COP21 : laissez le débat se faire !

Écologie : Il est suffocant de constater qu’au 21ème siècle, existent encore des prophètes habilités à dire le droit comme il y a 2000 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Inquisition credits Travis via Flickr ( (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COP21 : laissez le débat se faire !

Publié le 4 décembre 2015
- A +

Par Michel Gay.

Inquisition credits Travis via Flickr ( (CC BY-NC 2.0)
Inquisition credits Travis via Flickr ( (CC BY-NC 2.0)

 

Les khmers verts continuent… voici venue la farce du « tribunal des droits de la nature »… Les droits de la Nature ! Cela n’a aucun sens !

C’est une supercherie de plus des écologistes radicaux. De bonnes âmes se déclarent prêtes à s’exprimer AU NOM de la Nature désespérément muette et dont ils sont les prophètes. Et ils vont lui faire dire ce qu’ils ont dans la tête. La Nature devient une divinité qui reste silencieuse, comme toutes les divinités. Ces soi-disant bien-pensants s’autoproclament juges suprêmes et vont condamner des entreprises, des chercheurs, etc.

Ce genre de comédie est le résultat du livre de Han Jonas sur L’heuristique de la peur. Puisque l’homme n’a plus peur de Dieu, il suffit de faire de la nature un nouveau Dieu pour arriver à La décroissance dans la joie comme s’intitule un livre d’Yves Cochet.

C’est le sommet du boboisme : la décroissance heureuse, les Restos du cœur dans la joie, la banque alimentaire en extase… et les chômeurs fiers de l’être. C’est insupportable.

Il est suffocant de constater qu’au 21ème siècle existent encore des prophètes habilités à dire le droit comme il y a 2000 ans. Nous ne sommes plus au temps de Samuel, de Jérémie et d’autres qui s’érigeaient en porte-voix de Dieu !

La nature n’a pas de droits sinon elle aurait aussi des devoirs. L’un et l’autre sont consubstantiels. C’est un fait que l’Homme a des devoirs vis-à-vis de la nature, qu’il doit la préserver pour les générations futures. Mais cela ne confère pas des droits à la nature. C’est plus qu’une nuance.

Un président de la République (Jacques Chirac) a été convaincu d’introduire le principe de précaution dans la Constitution. Résultat : la recherche française ne peut plus avancer dans les sciences les plus prometteuses pour l’avenir.

Des juges donnent raison aux faucheurs volontaires de plantation de végétaux OGM surveillés par l’Inra parce qu’ils ont agi en lanceur d’alerte !

Quand France Info a un sujet sur le nucléaire, les journalistes interviewent un opposant au nucléaire, Stéphane Lhomme, notre nouvel Einstein. Le sujet n’est qu’un prétexte pour démolir le nucléaire et terroriser les gens.

Quand un média veut parler du cancer il invite Dominique Belpomme, et non André Aurengo. La volonté est de prouver que 90% des cancers sont dus à notre mauvais environnement.

Quand il s’agit d’OGM, les journalistes oublient que tous les produits agricoles qui servent actuellement à notre alimentation sont des hybrides, c’est-à-dire des plantes sélectionnées pour leur qualité génétique.

Les chercheurs de l’Inserm ne peuvent pas travailler sur les embryons surnuméraires issus de la fécondation in vitro. Ils sont donc détruits.

Les recherches sur les cellules souches prennent un retard considérable alors que les milieux médicaux savent que c’est une des voies les plus prometteuses pour recréer des organes vitaux et faire des endogreffes qui se font déjà avec succès, à titre expérimental, sur des animaux.

Les Académies des sciences, de médecine, de technologies, imaginées sous les rois pour dire les voies prometteuses de recherches et valider les travaux scientifiques sont considérées comme des survivances du passé et elles sont rendues inaudibles.

Malraux avait dit « Le XXIème siècle sera religieux ». Imaginait-il que cette religion ferait entrer notre civilisation dans l’obscurantisme moyenâgeux du dijhad et de l’inquisition ?

Savonarole n’est pas loin dans notre environnement, et nous irons bientôt faire des autodafés des livres scientifiques.


Lire sur Contrepoints notre dossier COP21

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • « Les Académies des sciences, de médecine, de technologies, imaginées sous les rois pour dire les voies prometteuses de recherches et valider les travaux scientifiques sont considérées comme des survivances du passé et elles sont rendues inaudibles. »

    D’ailleurs, quand toutes les acédémies des sciences du monde déclarent que le réchauffement climatique est réel et d’origine humaine, Contrepoints s’assied sur leur avis …

    http://opr.ca.gov/s_listoforganizations.php

    • Tiens, un climato-crédule !
      Il y a plein de scientifiques qui contestent cette affirmation, et la moindre des choses est qu’ils puissent s’exprimer sans qu’on leur jette l’anathème.

    • C’est parfaitement faux.
      Les gens à qui Contrepoints donne la parole sont tous, eux aussi, convaincu que le réchauffement climatique est réel et qu’il est d’origine humaine.
      Mais ils sont (crimes affreux !) d’une part très modérés sur l’étendue de la responsabilité humaine dans ce réchauffement, d’autre part très circonspect sur le degré de confiance qu’on peut accorder à l’estimation de cette responsabilité, enfin peu convaincu sur la pertinence de la prétendue solution (qui n’est rien d’autre que la méthode soviétique, bien connue pour son efficacité à résoudre les problèmes …).
      Par ailleurs ils sont même les seuls à dénoncer une classe bien particulière d’action humaine responsable du réchauffement : les manipulations de certains chiffres, les choix irresponsable de méthodes, voire la triche pure et simple.

    • VB: « quand toutes les acédémies des sciences du monde déclarent que le réchauffement climatique est réel et d’origine humaine, Contrepoints s’assied sur leur avis … »

      Le GIEC surtout s’assied sur son propre avis. Lisez le rapport, entre 2007 (AR4) et 2014 (AR5) leurs prévisions on été divisée par DEUX, c’est énorme !
      Et ceux qui critiquaient les prévisions à l’époque étaient déjà des « hérétiques », ils avaient raison et ce n’est pas fini mon pauvre…. Coté science pure il suffit de lire le rapport:

      Fred Singer, physicien et climatologue américano-autrichien, professeur émérite à l’Université de Virginie. « les preuves d’un réchauffement planétaire dû à l’activité humaine reposent sur du sable ».

      • et ce qui est assez piquant c’est que cette baisse de temperature produite par le giec est sans doute supérieure à celle qu’aurait été préconisée par leur science…

    • Vous êtes payés pour lancer la discussion ?

    • Qu’importe les avis des diverses chapelles ! Êtes-vous donc si peu sûr de vos opinions que vous craignez d’être exposé à la moindre divergence ?

      Personne ne songe à empêcher les gens qui pensent que la terre est plate, que nous sommes gouvernés par les reptiliens ou que Dieu est descendu sur terre il y a 2000 ans pour y annoncer la bonne parole de s’exprimer. Et personne ne vous force à les croire.

      Si les arguments des « sceptiques », terme qui regroupe une innombrable diversité d’opinions, étaient tous à côté de la plaque ou irrationnels, personne ne songerait à les faire taire.

  • Cette affaire n’est pas scientifique, mais politique.

  • Malraux avait dit « Le XXIème siècle sera religieux, ou ne sera pas »
    Et Jean François Revel avait répondu  » Le XXI ° siècle sera « 

    • @VB

      « D’ailleurs, quand toutes les acédémies des sciences du monde déclarent que le réchauffement climatique est réel et d’origine humaine »

      FAUX !!!
      Comment pouvez-vous écrire de telles sornettes ?

      • J’ai posté mes références, vous pouvez vérifier. Libre à vous de prétendre que c’est « FAUX !!! » mais étayez votre argument. Par exemple, en postant la longue liste d’académies des sciences qui affirment qu’il n’y a pas de réchauffement climatique ou qu’il est d’origine naturelle.

  • Tous ces prophètes veulent changer le monde mais surtout pas l’améliorer. Pire, ils font tout pour empêcher les autres de l’améliorer. Cela passe par l’exagération, la désinformation, le blocage systématique, le sabotage et l’action violente.

    Il serait peut-être temps à l’heure où le FN fait une percée décisive, de rappeler que :
    – les français ont pour la plupart d’autres préoccupations que ceux qui crient fort et monopolisent les media,
    – que nul n’est au dessus de la loi, fut-il lanceur d’alerte, écologiste, philosophe, scientifique, penseur éclairé, hackeur bien-pensant, politicien, sportif, célébrité ou autre délinquant victime de la société.
    – qu’il existe des principes fondamentaux millénaires sur la propriété et le respect des règles de la société qu’on ne peut remettre en cause quand cela arrange pour promouvoir ses idées.

    Pour être clair, les media ne peuvent laisser les politiques faire un usage immodéré de la langue de bois, du mensonge et de la manipulation, relater les transgressions de la loi par des communautés ou des activistes comme si cela était normal qu’elles restent impunies, s’extasier sur les thèses économiques néocommunistes farfelues, et s’étonner par ailleurs d’une déliquescence de la société et d’une montée de l’extrémisme.

  • La décroissance dans la joie
    —————————
    J’espère qu’on n’a pas atteint un tipping point de la connerie ; parce qu’il pourrait bien exister des rétroactions positives via les conciles œcuméniques rassemblant les dirigeants de ce monde aux quatre coins de la planète, les annonces journalistiques seraient-elles signées HUET, et les débats « contradictoires » à la télé rassemblant des spécialistes convaincus de la CAUSE

    Je ne sais pas si nos cadres scientifiques, techniques ou politiques sont encore capables de se rendre compte de l’état de délabrement de l’éducation, de la recherche et de l’industrie, dans lequel nous ont précipité les Verts, le silence des uns ne fait que renforcer le discours des autres

  • « C’est une supercherie de plus des écologistes radicaux. De bonnes âmes se déclarent prêtes à s’exprimer AU NOM de la Nature désespérément muette et dont ils sont les prophètes. Et ils vont lui faire dire ce qu’ils ont dans la tête. La Nature devient une divinité qui reste silencieuse, comme toutes les divinités. Ces soi-disant bien-pensants s’autoproclament juges suprêmes et vont condamner des entreprises, des chercheurs, etc. »

    M. Gay ne reconnaît donc pas la déesse Gaïa et n’entend pas sa voix : qu’il périsse sur le bûcher ! 😛

    « La nature n’a pas de droits sinon elle aurait aussi des devoirs. L’un et l’autre sont consubstantiels. C’est un fait que l’Homme a des devoirs vis-à-vis de la nature, qu’il doit la préserver pour les générations futures. Mais cela ne confère pas des droits à la nature. C’est plus qu’une nuance. »

    Cela devient risquer de soutenir cela, même ici. Le Grand José m’ayant soutenu que droits et devoirs n’étaient pas consubstantiels, que l’on avait des droits sans devoirs. :-/

    Cela étant je vous rejoins sur votre position, de même pour les devoirs envers la nature qui ne correspondent à aucun droits de sa part : c’est là la distinction entre devoirs de vertu et devoirs de droit.

    Pour ce qui est des « droits de la nature », à une personne qui a déjà tenté le coup Jan avait eu cette magnifique réplique : « Sans doute possédez-vous un livre sur les droits des cailloux, rédigé par la lune puis vendu aux nuages ? »
    Je lui avait bien répondu que j’en avait eu un entre les mains mais qu’au premier coup de vent il était parti en fumée; ce à quoi il m’a conseillé d’intenter un procès au vent ! 🙂

  • Hier matin j’ai gratté le givre sur mon pare-brise.
    Mais pas aujourd’hui, donc le réchauffement anthropique existe bien.

  • « La nature n’a pas de droits sinon elle aurait aussi des devoirs. L’un et l’autre sont consubstantiels. ». Affirmation bien présomptueuse. Démontrez-nous en quoi disposer d’un droit implique que vous disposer d’un devoir. A ma connaissance personne n’a jamais réussi à démontrer cela. Sans pouvoir démontrer cela, votre première phrase n’a aucune justification. Il faut bien comprendre une chose, les droits sont des constructions humaines, ce sont les êtres humains qui déterminent qui ou quoi possèdent des droits, quels sont ces droits.

    « la recherche française ne peut plus avancer dans les sciences les plus prometteuses pour l’avenir. » Cette phrase devrait choquer n’importe quel esprit un tant soit peu logique. Comment peut-on savoir qu’une recherche est prometteuse pour l’avenir sans connaitre l’avenir ? Il y a une contradiction interne. De deux choses l’une. Ou bien Michel Gay est Marty Mac Fly (back to the future), ou bien il n’a pas conscience que c’est lui le mystique.

    • « Affirmation bien présomptueuse. Démontrez-nous en quoi disposer d’un droit implique que vous disposer d’un devoir. A ma connaissance personne n’a jamais réussi à démontrer cela. »

      Alors votre connaissance n’est pas assez étendue. 😉
      Vous en trouverez une preuve, par exemple, dans la Doctrine du droit de Kant.

      Mais sans passer par la notion de devoirs et un raisonnement par contraposition, il suffit de noter que seules les personnes (physiques ou morales) possèdent des droits. La Nature serait-elle donc une personne morale ? Et si elle veut m’intenter un procès, qui se constitue partie civile : un canard ? Le juge c’est un âne ? Le procureur, un mouton ? Et le code, qui l’établit : le vent ?

      « Il faut bien comprendre une chose, les droits sont des constructions humaines, ce sont les êtres humains qui déterminent qui ou quoi possèdent des droits, quels sont ces droits. »

      Oh ! un positiviste juridique qui vient traîner chez des libéraux qui sont tous adeptes du jusnaturalisme, c’est amusant. 🙂

      • Avant de donner des leçons, ne mélangez pas tout. Kant n’a jamais montré que le fait qu’un individu A possède un droit implique que A possède également un devoir. Par contre, vous pouvez dire que cela implique qu’un individu B a le devoir de respecter le droit de A. Mais cela je ne l’ai jamais nié.

        Votre propos est même contradictoire. Si vous vous considérez jusnaturaliste, vous devez penser qu’il existe des droits « naturels », des droits que possède un individu indépendamment de la société dans laquelle il vit. Imaginons un monde où n’existe qu’un unique individu. Tout d’abord, parler de droit pour cet individu n’a pas grand sens. On imagine mal que cet individu ait même l’idée de prétendre qu’il dispose de droits. Mais c’est encore plus absurde lorsqu’on parle de devoirs. Si vous affirmez que tout droit implique un devoir, vous devez en conclure que cet individu solitaire possède des devoirs. Mais quels devoirs ? Citez m’en un seul. La conclusion est la suivante : ou cet individu ne possède pas de droits (ce qui met à mal la notion de droit naturel), ou alors la proposition selon laquelle tout droit implique un devoir est fausse. Les deux n’étant pas incompatibles.

        « Et si elle veut m’intenter un procès, qui se constitue partie civile : un canard ? Le juge c’est un âne ? Le procureur, un mouton ? Et le code, qui l’établit : le vent ? » Ironie facile et manque d’imagination (pour un enfant qui se constitue partie civile ? Un enfant ne dispose pas de droits selon vous ?). Mais là encore vous qui vous dites jusnaturalistes, vous vous contredisez vous confondez droit positif lorsque vous parlez de procès et droit « naturel », ce que je nommerais pour ma part droits éthiques.

        Votre manque de logique est assez contradictoire avec le pseudo que vous avez choisi.

  • « La nature n’a pas de droits sinon elle aurait aussi des devoirs. »

    Moi je suis disposé à passer un deal gagnant-gagnant avec la Nature (avec une majuscule SVP, un peu de respect M. Gay),
    laissons-lui une chance.
    Elle met fin aux virus et bactéries pathogènes et je m’engage solennellement à :

    1/ ne plus manger de viande qu’un jour sur 2
    2/ ne plus utiliser ma voiture pour des parcours de moins de 5 km
    and, last but not least
    3/ accrocher le poster échelle 1 et en couleur de Corinne Lepage au dessus de mon lit

    • « accrocher le poster échelle 1 et en couleur de Corinne Lepage au dessus de mon lit »

      Vous allez trop loin là, le deal n’est plus équitable ! Elle devrait au moins s’engager à nous débarrasser des socialistes, à moins que vous ne les rangiez dans la catégorie des virus et bactéries pathogènes – ce qui serait, certes, défendable. 🙂

  • J’avais laissé le premier décembre ce billet sur mon blog :
    https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/12/01/les-nouveaux-dogmes-et-les-nouvelles-croyances/
    Convergence de points de vue …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles