Optimisation fiscale : Michel Sapin fait des moulinets du menton

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Factures taxes (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Optimisation fiscale : Michel Sapin fait des moulinets du menton

Publié le 12 mai 2015
- A +

La chose est maintenant sûre : l’État français perd de l’argent à gros bouillon parce que ses concurrents fiscaux sont meilleurs. Et ça, mes petits amis, scrogneugneu de nom d’une pipe en bois, ça ne se passera pas comme ça ! Le gouvernement, se rendant subrepticement compte de ces fuites massives de capitaux, va donc agir pour corriger cette situation inique !

Et par « gouvernement », on entend ici Michel Sapin, l’actuel ministre de nos actuelles finances, ce qui, quand on voit la bobine rebondie du premier et la tronche émaciée des secondes, donne à réfléchir. Le Michel, il ne s’en laissera donc plus compter : « Je serai intraitable » aurait-il même déclaré jeudi dernier (peut-être sous le coup d’un vin un peu trop capiteux), lançant ainsi une offensive en règle contre les sociétés françaises qui auraient eu l’idée saugrenue de faire de l’optimisation fiscale par l’intermédiaire de filiales à l’étranger ou de rescrits fiscaux (tax rulings) accordés par d’autres pays de l’Union européenne.

sapin et le consentement à l'impôt

Et en avant, voilà notre joufflu politicien juché sur sa Rossinante à l’assaut de moulins fiscaux qu’il ne maîtrise pas mais se fera fort de démanteler de ses petits bras agités. Il est tout remonté, notre homme, et il compte bien parvenir à quelques résultats. D’après plusieurs études, le fisc français serait (avec l’allemand) l’un des plus grands perdants de ces rescrits fiscaux. De surcroît, le mois dernier, les 28 gouvernements de l’Union se sont entendus pour une règle de transparence totale entre administrations nationales, couplée à un échange automatique des informations sur ces tax rulings. Ceci devrait déboucher sur une nouvelle directive européenne, pilotée par cet as de Moscovici qui a fait tant de bien à la France et dont on imagine sans mal qu’il va faire des étincelles dans le domaine. D’ailleurs, les discussions en cours portent sur la durée de la rétroactivité du coup de matraquage fiscal qu’il faudra appliquer (oui, oui, rétroactivité légale, en droit fiscal, c’est possible), et que le brave commissaire, toujours aussi lucide sur le plan économique, entend porter à 10 ans.

On attend déjà avec gourmandise les effets de bords débiles et crisogènes que ces belles intentions vont provoquer. En attendant, vilains évadés fiscaux, vos jours sont comptés, et vos portefeuilles surveillés ! Tremblez, mauvais contribuables félons !

Ceci étant dit, intéressons-nous deux minutes au fond de l’affaire pour mesurer l’ampleur des dérapages à venir. Cela nécessite d’être un peu technique, mais le jeu en vaut la chandelle, ne serait-ce que pour dissiper les épais nuages de pignouferie que les articles produisent autour du sujet.

Passons rapidement sur la différence entre évasion fiscale et optimisation fiscale, on a maintenant l’habitude de la confusion journalistique éhontée qui permet de faire passer les utilisateurs chevronnés de la seconde pour des malandrins habitués de la première. L’optimisation, rappelons-le, consiste à limiter son impôt en utilisant tous les moyens légaux mis à sa disposition, que ce soit par des montages juridiques plus ou moins complexes (mais légaux) ou des investissements dans certaines niches fiscales (légales). L’évasion, par définition, consiste à fuir d’une prison fiscale vers un pays de moindre tabassage en soustrayant autant que possible l’opération aux yeux des gardes-chiourme fiscaux.

Passons également sur cette logique socialiste assez typique qui veut que l’impôt soit un dû et qu’il est formellement interdit de chercher à le réduire, même par des dispositions pourtant légales. Dans la belle idée de nos collectivistes, comme tout ce que vous faites leur appartient (la réciproque étant fausse, soyons sérieux), tenter d’en garder un peu pour vous constitue un vol. Implacable comme un goulag de Sibérie en plein hiver.

tax man

Rentrons plutôt dans le vif du sujet : ces fameux rulings. Qu’est-ce que c’est exactement ? Pour le résumer dans un format raisonnable, il s’agit d’une entente entre un contribuable et une administration fiscale (dans la mesure où ce dernier a confiance dans l’administration) qui consiste à faire valider des hypothèses de travail par les services fiscaux compétents. Essentiellement, il s’agit de prendre contact avec eux pour leur expliquer un cas spécifique, en leur présentant la façon dont on l’interprète, et en leur expliquant le calcul qu’on espère voir appliqué pour ses impôts. Dans la foulée, on attend donc de cette administration une confirmation ou une explication de la façon dont elle va réaliser ses opérations. Bien évidemment, à aucun moment il ne s’agit d’une discussion de marchand de tapis au cours de laquelle le contribuable négocierait avec l’administration pour obtenir un rabais, un abattement ou que sais-je. En somme, il s’agit avant tout de bien s’approprier les règles fiscales locales.

Dans le cadre de sociétés multinationales, se pose alors la question de cette application à l’échelle du groupe. On peut en effet être juste au niveau local mais avoir tort au niveau de toute la holding. C’est ainsi que s’introduit le concept d’abus de droit, qui revient en l’espèce à mettre en place un mécanisme à visée exclusivement fiscale. Le mot-clé ici est exclusivement. Et dans ce cadre, le fisc français doit être en mesure de prouver que le montage n’a pas d’autres buts que d’échapper à l’impôt. Une bonne optimisation fiscale consistera donc à « fournir de la substance » c’est-à-dire, à créer une filiale dans un autre but que celui d’échapper à l’impôt, ce dernier bénéfice ne devenant alors qu’un sous-produit pratique de l’opération, et non recherché en premier lieu.

À partir du moment où ces deux éléments, le ruling et la substance, sont réunis, le mécanisme d’optimisation fiscale est inattaquable. A contrario, vous vous exposez ou bien à des risques dans le pays de défiscalisation (en cas d’absence de ruling) ou bien dans le pays d’origine (en cas d’absence de substance).

En pratique, la loi française couvre déjà tous les abus. D’ailleurs, les employés du fisc ne se privent absolument pas de contrôler les sociétés systématiquement dans les trois ans qui suivent la mise en place d’un tel mécanisme. Et bien sûr, le fisc est au courant de ces pratiques puisqu’au moment du montage, la création de la filiale entraîne automatiquement le paiement d’une « exit tax » sur la valeur de l’apport.

taxer c'est volerPour revenir aux dernières déclarations de Sapin, il faut donc comprendre que, tant que la directive n’est pas votée et transposée en droit fiscal français, tout est déjà en place pour encadrer cette optimisation. Oui, vous l’avez compris : le petit ministre est dans l’incantatoire, les moulinets de menton, les agitations de petits bras et l’enfumage de journaliste. La volonté de dissuasion pour effrayer le contribuable (qu’il soit particulier ou société) est ici assez claire, et vise sans doute à ralentir ou geler ces montages complexes dans l’attente de la loi définitive, mais c’est à peu près tout.

Enfin, on ne peut que déplorer ces nouveaux petits pas sur la route de la servitude, petits pas marqués par de nouvelles limitations de mouvements des capitaux, et la réduction de la concurrence fiscale entre les États en se calant, bien évidemment, sur les plus gourmands, en tuant les avantages comparatifs de petits (Luxembourg, Suisse, Belgique, Irlande, …) qui misent sur une politique fiscale accommodante comme outil d’attractivité. Faire le contraire, transformer la France en relâchant les contraintes fiscales, en offrant aux investisseurs un paysage fiscal à la fois stable et doux, n’était pas envisageable. Pensez donc : si ça marche pour le Luxembourg ou la Belgique, ça ne peut pas marcher pour la France !

Décidément, Moscovici d’un côté, Sapin de l’autre, de concert pour entraîner toute l’Europe dans la spirale fiscale française … Forcément, ça va bien se passer.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Entame franchement hilarante.

    Aucune société n’ira au Luxembourg sans tax ruling, l’impôt sur les sociétés étant assez élevé, dans les 30 %. Si l’homme de bois, pas de fer hein, s’imagine que les dirigeants de grandes entreprises font n’importe quoi, alors c’est lui qui est n’importe quoi.

    Il conviendrait de tenter de s’imaginer ce que pourrait chercher une entreprise dans ces pays et qu’il n’y a plus en socialie ❗

    Peut-être rêve-t-il de l’UERSS ❓

    • pas mal l’UERSS ,c’est sans doute ce que nous ressentons en vivant notre UE … je suis , un allemand de l’est , un polonais ,un roumain, un…..et quand vous côtoyez ces peuples vous sentez que l’UE les a attiré parce qu’ils étaient nostalgiques de la grande époque soviétique ( la nomenklatura, bien sur).

      • Une bonne partie voulait fuir un géant très encombrant sur le plan des libertés, d’autres, une situation économique catastrophique comme celle qui se produit dans l’UE.
        Maintenant, le voisin le plus encombrant c’est la fRance. L’Allemagne s’y mettra-t-elle à fond ?
        « That is the question » ❗

        • Je ne peux qu’abolir vos illusions: si la France va très mal (de sa faute, uniquement, sans aucune nécessité de « bouc émissaire »: c’est bien son inertie imbécile qui est seule en cause!!!), l’Europe se porte bien mieux qu’il y a un an ou deux!

          LaGrèce est toujours dans l’ € et elle vient de régler une de ses dettes, à temps! L’Italie est sur la bonne voie d’un redressement, l’Espagne et le Portugal font mieux que l’an passé! Que vouloir de plus?

          La croissance touche bien des pays (pas le vôtre, mais vous l’avez bien cherché!)

          Même sans vous, l’Europe va mieux!

          • Non, je n’ai pas d’illusions, vous faites erreur. La fRance aimerait transformer l’UE en UERSS, pour preuve. Et je n’ai jamais dit que la croissance était normale. La seule croissance est celle de l’état, de l’Obèse Mammouthesque.

            Quant à la Grèce, le coup de grâce ❗ c’est pour bientôt car elle en état de faillite. Elle est comme un avion qui passe à 20 m d’un col alpin, au raz des pâquerettes
            .

      • Interprétation très personnelle, à mon avis!!!

    • Le Luxembourg n’étant pas un paradis fiscal pour les étrangers (Ben oui!, au Luxembourg-même, les « impôts » n’ont pas l’habitude d’aller chercher des renseignements sur les comptes des particuliers: le secret bancaire reste bien effectif pour les nationaux. L’état n’est pas du tout le couteau sur la orge pour rentrer, peinard, dans les exigences des « 3 piliers »! Avis aux amateurs!).

      À ce propos, je me souviens très bien que lors d’une « marée noire » (il y a bien des années) due à un pétrolier du groupe Total, en Bretagne, un responsable de ce groupe Total avait clairement dit, par téléphone, à la radio, que « Total-group » n’était pas Français! (donc basé à l’étranger). Les « multinationales françaises » jouissent évidemment de privilèges et aucun « estranger » n’est habilité à foutre son nez dans ces affaires!

      La triche « à la française » ne concerne aucunement l’étranger! La France a son destin écrit dans les étoiles: Elle donne ses « leçons », « fruit de son « exceptionnel génie » au monde entier!

      Il est donc inconcevable et inacceptable qu’un autre pays, « récipiendaire rebelle », mette en doute cette « Vérité française », par définition: devenue « Universelle »!

      C’est bien de cela que je parle quand je comprends que les Français se pensent « supérieurs » à tout peuple connu (source d’un chauvinisme sans justification, mais source d’un complexe individuel de supériorité, à la base de vos problèmes de xénophobie, d’intolérance et de racisme, prétendûment contraires à la république mais manifestement répandus dans la population et certains partis ou partisans!

      (moi-même, je pourrais témoigner d’un traitement injuste par ces administrations françaises, bien plus malhonnêtes que vous ne pouvez le croire, par rapport à l’étranger. Je hurle depuis des années que votre administration pléthorique (dite: « l’obèse »!) est le 4ième pouvoir, en France, NON ÉLUE, d’autant plus actif que la désargentée « Justice », même pas démocratique, avec un parquet aux ordres de l’exécutif et un « mur des cons » montrant bien une orientation politique, pas du tout absente des prétoires!

      La France n’a pas grand chose d’une démocratie, ce rêve franchement trop tripatouillé de la « Révolution Républicaine », autre idée mythique qui a conduit à des rois et un empereur, négations d’elle-même, s’il en est!

      Il est trop tard pour faire semblant!

      • Je vous rappelle juste les propos d’un sinistre allemand qui voulait jouer aux indiens et aux cow-boys avec la Suisse. La fRance n’est pas la seule a s’en prendre a de petits pays et à se comporter de façon déplacée.

        Pour le reste, n’ai je pas cogné assez fort sur les politiciens français ❓

    • Ce fut vrai mais ce ne l’est plus! Pensez-vous sérieusement que les Luxembourgeois, surtout les banquiers soient aussi crons que vos financiers politiques professionnels?

      Pas du tout, Luxembourg est bien en train de devenir la première place européenne de « fonds communs de placements », bien probable source de revenus quand les retraites légales françaises, par exemple, ne pourront, jamais plus, assurer un « standing de vie » supérieur à la zone de pauvreté!

      Ce n’est là qu’une question d’intelligence, de pragmatisme, de rentabilité, bien éloignée de toute idéologie puisée dans des faits pseudo-historiques ou des idéologies éculées! Et de prétentions nationales des citoyens pour qu’ils pensent ce qu’il doivent penser, envoient leurs enfants dans l’école clairement indiquée sur le formulaire: être Français, ça se mérite, Nom didju!

      Ce n’est donc qu’une question de choix personnel, très « Darwin »: s’adapter ou périr!

      Les socialistes français actuels ont choisi de périr: je ferai tout pour qu’ils aient satisfaction vu que ce sont les plus « marxistes », en faveur totale pour une lutte de classes des années ’20, (et encore, pas partout!)!

      La France me parait avoir atteint un stade « hors traitement » car « sans aucune volonté de guérir! »!

      • Les socialistes français actuels ont choisi de périr

        C’est clair, mais ils ont choisi d’empoisonner l’eau du puits. Vous qui êtes en Belgique, le tour de ce pays viendra bientôt, du moins dans l’esprit de ces tordus.

        Pour le reste je connais bien la Suisse et le Luxembourg.

  • « Bien évidemment, à aucun moment il ne s’agit d’une discussion de marchand de tapis dans laquelle le contribuable négocierait avec l’administration pour obtenir un rabais, un abattement ou que sais-je. »
    Pouf pouf… En théorie seulement. En pratique, les rulings peuvent être un magnifique outil de capitalisme de connivence consistant à valider une construction fiscale bancale mais agressive contre de vagues promesses d’emplois local et un bon dîner. Surtout si le dit accord reste secret, bien à l’abri dans les fonds de tiroir d’un fonctionnaire compréhensif et syndiqué.
    Pour le reste, excellent comme toujours.

    • « En pratique, les rulings peuvent être un magnifique outil de capitalisme de connivence consistant à valider une construction fiscale bancale mais agressive contre de vagues promesses d’emplois local et un bon dîner.  »

      En théorie, oui. Dans la pratique, sur la vingtaine de rescrits que j’ai pratiqués, cette situation n’a jamais effleuré la réalité. Même de loin. Il faut bien comprendre que l’objectif principal du rescrit, c’est d’obtenir la sécurité juridique du montage fiscal. Quelque soit le montage, quelque soit le pays, rien n’est jamais simple et limpide, et il est facile de faire des bêtises, en toute bonne foi. Même avec des fiscalistes de bon niveau. Par ailleurs, les services fiscaux concernés n’ont absolument que faire d’éventuelles promesses : Ce sont des fonctionnaires d’administration, pas des politiques. Ils n’ont rien à y gagner.

      • Vous avez raison de souligner que la technique du rescrit est rendu utile essentiellement en raison de la complexité de la loi fiscale (et il y a beaucoup à dire à ce sujet…). Il est bien sûr parfaitement légitime pour une société de vouloir obtenir un rescrit dans ces conditions.
        Par ailleurs je respecte votre expérience, mais je ne partage pas votre optimisme: si le ministre enjoint à son administration (politisée) d’être « compréhensif » avec une ou plusieurs sociétés, les fonctionnaires de la dite administration ont tout intérêt à s’y conformer, surtout si le fonctionnaire doit sa nomination, sa promotion et le maintien de ses avantages au ministre en question. C’est pourquoi à mon sens le contenu des rescrits devrait être public autant que possible, ne fût-ce que pour permettre aux autres sociétés de savoir à quoi s’en tenir.

        • Une fois de plus, vous aussi, vous parlez pour la France!

          Dans les autres pays, il n’en va pas de même: là où on échappe à un clivage binaire gauche( = PS) droite ( = UMP ou autre contenant du même contenu), donc dans lequel « l’échange de bons procédés » entre « loups qui ne se mangent pas entre eux » a lieu: (« je ne touche pas à tes protégés, tu ne touches pas aux miens »), même l’alternance ne change rien mais la transparence n’est pas invitée: la France ne brille pas au firmament de « Transparency International », que je sache! Ce n’est pas le genre de la maison!

          Il devient incroyable que des Français ne puissent plus concevoir d’affaires où on achète pas un peu ou beaucoup, les partenaires commerciaux: sans doute le force des mauvaises habitudes!

    • Parlez pour la France!

      J’ai bien connu un « vendeur de penture » (en fait agent commercial chevronné), toujours convoqué vers les 11heures du mat’, qui voyait arriver tous les collègues de l’étage du service, avides de se faire régaler à l’oeil, sur le compte, non pas de la firme (faut pas les prendre pour des « crons », c’était prévu!), mais bien du contrat prévu avec la société de HLM qui, officiellement ne s’intéresse qu’au « bien-être des plus faibles, des déshérités et des vulnérables » de notre société égoïste, évidemment! (France = corruption à tous les échelons, les Français ne pensant qu’à « ÇA »: le pognon! Je crois le savoir: je l’ai vécu: il est très malséant d’en parler, même si tout le monde « à table », forcément, – ailleurs tout n’est que démonstration des bons cotés et « esbroufe », les discussions, c’est à table, avec de grands crûs mais à vos frais, bien sûr! )

  • A partir du moment ou votre politique fiscale correspond a une réalité terrain, les fiscfuckers ne peuvent rien. Cela ne les empêche pas d’essayer, notez bien. C’est d’ailleurs extrêmement motivant.
    You are missing the point: vous ne pouvez envisager une optimisation fiscale partant de France sans avoir comme objectif final de vous défaire de la France comme marché principal. C’est a dire, accepter de perdre des parts de marché pour en prendre ailleurs, c’est a dire, investir et embaucher partout sauf en France.
    La vraie catastrophe se situe la, en particulier, depuis 2012, en particulier, les grosses PME.
    A ce train la, cet infame excuse de ministre et son acolyte vont effectivement avoir du mal a trouver des patrons.

    • « You are missing the point: vous ne pouvez envisager……. »
      D’où vous vient cette affirmation?
      Vous ne pouvez vraiment pas envisager une forme de rulings équilibré entre finances de l’état et intérêt privé?

  • 10 ans de rétroactivité ?
    et pourquoi pas 57 ans ? la cinquième république date de 1958…

    • Ben c’est juste pour emm…der N.Sarkozy et l’UMP: il règlent leurs comptes, la France, il s’en fichent un peu!

  • pascomplique, pour les retraites ,partir au Portugal et l argent en suisse …pour les patrons d usine la Belgique…pour les pauvres ,la France

  • bonjour,si vous permettez ,et ce juste pour indiquer ce que pensent quelques citoyens de son canton qui eurent à le côtoyer ; lorsqu’il affirme être « intraitable  » ,ll fait erreur : Nous autres ici pouvons parfaitement le qualifier ….

  • Très bon article, une fois encore, « h16 »!

    Que la France n’ait jamais fait de « rulings » est un dogme exact puisqu’on appelle cela « rescrits » sur le territoire nationale et que cette pratique est effective aussi dans 22 pays européens!

    Pensez-vous comme le D. Pujadas, que J.C. Juncker n’avait pas suffisamment d’adversaires pour rester sereinement président de la commission, sûr de garder sa place lors du lux leaks, vu que ce qu’on lui reprochait, c’était que des Français de France optimisaient ou trichaient, en localisant légalement ou pas (loi sur le blanchiment: il faut, au Luxembourg, montrer que les sommes ne proviennent pas du commerce de la drogue, du trafic d’êtres humains, ou du blanchiment d’argent « sale »: à noter que la vente légale d’armes (par la France, entre autres) n’est évidemment pas interdite.

    Et si il fut prouvé, judiciairement parlant, que 2 sociétés dont N. Sarkozy était un des représentants légaux (qui sont les autres?) avec droit de signature, avant et pendant la campagne présidentielle d’E. Balladur, mais que ces sociétés sont restées ensuite sans activité, à tel point que les autorités luxembourgeoises ont demandé qu’elles soient dissoutes … à N. Sarkozy, on comprend mieux l’opacité persistante de la question des « vedettes de Taïwan » reste plutôt permanente!

    Toute l’Europe officielle sait maintenant que la France ne tolère aucune critique étrangère qui violerait son rôle auto-attribué de « Lumière du Monde », ce droit étant strictement (origines comprises) réservé à des Franco-français.

    Cette France, réputée « exemplaire » ne peut donc être pour rien dans une « baisse de forme passagère », due essentiellement à des boucs émissaires classiques, recensés par les renseignements généraux et la DGSE, y compris dans les frontières nationales par une « cinquième colonne », dont l’Union Européenne, l’OTAN, le Royaume Uni (Perfide Albion bourrée de « rosbifs »), les U.S.A. (ces « Ricains forcément incultes » alors que ce pays eût dû être Français puisque que fondé par La Fayette, évidemment!), la Russie (ces ruskofs et ce Poutine qui ne donne pluss un Kopeck à J.L. Mélenchon (dit « la méluche), tribun délirant, non évolutif, sur base d’un gusse de la fin XIXè, début XXè, actuellement complètement dépassé! mais « causeur »! et tous ces pays, jaloux de la France, qui l’entourrent.

    Là seule vérité qui va faire mal et que peu me pardonneront, c’est que la France pète plus haut que son Q, qu’elle dépense plus qu’elle ne gagne, et que comme son symbole, présent au sommet de toutes ses églises (paradoxe laïc?), son coq s’enfonce tout seul, les pattes dans le fumier! Ce qui est difficilement compréhensible des habitants dispersés de 3 niveaux 0 (3 fronts de mer) à l’altitude du sommet du Mont-Blanc, sommet européen: la France avait autant, sinon bien plus d’atouts pour réussir que ses concurrents, en Europe: l’ Europe qui doit être punie de n’être pas française, mais dont cette administration est truffée de Français-eurocrates-défiscalisants à tout va, évidemment! Même J. Delors (oui, le père de Martine) disait: mieux vaut un paradis fiscal à l’intérieur qu’ailleurs! La France actuelle mérite-t-elle le passé de ses ancêtres même embelli, pour les écoliers (comme ce Louis XIV au règne finissant sur la paille, à cette époque-là, aussi, pour la frime, des tas de courtisans inutiles étaient payés à ne rien frouttre!

    Bon sang, réveillez-vous: je ne vous veux aucun mal!

  • Fuir un un géant encombrant sur les libertés ??
    Quel est le seul pays dont un parti peut être identifié clairement pour avoir ordonné l’assassinat d’un journaliste ? La France : le journaliste avait pris de photos de la jeune Mazarine, était parti en Nouvelle Zélande pour filmer les actions du bateau pour faire un book de l’action éconoliste… et voulait communiquer à son retour, les photos du divin enfant, au seul journaliste de l’opposition de l’époque : Jean Edern Allier.
    C’est le parti Socialiste.
    Quel est le seul parti dans pays développé : ou l’on tabasse, enferme et condamne, avec éxécution de sentence immédiate un Jeune Homme pour le port d’un T-Shirt ? le parti Socialiste Français. Ce n’était pas il y a 50 ans mais en 2013, dans le silence étouffant des merdias et de l’opposition complices.
    Ce Sapin semble du même bois que celui qui s’occupait de l’emploi : incompétent –ah ! c’est le même,
    alors partons, fuyons son incompétence… Certains peuvent attendre..2 ans pour des enfants c’est leur ouvrir les portes de la réussite dans un autre pays —ou leur fermer les portes de l’échec à la Française à jamais…..

  • Tout ela risque fort d’accélérer la fuite de « substance » taxable…
    Rappelons que l’impôt sur les sociétés est une saloperie à deux égards: C’est du vol et c’est un mensonge.
    Un objet ne paie pas de taxes ni rien d’autre.
    Ce sont des gens qui paient des taxes.
    Qui paie l’IS ?
    Les actionnaires ? Non: Ils mettent leur épargne où ils veulent, donc la rémunération qu’ils en demandent est indépendante de l’IS.
    Les clients ? Un peu, mais ils peuvent souvent se fournir auprès d’entreprises moins tondues par des régimes moins socialistes.
    Il reste les employés.
    Les veaux qui ont élu un pouvoir socialiste qui leur promettait de voler les autres à leur profit.

  • des dirigeants qui ne chercheraient pas l’optimisation fiscale méritent d’être virés par leurs actionnaires

    si cette directive passe non seulement la France est foutue (ça on le sait depuis longtemps) mais l’Europe aussi et sent le sapin

    • L’Europe va mieux, la France, moins bien: tout parallèle ne peut être qu’un désir égocentrique!
      L’Europe est pragmatique, la France idéologique et « verbeuse »!
      C’est bien pour ça qu’il ne faut plus confier la décision au veto d’un seul représentant d’un exécutif pour bloquer l’avancée proposée à 28 pays
      Les Français devraient bien plus gaffe à ceux qu’ils envoient à Bruxelles (non, je n’oublie pas les vacances trimestrielles à Strasbourg), au Parlement: ce sont bien eux qui décident des futures orientations de la France, bien plus que les « 3 pelés et 4 tondus » qui restent en séance, à l’assemblée pour voter des lois « qui ne font pas le buzz »!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gabriel Robin.

 

Il arrive parfois que la Cour nationale du droit d’asile ait à traiter des affaires géopolitiquement plus sensibles que le tout-venant. C’est notamment le cas du milliardaire Moukhtar Abliazov, recherché notamment par les justices britannique et kazakhe. La juridiction administrative traite des demandeurs d’asile qui ont vu leurs dossiers refusés par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Alors que le président de la République du Kazakhstan s’apprête à rendre visite à... Poursuivre la lecture

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

Beaucoup de temps a été perdu du fait que nos autorités se sont fondées sur la loi dite des trois secteurs de l’économie qui voudrait qu’une société moderne soit une société « postindustrielle ».

Comme nous l’avons montré dans d’autres articles, les travaux de Jean Fourastié sur l’évolution des sociétés ont été mal interprétés. Dans Le grand espoir du XXe siècle paru en 1949, un ouvrage au succès considérable, cet économiste avait mis en évidence les évolutions en termes d’emplois, et non pas de valeur ajoutée. Nos dirigeants ont trop ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles