Qu’est-ce qu’une entreprise innovante ?

L’innovation n’existe vraiment que quand elle s’incorpore dans les produits de tous les jours.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ampoule électrique (Crédits : Helen Flamme, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est-ce qu’une entreprise innovante ?

Publié le 10 novembre 2015
- A +

Par Valérie.

Ampoule électrique (Crédits : Helen Flamme, Creative Commons)
Ampoule électrique (Crédits : Helen Flamme, Creative Commons)

Nous parlons toujours des entreprises innovantes. Mais qui est capable de définir une entreprise innovante ? La meilleure définition que nous ayons entendue est que l’entreprise innovante est celle qui a réussi.

Est-il nécessaire pour ce qui est de l’innovation, d’avoir une recherche fondamentale très développée ? La question est d’autant plus pertinente en France que nous dépensons beaucoup pour la recherche mais que nous créons très peu d’entreprises. Or, l’innovation n’existe vraiment que quand elle s’incorpore dans les produits de tous les jours.

L’un des ouvrages les plus importants sur ce sujet a été L’invention dans l’industrie publié en 1966 par Jewkes, Sawers et Stillerman qui, dans une recherche pour le département du Commerce américain, ont démontré que les 60 plus grandes inventions du 20ème siècle, comme l’acier à l’oxygène, la fermeture éclair, la bande velcro, etc… ont été pour la plupart faites par un individu isolé et non par des grandes entreprises.

En effet, dans une très grande entreprise, la recherche est très généralement corsetée par le marketing.

C’est ce qu’ont compris les grandes sociétés dynamiques comme Google ou Cisco, que la croissance ne pouvait se faire qu’en rachetant d’autres entreprises ou en créant les innovations.

Ce sont les idées que développe le Wall Street Journal dans un article1 paru le 26 octobre dernier sur les mythes de la science fondamentale et l’innovation.

On ne s’en rend pas compte, mais une grande partie des inventions sont faites par des ingénieurs qui bricolent autour de leurs idées plutôt que par des chercheurs qui vérifient les hypothèses. Paradoxalement, la science fondamentale n’est pas si fertile en inventions qu’on pourrait le croire.

Si, lors d’une partie de pêche, Thomas Edison n’avait pas vu les fibres d’un morceau de bambou provenant de sa canne à pêche, jeté au feu, briller sans se désintégrer, aurait-on eu l’ampoule électrique quelques années plus tard ? Bien sûr que si. On connaît au moins 23 inventeurs de différentes versions de la lampe à incandescence, bien avant son introduction par Edison Electric Light Company, future General Electric.

Ceci est vrai pour les autres inventions. Elisha Gray et Alexander Graham Bell ont déposé leur brevet pour le téléphone le même jour. Quand Google a pointé le bout de son nez en 1996, il existait déjà d’autres prototypes de moteurs de recherche. On connaît six inventeurs du thermomètre, cinq du télégraphe, quatre de la vaccination, cinq du bateau à vapeur, six de la locomotive électrique et quatre de la photographie. L’histoire des inventions n’est qu’une succession de coïncidences.

Il se passe la même chose dans les sciences fondamentales. Charles Darwin a été incité à publier sa théorie après avoir lu un article d’Alfred Russel Wallace qui résumait exactement les mêmes idées qu’ils ont eues tous les deux après la lecture de l’Essai sur le principe de la population de Malthus.

L’économiste de Stanford Brian Arthur décrit la technologie comme un organisme qui se reproduit et s’adapte tout seul à son environnement. Pensez, par exemple, au récif coralien qui est aussi un organisme vivant. Il ne peut pas exister sans les poissons qui le construisent et l’entretiennent ; il en est de même pour la technologie et les inventeurs. Ce sont des organismes complexes qui ne poursuivent qu’un seul but, propre aux organismes vivants : assurer leur pérennité.

Les inventeurs ne sont que des pions dans le processus de l’invention. Ils suivent plutôt que conduisent l’innovation. La technologie trouvera toujours ces inventeurs, et non pas l’inverse.

Les politiciens ont tort quand ils pensent qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour produire une innovation. Pour eux, les découvertes de la science fondamentale sont systématiquement reprises par la science appliquée pour devenir ensuite les technologies innovantes. C’est pourquoi ils ont eu une idée « purement patriotique » de financer les chercheurs en haut de cette pyramide pour s’assurer qu’ils produisent suffisamment d’innovations pour leur pays.

Mais quelle erreur, qui remonte d’ailleurs aux idées de Francis Bacon, philosophe et haut fonctionnaire britannique du 17ème siècle, qui voulut reproduire les efforts des Portugais au 15ème siècle dans la recherche sur la navigation et la cartographie pour triompher dans le commerce internationale et la colonisation de l’Amérique.

L’idée que la science conduit à l’innovation, qui conduit ensuite au commerce, est complètement fausse. Il se trouve que le gouvernement n’a pas besoin de financer l’innovation avec l’argent des contribuables, puisque c’est le rôle de l’industrie. Souvent une innovation entraîne un afflux de financement dans le domaine de la science sur les principes de laquelle elle repose. Ainsi, la découverte de la machine à vapeur a permis de financer la recherche en thermodynamique.

Pendant plus d’un demi-siècle on nous a laissé croire que la science n’aurait pas de financement si le gouvernement ne le faisait pas, et que la croissance économique ne serait pas possible sans le financement de la science par le contribuable. C’est ce qu’a montré l’économiste Robert Solow en 1957 en affirmant que l’innovation technologique était la seule source de la croissance économique, au moins dans les sociétés qui n’agrandissent pas leur territoire ou n’accroissent pas leur population. Ses collègues Richard Nelson et Kenneth Arrow ont aussi montré quelques années plus tard que le financement de la science par le gouvernement était nécessaire puisqu’il était moins cher de copier les innovations que de conduire la recherche fondamentale.

Le seul problème avec toutes ces démonstrations est qu’elles sont toutes purement théoriques. Dans le monde réel, il existe la recherche avec le financement privé qui se trouve assez fertile. Nous ne connaissons toujours aucune démonstration empirique sérieuse du besoin de financement de la recherche par l’argent public, et le passé nous suggère plutôt le contraire.

En 2003, l’OCDE a publié un rapport sur les sources de la croissance économique dans les pays-membres. Une des conclusions remarquables de ce rapport était qu’entre 1971 et 1998, la recherche à financement privé a bien contribué à la croissance économique, alors qu’aucune preuve n’a été fournie pour la recherche à financement public. Ce résultat époustouflant n’a jamais été repris. C’est tellement délicat de l’évoquer devant la grande thèse qu’il nous faut soutenir la recherche et l’innovation avec l’argent public qu’il reste ignoré dans le milieu politique.

L’économiste du Bureau of Labor Statistics américain Leo Sveikaukas a aussi montré en 2007 que le rendement des différentes formes de recherche publique était près de zéro, et que « plusieurs éléments de la recherche universitaire et gouvernementale avaient des taux de rendement tellement bas qu’ils ne pouvaient contribuer à la croissance économique qu’indirectement, voire pas du tout ».

L’efficacité de la recherche publique est d’autant plus faible en France que, malgré tous les efforts, il n’y a jamais eu vraiment d’intégration entre l’entreprise privée et la recherche publique, sauf bien entendu quelques exceptions, parce que le corps professoral estime généralement indigne de mêler la recherche au profit.

Mais dans les autres cultures, par exemple en Suisse, les liens entre la recherche, comme dans le cas de l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne), et les entreprises sont tellement étroits que les recherches sont menées très souvent avec une priorité pour le concret. Les fruits de cette complémentarité sont directement visibles.

De même, l’installation d’un institut scientifique à l’université d’Orsay n’a engendré que quelques startups, alors que son modèle en Californie en a créé des centaines.

Sur le web

  1. Matt Ridley, The Myth of Basic Science, Wall Street Journal du 26 octobre 2015.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Pas d’accord !
    La science fondamentale permet de comprendre les phénomènes scientifiques, et une fois compris on peut permettre aux ingénieur développer des technologies. Pensez à la comprehension des phenomenes optiques, completement inutiles, qui ont immediatement mené au développement du disque dur.
    Sans progrès de la science la technologie ne risque pas de progresser. Et clairement le progrès scientifique n’existe que parce que des gens sont payés à chercher.

    • le scémas est plutot que des ingénieurs, ou des scientifiques « appliqués, testent et développent des trucs nouveaux, sous la pression de besoins variés et de rêves irrationels.
      quand ca commence a marcher on essaye de comprendre et là la science apporte la théorie dont les ingéneiurs ont besoin pour optimiser et déelopper plus encore.
      et puis le monde académique s’endort dans des recherches amusantes et peu risquées.
      Actuellement one st à ce niveau là, surtout depuis que la prise de risque est interdite a cause des comité de financement rationels, des groupes éthiques, syndicaux, des lobbies de chapelles…

      Le mythe de la science descendante et bien démonté par nassim Taleb.
      La science c’est en premier des fous expérimentaux qui rêvent et testent l’impossible
      (si c’était possible on l’aurait déjà testé en labo et ca marcherait)…

      ca choque mais je parle d’expérience.

      j’oubliais de parler du moment bien, décrit par Kuhn et Taleb, ou l’histoire est réécrite pour corespondre à la fable susdite.

      • Il n’y a pas de honte, pour un astronome de découvrir une autre étoile ou une planète (un cas récent), jamais aperçue avant: c’est le succès de ses efforts et de son travail et c’est son job qui est « FONDAMENTALEMENT » d’observer et décrire le monde: une science fondamentale répond au besoin de « savoir » de l’homme, même si elle ne rapporte pas un clou.

        Pour le reste, vous parlez des contraintes bridant le succès de la recherche « nationale »: « prise de risque=0 », « financement à ne pas dépasser », « éthique à ne pas bousculer », « syndicats », « lobbies », « chapelles » …Et ces vrais: mais ce sont des chercheurs, pas des « découvreurs »!

        Vous avez à Nice, en France, un inventeur, champion du concours Lépine, avec 148 brevets (de mémoire: non garanti) dont un peu moins de 50 ont été exploités: c’est la différence entre une idée et la « faisabilité ». Il a donné son secret: multiplier les fonctions d’un objet existant déjà: on voit bien que le « smartphone » cumule le téléphone et l’ordinateur! D’où son succès malgré le prix et la courte vie.

        Donc, oui, bien sûr! Vous avez, en France bien des gens capables de donner naissance à des entreprises innovantes: des inventeurs imaginatifs, des ingénieurs capables de calculer la « faisabilité » et organiser la fabrication, des marketing capables d’évaluer la demande et le prix.

        Mais un état qui va étouffer l’entreprise par ses devoirs administratifs et ses conditions obtuses à remplir avant la première commercialisation, puis sa fiscalité, toutes choses qui ont un prix prohibitif, en temps, en travail, et en salaire pour la personne chargée de ces taches de paperasse, qui engendrent aussi un retard de la production et la commercialisation et dégoûtent le financier, tenté, d’investir dans l’aventure!

        Une seule solution: l’exil!

        (C’est donc bien d’une modernisation et d’une réforme de fond en combles de l’état (tous les étages du mille feuille confondus) dont la France a besoin, en réduisant clairement l’appétit de cet état pour la dépense, en consommant 57,5% de PIB: hors de là, pas de salut!). Bonne chance!

    • @Jean: Il serait temps que vous vérifiiez vos propres optiques. L’article traite du financement public de la recherche, pas de l’intérêt de la science fondamentale.

  • Au lieu de répondre à la question, cet article entretien la confusion entre la recherche scientifique (fondamentale ou appliquée), la technologie et l’innovation.

    La recherche a pour but de produire des connaissances. Il peut y avoir des applications industrielles en perspective, mais ce n’est pas l’objectif prioritaire. La recherche fonctionne souvent sur des cycles longs et sa rentabilité est difficile à évaluer. Il y a très peu d’entreprises privées qui ont les reins assez solides et la volonté stratégique pour financer de la recherche de long terme.

    Une innovation technologique, par exemple l’invention d’un nouveau procédé ou d’un nouvel appareil, c’est complètement différent. L’intérêt économique est beaucoup plus visible. Les entreprises qui font de la « recherche et développement » savent évaluer la rentabilité de ces activités. La relation entre recherche scientifique et innovation technologique est loin d’être évidente, je suis d’accord sur ce point avec l’auteur.

    L’innovation au sens large peut très bien se situer en dehors de la technologie. Proposer quelque chose de nouveau aux consommateurs c’est très bien (si ça se vend bien) mais dans la plupart des cas cela ne nécessite ni recherche scientifique ni progrès technologique. On peut innover dans la communication, le packaging, le marketing, l’organisation, les canaux de distribution…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles