Obama contre le changement climatique : il est phénoménal…

Des déclarations qui font plaisir… et ne coûtent rien !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
obama by Anna(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obama contre le changement climatique : il est phénoménal…

Publié le 5 août 2015
- A +
obama by Anna(CC BY 2.0)
obama by Anna(CC BY 2.0)

Obama est vraiment très fort. Son « America’s clean power plan » (plan américain pour une énergie propre) donne bonne conscience au peuple américain, fait plaisir aux écolos du monde entier (c’est bon pour l’image), et aussi à notre ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, qui l’a félicité sur Twitter « pour ses efforts sincères ».  Ça fait plaisir… et ça ne coûte pas cher. Bien au contraire. Ce plan, subtil dans le vocabulaire, va renforcer l’industrie américaine du gaz et du nucléaire…

Ainsi, lundi 3 août 2015, le Président américain Barack Obama a lancé son plan contre la « grande menace » que fait peser le changement climatique sur la planète. Il a insisté sur « l’urgence d’agir immédiatement » en annonçant une nouvelle « restriction inédite », sur les centrales électriques pour relever l’un des « défis clés » de notre époque.

Bien, très bien même, car le monde entier retiendra cet effet d’annonce !

Mais qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord Obama soutient les énergies « propres » et non pas seulement « renouvelables » (comme les Chinois). Elles incluent… l’énergie nucléaire, et aussi le gaz de schiste. Une centrale électrique au gaz (de schiste ou non, c’est le même méthane) émet deux fois moins de CO2 par kilowattheure (kWh) produit qu’une centrale au charbon, et une centrale nucléaire en émet très peu (4 g / kWh contre 450 g pour le gaz et 900 g pour le charbon).  Et Obama n’envisage pas de réduire la consommation d’électricité… qui atteint prés du double de celle de la France par habitant1 .

Ensuite, aux États-Unis, le gaz de schiste extrait en abondance est devenu moins cher que le charbon, dont les Américains ne savent plus que faire. Ils l’exportent même vers… l’Allemagne dont plus du tiers de l’électricité est toujours produite avec du charbon (et un autre tiers avec du gaz russe…).

Or, les États-Unis produisent prés de la moitié de leur électricité (40%) avec du charbon et plus des deux tiers avec des énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole). Ce ne sera pas difficile de réduire drastiquement leurs émissions de CO2 en « favorisant » le gaz au détriment du charbon. De plus, Obama a « choisi » 2005 comme année de référence pour réduire de 32% d’ici 2030 les émissions de CO2 : « bien joué Callaghan ! »2. C’est l’année où la consommation de charbon destiné à la production d’électricité a atteint son maximum… Faire moins ne sera pas compliqué car, depuis cette date, le gaz (de schiste) remplace peu à peu le charbon, et les émissions de CO2 par kWh ont déjà diminué sans effort.

Enfin, pour une « première » et une déclaration sensationnelle « inédite », on peut se souvenir (sans mauvais esprit) que le projet initial, présenté l’an dernier (en juin 2014) par l’administration américaine, avait fixé à 30% le plafond de réduction des émissions de CO2 des centrales électriques. Ainsi, la fantastique « surenchère » d’Obama est de… 2% !

De plus, (toujours sans faire de mauvais esprit) si les États-Unis arrivent à réduire de 32% les émissions de CO2 de leurs centrales électriques, c’est-à-dire à atteindre 355 g /kWh par habitant, et par an, (en partant de 520 grammes en 2005), ce pays sera en 2030 encore dix fois plus mauvais que l’excellent niveau de la France qui est déjà d’environ 30 g3 en 2014.

On ne le souligne pas assez : grâce principalement au nucléaire (75%) et à l’hydraulique (10%) la France a, au minimum, 50 ans d’avance sur ces grands rivaux industriels, et notamment sur les États-Unis , en matière d’émissions de CO2 pour la production d’électricité, dont 90% n’émet pas de gaz à effet de serre.

En 2005, année de référence pour le plan américain annoncé, toutes énergies confondues, un Français a émis 6 tonnes de CO2, nettement moins qu’un autre européen, mais surtout trois fois moins qu’un Américain (20 tonnes). Mais c’est Obama qui va récolter les « félicitations du jury » à la COP 21 en décembre à Paris en favorisant subtilement le gaz et le nucléaire .

En partant de très loin et en demeurant un des pays les plus émetteur de CO2 de la planète, Obama peut annoncer « les États-Unis sont le pays qui a le plus réduit ses émissions de gaz à effet de serre dans le monde », notamment en remplaçant le charbon par le gaz de schiste ces dernières années…

« Il est vraiment, il est vraiment phé-no-mé-nal, la-la-la-lèreuh… »

  1.  http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/EG.USE.ELEC.KH.PC
  2. Se dit à quelqu’un qui a joué finement, avec ruse. Expression tirée des romans de Peter Cheyney, adaptés au cinéma, mettant en scène un détective privé, Slim Callaghan connu pour sa ruse et son astuce.
  3.  RTE, bilan électrique 2014 page 23
Voir les commentaires (117)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (117)
  • Pourtant le CO2 me parait plus naturel et moins dangereux que le plutonium et autres produits de fission.

    • Pas d’un point de vue atmosphérique.

    • Le CO2 qui arrive d’un coup au niveau du sol est très dangereux (lac Nyos : près de 2000 morts).

      Le Pu est dangereux s’il est respiré; s’il reste dans un container hyper-sécurisé, c’est autre chose.

      • Sauf qu’avec le Pu des centaines de générations futures devront traiter nos poubelles…bof c’est pas grave c’est comme la dette , c’est les autres qui paieront.

        • Le Pu est enterré dans des conteneurs hermétiques, il faut juste qu’ils évitent de creuser où on l’a enterré et ça ira très bien. Par contre le CO2 c’est plus compliqué à éviter…

  • Oui, mais bientôt nous aurons 50 ans de retard, sego et son ex sont à fond sur le sujet et sont des experts incontestables en régression.

  • C’est vrai qu’Obama prend tout le monde pour des quiches et qu’en plus les quiches s’en réjouissent mais le CO2 en même temps…

  • D’un point de vue, juridique, son plan est plus que douteux. pas sûr que ce plan soit appliqué dans les faits, il y a des chances pour qu’il soit censurer par les juridictions (à condition qu’elles appliquent le droit, la cour suprême a tendance à faire primer les intérêts politiques au respect du droit (le meilleur exemple est le mariage gay. Obliger tous les états à l’adopter est clairement inconstitutionnel, c’est une décision juridiquement intenable. mais bon, cela fait longtemps que la Cour suprême n’est plus la gardienne de la Constitution américaine).
    Récemment, la Cour suprême a censuré des règlementations de l’EPA même si elle a reconnu à l’EPA le droit de faire des réglementations, elle a dit que ses pouvoirs ne sont pas illimités

    • La Cour a reconnu que le CO2 est un polluant, que l’EPA pouvait faire des règlements draconiens… d’après ce que j’ai compris la Cour a censuré sur un point technique d’étude d’impact non réalisée, pas sur le fond.

      • Non, la Cour a dit clairement que l’EPA n’avait pas un pouvoir illimité de réglementation mais elle lui a quand même reconnu un certain pouvoir de réglementation.
        La Cour suprême a empêché l’EPA d’étendre ses pouvoirs (extension que peu de gens voulaient)

      • Les Républicains ont raison de voir cela comme une victoire (cependant, il est vrai que ce n’est pas une victoire totale mais une victoire mitigée)

  • Le CO2 n’est pas un polluant.

    C’est un gaz extrèmement utile à la flore, et à la vie en général.
    Son influence sur le climat n’est qu’une supposition qui a été reprise par des modèles, qui ont prouvé depuis 20 ans qu’ils étaient faux. Tant qu’il n’existera pas la moindre petite preuve que ce gaz a le moindre effet sur le climat, il est absurde de vouloir le réduire.

    • Si ce même CO2 crée encore plus de sécheresse, ça ne sert à rien pour la flore.

      • Il parait que ça augmente la quantité de pédo-nazi.

      • il paraît que depuis qu’il y a plus de CO2 dans l’atmosphère il y a aussi plus de vert sur la planète, notamment au Sahel. Pouvez-vous nous expliquer d’où vous tirez la corrélation entre CO2 et sécheresse ? S’il vous plaît…?

        • « Pouvez-vous nous expliquer d’où vous tirez la corrélation entre CO2 et sécheresse ? S’il vous plaît…? »

          Sur http://WWW.GROS-IGNARE.COM.

        • Le réchauffement climatique principalement causé par un excès de CO2 entraine plus de zones arides.
          L’excès de CO2 c’est probablement génial pour les plantes… quand la température reste la même. C’est pourquoi les effets bénéfiques sont largement contrebalancés par les effets négatifs.

          • « Le réchauffement climatique principalement causé par un excès de CO2 entraine…… »

            Faudrait voir à ne pas mettre la conclusion dans la prémisse (c-a-d dans l’introduction).

            • @gameouver : Je pars de l’idée que ceux qui lisent cet article savent que le réchauffement climatique entraine une augmentation générale de la température du globe et donc de la sécheresse. Et qu’ils connaissent la relation généralement admise entre cette augmentation de température et le CO2.

              Vous pouvez ne pas être d’accord mais je réponds correctement à la question posée sur la corrélation CO2 & sécheresse.

              • @Tom: Relisez mieux les théories réchauffistes avant de les défendre : Le CO2 est essentiellement le démarreur, le réchauffement catastrophique n’arrivant que par l’emballement thermique provoqué par l’augmentation de la valeur d’eau, des nuages, sans oublier l’albédo diminuée au pôles.

                Les soit-disant catastrophes climatiques actuelles ne sont que propagande pour la COP21.

              • Depuis le temps que le CO2 recraché par l’industrie/transports a explosé en quantités monstres, on devrait déjà avoir + 10 degrés. On cherche encore les records sérieux, pas ceux qu’on nous annonce au TJ/météo…

              • « (…) savent que (…)  » : non. On vous demande d’où cela sort, et vous ne répondez pas.

                • @Célestin : J’ai peine à imaginer de devoir vous expliquer ce que n’importe quelle page wikipédia peut vous renseigner en seulement 2 clics de souris.

                  Pour le dire franchement : arrêtez de jouer au plus malin.

          • « Le réchauffement climatique principalement causé par un excès de CO2 »
            Comment expliquez vous que depuis 20 ans a courbe d’augmentation du co2 n’est plus corrélée avec celle de la température ?

            • Votre argument est erroné. On constate que la planète se réchauffe de façon continu depuis au moins 1998. Et la concentration de CO2 n’a pas baissée, bien au contraire.

              • @Tom: FAUX.
                depuis 1998 environ il est impossible de déceler de manière statistiquement significative s’il y a réchauffement ou non.
                Et cela dépend de la version de la série de données de températures que l’on choisit, car elle murissent selon les vœux de experts.
                UAH est le plus solide, vu que les observations par satellite sont globales, mais avec seulement 37 ans d’observation c’est trop jeune pour tirer des tendances. GISS a fait l’objet de révisions à la hausse on ne sait pas trop pourquoi. HACRUT4 est entre les deux.
                Et même alors qu’il est indéniable qu’un réchauffement s’est passé depuis environ 150 ans rien ne permet de le mettre en corrélation avec les émissions de CO2. C’est statistiquement impossible avec les données d’observation disponibles, même après les avoir savamment massées.
                De fortes hausses de température ont eu lieu alors que le CO2 ne bougeait pas encore, et maintenant alors qu’on en émet en masse la température stagne.
                Il y a le phénomène du forçage radiatif qui rend plausible un rôle réchauffant du CO2. Mais ça ne le rend pas primordial loin de là.
                Avec les mêmes paramètre que ceux du GIEC on arrive à estimer la « culpabilité » du CO2 à environ un quart du réchauffement. Diminuer les émissions n’influencera donc jamais les trois autres quarts. Futile exercice!

                Alors on concocte des modèles plus complexes qui n’expliquent les changements climatiques par rien d’autre que l’activité humaine… et les simulations « prouvent » que l’activité humaine provoque le réchauffement.
                À l’exception d’un seul tous les modèles discutés par le GIEC dans son dernier rapport exagèrent la température actuelle, parfois de manière grossière.

                Ce n’est pas parce que quelque chose est possible que cela le rend probable, ni que ça en fasse la principale raison d’en avoir peur.

                • @Michel de Rougemont : Les mesures relevées sont tout à fait significatives et répondent à tous les critères de méthodologie scientifique.

                  Strictement personne n’explique que l’excès de CO2 est responsable du réchauffement climatique. Celui-ci a effectivement commencé bien avant le rejet massif de CO2. Ce qu’on explique c’est que l’excès de CO2 aggrave la situation de ce réchauffement et en découle des conséquences qui peuvent être catastrophiques, dont une sécheresse accrue. Ce qui annule les effets positifs du CO2 sur la flore.

                  En outre comment pouvez-vous expliquer le fait qu’on soit arrivé à détecter un réchauffement climatique il y a 150 ans en arrière… mais qu’on y arriverait plus depuis 1998 ?

                  • Le réchauffement, il est caché … dans un choux ❗ C’est choux 🙄

                  • statistiquement parlant, une température plus élevée de l’atmosphère c’est plus d’évaporations sur les océans. Or tout ce qui monte doit redescendre dirait lapalisse. Donc statistiquement plus de pluie !

                    • L’accumulation d’innondations est effectivement prévue à l’avenir (ou même déjà en cours), notamment en Asie du Sud-Est. D’où l’importance d’investir dans des digues dans ces pays afin de s’adapter au réchauffement en cours.

                    • Ah, bon, des sécheresses avec des inondations. Pas mal.

                • Et non, la température ne stagne pas, c’est un peu fatiguant d’entendre les sceptiques braire cet « argument » tous les deux commentaires : http://www.skepticalscience.com/global-warming-stopped-in-1998-intermediate.htm

              • Une constatation n’est pas une vérité : qui mesure ? On mesure quoi ? Ou ? Qu’en était il avant 1998 ?
                Est ce que quelqu’un peut me sortir un relevé des températures sur 400ans à Auxerre, à honolulu et à brisbane que je me fasse ma propre idée.
                De plus la plupart des gens n’ont aucune idée de ce qu’est le CO2, pas plus que le h2O, le hcl, ou le NO2, et ce gouvernement n’a de cesse de trouver d’autres taxes, ce qui est son but une fois encore

              • @Tom: Comment pouvez vous faire encore confiance à des mesures de températures basées essentiellement sur des sondes terrestres ?

                Des continents en possèdent peu, la plupart des sites historiques sont face au développement routier ou l’urbanisation, les formules d’ajustement tiennent plus de l’incantation et les détenteurs des bases de données de températures terrestres ressemblent plus à des gars qui cherchent à préserver leur fromage !

                Par exemple, comment expliquer que les variations apportées par ces ajustements ne sont pas vues des satellites ?

                Les réchauffistes ne peuvent valider leur théorie avec un CO2 qui croit et une température qui stagne. Ne trouvez vous pas étrange que les seules mesures qui sont ajustées (terrestres) par ces mêmes réchauffistes sont justement celles qui sont le plus difficile à récolter, contrairement à la mesure du CO2 (Hawaii) ou les mesures satellitaires ?

                • @amike : Les mesures récoltées sont largement diversifiées et pas uniquement terrestres.

                  Les biais statistiques provenant par ex. des îlots de chaleur urbains sont connus et c’est pourquoi les données brutes sont ajustées sur le long terme pour correspondre avec les données issus de milieux rurales. Et les conclusions s’avèrent les mêmes au final : il y a bien réchauffement globale (ça ne stagne donc pas). Et c’est bien entendu également mesuré et perçu par les mesures satellites. Enfin la méthode d’ajustement de ces données est disponible au public et n’a rien d’une incantation. Je peux vous la détailler si vous le souhaitez et vous jugerez par vous-même.

                  La température du globe augmente ainsi que le CO2. Il n’y a peut-être pas de corrélation entre les deux mais ce que je trouve fascinant – mais guère étonnant – dans ce débat c’est qu’on se sent obligé de toujours expliquer que l’une des deux choses décroit ou stagne. Parce que c’est une explication imagée plus simpliste et donc plus facile à vendre au public.

                  • « ça ne stagne donc pas »

                    En Belgique, juillet 2015 a été 0.3 C plus frais en moyenne que juillet 2014. On en conclut que cela stagne en ce moment.

                    • Vous concluez mal. Dans ce contexte on étudie les tendances sur le long terme et à plusieurs endroits du globe. Bref, on fait une moyenne. Comme en économie d’ailleurs quand on projette si l’activité d’un pays est en progression ou en récession.

                    • Des tendances sur des décennies, j’ai oublié de le préciser.

                    • Mais non, Face de Ra : le principe admis par tous les journalistes veut que si c’est froid, c’est du court terme, de la météo quoi ! Si c’est chaud , cela démontre une tendance à long terme, c’est le climat pour sûr !

                    • Et Tom bon petit soldat de la cause des réchauffistes qui trolle à 4h du matin. LOL

                    • @gillib : Vous savez où j’habite ? Vous connaissez mes horaires de travail ?

                      Non. Je dois forcément faire parti du complot « réchauffiste ».

                      Je vous laisse un instant réfléchir à l’absurdité de votre remarque.

                    • C’est qu’il est vexé le Tom :).
                      En tout cas vous êtes AUSSI là à 13H TU. lol

                    • « lol » sera donc le résultat de votre courte réflexion.

                      Vexé ? En vérité plutôt amusé car j’ai sur d’autres sujets l’habitude de ce genre de remarques prévisibles et paresseuses.

                      mdr quoi !

                    • @Tom

                      Arrêtez de trollez sur le RCA.
                      On n’est pas d’accord, c’est sûr.

                      Mais il y a sur Contrepoints plein d’articles sur le libéralisme où chacun peut trouver chaussures à son pied.

                      Cordialement.

                    • C’est moi qui « trolle » ?

                      Vous avez fourni quoi comme argument à ce débat, au juste ?

                      Sinon Contrepoints est clairement plus un fourre-tout qu’un magasin de chaussures. Et quand il existe une véritable ligne éditoriale c’est basé sur des opinions aussi déplorables que celles de ce topic. Bref, pas très glorieux pour le « libéralisme ».

                    • « Sinon Contrepoints est clairement plus un fourre-tout »
                      Ben oui on est libéraux et n’y a pas une ligne du Parti.
                      Les libéraux ne sont pas monolithiques et ne sont pas des petits soldats.

                      « Vous avez fourni quoi comme argument à ce débat, au juste ? »
                      La réalité, les faits 🙂

                    • C’est qu’il est vexé le Tom :).

                      Ne le provoquez pas. Le troll pourrait aussi être tenté de discuter économie. 😀

                  • « pourquoi les données brutes sont ajustées sur le long terme »

                    Pourquoi sont-elles ajustées à la hausse?

                    • @simple-touriste : De quelle hausse parlez-vous ?

                    • Des corrections de températures qui font de n’importe quoi une tendance à la hausse.

                    • @simple-touriste : Je vous demande d’être plus précis, pas de me répéter ce que j’avais déjà compris à savoir que selon vous on manipule les données afin qu’elles concordent aux résultats voulus.

                      Mais peut-être est-ce juste une phrase « comme cela » histoire de contredire même si on a rien de concret à apporter au débat.

                    • Ah bon, vous n’êtes pas au courant du scandale de la manipulation des revelés de température?

                  • @Tom.
                    le problème est que l’on nous fait croire qu’il y a un problème, que c’est le CO2 issu de l’activité humaine qui en est la cause. et qu’il faut mobiliser la planète en un exercice futile et injuste, donc scandaleux, de décarbonation à tout prix.
                    C’est cette chaine monstrueuse que la réfutation de la théorie anthroporéchauffiste doit briser.

                    • @Michel de Rougemont : C’est peut-être ça le problème. Un complot mondial contre… quoi d’ailleurs ? Mais à une affirmation exceptionnelle il faut venir avec des arguments exceptionnels. Et force est de constater qu’à mes yeux ceux des climato-sceptiques ne tiennent pas la route.

                      J’aimerai comme vous que l’excès de CO2 (et donc la croissance actuelle) ne soit pas pour parti un danger climatique. Mais jusqu’à preuve du contraire il me faut bien accepter cette vérité. Certains ici préfèrent faire mentir la réalité par conformisme intellectuel. On sait ce que cette posture peut donner à l’extrême-gauche, l’extrême-droite et donc pareillement chez les libéraux.

                    • Que pensez-vous du complot des intellectuels français pendant l’après guerre pour raconter que l’URSS c’était super?

                    • Tom, toi pas savoir lire. Michel de Rougemont pas avoir parlé complot. Toi devoir mieux suivre et pas écouter toujours copains à toi : eux toujours dire « complot ».

                      Toi ensuite parler « d’excès de CO2 ». Toi savoir quoi être optimal (attention, mot compliqué pour toi) en CO2 ?

                    • On parle de complot quand on n’a plus d’argument.
                      Tom bientôt nous traitera de négationnistes.

                    • @simple-touriste : J’en pense que certains ici développent le même symptôme : colporter de façon désinvolte des explications farfelues, parfois que l’on sait mensongères, en prétextant qu’on manque d’une vue d’ensemble (ici du réchauffement climatique, de la famine en Ukraine ou des procès de Moscou pour les intellectuels en question) et donc qu’on ne peut rien déduire ou son exact contraire.

                      Comme l’écrivait déjà Galilée à son époque : « Nos adversaires (les anti-coperniciens) seraient persuadés s’ils pouvaient l’être ; mais ils veulent se tromper eux-mêmes. »

                    • @gillib : La quasi-totalité des climatologues et presque tous les dirigeants de cette planète s’accordent sur les origines et les effets du réchauffement climatique. Si ce n’est pas un complot, qu’est-ce donc pour vous ? Une bande de crétins incapables de lire et d’interpréter des relevés ?

                    • Ah la théorie du complot..
                      Je pense que les scientifiques font leur boulot d’une manière consciencieuse, le pb n’est pas là.
                      Il existe une convergence d’intérêts, des intérêts non scientifiques, mais des politiques qui sont au bout de la logique de l’état providence (super menteur et la maison brûle), des fonctionnaires internationaux qui vivent de cela, des écologistes en deuil de la chute de l’utopie communiste, des journalistes avides des nouvelles alarmistes qui font acheter les consommatrices des moins de cinquante ans.
                      La théorie du RCA n’aurait jamais du sortir du cercle restreint des scientifiques du climat, tout le monde en souffre, la sérénité du discours scientifique, la sérénité du discours politique.
                      Pour finir, la PEUR est une mauvaise conseillère, surtout quand elle est basée sur des bases aussi fragiles.

                      Cordialement

                      PS On sera tous mort de toute façon, arrêtez d’avoir peur.

                    • La quasi-totalité des climatologues et presque tous les dirigeants de cette planète

                      Et vous osez citer Galilée. Bonjour la cohérence. Quand la science fornique avec la politique, ça pue toujours la merde.

                  • Pourquoi les seuls relevés de température fiables sont ceux effectués par satellite? Parce que la température est une grandeur intensive qu’on ne peux moyenner, ou, à la rigueur, seulement si la couverture est suffisamment complète et le maillage serré, ce qui ne peut être le cas des températures de surface, dont 85% des relevés proviennent des USA.
                    Les satellites couvrent la majeure partie du globe, ce qui les rends plus fiables que les mesures de surface, ne serait-ce que pour donner le signe de la tendance. Les données satellite UHA ou GISS ne montrent aucun réchauffement depuis près de 20 ans (on reste largement dans l’épaisseur du trait).
                    De plus, l’étude des carottes de glace a montré depuis longtemps que le CO2 augmentait plusieurs centaines d’années après l’augmentation de la température; c’est normal, puisque, la température s’élevant, les océans dégazent du CO2.
                    Les satellites montrent par ailleurs un reverdissement des zones désertiques. On injecte depuis longtemps du CO2 dans les serres industrielles qui est un aliment indispensable des plantes. Plus de CO2 permet une pousse plus vigoureuse et un meilleur emploi des ressources en eau par les plantes.
                    Les prévisions des modèles du GIEC (CMIP5 GCM) divergent de plus avec la réalité car il leur manque de nombreux paramètres. Nous sommes encore très loin de comprendre le fonctionnement du climat, mais une chose est maintenant certaine: l’homme n’est pour rien dans l’évolution globale du climat, même s’il peut avoir localement un effet.

          • Il est clair qu’un Président américain ne fera rien pour pénaliser l’économie de son pays, et le virage vers le gaz et le nucléaire (y compris la surgénération), sans douleur pour l’économie, le confirme.

    • Le discours sur le CO2 c’est pour faire plaisir au GIEC et à ses adeptes. C’est politiquement porteur en ce moment.

      Cela dit, réduire le charbon en faveur du gaz ne peut qu’améliorer les choses du point de vue de la pollution atmosphérique (poussières et résidus divers). Le charbon reste une des sources d’énergie les plus polluantes. C’est aussi celle qui tue le plus de par le monde (voir par exemple – en anglais http://nextbigfuture.com/2011/03/deaths-per-twh-by-energy-source.html)

    • C’est un gaz extrèmement utile à la flore, et à la vie en général.

      Et donc contraire au socialisme qui est toujours du côté de la mort et de la laideur.

  • Bravo pour l’information.

    On comprend tout de suite mieux l’enthousiasme de Ségogo pour les propos d’obama !

    C’est certain, la cop21 va être une réussite.

  • C’est sûr que faire la guerre partout sur la planète ça ne pollue pas. Les émissions des divers équipements militaires états-uniens répartit sur la planète sont-elles comptabilisées?

  • Obama joue son jeu entre son opposition et les gens convenables (le Giec); il ménage la chèvre et le choux. Comment faire autrement ? Les USA se moquent des diktats du Giec et des rechaufistes et ils n’ont pas tort. Les USA freinent pour des raisons politiques, notre bon président qui se fout de l’écologie, joue le jeu pour des raisons politiques! La science dans tout cela ?

  • On s’en cogne que les USA ne luttent pas assez contre les émissions de CO2. Le problème c’est la prégnance de cet insupportable discours avalisant la pseudo-science officielle du climat.

    La décroissance est la conséquence d’un tel discours et derrière elle la misère et la mort pour des centaines de millions de gens. On est en train de commenter, en faisant tinter les glaçons au fond de nos verres, ce qui n’est rien d’autre que la préparation du plus gigantesque crime contre l’humanité de tous les temps.

    D’ailleurs la décroissance a commencé. On est au premières loges en France avec l’interdiction de facto de pans entiers de la science et l’arrêt de tous les projets prometteurs qui se présentent et ce n’est pas d’hier. Qui se souvient encore du projet d’aménagement de la Loire ? Du canal du Rhône au Rhin ?

    D’ailleurs même de passer du charbon au gaz, le résultat est une énergie plus chère, pour des raisons chimériques.

    Il ne faut rien laisser passer dans ce domaine.

    • + 1 : et il est sidérant de voir, sous nos yeux, nos sociétés se suicider pour des croyances dénuées de fondement. Il y a les croyants ordinaires, gobant sans le moindre esprit critique, les thèses verdâtres jusqu’à en être persuadés dur comme fer. Et puis, il y a ceux qui répandent ces croyances, et en profitent, une étonnante conjonction hétéroclite d’affairistes comme Gore, de nucléaristes sans C02, de verdâtres purs et durs pour qui c’est une question de foi, de pays sous – développés tentant de capter des flux financiers, de fonctionnaires et politicards divers voulant un gouvernement mondial par le Giec onusien, et j’en passe.

  • Après avoir lu un certain nombre de commentaires, je constate qu’ ici, l’ obsession est d’ invalider la théorie du réchauffement. D’ ailleurs, il n’ y a même plus de théorie du réchauffement, mais des  » rechauffistes », c ‘ est à dire un mot servant à désigner une sorte d’ abruti, qui développe toutes sortes de théories pour entraver la libre entreprise. Pourtant, il me semble, sans être expert, qu’ um certain nombre de chiffres le confirme, comme les moyennes annuelles de températures, qui place les années les plus chaudes depuis 130 ans environ, au cours des 20 dernières années.
    Et, au delà des chiffres, par quel miracle pourrait – on croire que ľ activité d’ une société industrialisée de 7 milliards d’ êtres humains n’ aurait aucun impact sur le climat, la qualité de l’ air, de l’ eau, etc.?
    Autant l’ admettre, en limiter si possible l’ impact, pour réduire les catastrophes que cela peut enclencher, mais surtout s’ y adapter.

    • Hey, on est en train de vivre une des périodes les plus FROIDES des 200 derniers millions d’années.
      Et aussi une des périodes sur ces mêmes millions d’années avec le taux de CO2 le plus faible dans l’atmosphère. On parle d’un facteur 10, là, et de température 7° au dessus de ce qu’on observe aujourd’hui.

      A l’échelle géologique les 0.7°c de changement sur les 130 dernières années c’est un peu comme le changement de 1 ou 2 degré qu’on peut avoir d’un jour à l’autre. Non significatif.

      D’autant que les mesures sont… pas très fiables, et que les séries en question sont assez bruités avec un échantillonnage pas terrible.

      Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas participation du CO2 d’origine anthropique au réchauffement observé. Encore que 19 ans sans tendance haussière de la t-globale, période pendant laquelle 1/3 du CO2 émis par l’humanité durant toute son histoire a été relâché dans l’atmosphère, ça soulève quelques doutes, normalement. Mais la question est « puisque ce n’est en rien exceptionnel dans l’histoire de la planète, que les niveaux actuels sont dans le bas de la « bande de températures » qu’a connu la terre, et que ça coute un fric monstrueux et empêche les pays pauvres de se développer, est-ce que ça vaut la peine de lutter contre ce réchauffement -inéluctable à horizon de un ou deux millions d’années- et est-il si catastrophique que ça ? »

      Sinon, le principe en science c’est de chercher à invalider les théories. On ne peut pas prouver la véracité d’une thèse, on ne peut que l’invalider ou pas encore… Donc l’approche scientifique normale serait de chercher à rejeter l’hypothèse nulle (c’est pas un jugement de valeur, hein) actuelle à savoir qu’il existe un réchauffement anthropique catastrophique. Enfin, j’dis ça, j’dis rien…

    • « Après avoir lu un certain nombre de commentaires, je constate qu’ ici, l’ obsession est d’ invalider la théorie du réchauffement. »

      Elle s’est invalidée toute seule. Après, on constate qu’elle est invalidée. N’inversez pas les choses.

      Quand à l’obsession elle est du coté du pouvoir de tout lier aux changements climatiques, elle est du coté des escrolos, elle est du coté des donneurs de leçons. N’inversez pas les choses.

      D’ailleurs les réchauffistes n’arrêtent pas de trouver des explications à la « pause », la chaleur étant cachée soit dans les océans soit dans le futur. Ils cherchent et trouvent des explications, pour ça ils sont bons, mais pour les valider c’est autre chose. Ils sont fixés sur leur dogme et ne peuvent pas dire « peut être qu’on a tout faux depuis le début ».

      Quand quelqu’un remet au cause les observations plutôt que sa théorie, comment vous appelez ça?

      « D’ ailleurs, il n’ y a même plus de théorie du réchauffement, mais des » rechauffistes », »

      Oui, d’ailleurs ces gens appellent leurs contradicteurs des nég…istes ou bien des « contrarians » ou bien ils les traitent de soldats de la Terre plate, de fondamentalistes bibliques, de nervis des frères Koch (ils voient les frères Koch derrière chaque critique) … ou bien de complotistes! (cas typique de projection psychologique) Ce qui donne énormément envie de les respecter, parce qu’ils font de la recherche académique … NON!

      Grattez un peu le vernis scientifique vous verrez la puanteur du secte de staliniens lyncheurs.

    • « qui place les années les plus chaudes depuis 130 ans environ, au cours des 20 dernières années »

      Mais personne ne dit qu’il n’y pas eu de réchauffement au XXe siècle!

      Donc oui les décennies les plus récentes sont en moyenne plus chaudes. Et oui on risque plus d’avoir des records de température – mais officiellement la météo n’est pas le climat, sauf bien sûr quand on bat un record!!!!

      « pourrait – on croire que ľ activité d’ une société industrialisée de 7 milliards d’ êtres humains n’ aurait aucun impact »

      L’industrie a un impact sur l’air, sur l’eau, oui oui oui… La pollution liée à l’homme est mesurable… elle atteint souvent des niveaux inquiétants OK mais ne mélangez pas tout!

    • « l’ obsession est d’ invalider la théorie du réchauffement »

      Qu’il y a réchauffement ne signifie pas qu’il est principalement humain, votre « Et, au delà des chiffres, par quel miracle pourrait – on croire que ľ activité d’ une société industrialisée de 7 milliards d’ êtres humains n’ aurait aucun impact sur le climat, la qualité de l’ air, de l’ eau, etc.? » équivaut à condamner des gens parce qu’ils ont la tête du coupable. Qu’il y ait réchauffement ne signifie pas que les prédictions sont justes, que les conséquences sont correctes, que l’impact sur nos vies sont bien prévues ou que les solutions proposées sont viables ou possibles.

      Bonne chance pour convaincre 200 pays de sacrifier leur économie sur base de « théories », de modèles, fassent le grand bond en avant écologiste pour des milliers d’années…

      • “Bonne chance pour convaincre 200 pays de sacrifier leur économie sur base de « théories » »

        C’est quand même un peu ce qu’il est en train de se passer.

    • « c ‘ est à dire un mot servant à désigner une sorte d’ abruti, qui développe toutes sortes de théories pour entraver la libre entreprise. »

      C’est bien la thèse de ce que l’on peut désigner « le complot réchauffiste ». Le plus drôle c’est que de fervents libéraux se voient alors obligés – s’ils étaient honnêtes – d’inclure là-dedans Margaret Thatcher qui fut parmi les premiers dirigeants à prévenir l’opinion publique du danger du réchauffement climatique.

    • On ne dit pas réchauffistes mais fachauds.

      C’est dingue qu’il fasse chaud en été et froid en hiver depuis des centaines de millions d’années. Mais que fait donc le gouvernement ?

      • « C’est dingue qu’il fasse chaud en été et froid en hiver »

        Il parait que les modèles l’avait prévu et que c’est la PREUVE qu’ils marchent.

        True story

  • Hum. Sinon on fait comme en Chine et on termine à voir le soleil une fois par semaine (je vis à Shanghai, ça n’est pas un mythe).
    Réchauffement ou pas réchauffement, on entend bien le débat mais de là à s’insurger contre les réductions de CO2 ou le remplacement de centrales à charbon.

    • Pardon?
      Le CO2 vous masque le soleil?

      • Ah oui, cest bien connu, ça, que le CO2 est opaque et ne laisse pas passer les rayons du soleil. D’où, évidemment, le refroidissement que nous connaissons. Euh non, réchauffement.
        Euh non, finalement, j’ai dit une bêtise, là ?

    • @Sire
      C’est l’éternelle confusion entre pollution locale (poussières, SO2, VOC) et climat.
      Dans les années cinquante le smog londonien était si fort que l’on se mouchait avec le nez de l’autre.
      Pékin, New Dehli, Djakarta ou Shangai doivent faire face à d’autre défis que de se préoccuper d’un pseudo-problème climatique global.

      • Oui évidemment le CO2 ne cache pas le soleil, j’en ai bien conscience.
        Mais les centrales à charbon ne rejettent pas que du CO2. Alors même si c’est pour de mauvaises raison (tout le monde ne le pense pas) il est regrettable de protester contre des alternatives à cette industrie.

        • non elle ne rejettent pas que du CO2, et ce sont ces particules et autre polluants atmosphériques qui créent un problème de santé publique local, et pas du tout global.
          Le CO2 ne joue aucun rôle dans ces pollutions là.

    • Les écolos sont des gens qui ont leurs solutions et sont en quête de problèmes pour pouvoir les justifier…

      • Ils ont surtout des solutions pour vivre d’argent gratuit des autres. Parce que bon, le travail, c’est pas leur truc.

  • La France est en avance … oui mais elle un handicap un handicap Royal ….

    • Apparemment, Ségolène Royal est fâchée avec l’anglais. Sur Twitter elle a posté :

      @POTUS congratulations to président OBAMA for his engagement before Paris #COP21.French parlement adopted transition energetique bill.
      — Ségolène Royal (@RoyalSegolene) August 3, 2015

      Madame la ministre : les accents n’existent pas en anglais, il aurait donc fallu écrire « president » au lieu de « président ». Deuxièmement, le mot anglais « engagement » signifie « fiançailles ». « Parlement » est un mot français, qui se traduirait par « parliament », et enfin, Madame, vous auriez dû traduire la « transition énergétique » par « energic transition ».

      Aller on recommence sa copie et on s’excuse……. Chiche Madame Royal !

      • « engagement » signifie « fiançailles » : OUI c’est le mariage entre le socialisme (qui au moins la version soviétique croyait au progrès technique améliorant la vie du peuple, on doit lui reconnaître cela) et le verdisme, qui prône le retour au temps passés rousseauistes, c’est à dire imaginaires

  • Quel beau programme, généreux, humaniste, désintéresse.
    Evidemment les états producteurs de charbon ont très tendance a voter républicain, mais ça n’a bien sur rien a voir.

    • Il n’y a pas de producteurs sans consommateurs.

      Mais si les centrales à charbon US étaient fermées, le pays exporterait encore plus de charbon.

  • Sans oublier qu’au niveau mondial, environ 80% de l’énergie consommée (pas seulement la production d’électricité, mais aussi les autres utilisations : transports, industrie, agriculture,…) provient des combustibles fossiles, charbon, pétrole et gaz dont la combustion rejette des déchets dans l’atmosphère parmi lesquels les gaz à effet de serre (gaz carbonique CO2, méthane CH4,…) : on voit la hauteur du défi à relever !

  • Il est clair qu’un Président américain ne fera rien pour pénaliser l’économie de son pays, et le virage vers le gaz et le nucléaire (y compris la surgénération), sans douleur pour l’économie, le confirme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles