Plongée chez les entrepreneurs de la drogue

Drogues (Crédits : TaxRebate.org.uk, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Sur le « darkweb » ou « deep web » se développe un marché de la drogue très instructif pour la libéralisation des drogues. Plongée dans ce monde.

Par Jacques Robert.

Drogues (Crédits : TaxRebate.org.uk, licence CC-BY 2.0), via Flickr.
Drogues (Crédits : TaxRebate.org.uk, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

 

Il ne semble pas nécessaire d’expliquer en détail au lectorat de Contrepoints les multiples travers inhérents à la prohibition des drogues, d’autres en ont suffisamment parlé ici, ici ou encore ici. Parmi ces travers, un effet négatif important de la prohibition est qu’elle nourrit le crime organisé. L’économie légale et légitime ne pouvant répondre à la demande de drogues des individus, cela crée un vide, et ce vide a pendant longtemps été exclusivement rempli par le crime organisé. Les dealers se battent pour la monopolisation d’une certaine zone, et usent de la violence pour régler leurs conflits. On n’a jamais vu Kronenbourg et Carlsberg s’attaquer à coup d’AK-47 pour gagner des parts du marché de la bière. Ainsi, la prohibition est source d’insécurité.

Un autre effet pervers notable se trouve au niveau des consommateurs de drogues. En effet dans un régime prohibitionniste, ceux-ci ne peuvent connaître exactement le produit qu’ils achètent. Il n’y a pas de marque et encore moins de label indiquant les composants. Un utilisateur non satisfait ne peut porter plainte contre son dealer. À chaque achat, les consommateurs prennent le risque de consommer une drogue très différente de celle qu’ils souhaitent. Les conséquences peuvent être mortelles quand les dosages varient grandement d’une drogue à une autre : un dosage sûr pour une drogue peut être un dosage mortel pour une autre. Les dealers n’ont que peu d’intérêt à fournir un produit de qualité : leurs clients ne pourront pas porter plainte contre eux s’il s’avère que le produit ne correspond pas à la description.

Malgré les multiples effets pervers de la prohibition des drogues qui sont aujourd’hui largement documentés et reconnus au-delà des cercles libéraux, la prohibition continue. En France le débat public est très peu présent sur ce sujet et les politiciens n’osent pas s’afficher en public contre ce régime répressif, même si certains admettent ses failles en privé. Alors que faire ? Faut-il patiemment attendre que l’État admette son erreur et relaxe enfin sa politique des stupéfiants après moult commissions et débats enflammés au parlement ?

En attendant le grand soir de la fin de la prohibition, des solutions alternatives se développent spontanément grâce à ce formidable outil qu’est Internet. Tout d’abord pour les utilisateurs, Internet a permis le développement de communautés où ils échangent des informations riches sur les drogues, leurs effets primaires et secondaires, le dosage adéquat, les manières de réduire la toxicité, les mélanges possibles ou à éviter, la fréquence maximale d’utilisation recommandée, etc. Des sites centralisent ces informations, comme le site Erowid, largement reconnu par la communauté des utilisateurs pour ses informations fiables. Cette encyclopédie des drogues, en permettant de connaître dosages et autres informations d’un très grand nombre de stupéfiants, a probablement sauvé la vie de milliers de personnes à travers le monde. Sa popularité est telle qu’en février le site a remporté un prix de $82,765 avec une compétition de votes organisée par Reddit.

Mais la plus grande innovation de ces dernières années qui permet de rendre la prohibition des drogues non pertinente se trouve être les marchés noirs du darknet. Le darknet, aussi appelé « deep web », est une partie d’Internet souterraine, cachée des moteurs de recherche, et seulement accessible à l’aide du navigateur Tor dont H16 a récemment fait la promotion dans son article sur les outils qui permettent dès aujourd’hui d’éviter la surveillance de l’État. Outre qu’il permet de naviguer sur l’internet classique sans laisser de traces, Tor permet d’accéder à une variété de sites appelés « onions » qui ne peuvent être facilement découverts et attaqués par les services de l’État. Parmi ces « onions » on retrouve des marchés noirs libres dont feu Silk Road est le plus connu. Le site a chuté suite à l’intervention des autorités américaines, mais de nombreux nouveaux marchés ont pris sa suite. Vous pouvez retrouver ici un article sur le procès de Ross Ulbricht, créateur de Silk Road, et ses différents enjeux qui vont au-delà du sujet des drogues.

Ces marchés sont rien de moins qu’une révolution dans l’organisation de la distribution des drogues. Anonymes et utilisant la monnaie électronique bitcoin, ils permettent à offre et demande de drogues de se retrouver et d’échanger librement et pacifiquement en ligne.

Leur première vertu est qu’ils permettent de retirer de la rue les trafics de drogues, les consommateurs pouvant commander en ligne et recevoir chez eux les produits qu’ils souhaitent. Ainsi ils permettent de réduire les combats entre criminels qui se partagent les marchés de la drogue. À défaut de pouvoir se faire la guerre avec des armes à feu, les dealers du darknet n’ont d’autre choix que de se battre en offrant des produits qui plaisent aux consommateurs. Dans quelques rares cas, ces dealers tentent de s’attaquer en se piratant respectivement. L’avantage est ici net pour l’ensemble de la population en termes de baisse de l’insécurité. Plus le trafic de drogues aura lieu en ligne, moins les dealers et organisations criminelles auront l’occasion de s’agresser avec violence sur la place publique, plus la société s’en trouvera pacifiée.

Une autre vertu de ces marchés est qu’ils permettent la naissance d’un ordre spontané de la distribution des drogues qui s’approche de celui qu’on connaîtrait si le marché des drogues était légal. Hayek serait émerveillé devant l’organisation des marchés du darknet, avec leurs nombreux mécanismes auto-régulateurs.

Un des mécanismes central à ces marchés est celui de l’« escrow », ou escompte en français. Un acheteur commande un produit, mais n’envoie pas les bitcoins directement au vendeur. Ces bitcoins sont d’abord mis en attente sur un compte tiers et ils ne seront libérés qu’une fois que l’acheteur déclare avoir reçu le produit. Ce mécanisme permet d’éviter qu’un vendeur peu scrupuleux encaisse l’argent sans envoyer de produit. Il y a évidemment un risque que les acheteurs déclarent ne pas avoir reçu le produit alors qu’il a été envoyé, et dans ce cas le vendeur peut avoir une politique de renvoi systématique. Si une des deux parties n’est pas satisfaite et peine à parvenir à un accord, une tierce partie viendra arbitrer le conflit pour décider à qui doit revenir l’argent placé en escompte. On assiste ainsi à la naissance d’un embryon de système judiciaire qui vise à régler les conflits sans usage de la violence, et ce sans aucune intervention de l’État.

Mais ce type de problème est peu commun grâce au mécanisme essentiel de réputation. En effet, tel Ebay ou Amazon, après chaque achat un acheteur donne une note au vendeur et un commentaire s’il le souhaite. Un dealer de drogue peu scrupuleux ne peut longtemps faire du business sur le darknet puisqu’il obtiendra très rapidement de mauvais avis. Or une bonne réputation est une clé essentielle du succès pour un vendeur du darknet.

Le contrôle de la qualité ne s’arrête pas aux avis des acheteurs. En effet ceux-ci peuvent acheter auprès de différentes organisations des kits de test qui leur permettent de s’assurer que le produit reçu est bien celui commandé. Pour plus de précision, les utilisateurs des marchés peuvent aussi procéder à des tests des produits auprès de laboratoires. Peu nombreux sont les laboratoires qui acceptent de recevoir des drogues illégales en vue d’analyser leur composition, et parmi eux on retrouve le laboratoire Energy Control en Espagne qui est toléré par les autorités espagnoles. Pour 50€ payés en bitcoin, le laboratoire analyse la composition de l’échantillon reçu et envoie le résultat en ligne. Chaque utilisateur peut garder le résultat de cette analyse pour lui, mais on observe régulièrement qu’il le publie afin que chacun puisse avoir une connaissance précise de la qualité des produits de tel ou tel vendeur. Ainsi, bien qu’il n’y ait nulle agence d’État en charge de l’hygiène des produits, ces marchés s’organisent spontanément de sorte à promouvoir les meilleurs produits et exclure ceux de qualité moindre.

Ces marchés du darknet étant ouverts à tous, il n’est pas nécessaire de faire partie d’une organisation criminelle pour vendre. Un grand nombre de vendeurs sont de simples citoyens dont on peinerait à deviner l’activité si on les croisait dans la rue, et nombreux sont ceux qui ont une fibre entrepreneuriale remarquable.

Poussés par le fait qu’ils ont extrêmement intérêt à satisfaire leurs clients, les dealers du darknet se transforment en effet en de véritables entrepreneurs. La qualité des drogues vendues étant un critère essentiel de succès, on peut trouver sur le darknet des drogues d’une pureté rarement égalée par celles disponibles dans la rue. Au-delà de ce critère essentiel, les entrepreneurs du darknet se battent contre la concurrence sur différents critères : le prix, les options de renvoi de produits, les délais de livraison, la discrétion pour le paquet envoyé, la réactivité, etc. Chaque vendeur a une vitrine sur laquelle il peut décrire l’ensemble de sa politique, à côté de laquelle on peut retrouver les avis des précédents acheteurs. Il est d’ailleurs étonnant de retrouver sur ces vitrines l’ensemble du vocabulaire qu’on a l’habitude de lire dans l’économie légale : les entrepreneurs du darknet ne cessent de mettre l’accent sur la satisfaction inégalée de leurs clients.

Au-delà de la concurrence entre les vendeurs, on assiste aussi à une concurrence entre les marchés. Après la chute de Silk Road 1 puis Silk Road 2, le marché Evolution est pendant un temps devenu le plus grand et populaire. Cependant ce succès ne fut pas de très longue durée, puisqu’en mars dernier les administrateurs du marché ont opéré ce qu’on appelle un « exit scam » qui consiste à fermer le site et partir avec l’ensemble des bitcoins déposés par les utilisateurs. On estime à des millions de dollars la cagnotte emportée par ces personnes. Suite à la fin d’Evolution, d’autres marchés sont venus le remplacer dont les administrateurs promettent toujours plus de sécurité pour éviter la possibilité d’un « exit scam », mais aussi une interface attrayante, une rapidité de fonctionnement, etc. Chaque marché a une politique spécifique sur les types de produits ou services acceptés. Si tous les marchés acceptent le commerce de drogues, aucun marché de taille conséquente n’accepte l’échange de fichiers pédopornographiques. Peu de marchés acceptent les armes à feu, généralement disponibles en nombre très réduit.

Tous ces marchés ont cependant le défaut d’avoir une structure centralisée et donc susceptible d’une attaque par des pirates, une fermeture par des autorités ou un départ soudain des administrateurs. On peut donc imaginer que les marchés futurs seront entièrement décentralisés et c’est notamment le projet d’Open Bazaar.

Les bénéfices de cet ordre spontané sont nombreux. Pour les utilisateurs de drogues ils sont évidents puisqu’ils peuvent acheter depuis le confort de leur domicile des produits de grande qualité plutôt que des drogues à la composition douteuse achetées dans la rue. Si ces utilisateurs ont grâce aux marchés du darknet de moindres problèmes de santé, c’est l’ensemble de la société qui bénéficie du travail d’individus productifs. Ce sont des familles qui ne perdent pas tragiquement leur enfant qui a pris une drogue de synthèse très puissante alors que le dealer de rue a clamé lui vendre du LSD. D’après l’État américain, 6 personnes sont mortes de drogues achetées sur Silk Road. Si chaque mort est tragique, ce chiffre de 6 morts est exceptionnellement bas étant donné les quantités massives de drogues vendues sur Silk Road.

En outre, l’ensemble de la société bénéficie d’une réduction de l’insécurité suite au déplacement en ligne d’un commerce qui avait autrefois lieu dans la rue. L’insécurité est aussi réduite grâce au fait qu’une part importante des vendeurs est constituée d’individus entrepreneurs indépendants, comme le permettent les marchés du darknet. Plus ce sera le cas, moins le crime organisé sera financé, limitant sa capacité de nuisance.

Enfin, de manière plus surprenante, la société peut aussi bénéficier de la générosité de certains entrepreneurs du darknet, tel ce dealer qui a versé une partie de ses profits à l’aide humanitaire au Népal. En transférant 5 800$ en bitcoin, l’homme espère pouvoir améliorer l’image des marchés du darknet. La publicité personnelle qu’il obtient par ce geste n’y est sûrement pas pour rien non plus.

En conclusion, on assiste peu à peu à la fin de la prohibition des drogues, avec notamment le mouvement de légalisation du cannabis aux États-Unis. En France, cependant, la prohibition est toujours présente et bien peu de personnes osent publiquement la remettre en cause. Ses effets pervers sont nombreux, mais en attendant que l’État décide enfin de changer sa politique relative aux stupéfiants, les choses sont en train de changer. Internet a permis une circulation jamais vue auparavant d’informations vitales sur les risques et bénéfices de chaque drogue ainsi que leurs dosages respectifs, venant ainsi remédier à l’absence de prévention dont l’État pourrait se charger.

Informer les citoyens sur les risques et bénéfices associés à chaque drogue reviendrait à reconnaître que les gens consomment malgré l’interdit, ce que l’État ne peut se permettre dans un régime de prohibition. Internet a aussi permis depuis quelques années l’émergence de marchés noirs du darknet où l’ordre spontané qui y règne bénéficie non seulement aux utilisateurs de drogues mais à la société toute entière. Il s’agit là d’une expérience grandeur nature qui confirme de manière très pratique les thèses que défendent depuis plus de deux siècles les libéraux sur les vertus du capitalisme libre.