximations.
    La peur panique qu’inspire la réalité à la « nomenklatura » creuse leurs tombes.

    • De fait, ce n’est pas l’idée récurrente, à chaque scrutin, de « Front Républicain » (formule absconse si il en est) qui diminuera le vote F.N.!

  • « Faute d’État régalien digne de ce nom, un grand nombre de Français adoptent d’eux-mêmes une attitude de méfiance, »

    C’est au moins la moitié du problème, il faut une justice bien plus ferme (et plus de place de prison) pour mettre hors d’état de nuire cette frange de cow-boys. (il n’y a qu’à voir le palmarès du logeur libre « Jawad » pour s’en convaincre), et c’est la qu’on arrive à un autre angle, au risque de passer pour complotiste, il est difficile de ne pas penser que ce laxisme, au moins en partie, soit voulu… la queue de comète de l’idéologie gauchiste 68arde en fait (normal vu l’age de la classe politique).
    L’électorat FN peux être vu comme une population qui est complétement désintoxiqué de cette idéologie mortifère, et ça c’est plutôt une bonne nouvelle.

    Sur le reste l’électorat FN se fonde aussi sur le problèmes migratoires où on prend sérieusement les gens pour des c*** aussi, à un moment le PS, UMP ect devront assumer: « oui » nous NE luttons PAS contre l’immigration, nous ne l’avons jamais fait et nous allons continuer pour telle et telle raison… » et advienne que pourra électoralement, mais le double jeu à ce sujet que le francais sentent bien fait le jeu du FN en bonne partie aussi.

  • Je ne comprends pas. Le FN etait DEJA le premier parti de France avant ces elections. Comment pouvez vous donc ecrire qu’il VIENT de le devenir?

  • Merci pour l’article, excellent.

    J’espère que les libéraux Français vont enfin comprendre qu’il faut sortir du bois et sortir la tête, que ce n’est pas en laissant la « démocratie médiatique » fonctionner que les choses vont s’arranger : elle ne peuvent faire que s’empirer.

    Il faut absolument arrêter ce complexe de Calimero et se taire sous prétexte que le libéralisme est mal vu dans ce pays : c’est vrai, mais c’est uniquement en se faisant diaboliser vraiment (en se faisant insulter copieusement par les médias, les autres partis, les hommes politiques) que le libéralisme progressera.

    Le PLD doit absolument supprimer le vocable « démocratique » de son vocabulaire : la démocratie, c’est la démagogie et le populisme, la démocratie c’est la démocratie populaire de la Corée du Nord.

    NC doit absolument supprimer le mot Citoyen de son vocabulaire : la politique, c’est un truc de vrai professionnels, de vrai patrons, de vrai entrepreneurs, pas de beaux parleurs qui ne savent pas lire un bilan et qui ne pensent que Droit positif et opinion publique.

    Fillon et consorts doivent faire leur coming out et dire à tout le monde qu’ils lisent Burke et qu’ils crachent sur Rousseau : qu’ils sont libéraux conservateurs et que leur pote c’est Cameron qui a renversé la courbe du chômage en virant des fonctionnaires, quitte à se faire excommunier.

    Et les libéraux de gauche (genre Macron, si on considère qu’il est libéral par conviction et non par calcul, ce qui reste à démonter) doivent arrêter de concevoir des théories fumeuses sur des principes intellos encore plus fumeux et arrêter d’être de gauche avant d’être libéral.

    Une bonne liste de yakafokon … mais dans ce pays, les gens ne comprennent que le yakafokon …

    • C’est bien vrai, mais cela nécessite une poursuite de la purge du « marxisme 68ard » qui est encore très prégnant mais en train de mourir (et le FN y participe que ça nous plaise ou non).

    • Stéphane Boulots: « Le PLD doit absolument supprimer le vocable « démocratique » de son vocabulaire : […] la démocratie c’est la démocratie populaire de la Corée du Nord. »

      A part deux trois tarés personne ne va te suivre sur ta « Corée du nord démocratique » qui est d’ailleurs classée tout en bas, 167eme:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie

      • Ceux qui mettent « démocrate » dans leur appellation cherchent donc bien à tromper le chaland. Ceux qui mettent « citoyen » refusent bien le clivage vis-à-vis du politiquement correct 2.0. Même « libéral » est ambigu, il vaudrait bien mieux s’intituler « Parti pour les Libertés » que « Parti Libéral », ou « Nous, Libres et Responsables » que « Nous Citoyens ».

        • MichelO: « Ceux qui mettent « démocrate » dans leur appellation cherchent donc bien à tromper le chaland. »

          Bien évidemment. L’étymologie de « Démocratie » c’est « pouvoir du peuple » et pas « élection du monarque de la mafia bureaucratique ».

          Le plus étonnant c’est que des gens du peuple comme Stéphane Boulot, semblent croire cette fable de la France démocrate et lui attribuent même ses problèmes alors qu’il n’y a aucun choix ni aucun pouvoir du peuple.

          Après tout, beaucoup de socialistes croient bien à « l’ultra-libéralisme » de la France..

          • Vous m’avez mal compris : je pense que donner le pouvoir au peuple est à la fois la plus belle arnaque et exactement le contraire de ce qu’il faut faire.

            Le peu de démocratie en France est déjà mille fois trop.

            Il faut constitutionnaliser le pouvoir et le séparer. La seule solution libérale est la république constitutionnelle : que ce soit une république fédérale ou une monarchie constitutionnelle.

            La démocratie qui donne le pouvoir au peuple donne le pouvoir au socialisme inévitablement.

            Les communistes et avant eux Rousseau avaient parfaitement théorisé ce mécanisme, c’est le cheval de bataille gauchiste par excellence, dénoncé également parfaitement par Mirabeau, puis Tocqueville …

            • Stéphane Boulots: « Vous m’avez mal compris : je pense que donner le pouvoir au peuple est à la fois la plus belle arnaque et exactement le contraire de ce qu’il faut faire. »

              Non non, j’ai très bien compris et je pense que le libéralisme français ne s’en sortira pas avant d’avoir dégagé les monarchistes comme vous pour avoir une chance.

              Liberté et démocratie sont étroitement corrélée:
              http://www.contrepoints.org/2013/01/10/110829-premier-indice-liberte-humaine

              • On en a déjà parlé des centaines de fois : l’indice de démocratie n’est pas lié à la « démocratie » mais à la « république » au sens premier, celui d’Aristote (ou au sens américain) et non au sens défini par Rousseau et sa clique de socialistes.

                Les critères de l’indice de démocratie :

                1. »Whether national elections are free and fair »;
                2. »The security of voters »;
                3. »The influence of foreign powers on government »;
                4. »The capability of the civil servants to implement policies ».

                Ces points (surtout le 4) sont exactement l’inverse du « pouvoir au peuple »

              • Je suis d’accord avec Paul Léautaud : “Le plus grand nombre est bête, il est vénal, il est haineux. C’est le plus grand nombre qui est tout. Voilà la démocratie.”
                Les Libéraux doivent se préoccuper de construire quelque chose de crédible, prétendre dégager des obstacles ne sert qu’à ouvrir le chemin à d’autres qu’eux.

                • MichelO: « Je suis d’accord avec Paul Léautaud »

                  Eh bien c’est une réussite: Léautaud était pour les privilèges et contre la démocratie et c’est exactement ce que vous avez.

                  Si vous êtes content comme ça…

                  • Etre d’accord avec une citation ne signifie pas être d’accord sur le reste !
                    Pour moi, la démocratie n’est en rien une solution à la situation actuelle, la preuve c’est qu’il n’y a pas d’accord sur ce que serait la démocratie qui nous sauverait. La démocratie ne permet d’ailleurs pas d’abolir les privilèges, que je sache. Ce que je retire de Léautaud, c’est la subsidiarité : tout doit être réglé sans que ne viennent interférer plus de gens qu’il n’y en a de strictement concernés. Et j’ai les plus grands doutes sur les solutions qui nient la bêtise, la vénalité et la haine chez les foules.

                    • MichelO: « La démocratie ne permet d’ailleurs pas d’abolir les privilèges, que je sache. »

                      Ah bon ? Les privilèges profitent à une minorité que les gens détestent vous croyez qu’ils vont leur voter des félicitions ? Pour quelqu’un qui prône le libre marché vous prenez curieusement les gens pour des imbéciles.

                      La vraie démocratie ce sont des questions précises et pas des élections de monarques, par exemple:

                      « Voulez vous que les fonctionnaires aient la même retraite que les autres » 75% de oui:
                      http://www.challenges.fr/patrimoine/20130607.CHA0508/retraite-des-fonctionnaires-75-des-francais-favorables-a-la-reforme.html

                      Voulez vous en finir avec le cumul des mandats: 75% de oui.
                      http://www.20minutes.fr/societe/1227667-20130925-75-francais-hostiles-cumul-mandats-local-parlementaire-selon-sondage

                      Êtes vous prêt à fermer tel services public en échange d’une baisse d’impôts: 61% de oui
                      http://www.lefigaro.fr/politique/2013/12/02/01002-20131202ARTFIG00522-les-francais-reclament-moins-de-fonctionnaires.php

                    • Comment voulez-vous créer un grand parti libéral, capable de s’insérer dans la politique nationale si déjà il n’y a pas de consensus sur la démocratie.

                      La démocratie représentative européenne mais très répandue dans le monde, malgré tous se défauts, est une contrainte politique constitutionnelle.

                      Il est clair qu’un éventuel parti libéral (ou des libertés) français court à l’échec si il veut obtenir d’emblée, un changement de la constitution!

                      Il en est de même des autres grands principes qu’il faudra schématiser avec 2 ou 3 objectifs précis.

                      Le temps est une notion essentielle à gérer quand on veut changer les choses.

                      Raison pour laquelle, l’expérience du pouvoir par le FN risque bien de devenir le prix à payer pour prouver ses erreurs dans les principes: aucun parti arrivé au pouvoir n’atteint ses objectifs promis pendant la campagne! Les programmes sont toujours « roses et violettes », la réalité, c’est différent!

                    • @Mikylux : « Comment voulez-vous créer un grand parti libéral, capable de s’insérer dans la politique nationale si déjà il n’y a pas de consensus sur la démocratie. »

                      C’est justement pour cela que le libéralisme ne perce pas en France : le libéralisme défend la subsidiarité et la séparation des pouvoirs : exactement l’inverse de la démocratie.

                      Tant que les partis « libéraux » mentiront aux électeurs, en les prenant pour des abrutis et en essayant de leur faire croire qu’ils sont « démocrates », ils feront 1,5% des voix.

                      Vous croyez vraiment que le FN est républicain ? A partir du moment (1983) où ils ont commencé à être « vrai », ils n’ont fait que monter.

                      Des milliers de gens sont prêts à voter pour un parti qui ne serait pas « centre mollasson démocratique consensus » et qui ne renvoie pas tout les problèmes dans les mains des électeurs.

            • La Suisse pratique la démocratie directe et n’est pas pour autant un régime de nature socialiste. Sans démocratie, il est aisé au pouvoir de fractionner la nations en petits groupes d’intérêts avec lesquels il pourra tranquillement négocier, ce qu’il fait déjà.

              Et l’histoire est là pour rappeler que si la foule n’est pas toujours inspirée par la plus grande sagesse, si c’est bien le plébiscite qui porta Napoléon au pouvoir, ce sont d’abord les assemblées qui nous trahirent et enterrèrent nos libertés. Ce n’est pas le peuple qui a vendu le royaume au sinistre traité de Troyes. Ce n’est pas le peuple qui a guillotiné le roi et noyé la Vendée. Ce n’est pas le peuple qui a écrasé dans le sang les révoltes ouvrières de 1848 ni l’abominable commune de 1871. Ce n’est pas non plus le peuple qui a donné les pleins pouvoirs au maréchal Pétain ou abandonné notre empire colonial dans les conditions que l’on sait.

              Le peuple est peut-être idiot mais en ce cas, nos élites sont diaboliques.

              • Et une bonne dose de révisionnisme version educnat :

                Relisez le procès du Roi, première question de l’interrogatoire : « Vous êtes accusé d’avoir attenté à la souveraineté du peuple, le 20 juin 1789 »

                Les plein pouvoir à Pétain ont été voté par l’assemblée nationale du front populaire …

                Toutes les votations Suisse sont de nature socialistes, regardez la liste

                etc…

                • Stéphane Boulots: « Toutes les votations Suisse sont de nature socialistes, regardez la liste »

                  Et quand tu aura fini d’expliquer aux Suisse, 4eme pour la liberté et bien classés partout à quel point ils sont socialistes tu iras expliquer aux Coréen du nord a quel point ils sont en démocratie.

                  Stéphane Boulots: « Le PLD doit absolument supprimer le vocable « démocratique » de son vocabulaire :[…] la démocratie c’est la démocratie populaire de la Corée du Nord. »

                  Avec des discours pareil ce n’est pas étonnant que vous n’existiez pas.

                  • C’est clair, la démocratie, même représentative, c’est PAR le peuple et POUR le peuple! Toute faute actuelle a oublié l’un des 2!

                    Et ce qui se prépare dans les partis, pour le second tour, ce n’est ni l’un, ni l’autre!

                • Soit vous ne comprenez pas ce que vous écrivez, soit vous confirmez mes propos : vos deux premiers exemples sont ceux de décisions prises AU NOM du et non PAR le peuple. Si vous ne faites pas la différence entre un sans-dents et Claude Bartolone, je ne peux plus rien pour vous…

                  Quant à la Suisse, IImryn a très bien répondu…

  • Les politiciens sont tout simplement rattrapés par les réalités. Qu’ils aient raison ou tort sur le long terme ne change rien au problème : leur aveuglement sur le présent et leur arrogance les a mené au mur.

    Et le PS, champion en la matière, est le plus mal placé pour réagir. S’ils n’ont pas vu ou pas su comment traiter le sous-emploi, l’insécurité, les fractures sociales nées du communautarisme et du clientélisme, comment pourraient-ils faire un virage à 180 degrés aujourd’hui ?

    Et je ne parle que du court terme. Car non seulement ils sont dans une impasse politique, mais le laboratoire à idées stupides tourne à plein régime et on n’a pas encore bénéficié des conséquences dans la vie de tous les jours.

    • vous allez voir le virage « bar a gauche » toute pendant 2 ans j’en rigole d’avance.
      Tous ca pour protéger leur petit fauteuil et de plus le pire, ils vont nous resortir la france a parlé et nous l’avons compris ,
      triste france

      • Vu l’unité de ce parti, si un tiers barre à gauche, un tiers à droite et le reste fait marche arrière toute, cela risque d’être intéressant : glou-glou-glou … Espérons que le capitaine normal du pédalo se conforme à la tradition.

    • Ce sont tous des autistes …. même pas Asperger

  • Comment éliminer le PS et les LR qui en quarante années nous ont amené là ou nous sommes?

    • Bonne question. malheureusement, aucun parti veritablement liberal-conservateur a l’horizon. Il aurait trop de mal a emerger en opposition a l’oligarchie au pouvoir.

  • Bon dans tous les cas Fn ou pas on paiera , défaite ps ou pas ou paiera quand même Pr ou pas on paiera quand même donc au final toujours les même couillons qui paient.
    On peut tous râler vociférer sur le fn sur le ps sur les partis qui représentent la France depuis 30 ans dans 2 ans ca changera rien, le peuple n’a pas compris, la lecon de 2002, si il s’était abstenu pour contesté le fait de ne pas avoir d’élu capable de résoudre leur problème, la classe politique aurait réagis la , la tentation de diabolisé le Fn est grande de reporté la faute sur l’autre est encore plus donc au final il ne se passera rien , on verra dans 10 ans quand le déficit sera à 150% peut etre ca bougera et j’en suis même pas sur…
    triste france

    • Je remarque ici qu’on rejette souvent la faute sur ceux qui n’ont jamais eu le pouvoir (FN).

    • Dans 2 ans, la Grèce sera en faillite, l’Europe en perdition, le FN premier parti de France, le chômage encore plus élevé, l’insécurité à son comble et la dette catastrophique avec la remontée des taux d’intérêts.

      Mais comment va-t’on gouverner ce pays avec 3 partis totalement opposés sur les solutions à apporter ? FMI ? Humiliation suprême – et inacceptable pour les 3.

      • Meuhhhhh non passage aux 51% d’un candidat de gauche ou de droite comme d’hab, pourquoi voulez vous que ca change c’est pas nous qui payent c’est l’état

      • Dans 2 ans, la Grèce sera en faillite … La fRance aussi ❗ 🙁

      • Attendez là! Pas si vite!

        Toute l’Union Européenne ni même toute la zone euro ne sont pas dans la situations de la France! Chacun fait ce qu’il veut de son argent, évidemment! Libre à vous!

        Ce serait faire insulte à ceux qui ont eu le courage de faire des réformes souvent pénibles mais pas uniquement fiscales, et qui commencent à en voir les fruits! Il suffit de voir les prévisions de croissance, de chômage, de dettes, d’emploi ou de déficit budgétaire, sur « eurostat » pour le voir si P.Moscovici ne vous a pas prévenu!

        Fr.Hollande s’est abstenu d’en commencer une, de réformes structurelles, donc la France commence à voir sa courbe s’éloigner des autres! Et vous serez 66 millions à le payer! Mais vous avez « pour ». Chacun ses choix!

      • @ pragmat (ique)

        Non je ne crois pas à vos prophéties: dans 2 ans, la Grèce sera toujours dans une survie difficile, correction de son lasser-aller depuis trop longtemps.

        Et l’Europe ne sera certainement pas en perdition! Peut-être en crise, mais ça, il faut s’en réjouir: sans crise, l’Europe n’avance pas!

        Il n’est pas normal que la France, grand pays européen, prétendument « Co-Moteur » de l’Union Européenne, avec l’Allemagne, utilise encore cette Europe qu’elle a co-fondée, comme « bouc-émissaire » permanent, alors qu’elle est seule responsable de sa gestion désastreuse! Et ça, c’est transparents pour vos 27 pays partenaires qui vous suivent bien plus que l’inverse!

        Le FN premier parti de France: c’est votre choix.

        Le chômage encore plus élevé: vous n’avez pas remplacé les industries délocalisables par des entreprises créant de façon plus adaptée, les industries de demain, faites essentiellement de matière grise bosseuse et vous avez fait fuir à la fois les patrons entreprenants qui avaient déjà réussi et les jeunes talents qui ne se sentent pas reconnus!

        L’insécurité à son comble: il y a suffisamment d’articles montrant que la surveillance concerne le contrôle de 99 citoyens honnêtes habituellement, pour 1 individu suspect et que le but est moins l’antiterrorisme que la maximalisation de la perception des taxes, impôts et accises.

        La dette catastrophique: l’Union Européenne n’a cessé de vous rappeler vos promesses jamais tenues sur les critères de convergence et le pouvoir français n’a pas cessé de reporter à plus tard toute réforme structurelle avec un effet financier pérenne.

        Comment gouverner ce pays: en disant la vérité: le tour de vis fiscal n’a rien arrangé mais a réduit les sommes désormais taxables: c’est donc bien « le train de vie de l’état » et de ses trop nombreuses annexes qu’il faut frapper au coeur! (Commencer par supprimer l’ENA, cette école djihadiste de hauts-fonctionnaires gourmands de pouvoir et de pognon, mafia confisquant le pouvoir? À vous de décider!!!).

        Mais ne dites pas que vous ignoriez tout ça: un simple coup d’oeil sur l’étranger eut suffi!
        (57,5 % de PIB consommés par l’état pour 45 % en Allemagne! Ça fait une différence et c’est publié chaque année!).

        En critiquant vos boucs-émissaires, vous ne faites donc que vous ridiculiser!

  • Actuellement les jeunes Du PS et des LR,la generation Bataclan,se retrouvent de nouveau aux terrasses de café

    Les jeunes du FN vont dans les centres de recrutement de l’armée afin de se retrouver au Sahel,face aux islamistes!

  • C’est curieux chez ces socialismes ce besoin de faire du national

    • @ Liesse oui Clown

      Et de l’international: qui avait besoin, en France, de ce COP21, juste nécessaire à la tentative de Fr.Hollande de briller parmi les Grands de la planète?

  • Chacun aura noté le faible score des partis libéraux le PLD ou rationalistes Nous Citoyens. Les français se divisent selon plusieurs systèmes de valeurs.
    1 universalisme/identité 2 République/Démocratie 3 Unité/subsidiarité
    4 Socialisme/Liberté

    1 qu’est-ce qu’être français ? (relire Renan) ; la société civile – « l’association » dans la DDHC de 1789 doit-elle laisser au Gouvernement, le soin de décider qui est français ? la citoyenneté français doit-elle être diluée ? les français peuvent-ils créer des citoyennetés régionales concurrentes ?

    2 le principe et le front républicain ses valeurs sont-ils supérieures au principe démocratique ?
    3 le bipartisme républicain jacobin est-il moralement supérieur au tripartisme démocratique régional ?
    4 la structure centralisée de la République française ne favorise-t-elle pas l’étatisme, vite muté en socialisme par l’effet du suffrage universel. l’universalisme de la République française et de l’Union européenne ne favorisent-elles pas l’immigration de l’assistance ?

    La question des libertés devraient être la priorité des libéraux. Non nous ne sommes pas assez libres dans le régime républicain actuel. D’ailleurs les profils d’immigration promues par le régime nous rendent-elles plus libres ? Liberté scolaire, liberté du logement, liberté politique, liberté économique ?

    Dans tous ces domaines l’argument d’accueil migratoire sert a mixer votre résidence, a mixer votre enfant. Le pouvoir vous tient vous et votre famille en otage. Avez-vous le droit de vous défendre ? Non, même au plan municipal, voir l’épisode de la Garde Bitteroise !

    Alors pourquoi les libéraux devraient aider un pouvoir liberticide pour combattre un front national, sans doute serait-il plus avisé d’oeuvrer avec lui à la restauration des libertés. En espérant le retour du Roi.

  • 1 chance sur 1million, plutôt, autant dire qu’il est beaucoup trop tard, le salut individuel est dans la fuite, le salut collectif est dans le gouffre, il faudra tomber très bas pour qu’ une prise de conscience globale arrive… mais la nomenclature au pouvoir usera de tous les moyens possibles et tordus pour faire durer leur main mise sur l’appareil d’État

  • Debout la France, un parti autoritaire? Ca me fait doucement rigoler. S’il y a bien une chose dont on ne peut pas accuser Dupont-Aignan, c’est de vouloir une dictature.

    Pour le reste, je suis assez d’accord avec l’article.

  • Comment ?????

    Mais tout simplement en étant honnête avec ses convictions et ses engagements

    Quand « ON » a une conviction à défendre, « ON » la défend même si cela vous met en porte à faux au prochain scrutin

    Quand « ON » donne une parole …. « ON » la tient

    « ON » cesse de jouer à la girouette au gré du vent dominant, « ON » ne demande pas à ses électeurs de voter pour un parti dont nous ne partageons pas les convictions et engagements.

    C’est à dire que « ON » gouverne pour gouverner et non avec en perspective ce qui va se passer en 2017, 2022, 2027, 203 ….. Jouer à la girouette et demander un pseudo « front républicain » c’est faire peu de cas des convictions et engagements de ses électeurs.

    Conclusion:

    « ON » ne récolte jamais que ce que « ON » a semé.

  • Bonjour
    Est-ce que vous pourriez publier un graphique montrant les scores par PARTI POLITIQUE (tous les partis pas que les 6 gros) agrégé au niveau national?
    Merci, ca n’est nulle part dans la presse

  • Et si les Français au lieu de se conduire comme des enfants 1000 fois déçus par leurs « parents » votaient eux-mêmes les lois comme chez les grandes personnes des vraies démocraties ?

  • Comment créer un parti libéral qui attire les foules ?…
    IL FAUT FAIRE RÊVER !…

    Pour ma part, j’ai commencé à définir un programme libéral sur mon blog « Parti de la Mer – Normandie » où je repends les grands thèmes libéraux :
    http://euroclippers.typepad.fr/parti_de_la_mer/

    La principale caractéristique est un symbole de liberté, de responsabilité, d’efforts, de voyage, d’aventure : le GRAND VOILIERS-ECOLE !…

    Et le slogan est :
    « Des grands voiliers-écoles pour les jeunes Français et les jeunes Européens » !…

    J’ai déposé la marque « Parti de la mer » et je n’attends plus que des volontaires pour l’embarquement !…
    Surtout des jeunes !…

    JCD

  • Que faites vous des baisses d’impots dans la plupart de communes gerees par le fn ? Dans parler des reductions de dette ? Qu’y a t il de socialiste la dedans ? Vous pensez a partir d’un a priori en negligeant la realite! Le programme fn des regionales est simple : reduire les dettes cesser les pratiques clientelistes et favoriser les entreprises locales dans l’acces aux marche public ce sui est une moindre des choses ? Ou est le national socialisme la dedans ? Sur les questions europeennes leur position est d’arreter le carnage de restaurer la souverainete dans le cadre national la ou la loi qui s’applique est celle de peuple en accord avec tous les principes de bases de la democratie et l’article 3 des droits de l’homme dont l’edifice europeen est une violation flagrante. Dans les faits le front national propose de restaurer la souverainete nationale donc la democratie, de cesser le clientelisme et l’endettement ainsi que la baisse des impots. C’est ce qu’ils sont en train de faire avec succes partout ou ils ont ete elus. Votre discours ne tient pas a l’epreuve des faits. Et vous vous placez dans le camps des pourfendeurs des libertes …

    • @incognito

      1) Le FN veut réduire la dette publique en revenant au franc (ce qui va l’augmenter) puis, ce faisant, en monétisant la dette (autrement dit, la planche à billets, la pire politique qu’on puisse imaginer au niveau monétaire, avec la fuite des capitaux qu’on peut deviner en arrière-plan).

      2) Le FN veut fermer les frontières (et non simplement y remettre de simples contrôles) et faire l' »immigration zéro », une absurdité en l’état actuel, avec tous les problèmes géopolitiques que cela causerait par derrière. On peut mettre des quotas à l’immigration, mais vouloir qu’il n’y en ait AUCUNE n’a pas de sens à long terme.

      3) Le FN veut fixer le prix des produits de base, vous imaginez l’effet sur les entreprises??! C’est la pénurie style URSS qui s’annonce avec une mesure pareille.

      4) Le FN veut sortir de l’euro (une bêtise, là encore), faire allégeance à la Russie (contrevenant au principe gaullien d’indépendance nationale) et planifier l’économie depuis Paris (comme si le Premier Ministre connaissait les besoins de telle ou telle entreprise…).

      Bref, la bonne petite faillite économique, sociale, psychologique et nationale qui se profile. Le FN dit vouloir défendre la France, mais son seul résultat, s’il mène à bien son programme (s’il est élu en 2017 ou 2022), sera de transformer la France en esclave de la Russie, affaiblie, sans honneur… Tout sauf patriote, comme vision, non?

      • Si la blennorragie pouvait ramener quelques électeurs, le FN serait pour.

        Politiquement, il est composé majoritairement des oubliés des privilèges qui aimeraient bien en croquer aussi avec une population aussi homogène que l’eau et le feu. S’ils arrivent au pouvoir, ils auront en face d’eux la mafia bureaucratique qui est au pouvoir depuis des décennies et à toutes les clés pour l’exercer même sans mandat.

        L’exercice du pouvoir pour le FN, ça va être du tir au pigeon : Une explosion « d’affaires » et de « protestations citoyenne spontanée » contre la « marée brune » concomitante avec l’explosion de leur base déçue.

        • il est surtout constitué des classes moyennes,des jeunes chomeurs qui souffrent du declassement,des taxes,,constitué aussi de tous ceux qui refusent ce discours de la haine de notre propre population depuis 40 ans,et de ce grand changement de population et d’inversement de nos valeurs

        • A moins que tout cela ne soit un prétexte pour MLP de prendre les pleins pouvoirs sur la base de l’article 16 de la Constitution, et de mener une purge sans pareil comparables à celles de Staline.

          Bref, le totalitarisme pourrait vite arriver…

  • Excellente analyse de Vincent Benard dont j’apprécie énormément les écrits, notamment son livre remarquable sur le logement. Une question se pose cependant. Le programme du FN est-il réellement plus anti libéral ou catastrophique que celui des autres partis ? A mon avis, il y a ai moins 3 points de convergence entre ce programme et le libéralisme :
    1) Le rétablissement de la justice sans laquelle il n’est ni vie en société ni prospérité
    2) La baisse des dépenses publiques avancée par de nombreux candidats au niveau local.
    A la lecture de l’article sur Grenoble sur Contrepoints, on se rend bien compte qu’il y a de la marge même sans toucher aux prétendus « services publics »
    3) La sortie de l’Euro, voire d’une Europe très largement dominée par le collectivisme.
    Bien évidemment, je doute que les points de ce programme soit jamais appliqués, lorsque les nouveaux élus auront compris tout le parti dont ils pourront tirer de la situation actuelle mais pas plus que par ceux qui les combattent ouvertement.

  • Vous êtes sérieux ? Mon commentaire n’a pas été validé simplement car j’ai dit qu’à Henin-Beaumont le FN avait fait 60% alors qu’ils ont un maire FN et qu’ils en sont content ?

    Ce site est gerbant de subjectivité dans ses articles, et dans sa modération. Bye bye les bobos.

  • Excellent article qui laisse en même temps une profonde amertume sur l’incapacité des libéraux à convaincre et rassembler les français vers une alternative nécessaire.
    Plusieurs raisons l’expliquent : 1) l’appellation « libéral » totalement dévoyée, jamais expliquée et toujours utilisée comme repoussoir (ils parlent en général d’« ultra libéralisme ») par l’ensemble de la classe politique pour justifier son hégémonie et son autoritarisme 2) la connotation négative d’origine marxiste attachée au libéralisme et à la liberté d’entreprendre définitivement traduite dans l’inconscient français en « affairisme/capitalisme/argent/finance/actionnaires…» . 3) l’addiction à l’Etat Providence, aux « avantages acquis », à l’assistanat que le libéralisme est supposé vouloir remettre en question 4) le déni des français en l’atteinte quotidienne à leurs libertés tant leur soumission à l’intervention permanente de l’Etat leur est habituelle, voire nécessaire.
    En bref, les français ne croient pas que l’Etat les prive de liberté ; ils ont la conviction au contraire qu’il les protège et qu’il est le dernier rempart contre l’injustice et le pouvoir sans limite des « riches ».
    Comment dés lors convaincre les français qu’une solution libérale puisse améliorer les choses, l’auteur de l’article lui-même concluant que cela « demandera du temps… ».
    Sans doute les libéraux devraient-ils se la jouer « pragmatique » car après tout cette vertu leur est consubstantiel. De plusieurs façons : 1) sortir du tout ou rien : admettre que les alternatives libérales ne viendront pas lors d’un « grand soir » du libéralisme mais seront progressivement portées par les programmes de certains candidats « installés » qu’il convient de soutenir (l’article cite par exemple Fillon, Mariton, Le Maire, on peut ajouter Macron et Valls lorsqu’ils ouvrent la voie) 2) abandonner la revendication des libertés, un peu « intello », peu comprise, peu partagée, pour d’autres vertus du libéralisme, par exemple la responsabilité, la transparence, le contrôle, la bonne gestion, l’équité dans les relations entre les individus, ainsi que les propositions sociales des libéraux tel le revenu universel et les bénéfices d’une fiscalité réduite. Il faut en effet opposer à l’opacité de l’Etat, à sa gestion lourde et coûteuse bien connue des français (voire moqué c’est dire..), à l’inefficience des services publics, à l’irresponsabilité des élus et de la bureaucratie, la transparence du libéralisme, le contrôle facile de son fonctionnement, la sanction immédiate des responsables, bref une configuration « consumériste » très attendue par les français, et très moderne. On peut y ajouter le contexte favorable qu’offre le libéralisme à l’entrepreneuriat individuel ou collectif (coopératives, mutuelles, associations) comme une forme évoluée de la relation au travail freinée pour cette raison par les régimes en place inquiets de perdre leur hégémonie sur un salarié domestiqué. Au total une image moderne, consumériste, accessible et équitable du libéralisme…

  • La situation actuelle me fait penser à la fin de la IV° république quand les partis institutionnels en perte de vitesse et déconsidérés se sont retrouvés confrontés à la montée inexorable d’une électorat gaulliste qualifié de fasciste, d’anti-démocratique et d’anti-républicain, issu de l’ex-RPF et qui allait bientôt rejoindre un nouveau parti qui allait écraser tous les autres, l’UNR (union pour la nouvelle république) associé à l’UDT (union démocratique du travail).
    L’UNR/UDT gaulliste allait dominer la vie politique de 1958 à 1974, année de la mort de Pompidou.

    Les partis déclinent et meurent dès lors qu’ils ne répondent plus aux aspirations et aux attentes des citoyens électeurs, ce qui arrive fréquemment lors des changements de génération.
    L’UNR représentait la génération de la guerre, l’ex-UDF, RPR, UMP, PS et coetera celle des baby-boomers et les partis actuels sont en décalage avec l’électorat actif (les générations X et Y) qui a bien d’autres soucis et motifs d’inquiétude pour révérer l’obsolète idéologie soixante-huitarde véhiculée par le microcosme politique actuel, lequel se maintien encore grâce au vote des retraités.

    Il n’y a pas de secrets, si le FN a le vent en poupe aujourd’hui, c’est qu’il est en phase avec un électorat actif qui est en passe de prendre le pouvoir comme ses ainés l’avaient fait en leur temps.
    Le mode de recrutement des « vieux partis » privilégie les « crocodiles » (terme de tennis) au dépend de la jeune génération. Il suffit de comparer sur une photo l’âge des participants lors d’une réunion de Bureau du PS et de LR avec celui des cadres du FN.
    Dans certains pays, les pays communistes, c’était tellement flagrant qu’on parlait à leur sujet de « gérontocratie ».

  • Et ca a changer quoi depuis 40 ans rien si ce n’est pire dette 100% du PIB impots + 200%.

    Non non c’est des conneries de dire qu’il faut voter contre il faut voter pour ou blanc mais pas voter contre, c’est élire et donné son âme au diable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Deux députés RN fraîchement élus à l’Assemblée nationale s'y retrouvent vice-présidents depuis mercredi, suscitant un tollé à gauche, pour qui l’extrême droite reste infréquentable.

Il n’est pas question que le #RN ait 2 vice-presidences qui leur permettent d’animer les débats de l’Assemblée. Parler depuis l’hemicycle, certes, c’est la démocratie, parler depuis la tribune et y tenir des propos comme ceux d’hier, en est une autre. #PasDeRNAuPerchoir

— Sandrine Rousseau (@sandrousseau) June 29, 2022

Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles