Pour l’ubérisation des services publics

Uber peut servir de modèle pour moderniser la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour l’ubérisation des services publics

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juillet 2015
- A +

Par Hector Allain.

Uber credits joakim formo (CC BY-NC-SA 2.0)
Uber credits joakim formo (CC BY-NC-SA 2.0)

Uber a libéré les Parisiens d’un service fortement régulé, à la fois coûteux et médiocre. Les VTC ont en quelques mois ringardisé les taxis traditionnels, en proposant des véhicules propres, le paiement par carte bancaire systématique et même la célèbre bouteille d’eau gratuite. Ne pourrait-on faire la même chose avec ces services publics que nous subissons au quotidien ? L’ubérisation de l’État est dans les faits déjà partiellement en cours. Il faut désormais l’encourager. À la clé, plus de compétitivité, moins d’impôt, et surtout un vrai service.

Transports publics

Trains en retard, non climatisés, des grèves à répétition, la SNCF offre un service médiocre et dont les prix augmentent deux fois plus vite que l’inflation. Le train est devenu cher tant pour l’usager que pour le contribuable. La ligne Bordeaux-Lyon est par exemple subventionnée à hauteur de 275 euros par passager transporté selon le rapport Duron. Dans ce domaine, la révolution a déjà commencé avec Blablacar et bien d’autres initiatives en train de naître au niveau local.

Sécurité sociale

La Sécurité sociale est un gouffre qui se creuse d’année en année, entre mauvaise gestion et fraude galopante. Dans la même idée, le RSI, la Sécu des indépendants, est régulièrement brocardée pour son incompétence et son traitement déshumanisé des assurés. Un tue-l’amour qui effraie de nombreux entrepreneurs potentiels. La réponse est simple : autorisons à « sortir de la Sécu » tous ceux qui le veulent. La concurrence fera le reste.

Pôle emploi

Pôle Emploi n’intervient efficacement que pour très peu de chômeurs. Ce service de l’État est désuet dans un monde du travail en reconfiguration rapide. Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou des job-boards comme Monster accompagnent déjà largement les chercheurs d’emploi. Autorisons la création d’agences de l’emploi privées comme au Royaume Uni.

Éducation

Les classements internationaux nous désignent comme les bonnets d’ânes du monde développé. L’Éducation Nationale s’est fossilisée sous l’emprise de syndicats dogmatiques. Dans un monde qui change vite, il faudra se former en permanence, de 7 à 77 ans. Combiner le e-learning et l’enseignement traditionnel est un défi prometteur mais on doute que le système soviétique de l’Éducation Nationale ne réussisse cette mutation.

Santé

Le système français de santé n’est plus aussi bon qu’on le prétend. L’hospitalisation, pour l’avoir constaté récemment avec des proches, est devenue un cauchemar. La santé publique n’est pas à la hauteur des enjeux modernes de prévention et d’éducation. Il ne s’agit pas de supprimer les hôpitaux publics évidemment, mais de compléter l’offre par des services innovants proposés par le privé. L’ubérisation apporterait beaucoup : un meilleur contrôle des coûts, une amélioration du service, et une efficacité médicale plus grande.

Autres organismes de service public

À l’heure où les données disponibles croissent de façon exponentielle, que penser des missions de l’Insee ? Ne faudrait-il pas les revoir, et en profiter par la même occasion pour fournir des statistiques indépendantes du pouvoir politique ? Quant au CNIR, conseil national de l’information routière, sympathiquement nommé Bison Futé, il sera bientôt inutile avec des services comme Waze qui collectent des données de millions d’automobilistes. Quand le supprimera-t-on ? Une mention spéciale doit être réservé au CGET, l’avatar bureaucrate de la DATAR, anciennement chargée de l’aménagement du territoire. Dans un environnement économique devenu chaotique, on se demande ce que peuvent bien prévoir des hauts fonctionnaires totalement déconnectés du réel…

La fin du 20ème siècle a marqué l’apogée de l’État bureaucratique. Cette institution est aussi obsolète que le magnétoscope des années 1980. L’avenir appartient à des systèmes souples, hautement évolutifs, auto-régulés et concurrentiels. À terme si nous ne réagissons pas, c’est notre souveraineté qui en sera menacée. De nombreux pays de l’OCDE ont fait décroître l’État, à l’instar du Canada, de la Suède, de l’Allemagne et même du Portugal. Le Royaume Uni a supprimé plus de 500 000 postes de fonctionnaires depuis 2010, ces suppressions étant largement compensées par la création d’emplois privés à plus forte valeur ajoutée. Ces pays sont entrés dans le 21ème siècle. Pas nous.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • « Ces pays sont entrées dans le 21ème siècle. Pas nous. »

    Excellente conclusion. Combien de temps avant que les mentalités changent ? Il fut une époque où « nous avions des idées » à défaut de pétrole. Aujourd’hui nous vivons l’exode cérébral : fuite à l’étranger ou disparition pure et simple de la caboche des gens.

  • Ne vous inquiétez pas, on rentrera dans le 21eme siècle…. quand les autres rentreront dans le 22eme.

    En France, a force de nous bercer de « devoir de mémoire », de méchants immigrés, de « c’était mieux avant »,… les conservateurs gagnent le combat de l’affect, la peur est plus vendeuse que l’évolution, et la peur fait que l’on veut conserver le modèle actuel sans jamais le faire évoluer. Il faut que les nouvelles générations, moins baignés dedans puissent éclore, et cela ce fait en 3,4 générations, et en l’occurence, quand on rentrera dans le 22e, nous passerons dans le 21eme…
    En France les conservateurs (FN, FdG, une bonne partie de l’UMP pardon LR, et une bonne partie du PS) ne gagnent qu’en jouant sur les peurs, ces peurs sont manipulés, et l’humain est ainsi fait, plus on lui fait peur, plus il a peur de tout, plus il a peur de l’évolution.

    Quand on discute du train privatisé (je viens de commenter ainsi sur un blog) on nous sort l’exemple anglais et l’accident de LadBroke Grove en 99 qui a fait 30 morts est ressorti pour dire que la privatisation entraine des morts… les gens se satisfont de cela, et ne cherche pas… a voir qu’en France en 2013 avec un super reseau public et un super train public, on a eu 7 morts a Bretigny, et si le train était passé a une heure de pointe on en aurait eu autant, qu’en Espagne, en 2013 sur un reseau public, avec un train public, il y a eu 80 morts a Saint jacques de compostelles…. bref la peur gagne, car les gens ne vérifient pas par eux-meme, et ne remettent jamais rien en question, accepte la parole divine du premier orateur.
    Si vous voulez privatiser un tant soit peu la santé, on vous dira que tout le monde va mourir, les gens auront peur et se bloqueront.

    Je pense sincèrement que la France sera le dernier pays libéral d’Europe…. nous sommes trop basé sur notre histoire et pas assez sur notre futur.

  • vivement que les notaires soient aussi uberisés !

    • Marcel ,

      Il y a une petite dizaine de milliers de notaires en France qui font un travail que d’aucuns critiqueront mais qui est très utile pour la société et il y a 6 millions de fonctionnaires et agents de l’état en France …à votre avis , en raisonnnant par la masse des intéressés , où faut il réformer ( mise en place d’un état régalien) si vous voulez faire survivre ce vieux pays …

      • Les 2 mon adjudant ! Vu qu’il existe plus de voleurs de voitures que de voleurs de bijoux, laissons les voleurs de bijoux tranquille ? (et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, c’est une simple comparaison)
        Le notariat en France, tout comme les pharmaciens, les taxis,… sont des professions de privilégiés (par l’Etat j’entend, je ne parle pas de revenus), des privilèges gagnés de longue date par du lobbying a toute épreuve… comme les syndicats ont gagnés leurs combats qui a permis qu’il y ait autant de fonctionnaires en France.

        Le privilège, seul les clients peuvent vous l’accorder, pas l’Etat. Il y a autant a combattre le nombre et les privilèges des fonctionnaires que les privilèges des notaires… tout comme, ce n’est pas parceque le plus gros cout de l’Etat sont les subventions aux entreprises, qu’il ne faut pas controler le cout que nous coute le RSA ou le chomage non controlé qui coutent moins cher.

  • C’est vraiment une vision court-court terme . Vous ne nous aviez pas habitués à des raisonnements si primaires !

  • Uberiser les servics publics !
    Excellent ! tant pour l’idée que pour le slogan.
    La mise en concurrence des services publics dans tous les secteurs où ils opèrent serait salutaire. Y compris dans la sécurité des personnes et des biens. (nocivité du monopole d’Etat, et plus encore de sa centralisation) y compris en matière de justice (nocivité de la centralisation judiciaire). Dans ce cas précis les juridictions territoriales seraient en concurrence, chacune dans leur ressort respectif.

    On pourrait même aller jusqu’à une UberPopisation de certains services publics.
    Par exemple l’instituteur vers 1900 entrait à l’école normale ordinaire en seconde. Il avait à peu près le niveau du bac. Aujourd’hui l’instituteur est bac +5, le niveau n élémentaire en est-il plus élevé ? Pourquoi ne pas ouvrir cette profession à la concurrence, t au niveau du bac ?

    Autre exemple la prévoyance. Avant guerre notre nation bénéficiait du large mouvement d la mutualité, où l’Etat n’était pour rien. Cette autonomie du corps social n’a pris fin que sous Vichy, la capitalisation ayant servi à payer l’armée d’occupation.

    Tous ces services étatisés touchent le peuple de près. Pourquoi ne pas porter cs solutions-revendications lors des prochaines législatives dans toutes les circonscriptions ? Je suis certain que l’audience serait au rendez-vous !

  • Qu’est-ce qu’überiser ?
    Privatiser et déréglementer.

  • Dire que la sncf a bloqué pendant des années les lignes de bus intercité

  • L’autostop, le logement chez l’habitant, sont des alternatives économiques qui existent depuis plusieurs années. Elles n’ont jamais été contestées jusqu’à présent – et encore heureux – car elles partent de la volonté de certaines personnes d’offrir un service solidaire.
    Aujourd’hui, on parle d’uberiser tous les services de l’état. C’est de la pure manipulation politico-médiatique.
    Si blablacar, airbnb, uberpop se sont développés, c’est que ces offres ont su répondre à une demande de la société. Laissons donc le marché décider ce qui doit ou ne pas être développé.
    Et quant aux alternatives d’offres existantes, tant que celles ci respectent les lois, arrêtons de les contester. Elles font désormais partis du marché, aux acteurs traditonaux de s’adapter et à l’Etat de les aider. Voici comment fonctionne une économie moderne.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Uber files
3
Sauvegarder cet article

Une nouvelle « affaire » agite le milieu médiatique : de 2014 à 2016 une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation publiée dimanche 10 juillet révèle qu'en coopération avec des lobbyistes, le ministre de l’Économie aurait pesé de tout son poids pour qu’Uber s’implante en France. Au cœur du « scandale », un deal entre Emmanuel Macron et Uber autour de la loi Macron 2 : en échange de l’abandon de la mise en place d’Uberpop, Emmanuel Macron a promis de faciliter les conditions d’accès pour devenir chauffeur de VTC. Il ... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles