Droit de grève en Belgique : des abus intolérables

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
marcovdz-Manif 1(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droit de grève en Belgique : des abus intolérables

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 novembre 2015
- A +

Par Thierry Godefridi

marcovdz-Manif 1(CC BY-NC-ND 2.0)
marcovdz-Manif 1(CC BY-NC-ND 2.0)

 

La mort de deux personnes, (l’une dont le chirurgien devant l’opérer d’urgence était bloqué dans les bouchons, l’autre qui ne put être secourue à temps et succomba d’un infarctus sur l’autoroute E25) à la suite du blocus complet instauré par le syndicat socialiste à grand renfort de palettes et de pneus en feu à hauteur du lieu-dit mal nommé (pour les deux victimes) de Bonne-Fortune, dans la province de Liège le 19 octobre dernier, ainsi que les actes de sabotage commis le même jour, ont remis à la une la question de la légitimité des syndicats en Belgique ; le journal flamand De Standaard condamna sans ambages ces actions, et La Libre Belgique les qualifia de délinquance en vareuse rouge en invitant le gouvernement à prendre ses responsabilités devant un tel mépris pour les principes fondamentaux du droit : liberté de l’individu, liberté de travailler, liberté de circuler, droit à l’intégrité corporelle. « La violence est la négation de toute idée de droit et il n’existe aucune norme ni convention internationale qui permette de soutenir qu’un seul de ces actes relève du droit de grève », ajoutait le journal francophone belge.

Dans Syndicats, sa remarquable enquête sur « le plus puissant lobby du pays » publiée en 2013 à la Renaissance du Livre, le sénateur belge Alain Destexhe, médecin et diplômé de Sciences-Po, relevait que les syndicats belges constituent un véritable « cinquième pouvoir », très influent dans l’appareil exécutif, législatif et judiciaire de l’État belge ainsi que dans la vie politique, économique et sociale belge, tout en restant opaque dès lors que, contrairement à la France, à l’Allemagne ou au Royaume Uni, ils refusent la personnalité juridique et jouissent d’un statut totalement exorbitant du droit commun.

Cela paraît d’autant plus inouï pour le sens commun que les syndicats belges se sont vu confier par les pouvoirs publics le paiement des indemnités de chômage pour un montant qui s’élevait en 2011 à 7,356 milliards d’euros moyennant un subside de fonctionnement de 165 millions d’euros. Faut-il donc s’étonner de ce que les syndicats belges comptent un grand nombre de chômeurs parmi leurs affiliés ? Faut-il encore s’étonner de ce qu’ils préfèrent attiser la haine sociale, semer la chienlit et bloquer la vie économique plutôt que contribuer à une reprise qui les priverait d’une partie de leur clientèle et de leurs revenus ?

Non contents de leur rôle au niveau politique et social, les syndicats interviennent aussi dans la vie publique belge en tant qu’agent économique, soit au travers de multiples ramifications financières, soit par la voie du conseil. Avec plus de 2000 actions dans le seul arrondissement judiciaire dont fait partie Bruxelles, constate l’enquête en question, le syndicat socialiste en constitue de fait le plus grand cabinet juridique et la tentation est grande d’en étendre les causes à l’infini sous couvert de pan-syndicalisme !

L’influence considérable et l’omniprésence des syndicats dans la vie publique ne s’accompagnent pas de transparence et de responsabilité. Loin s’en faut ! Tandis que les autres acteurs publics et privés ont été obligés de se conformer à des règles de plus en plus contraignantes et que les « affaires », pratiques frauduleuses et détournements de fonds, n’ont pas épargné les syndicats, ces derniers en sont restés à des agissements d’un autre âge que ce soit dans leur fonctionnement ou dans leur financement et entretiennent la totale opacité sur l’étendue et l’utilisation de leurs recettes estimées par l’enquête à 625 millions d’euros, preuve supplémentaire s’il en fallait de leur omnipotence en Belgique. Quel est le salaire du secrétaire général du syndicat socialiste ou du patron du syndicat chrétien ainsi que des autres pontes des syndicats ? À quelles fins ces derniers utilisent-ils précisément leurs énormes recettes? Leurs affiliés, l’État, les autres acteurs de la vie publique n’ont-ils pas le droit de savoir ?

L’abus du droit de grève, prise en otage des usagers des services publics, séquestration de cadres des entreprises à l’occasion d’un conflit social, destruction de biens matériels appartenant à autrui, n’est finalement qu’une manifestation de plus de ce que les syndicats, qui ne cessent d’invoquer la loi à l’appui de leurs actions, se considèrent de plus en plus comme au-dessus des lois, faisait remarquer Alain Destexhe. « Le droit de grève est aujourd’hui détourné de son objectif originel et il fait l’objet d’abus intolérables qui ont pour conséquence de porter atteinte à d’autres droits constitutionnels. » Il appartient au pouvoir législatif, dépositaire du mandat populaire et représentant l’intérêt général, de veiller à ce que l’un soit honoré et l’autre, respecté. Une véritable relance économique et le bien-être de tous sont à ce prix.

Entretemps, Syndicats, l’édifiant dossier du sénateur Alain Destexhe sur le syndicalisme en Belgique, reste d’une brûlante actualité.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « Mort de deux personnes, actes intolérables, blocages des autoroutes et des routes secondaires, etc. » Mais bon sang, où était le Gouvernement (dit « de droite ») à ce moment-là ? La police, l’armée, avec quelques canons à eau, des grenades assourdissantes, pouvaient régler le problème. Tous ces actes sont DEJA punissables par le code pénal. Il y aurait eu peut-être de la casse lors de l’intervention ? Bin oui, et alors ?

  • Autre réflexion : le plus beau, dans cette affaire d’opacité de la caisse des syndicats, c’est que le petit syndiqué de base y croit fermement, à cette légende propagée par les pontes du syndicats : oui, il croit vraiment que cette totale obscurité sur les finances du syndicat le protège, lui, alors qu’elle permet surtout toutes les manipulations par les dirigeants. Ah mais non ! diront-ils, la caisse des syndicats est gérée par des saints laïcs, l’honnêteté chevillée au corps, l’altruisme étant leur nature première. Comme c’est admirable, comme c’est touchant, émouvant d’avoir de tels surhommes à la tête de ces organisations.

  • Notez qu’une presse écrite belge note que (en entrefilet) le propre frère de « l’échauffiste GOBLET » proteste lui-même contre les pratiques abusives de la mafia contrôlée par son manipulateur de frère (S.G. de la FGTB wallonne, sorte de resucée de la CGT française). Frère protestataire étant lui-même patron de PME… C’est tout dire.
    Bilan des les exactions répétées = dégâts commis aux biens publics et ceux d’entreprises, personnes intimidées, voire des cas de décès par des risques surajoutés liés aux entraves … soit des faits que les (ir)responsables syndicaux s’empressent de nier en rejetant la faute sur « des actes incontrôlés ».

    « Cousins utérins » du PS belge et de l’aile gauchiste de la CSC (jadis catholique), ces mecs et gonzesses s’entendent tels cul et chemise pour systématiquement contrarier toute meure gouvernementale qui pourrait améliorer l’état de décrépitude économique dans lequel ils ont plongé la région francophone belge au long des 55 dernières annés !

  • Et oui et je doute fort que Michel 1 ai l ‘audace d’une Thatcher pour les mettre aux pas

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Depuis des décennies, de nombreux psychologues américains affirment que des médias de plus en plus violents – télévision, films, jeux vidéo – augmentent le risque de violence dans la société. Pour appuyer ce prétendu consensus scientifique, différentes organisations universitaires ont diffusé des communiqués dénonçant les effets toxiques de la violence dans les médias sur la société. Par exemple, en 2005, l’American Psychological Association a publié un communiqué qui affirmait que « des décennies de recherches en sciences sociales révèlent l... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles