Socialisme : de mai 1981 au 1984 orwellien

Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)

« Les socialistes auront tout de même mis 34 ans pour passer de 1981 à 1984. »

Par Le Parisien Libéral.

Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)
Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)

610 retweets pour cette excellente analyse qui dit tout

le parisien libéral

Franchement, n’est-il pas comique de constater que, alors que nos politiciens, tout particulièrement ceux de gauche (mais c’est pareil pour la droite) vantent la retraite par répartition à 60 ans ou après 40 ans de carrière, nous avons au pouvoir :

  • François Hollande, 60 ans, déjà à l’Élysée en 1981
  • Laurent Fabius, 68 ans, déjà Premier ministre en 1984
  • Ségolène Royal, 61 ans, déjà à l’Élysée en 1981
  • Anne Hidalgo, 56 ans, qui cumule son emploi de maire de la capitale avec sa retraite
  • Jean-Yves le Drian, 68 ans…

Plus triste est le fait que la gauche, celle qui combattait la Hadopi ou l’extension du champ d’application du secret défense, a fait adopter non seulement la dernière LPM mais aussi et surtout la Loi Renseignement, que même le Conseil Constitutionnel n’aura pas bloqué.

Comment avons-nous pu en arriver au fait que le pays des Droits de l’Homme soit maintenant critiqué par un grand nombre d’associations (Ligue des droits de l’Homme, Amnesty International, Reporters sans frontières, Syndicat de la magistrature, Quadrature du Net…), mais aussi par l’ONU ?

rené le honzec 1984Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas que le Parti Socialiste a validé la mise en place d’une loi qui ridiculise le contrôle que la RDA ou l’URSS avaient sur leurs populations.

Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas que, alors que les États-Unis reviennent enfin sur le Patriot Act, notamment du fait des activistes libéraux comme Rand Paul, la France, qui donne des leçons de démocratie au monde entier, se dote d’une législation légalisant des pratiques autrefois illégales.

Nous ne pourrons pas dire, quand sera effectué l’amalgame entre mouvements sociaux, contestation de la politique du gouvernement et terrorisme, que nous ne pouvions pas deviner que la restriction de la liberté d’expression concernerait bien plus que les bad guys officiels identifiés comme tels par le gouvernement.

Mais qui a bien pu mettre dans la tête de ces politiciens ultra-étatistes, de gauche comme de droite, que 1984 de George Orwell, devait être pris pour un manuel d’instruction ?

Sur le web