Climathon, semaine 20 : l’assaut des industriels

Tout au long de l’année 2015, le climathon récompense chaque semaine la plus belle pièce de propagande climatique de la semaine écoulée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
the us army credits www.Army.mil licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 20 : l’assaut des industriels

Publié le 20 mai 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.

the us army credits www.Army.mil licence CC-BY 2.0), via Flickr.
the us army credits www.Army.mil licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Le jury du climathon vient de s’étoffer d’une manière inédite, avec la semaine dernière rien de moins qu’un quadruplement du nombre de ses membres. Preuve de l’intérêt croissant suscité par la compétition, dont l’encadrement entre ainsi dans une ère plus professionnelle, l’arrivée de ces renforts doit permettre de ne rien rater de toutes ces merveilles de propagande climatique qui vont nous être servies en vue de la conférence Paris Climat de décembre. Si vous aussi vous souhaitez pouvoir dire « j’en étais », hâtez-vous de nous rejoindre.

La meilleure preuve que la manne de la propagande climatique est inépuisable, c’est que plus on en cherche, plus on en trouve. Nul effet de saturation ne semble devoir limiter la masse de la désinformation ambiante sur les « terribles-deux-degrés » au-dessus desquels la planète se changera en poële à frire (© Michel Rocard). Les lecteurs sont donc appelés à une certaine indulgence envers le jury, qui doit faire face à une masse d’autant plus considérable de prétendants à la victoire, qu’il sera sans doute nécessaire d’organiser en un tout cohérent à l’avenir. Classer la propagande par genre, ce sera un peu comme au festival de Cannes où des récompenses sont accordées par catégories. Propagande classificatoire, propagande par l’image, propagande par l’émotion, propagande par chiffres tronqués, propagande par raisonnements spécieux… c’est tout cela qu’il va falloir organiser, et qui prendra sans doute un peu de temps.

En attendant une nomenclature de la propagande climatique, nous poursuivons pour cette semaine 20 sur le mode des semaines précédentes, avec tout d’abord un très bel accessit décerné à Pascal Canfin. L’intéressé, en tournée mondiale pour son livre indispensable sur le climat, a en effet déclaré — sérieusement à ce qu’il semble — qu’il y a un lien avéré entre l’émergence de Boko Haram et le « dérèglement climatique ». L’on se souvient que lier terrorisme et climat avait valu à Klaus Schwab sa belle victoire en semaine 4. Nul doute que d’autres associations du même genre sont possibles, le jury s’en réjouit d’avance.

Il a dû en falloir des essais, des tests, des mesures, avant d’arriver à cette révélation : cultiver des betteraves, c’est lutter contre le réchauffement climatique ! C’est ce que nous apprend cet excellent article du Parisien. Une magnifique photo montrant un sauveur du climat posant les armes à la main illustre ce texte à l’implacable logique. Nous saurons désormais comment exploiter les terres là où le permafrost aura dégelé.

Si, dans la nomenclature future des réalisations de propagande climatique, il apparaît pertinent de créer une catégorie « Je prêche pour ma paroisse », alors un cas d’école sera celui d’Antoine Frérot, ci-devant PDG de Veolia, qui n’a pas de scrupule à pousser à la roue pour la mise en place de pompes à phynances mécanismes innovants climatiquement vertueux dont, le hasard fait bien les choses, Veolia serait sans doute bénéficiaire net. Antoine Frérot a ainsi déclaré, selon ce qu’en rapporte L’Usine nouvelle, que « les gaz à effet de serre sont une pollution difficile à traiter… or les pollutions difficiles sont au cœur de nos solutions.«  Ça tombe à pic, donc. L’industriel climato-compatible considère aussi que ce n’est pas une taxe carbone qu’il faut introduire, mais une redevance : nuance ! Il propose encore quelques mesures protectionnistes à l’échelle de l’Europe contre les méchants pays étrangers qui ne mettraient pas en place le même genre de taxation. Rien à voir avec une tentative de protéger son marché, bien sûr, qu’allez-vous imaginer !

Autre accessit de la même catégorie : celui décerné au PDG de… Total, Patrick Pouyanné, qui lui aussi dans L’Usine nouvelle nous explique que son entreprise qui vend du pétrole fait aussi « partie de la solution » au problème des émissions de gaz à effet de serre. L’accessit est principalement décerné pour cette phrase qui ne déparerait pas dans une sélection de brèves de comptoir : « La planète doit gérer une ressource rare : son climat. » On n’y avait pas pensé !

Troisième chef d’entreprise à être individuellement récompensé par un accessit : Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric qui, sur BFM, exhorte à l’action tout en nous donnant ces précisions : « notre groupe a triplé de taille au cours des dix dernières années. Une grande partie de cette croissance est liée à notre capacité à apporter des solutions dans la lutte contre le réchauffement en sécurisant et en réduisant la consommation d’énergie. » Comme quoi la vertu climatique, ça paye.

Les industriels sont également à l’honneur de façon collective cette semaine. Le MEDEF, Mouvement des entreprises de France, est récompensé par un accessit à l’occasion de son lancement d’un manifeste sobrement sous-titré « Opportunité – Responsabilité – Compétitivité », qui nous annonce des lendemains qui chantent.

Dans ce texte optimiste, certes « le changement climatique est un défi sans précédent, mais ce combat pour l’avenir » est une « immense opportunité pour notre pays, une opportunité fantastique de créer de la croissance et des emplois sur notre territoire. »

Le premier des dix points du manifeste est évidemment l’allégeance au GIEC et le rappel de l’urgence à agir : « il est encore temps mais plus pour très longtemps » (Les guillemets sont dans l’original, sans qu’on sache qui énonce cette sentence dont on se demande si l’aspect comique est délibéré.) La rhétorique de l’imminence du tipping point est toujours bonne à prendre.

Le point 5 est sans doute le plus important et fait écho aux accessits précédents :

« Cette capacité de notre tissu industriel à fournir des solutions « bas carbone » doit encore être renforcée pour faire face au défi dans toute son ampleur. C’est pourquoi l’enjeu de la compétitivité est essentiel. L’Europe ne représente plus qu’une part modeste (moins de 10 %) et rapidement décroissante des émissions mondiales. Ses efforts resteraient vains si ceux des grandes régions économiques du monde ne leur étaient pas proportionnés. C’est en permettant à son industrie de lutter à armes égales dans la compétition mondiale que l’Europe servira le mieux la cause de la lutte contre le changement climatique. »

Il s’agirait quand même que les sauvages de l’est et du sud de la Chine, l’Inde et le Brésil ne soient pas les seuls à être dispensés des Indulgences Climatiques des efforts dans le combat mondial.

Un mot aussi sur le point 9, qui nous engage à « élargir la gamme [des solutions disponibles] en favorisant le progrès et les expérimentations et [à] avoir foi en l’innovation. » Avec la Rédemption par l’Innovation, le MEDEF tente ainsi un coup de force pour ringardiser les cultes de la Nature et des Grands Modèles Climatiques, ces religions du Cataclysme Imminent. Comme quoi le climathon a aussi une base théologique.

Le jury du climathon souhaite aussi, comme à son habitude déjà ancienne, distinguer aussi des compétiteurs plus humbles. Ignorer tâcherons, petites mains et autres brillants amateurs serait oublier que le carbocentrisme est avant tout une affaire de communication et de politique où chaque élément de propagande, même modeste, participe au lavage de cerveau collectif. La science, avec sa rigueur ennuyeuse comme un programme de collège sans réforme ne serait que fardeau embarrassant, voire source de controverses discussions stériles.

C’est dans cette catégorie que s’inscrit Michel Vauzelle, ancien ministre, député, et actuel président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui part la fleur au fusil vers la conférence Paris Climat 2015. Devant l’indispensable « assemblée parlementaire de la méditerranée », garante de la démocratie en méditerranée (et sans laquelle corollairement la méditerranée toute entière serait à l’évidence une dictature à la gestion catastrophique), il déclare fièrement que « le changement climatique est l’un des défis majeurs de notre temps ». On est admiratif devant l’originalité d’une telle affirmation autant que de la puissance visionnaire de son auteur, qui poursuit devant un auditoire qu’on imagine médusé : « Si de nombreux progrès ont été faits au cours des dernières décennies pour inverser cette dynamique malheureuse, il est nécessaire de renforcer la stratégie globale de lutte contre le changement climatique, qui n’est pas encore tout à fait au point. » Comme quoi l’art de l’euphémisme n’est pas donné à tout le monde.

Michel Vauzelle emploie ensuite le langage rude des hommes d’action, annonçant sans prévenir : « Nous ne pouvons pas nous contenter des discours habituels ». Âmes sensibles s’abstenir. L’auditoire retient son souffle, quelque chose va se passer, quelque chose de différent, une action formidable, qui engagera toute la Méditerranée, voire la planète entière dans son sillage. Tout ça, grâce à cette observation imparable : « nous avons besoin de décisions applicables immédiatement. » L’on sent l’esprit vif et toujours en alerte du baroudeur souvent sollicité dans les situations les plus périlleuses : « Nous ne comptons plus les inondations, les tempêtes et les incendies qui dévastent nos territoires et nos ressources (…) Le changement climatique que nous connaissons est sans précédent pour la planète : hausse du niveau des mers, réchauffement et acidification des océans… » La solution vigoureuse s’impose d’elle-même : « En tout état de cause, notre consommation de combustibles fossiles devra être éliminée d’ici 2100. » En terme d’immédiateté, cette solution se pose là. Ultime précision technique du discours : « Tous les acteurs, de la société civile aux gouvernements en passant par les parlementaires doivent contribuer ensemble à la concrétisation d’un accord mondial juridiquement contraignant contre le changement climatique. Il en dépend de notre avenir et de celui des générations futures. »
Voilà donc l’ONU transformée en annexe régionale de l’Assemblée Parlementaire de la Méditerranée.

Le vainqueur de la semaine 20

C’est un article du Point qui l’emporte cette semaine. Quoi qu’il en soit, l’excellente plume de Frédéric Lewino et Rand Khalek nous apprend ceci sur l’Antarctique :

Mais combien de temps pourra-t-on encore profiter de ce merveilleux spectacle, mêlant eau et glace ? L’Antarctique, qu’on croyait immuable, a commencé à fondre, à l’ouest comme à l’est. Par la faute du changement climatique, les vents ont tourné et se sont mis à pousser les courants marins chauds vers les barrières de glace. Celles-ci s’amincissent et se brisent. Leur désintégration se traduira par une accélération du glissement des glaciers terrestres dans l’océan. Ce phénomène est jugé irrémédiable par les glaciologues car plus aucun effort de l’humanité, pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, n’est capable de l’enrayer. Dans un ou deux siècles, l’Antarctique ne sera plus qu’un caillou dans l’Océan et le littoral des autres continents, noyé sous près de cent mètres d’eau.

Dans deux siècles, les glaces de l’Antarctique auront donc disparu. On aimerait savoir le nom des glaciologues consultés par Le Point et qui ont affirmé une telle énormité prédit une telle catastrophe. Cela leur vaudrait sans conteste un prix d’honneur au climathon.

Mentir à ce niveau n’est pas donné à tout le monde. Le jury du climathon souhaite très vivement le développement de ce genre de propos, la vérité n’étant somme toute qu’un fardeau inutile dont le seul effet est de freiner la quête du Bien Climatique. Merci au Point d’avoir ainsi ouvert la voie.

Sur le web

Suivre le Climathon.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Jean De Kervasdoué a vraiment tout bien résumé avec le titre de son livre :

    les prêcheurs de l’apocalypse

  • Inflation galopante des prédictions catastrophiques, la banque centrale (GIEC) devrait repenser à ses taux directeurs

  • La dernière est vraiment ahurissante, les bras m’ en tombent. Deux options ici, une crétinerie foudroyante ou l’ apogée de la malhonnêteté. Par gentillesse pour les deux plumitifs on optera pour la première hypothèse

    • Ce qui est remarquable, c’est la concurrence entre Le point, Le Figaro, Le Monde ou Libe dans la conchyliculture.

      • Ce ne sont que des commerçants. Le reste, ils s’en cognent comme de l’an 14.
        Du moment que des abrutis achètent, ils vendent …

  • En regard des affirmations catastrophistes des médias et des politiques au moindre cyclone, voici, de manière plus générale, en guise de rappel au sujet des événements climatiques extrêmes, des extraits du dernier rapport scientifique du GIEC (l’AR5) publié en 2013.
    Au sujet des ouragans et cyclones tropicaux :
    “Les bases de données existantes ne montrent aucune tendance significative dans la fréquence des cyclones tropicaux durant le siècle dernier….Aucune tendance robuste dans le nombre des cyclones tropicaux, des ouragans et des ouragans les plus forts, n’a été identifiée lors des 100 dernières années dans le bassin Nord Atlantique. »
    Au sujet des inondations :
    « En résumé, le manque de preuve persiste en ce qui concerne le signe et la grandeur et/ou la fréquence des inondations à l’échelle globale, ce qui se traduit par un indice de confiance faible. »
    Au sujet des tempêtes, orages, grêle etc.
    « En résumé, il y a une faible confiance dans les tendances observées pour les phénomènes météorologiques violents à petite échelle tels que les grêles, les orages, à cause de l’inhomogénéité des données et de l’inadaptation des systèmes de suivi. »
    Concernant les sécheresses et les affirmations du rapport précédent AR4 :
    « Au vu des études mises à jour, les conclusions de l’AR4 (Le rapport 2007 du GIEC) concernant une augmentation des sécheresses depuis les années 1970, ont été probablement surestimées ».
    Concernant les cyclones extra-tropicaux :
    « En résumé, la confiance est faible dans des changements à grande échelle de l’intensité des cyclones extra-tropicaux extrêmes depuis 1900. »

    En bref, faute de données objectives, pour beaucoup de ces événements climatiques (météorologiques) extrêmes, le GIEC ne peut pas se prononcer ou, lorsque les observations existent, on ne voit pas de tendance statistiquement significative qui puisse permettre d’incriminer le « changement climatique ».
    En conclusion, on peut se demander légitimement quelle est l’utilité des volumineux rapports que le GIEC publie périodiquement depuis plus de 20 ans ainsi que celle des nombreux graphiques établis et rendus accessibles par les différents organismes officiels financés par les états et chargés du suivi des calamités climatiques. Il apparaît évident que ni les responsables des grands ministères, ni les organismes d’information européenne, ni la banque mondiale, ni l’UNFCC de l’ONU, ni les rédacteurs des dépêches des médias, ne se donnent la peine de les consulter et de s’y référer avant de rédiger leurs communiqués.
    (extraits du site pensee-unique.fr)

  • Pour le prochain climathon, je propose de mettre le Robert, qui reprend comme nouveau mot : climatosceptique. Si quelqu’un l’a acheté peut-il me donner la définition mise ?

  • Pour un morceau d’anthologie question formatage des esprits et manipulation, lire absolument l’article de l’AFP. C’est au delà du grotesque tant la décontraction est grande.
    Je mets le lien vers la version publiée sur Boursorama: http://www.boursorama.com/actualites/les-entrepreneurs-du-monde-entier-cherchent-a-peser-dans-la-conference-climat-9b9b9c54841d022a447e78b98ff01d54

    Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici une courte citation: « Nous avons besoin de votre soutien, à vous les gouvernements, pour déployer ces politiques » permettant de réduire les émissions de CO2, a appelé Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain et président de l’association Entreprises pour l’Environnement (EpE), co-organisatrice du sommet et qui rassemble une quarantaine de grands groupes.

    Eh oui! Il ne s’agit pas de capitalisme de connivence mais de l’Etat qui vole au secours des chevaliers blancs voulant sauver le monde…

    Et au cas où vous vous demanderiez comment ça va se passer concrètement, ne vous affolez pas, tout est bien expliqué, il y a des gens responsables qui bossent sur ces sujets difficiles « Une méthodologie a été mise au point par quatre organisations – WWF, Carbon disclosure project (CDP), United Nations global compact et World ressources institute – réunies au sein du groupe « Science based target » pour aider les entreprises à se fixer des objectifs d’émissions de CO2. Le but: mobiliser 100 entreprises d’ici fin 2015″.

    Je ne sais pas si on arrêtera ces gens, mais une chose est sûre, s’ils réussissent à mettre ce projet en oeuvre, c’en sera fini de notre liberté. Et le vote de lois liberticides concomitamment dans de nombreux pays occidentaux me laisse à penser que les états imposeront par la force et la coercition cette position. Le débat risque alors de bien être clos.

  • Bonjour à tous,

    J’ai trouvé une perle:

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-3091982/Putting-sick-headstone-won-t-stop-defying-climate-zealots-says-JAMES-DELINGPOLE.html

    Ne sachant à qui l’envoyer, je me permets de le poster dans les commentaires.

    Bonne lecture

  • Je me dis que malgré les absurdités qu’on peut lire à propos du climat ici, certains sont peut-être intéressés par de la vraie information, sourcée et scientifique :

    http://www.skepticalraptor.com/skepticalraptorblog.php/the-solid-gmo-scientific-consensus/

    https://www.skepticalscience.com/argument.php

    Dans le cas contraire, bonne dissonance cognitive à tous 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles