Radier les chômeurs ou dynamiter Pôle emploi ?

pole emploi rené le honzec

Le vrai problème n’est évidemment pas de radier les demandeurs des statistiques ou de virer les chômeurs de Pôle emploi : il est de leur trouver un job ! Et c’est ce que François Rebsamen a oublié.

Par Nicolas Nilsen.

 

pole emploi rené le honzecRebsamen, le ministre dit du Travail, a enfin trouvé la solution au problème du chômage : il vient de demander à Pôle emploi de « renforcer les contrôles pour vérifier que les gens cherchent bien un emploi ». Cela parait du simple bon sens (« chercher un emploi » étant la moindre des choses quand on se présente comme « demandeur d’emploi »). Mais que ce soit un ministre PS, ancien de la Ligue Communiste Révolutionnaire qui le propose, c’est évidemment plutôt assez amusant. Surtout quand on se rappelle les hurlements de la Gauche à l’époque où la Droite envisageait de le faire…

switchiepoleemploi1

Mais peu importe. Car le vrai problème n’est évidemment pas de radier les demandeurs des statistiques ou de virer les chômeurs de Pôle emploi : il est de leur trouver un job ! Et c’est ce que Rebsamen a oublié.

Je suis toujours stupéfait de voir combien les ministre semblent habiter sur une autre planète : ils sont persuadés que, pour relancer la croissance, il leur suffit de faire des discours et de clamer qu’ils « aiment les entreprises », ou que pour résoudre le problème du chômage, il suffit de purger les statistiques et de radier les demandeurs d’emploi. Un demandeur d’emploi radié reste un chômeur sans emploi, avec cette différence qu’il sera dans la rue sans ressources au lieu d’être inscrit à Pôle emploi pour suivre une formation. Beau système dont on admire la performance !

Contrôler les chômeurs c’est bien, les placer c’est mieux !

Je regardais les derniers chiffres du chômage en juillet publiés le 27 août. Vous savez qu’on est maintenant à 5 747 300 chômeurs en France métropolitaine (auxquels il faut encore ajouter les chômeurs des DOM qu’ils s’obstinent à comptabiliser à part). Mais en réalité – si on comptabilise les radiations administratives et les personnes qui, bien que recherchant un emploi, ne s’inscrivent plus à Pôle emploi, tellement elles sont découragées – on est plus proche des 6 millions de chômeurs.

Mais il n’y a pas que ces 6 millions de chômeurs qui donnent des frissons dans le dos. Il y a aussi l’ancienneté au chômage et la durée d’inscription sur les listes des demandeurs d’emploi. Là aussi, c’est affligeant.

17 mois et demi d’ancienneté au chômage

Fin juillet 2014, en France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus a augmenté de +9,4% en rythme annuel. L’ancienneté moyenne des demandeurs d’emploi était de 17 mois et demi (529 jours).

switchiepoleemploi2

Bravo la performance de Pôle emploi ! Vous avez entendu Rebsamen s’en prendre aux gens de Pôle emploi et les blâmer pour cette contre-performance ? Non.

Si on regarde maintenant non plus ceux qui sont inscrits sur les listes mais ceux qui sont sortis, on voit qu’ils étaient inscrits en moyenne depuis 9 mois (275 jours) avant de trouver un job ou d’être radiés (pour aider Hollande à « inverser » la fameuse courbe du chômage).

switchiepoleemploi3

Ces chiffres montrent donc qu’en moyenne, si on ne sort pas de Pôle emploi au bout de 9 mois, on a toutes les chances de rester encalaminé dans le paquet de ceux qui vont y rester 1 an et demi ! (et plus, puisque ça s’allonge)

Pôle emploi ne place pas, il radie

Que fait donc Pôle « emploi » de ceux qu’il traîne ainsi depuis 18 mois sans se donner beaucoup de mal pour les placer ? Bonne question et je vous remercie de me l’avoir posée. Pôle emploi ne place pas, il radie progressivement pour améliorer les statistiques du chômage.

C’est évidemment cela le triple désastre : un système de placement qui ne place pas, qui s’ajoute à un système de formation professionnelle qui ne forme pas et qui débouche sur un système industriel qui n’embauche pas ! Voilà ce que devrait faire Rebsamen en priorité : dynamiter un système qui ne fonctionne pas et a complètement failli à sa mission. Mais avez-vous entendu des hommes politiques se préoccuper de ces chiffres ? Non, ils sont beaucoup trop occupés à se demander s’ils doivent se dire « socialistes » ou « social-démocrates », ou plutôt « sociaux libéraux » ou bien « libéraux démocrates », à moins que ce ne soit « démocrates sociaux »… En fait ils se moquent du monde et, pour vous dire la vérité, je pense qu’ils n’en ont plus pour très longtemps. Le système qu’ils ont été incapables de réformer à froid finira inévitablement par leur exploser à la figure. Quand un État est en faillite, quand il y a 6 millions de gens qui arrivent en fin de droits, ça risque de faire mal.

Des millions de jeunes Européens au chômage

En Europe, ce n’est pas mieux. Eurostat indique qu’en mars 2014, 5,340 millions de jeunes Européens de moins de 25 ans étaient au chômage dans l’UE à 28 (mais si, vous savez bien, cette fameuse Europe à 28 qui devait nous apporter croissance, prospérité, emplois, bonheur et joie de vivre…). Un peu partout dans l’Union européenne – du Portugal à l’Europe de l’Est – les taux de chômage des moins de 25 ans sont effrayants : en mars 2014, le taux de chômage des jeunes s’établissait à 22,8% dans l’UE28 et 23,7% dans la zone euro. Trop cool l’Europe. Les taux les plus élevés étaient évidemment en Grèce (56,8% en janvier 2014) et en Espagne (53,9%). Et le taux le plus bas (mais chut, il ne faut pas le dire car c’est évidemment la faute à cette méchante Angela Merkel) était enregistré en Allemagne (7,8% en mars 2014)…

En France, pendant que le chômage atteignait des niveaux record, Hollande commémorait la fin de l’esclavage, le débarquement de Normandie, le début de la guerre de 14, la mort de Jaurès, le débarquement de Toulon… etc. Donc les choses sont bien en main : le Premier ministre vient de réaffirmer que les 35 heures ne seraient pas remises en cause ; Claude Bartolone, le Président de l’Assemblée Nationale, qu’on « ne touchera pas aux totems du progrès social », Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, que le « social libéralisme » n’est « ni notre langage, ni notre culture, ni notre tradition »… Et maintenant c’est Rebsamen qui va radier les chômeurs sans que Pôle emploi et le système de formation professionnelle aient reçu le moindre coup de bâton pour ne pas avoir trouvé de job aux chômeurs. Le futur s’annonce donc radieux pour l’emploi !

Quand tous ces jeunes chômeurs se révolteront…

Ce qui est le plus inquiétant quand on regarde l’évolution des courbes du chômage des jeunes, c’est la tendance lourde dans une Europe en crise, sans croissance et donc sans perspective d’emploi et d’embauche.

switchiepoleemploi4

Car même si les statistiques les plus récentes sont faussées par les radiations massives destinées à lisser les données et faire provisoirement fléchir les courbes officielles, ce qui demeure c’est l’aveuglement sidérant des dirigeants européens qui ne voient pas les bombes à retardement placées au cœur même de leurs jeunesses.

Quand ouvriront-ils enfin les yeux pour voir qu’il y a le feu et qu’il faut arrêter les prétendus plans européens de relance ruineux qui non seulement ne marchent pas mais sont financés par la dette, c’est-à-dire précisément par ces mêmes jeunes qui ne trouvent pas de job et sont à la rue ! Comment ne le comprennent-ils pas ?

Ces jeunes-là ne pourront évidemment pas payer la dette accumulée par les politiques et ils se révolteront ! Bientôt ils casseront tout ou deviendront fascistes : l’un puis l’autre, ou l’un et l’autre. Chemises noires, chemises brunes, chemises rouges, peu importe, ils s’en foutent : quand ils arriveront en fin de droits ils finiront n’importe comment par tout casser. Dans « Like a rolling stone », Bob Dylan le disait très justement : « When you ain’t got nothing, you got nothing to lose… » Les jeunes européens au chômage n’auront rien à perdre.

Et pour ceux qui critiquent l’Allemagne (comme tous les abrutis qui étaient réunis à la dernière Université d’été du PS), il suffit de regarder où se situe la courbe allemande, ne serait-ce que pour comprendre comment fonctionne une économie qui marche.

Que de temps perdu !

Les forces qui tractent la société sont très lentes à se mettre en mouvement, et il est très difficile d’en modifier la trajectoire rapidement. D’où l’urgence de prendre le taureau par les cornes et de se bouger. Prenez la formation professionnelle des jeunes par exemple, ça se compte en années. Pareil pour le redressement de l’appareil productif : rien avant des dizaines d’années. Pareil pour la réforme du placement des chômeurs : il faudra des années pour dynamiter Pôle emploi qui a totalement failli dans sa mission. Il faudrait avoir le courage de s’y attaquer au canon – comme si on était en guerre – et avec une énergie farouche. Mais ce qui intéresse aujourd’hui les médias et les hommes politiques, c’est uniquement de savoir si Moscovici a enfin obtenu son strapontin à Bruxelles ; si Montebourg a vraiment dit que Hollande était un incapable, ou si les 35 heures sont ou non une chance pour la France… On croit rêver. Je comprends que les Français soient démoralisés : leurs dirigeants politiques ne sont pas seulement désespérants et décourageants, ils sont totalement affligeants. Vivement que ce vieux système explose et que le bruit de l’explosion les réveille enfin.

Un tweet de Rebsamen en… 2012. Que de temps perdu !

switchiepoleemploi5
Sur le web.