Nouvel indice de la liberté humaine : la France classée 33ème !

Les nations ayant une bonne liberté économique tendent aussi à avoir une bonne liberté des personnes, mais il y a des exceptions intéressantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sens interdit empanada_paris(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nouvel indice de la liberté humaine : la France classée 33ème !

Publié le 23 août 2015
- A +

Par Daniel J. Mitchell

Sens interdit empanada_paris(CC BY 2.0)
Sens interdit empanada_paris(CC BY 2.0)

Je suis très friand de l’Indice de la Liberté Économique Mondiale (LEM) du Fraser Institute. J’en partage toujours les classements annuels quand ils sont publiés et je cite fréquemment les mesures de la LEM quand j’écris sur différents pays.

Mais même un économiste un peu détraqué comme moi réalise qu’il y a plus important dans la vie que la liberté économique. J’ai donc été très excité de voir que Ian Vasquez, du Cato Institute, et Tanja Porčnik, du Visio Institute, ont mis à jour l’Indice de la Liberté Humaine.

Voici la description qu’ils en donnent, et certaines de leurs découvertes clés :

« L’Indice de la Liberté Humaine (ILH) présente une mesure ample de la liberté humaine, comprise comme l’absence de contraintes coercitives. Il utilise 76 indicateurs distincts de liberté personnelle et économique. (…) L’ILH couvre 152 pays pour 2012, la dernière année pour laquelle des données suffisantes sont disponibles. (…) Les États-Unis sont classés à la 20ème place. D’autres pays se classent comme suit : l’Allemagne est 12ème, le Chili 18ème, le Japon 28ème, la France 33ème, Singapour 43ème, l’Afrique du Sud 70ème, l’Inde 75ème, le brésil 82ème, la Russie 111ème, la Chine 132ème, le Nigeria 139ème, l’Arabie Saoudite 141ème, le Venezuela 144ème, le Zimbabwe 149ème et l’Iran 152ème. »

Hong Kong et la Suisse sont les deux premiers.

Voici le Top 20 de l’ILH avec les deux scores, celui de liberté personnelle et celui de liberté économique.

Dan Mitchell, Total freedom ranking
Dan Mitchell, Total freedom ranking

Les États-Unis arrivent tout juste à se glisser dans le Top 20. Ils sont 12ème pour la liberté économique mais seulement 31ème pour la liberté personnelle.

Il est à noter que la liberté globale est fortement corrélée avec la prospérité.

« Les pays du premier quartile de liberté jouissent d’un revenu par habitant significativement plus élevé (30 006 dollars) que ceux dans les autres quartiles. Le revenu par habitant dans le dernier quartile est de 2 615 dollars. L’ILH trouve une corrélation forte entre la liberté humaine et la démocratie. Hong Kong est à part sur ce point particulier. Les découvertes de l’ILH suggèrent que la liberté joue un rôle important dans le bien-être humain. »

Voici quelques notes sur la méthodologie. Les auteurs accordent la même pondération à la liberté personnelle et à la liberté économique.

« L’un des plus gros défis pour établir tout indice est l’organisation et la pondération des variables. Le principe qui nous a guidé est que la structure de l’ILH devrait être simple et transparente. (…) L’indice de liberté économique reçoit la moitié de la pondération de l’indice global, alors que la sécurité, corporelle et civile, et les autres libertés personnelles qui constituent notre indice de liberté personnelle, reçoivent le reste. »

À propos de quoi, voici le Top 20 des nations en ce qui concerne la liberté des personnes. Vous pouvez aussi voir comment elles se sont classées en liberté économique et en liberté humaine globale.

Dan Mitchell, Personal freedom rankings
Dan Mitchell, Personal freedom rankings

Pour être succinct, les nations du Nord de l’Europe dominent ce classement, avec quelques pays anglophones qui arrivent à avoir de bons scores. (Note de la rédaction Contrepoints : le lecteur français pourra constater que son pays n’apparaît pas dans le top20 de l’indice des libertés personnelles. La France ne se classe qu’à une bien triste 30ème place.)

Ça ne devrait surprendre personne que les nations ayant une bonne liberté économique tendent aussi à avoir une bonne liberté des personnes, mais il y a des exceptions intéressantes.

« Considérons Singapour qui est deuxième en liberté économique. Cela rend ce pays dynamique économiquement, mais il ne se classe que 75ème pour la liberté des personnes.

Une autre anomalie est la Slovénie, qui est dans le Top 20 pour les libertés personnelles mais se classe à un bien triste 105ème rang en liberté économique. »

À propos, les deux seuls pays qui sont dans le Top 10 pour les deux indices – la liberté des personnes et la liberté économique – sont la Suisse et la Finlande.

J’ai déjà expliqué par le passé pourquoi la Suisse est l’un des meilleurs pays au monde (et l’un des plus rationnels). Étant donné le haut classement de la Finlande, je vais peut-être devoir améliorer ce que j’écris sur ce pays, même si je suis sûr qu’il est trop froid pour mes préférences de température, dignes d’un reptile.


Sur le web. Traduction pour Contrepoints par Nick de Cusa.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • « Liberté, Égalité, Fraternité » à la 30ème place: quelle joie de vivre!!!

  • Oui mais s’il existait un indice de la Festivité du bienvivrensemble, nous serions premiers, juste devant le Venezuela et la Corée du Nord. Ca, personne ne peut nous l’enlever !

  • « L’un des plus gros défis pour établir tout indice est l’organisation et la pondération des variables»

    C’était précisément pour cette raison qu’il fallait déjà prendre avec des pincettes les indices de libertés économiques. Par exemple quelle norme réduit la liberté économique avec la même proportion qu’une augmentation des prélèvements moyens de 2% ? Tout est extrêmement subjectif.

    Mais la ce problème atteint un paroxysme qui rend se classement totalement inutile. Tout les libéraux ne sont pas intéressés par les mêmes libertés. Personnellement les société d’Europe du nord ne me font aucune envie pour de nombreuses raisons.

    Sans parlez que l’on peut voir chaque liberté comme quelque-chose de pratique ou de symbolique. Par exemple le port d’arme. Dans la pratique sa permet de se protéger des agresseurs. Symboliquement c’est toutefois bien plus que ça. C’est le symbole de la primauté de l’individu sur l’état, qui n’est qu’une construction regroupant plusieurs individus et ne saurait avoir plus de droits que ceux ci.

    • Tous les indices sont plus ou moins subjectifs, mais faut pas déconner pour autant, les pays qui se trouvent tout en bas des indices de libertés économiques (Fraser ou celui du Wall Street Journal) sont quand même dans une sacrée merde, tandis que les pays en haut s’en sortent mieux économiquement.

      Je pense que même en changeant pas trop la pondération de certains points, on n’aurait pas forcément d’énormes différences, sauf peut-être pour certains cas subtils comme les pays scandinaves.

      Pour la petite histoire je m’étais amusé à chercher en 2013 s’il pouvait y avoir une corrélation entre l’indice de liberté économique (de la Fondation Heritage et du Wall Street Journal) et la parité de pouvoir d’achat de tous les pays (sauf pays en guerre, biais évident), résultat ? Corrélation positive forte (r=~0.5) avec facteur de correction de rang.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_libert%C3%A9_%C3%A9conomique

      • « Tous les libéraux ne sont pas intéressés par les mêmes libertés. » La Liberté ne devrait pas être un saucisson qu’on découpe à l’envi entre différents libéraux…

        • Non mais je vois pourquoi ca entre en compte quand meme. Quand je vois la Suede dans le top des libertés individualles, ca me fait bizarre. Pays le plus prohibitionniste d’Europe, pays taxant l’alcool à puotrance, pays trés interventionniste dans la santé et les normes sanitaires, j’attandais pas un si bon score de la Suède.

          En revanche pour les homosexuels, les femmes, les immigrés etc… il y a moins de contrôle au faciès de barrières pro ou de discrimination dans la traitement étatique. Si vous changez la pondération les pays scandinaves peuvent soit briller au firmament ou plonger derrière l’Uruguay…

      • « Tous les indices sont plus ou moins subjectifs, mais faut pas déconner pour autant, les pays qui se trouvent tout en bas des indices de libertés économiques (Fraser ou celui du Wall Street Journal) sont quand même dans une sacrée merde, tandis que les pays en haut s’en sortent mieux économiquement. »

        Ce qui réinterroge la taille de la fenêtre dans laquelle on pourrait s’autoriser des permutations en changeant raisonnablement les pondérations. Il va de soit que plus les critères sont nombreux et subjectifs plus cette fenêtre est grande.

        « Je pense que même en changeant pas trop la pondération de certains points, on n’aurait pas forcément d’énormes différences, sauf peut-être pour certains cas subtils comme les pays scandinaves. »

        Ils gagnent incontestablement sur l’état de droit toutefois je m’interroge beaucoup sur leur mentalité « hygiéniste » qui selon moi pousse vers une dérive totalitaire. Je pense aux idées de société sans cash, leur écologisme, leur sécurité routière et plus généralement toutes les idées du type « peut importe le nombre de règles contraignantes du moment qu’on peut éviter un mort/un blessé/une fraude… ».

        Je maintient qu’aucun renoncement à la liberté ne vaut la sécurité que l’on peut en tirer. D’ailleurs je me demande si on a compté tout ça comme des atteintes aux libertés civiles (et le port d’arme ? Qu’en est il ?).

        « La Liberté ne devrait pas être un saucisson qu’on découpe à l’envi entre différents libéraux… »

        C’est pourtant ce qu’on doit faire pour créer ce genre de classement…

  • Les nouvelles lois liberticides vont sûrement nous faire rétrograder vers les fonds abyssaux

    Il paraitrait que l’une des trois maximes soit « liberté »

    Certainement une erreur ………. comme pour égalité et fraternité ……

  • Dans un classement international, la France classée 33ème traduit une certaine aversion des populations étrangères envers une France donneuse de leçons de démocratie…
    La France est perçue comme un pays ou s’exerce l’abus de droit et l’abus de prérogatives.
    Un pays dirigé, depuis bien longtemps, par des personnages qui voudraient le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la fermière et bien plus encore…

  • 3e et 4e : Finlande et Danemark, qui ont chacun un % des dépenses publiques en points de pib égal à celui de la France (57%).

    Preuve éclatante qu’un haut niveau de protection sociale, et de dépenses publiques, est incompatible avec un haut niveau de liberté économique et politique ?

      • La conclusion reste la même : on peut être « libre » dans un pays dont le taux de dépense public est le même que la France.

        L’auteur de l’article que vous m’indiquez ne dit pas autre chose.

        « Si le prix à payer en contrepartie n’est qu’un taux d’imposition plus élevé pour les particuliers, en échange duquel le filet de sécurité social serait plus élevé, alors je signe n’importe quand! »

        Cela veut dire qu’un gros Etat n’est pas forcément l’ennemi.

        • Je ne dis pas le contraire. Cependant, je pense que c’est aussi une question de culture. La culture francaise n’aidant pas…

        • Évidemment qu’un gros Etat n’est pas forcément l’ennemi. Mais d’une part quand il est un ennemi, le gros est plus pénible que le petit, et d’autre part le gros à plus de risque de se transformer en ennemi que le petit.
          Alors parier sur l’exception, c’est un pari risqué …

          •  » quand il est un ennemi, le gros est plus pénible que le petit », « le gros à plus de risque de se transformer en ennemi que le petit. »

            Pas forcément. Un Etat de petite taille est plus facile à corrompre, car moins protéiforme

            Un petit état n’a plus que l’essentiel à vendre, c’est à dire la force publique, la justice.

            Beaucoup d’états faillis ou vraiment méchants avec leur population sont de petite taille, ennemis de leur peuple, comme le Guatemala (14% de PIB de dépense publique, très faible dette publique) sont de véritables plaies parce qu’ils sont pas chers à corrompre par les plus puissants.

            Il n’y a pas de lien établi entre taille de la dépense publique et danger sur les libertés. Ca dépend de la nature et de la gestion de ladite dépense, et aussi très probablement du degré de développement.

  • Impayable nos enarques. Pour rappeller l’excellence de notre systeme de santé, ils en ont reduits nos libertés pour dire « 33 ».

  • Pas besoin de cet Indice, pour le savoir ! Ils sortent une à 4 lois par mois pour rendre leurs citoyens amères.
    Ne plus supporter ce poids en ayant émigré, est un soulagement-

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emmanuel Malmendier[1. Titulaire d'une licence en droit U.Lg., d'un master en fiscalité U.Lg. – Hec, comptable-fiscaliste agréé.].

Il est maintenant établi que certains pays nordiques prévoient de supprimer l’argent-monnaie, le cash autrement dit, au profit du seul virtuel ! Tous les paiements DEVRONT se faire par carte ou par application sur votre téléphone portable.

Je vous engage à bien lire ce qui suit, à y réfléchir et si vous voyez clairement la menace que cela représente pour votre liberté, à le transmettre au maximum... Poursuivre la lecture

La Commission européenne a dévoilé son sixième paquet de sanctions envisagées contre Moscou visant à tarir le financement de la guerre contre l'Ukraine. Bruxelles entend mettre un terme aux transactions immobilières avec les citoyens, résidents et sociétés russes.

La proposition vise à mettre fin aux transactions immobilières avec des citoyens, des résidents et des sociétés russes - interdisant la vente ou le transfert, directement ou indirectement, de « droits de propriété sur des biens immobiliers situés sur le territoire de l’Union ... Poursuivre la lecture

culture libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Les activistes de gauche, notamment d’ultra ou d’extrême gauche, ainsi que certains sociologues, qualifient souvent Hayek de chantre de « l’ultra-libéralisme », partisan d'un État minimal relégué à la simple garantie des droits de propriété.

Cependant, une lecture attentive de ses ouvrages leur montrerait qu’il n’en est rien. Chez Hayek, la place de l’État est importante, et c’est ce qu’il convient d’expliquer dans cet article.

 

Le refus chez Hayek de l’État minimal

Contrairement à une idée répandue, Hayek n’est ni ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles