Il est temps de légaliser les drogues !

Les arguments en faveur de la légalisation des drogues sont légion.

Les arguments en faveur de la légalisation des drogues sont légion.

Par Le Minarchiste, depuis Montréal, Québec.

Il y a plein d’arguments de type utilitaristes pour mettre fin à la guerre à la drogue. Cependant, ces arguments sont secondaires, voire invalides, car cette guerre en est une contre la liberté individuelle, le libre-marché, la propriété privée et même la démocratie. Une fois que l’on a permis au gouvernement de réguler et criminaliser les substances que l’on ingère de notre plein gré, on a retiré toute limite à la portée de son pouvoir sur nos vies. La guerre à la drogue est un important vecteur d’expansion du gouvernement.

Les plus fervents défenseurs de la prohibition des drogues prétendent que la consommation de ces drogues est immorale. Comment ces gens peuvent-ils considérer moral de saisir la propriété des gens, de les priver de certains droits, de les humilier et de les enfermer dans une cellule simplement parce qu’ils ont été trouvés en possession d’une plante que le gouvernement désapprouve ?

Néanmoins, le livre d’Arthur Benavie a réalisé l’exploit d’ajouter une bonne centaine d’arguments utilitaristes contre la prohibition des drogues à ceux que je croyais déjà connaître. L’ouvrage de Laurence Vance, aussi cité au bas de ce billet, y ajoute l’argumentation morale libertarienne.

Criminalité

La prohibition des drogues en fait gonfler le prix, ce qui rend le trafic plus rentable. Selon un rapport des Nations Unies de 2001, un kilo d’héroïne coûte environ $300 à produire au Pakistan et se vend environ $290 000 aux États-Unis. Cette marge de profit juteuse incite les organisations criminelles à s’intéresser à ce trafic. Peu importe la quantité de revendeurs que l’on enferme, il y aura toujours une armée prête à prendre leur place et à bénéficier de revenus élevés.

Comme la drogue est illégale, les cartels ne peuvent pas faire appel au système judiciaire pour résoudre leurs différends, c’est pourquoi la violence est la seule voie possible, résultant en environ 10 000 meurtres par année aux États-Unis. En fait, selon les experts et chercheurs en la matière, la drogue ne rend pas violent. La violence associée à la drogue ne résulte pas de son action neurobiologique, mais bien du trafic et du commerce de ces stupéfiants par des gangs criminels.

Une étude fut effectuée pour analyser les 414 meurtres survenus à New York entre mars et octobre 1988. De ceux-ci, 218 (53%) furent classés comme étant reliés à la drogue, dont 162 résultèrent de violences entre gangs rivaux, 8 furent la conséquence d’un vol pour obtenir de l’argent pour acheter de la drogue et 23 furent causés par la consommation d’alcool.

Par ailleurs, comme la guerre à la drogue fait grimper les prix des drogues, il devient plus dispendieux de s’en procurer, ce qui résulte en une hausse des vols et cambriolages. Cela coûte cher à la société en termes de services de police, de systèmes de sécurité et de primes d’assurance.

En 1995, la Cour Suprême a confirmé que les policiers n’ont pas besoin de cogner à une porte ni de s’annoncer lors d’une descente s’ils suspectent que cela pourrait mener à un quelconque danger et/ou à la destruction de preuves. Le gouvernement peut confisquer n’importe quel bien ou actif s’il suspecte qu’il a été impliqué dans un crime relié à la drogue, sans qu’une accusation formelle et/ou un procès n’aient lieu.

Suite à la fin de la prohibition de l’alcool aux États-Unis en 1933, les cartels violents (comme celui d’Al Capone) ont disparu sur le champ. Ils se sont alors tournés vers d’autres activités prohibées (prostitution, jeu, drogues).

Persécution raciale

La guerre à la drogue pourrait bien avoir servi d’outil de discrimination raciale. Les lois anti-opium visaient les travailleurs chinois qui concurrençaient les syndiqués américains. La marijuana était la drogue de choix des travailleurs mexicains, qui étaient accusés de voler des emplois sur les fermes américaines. La cocaïne et l’héroïne ont été associées aux noirs.

De tous les gens incarcérés pour des offenses liées à la drogues, 47% sont des noirs alors que cette race ne représente que 15% des consommateurs de drogues et que les trafiquants sont majoritairement blancs.

Risques

Selon le journal médical The Lancet, l’alcool est la drogue la plus dangereuse pour la santé, bien plus que la marijuana, la cocaïne et l’héroïne. Par ailleurs, la nicotine et la caféine sont des drogues qui créent davantage de dépendance que la plupart des drogues illégales. Selon le Journal of American Medical Association, plus de 100 000 Américains meurent chaque année des conséquences de médicaments prescrits par des médecins.

Le tabac et l’alcool sont plus dangereux que la marijuana, l’héroïne, la cocaïne et les amphétamines. En fait, la violence engendrée par la prohibition cause plus de décès que les drogues elles-mêmes, alors que le tabac cause 435 000 morts par année aux États-Unis (en 2000). Le taux de mortalité pour 100 000 utilisateurs est de 650 pour le tabac, 150 pour l’alcool, 80 pour l’héroïne, 4 pour la cocaïne et 0 pour la marijuana. Ceci dit, beaucoup de décès attribués aux drogues dures résultent du fait qu’elles transitent par un marché noir. La plupart des décès causés par la cocaïne résultent du fait qu’elle a été consommée en même temps que de l’alcool : un mélange explosif. Quant au potentiel de dépendance, il est plus élevé pour la nicotine, l’alcool et la caféine que pour les drogues illégales. En fait, selon le scientifique Carl Hart, seulement 10% à 20% des consommateurs de drogues sont vraiment dépendants.

La guerre à la drogue fait en sorte que les toxicomanes sont plus enclins à se droguer moins souvent, mais avec des doses plus élevées et en utilisant des drogues plus dures car cela réduit le risque de se faire prendre. Cela pose un risque plus élevé de surdose potentiellement mortelle. La guerre à la drogue a fait augmenter l’utilisation des seringues, puisque l’injection des drogues permet un effet plus élevé par dose et réduit donc le risque de se faire prendre. Cela a abouti à une hausse des cas de transmission du VIH non seulement chez les toxicomanes qui partagent des seringues, mais aussi chez les enfants qui jouent malencontreusement avec des seringues souillées.

La guerre à la drogue incite les toxicomanes à préférer l’héroïne à la marijuana, qui est plus volumineuse, odorante et difficile à dissimuler. Le même phénomène fut observé durant la prohibition de l’alcool : les gens consommèrent davantage d’alcool fort que de bière et de vin. La tendance se renversa une fois la prohibition levée (après quoi la consommation d’alcool fort diminua de plus de 66%). C’est aussi la guerre à la drogue qui, en faisant grimper le prix de la cocaïne, a incité l’émergence du crack, moins dispendieux à produire, mais potentiellement plus dangereux pour la santé (le crack est pratiquement introuvable aux Pays-Bas). Par ailleurs, c’est après 1914 que les gens ont commencé à délaisser l’opium au profit de l’héroïne, plus facile à dissimuler.

L’héroïne est supérieure à la morphine pour soulager certaines types de douleur. La marijuana est un médicament efficace pour contrer la nausée engendrée par la chimiothérapie et permettre aux malades de ne pas vomir leurs médicaments. Malheureusement, nous sommes privés des bienfaits médicinaux de ces drogues car des bureaucrates considèrent qu’elles sont immorales.

Dans les Andes, en Bolivie et au Pérou, les indigènes mâchent des feuilles de coca de la même manière que nous buvons du café. Cette plante est aussi utilisée comme médicament. Le gouvernement américain force ces pays à se conformer à ses directives quant à la drogue. Des avions aspergent les champs et les forêts d’herbicides qui contaminent les récoltes ainsi que les nappes phréatiques et empoisonnent les animaux et la population.

Politique

La constitution américaine ne permet pas au gouvernement d’intervenir au niveau des drogues, ni en ce qui a trait à aucune habitude de consommation des citoyens. Le gouvernement fédéral utilise le fameux amendement qui lui permet de réguler le commerce entre les États pour imposer sa loi en ce qui concerne les drogues (cet amendement est utilisé à tort et à travers pour permettre au Congrès de centraliser le pouvoir aux dépens des États, et de réguler tout ce qui lui chante en se moquant de la constitution). C’est depuis le Harrison Narcotics Tax Act de 1914 que le fédéral intervient à ce niveau. L’une des justifications de la guerre à la drogue était, à l’aube de la première guerre mondiale, que les jeunes deviendraient tous accro et qu’ainsi l’armée serait décimée.

Ceci dit, la véritable guerre à la drogue a été déclarée par Richard Nixon en 1971. Depuis ce temps, les présidents américains ont fait de la surenchère quant à l’intensité de cette guerre, même si Clinton, Bush et Obama ont tous déjà consommé une drogue illégale. De nos jours, la DEA emploie 10 000 fonctionnaires répartis dans 226 bureaux situés dans 63 pays et dispose d’une flotte de plus de 100 avions.

Les politiciens ne peuvent pas se permettre d’être perçus comme étant tolérants face aux drogues illégales. Ils perdraient l’appui de plusieurs groupes qui supportent ce combat inutile. Pour les politiciens, il a toujours été bien vu d’adopter une attitude hostile envers la drogue. Les élections sont généralement précédées d’une augmentation des descentes envers les producteurs et trafiquants. La guerre à la drogue a été une véritable manne financière pour les industries policières et correctionnelles, de même que pour les agences gouvernementales concernées.

L’un des lobbys qui s’oppose à la légalisation des drogues est celui de l’alcool. Par exemple, la California Beer & Beverage Distributors Association a dépensé des fonds pour s’opposer à la Proposition 19 qui prévoyait une forme de décriminalisation des drogues. L’autre lobby puissant est celui des prisons (qui sont souvent privées aux États-Unis) et leurs syndicats. En 2008, le syndicat des gardiens de prison de Californie a dépensé environ un million de dollars pour défaire une motion visant à envoyer des détenus non-violents en traitement plutôt que de les incarcérer. Ils ont aussi financé la campagne contre la Proposition 19 en 2010. Même son de cloche pour ce qui a trait aux syndicats de policiers et aux associations d’avocats. « Cui bono », comme disait Cassius, ce qu’on pourrait traduire par « follow the money » en anglais…

Présentement, plus de 60% des Américains croient que la marijuana devrait être légale à des fins récréatives, et 80% à des fins médicales. Pourtant, le gouvernement fédéral continue de l’interdire dans les deux cas. Aux États-Unis, 46% de la population adulte (112 millions de personnes) a déjà consommé une drogue illégale et 14% (35 millions) en consomment de manière récurrente. Présentement, environ 5,3 millions d’Américains sont privés de leur droit de vote en raison du fait qu’ils ont un dossier criminel. C’est pourquoi j’affirme que la guerre à la drogue mine la démocratie.

Les coûts

La guerre à la drogue a mené à la surpopulation des prisons. Les sentences minimales obligatoires ont envoyé des individus non-violents derrières les barreaux pour plusieurs années. Les prisons américaines coûtent $80 milliards par année ($35 000 par détenu). Le gouvernement fédéral américain dépense $19,2 milliards par année dans sa guerre contre la drogue (2003). Ce montant double si on inclut les dépenses des États.

En 2005, plus de 786 000 personnes ont été arrêtées pour violation des lois contre la marijuana aux États-Unis, et 88% de ces arrestations ne concernaient que la simple possession de cette drogue. En 2009, il y avait aux États-Unis 1 405 622 prisonniers dans des établissements d’État et 208 118 dans des établissements fédéraux. Environ 20% des détenus d’États et 50% des détenus fédéraux sont coupables de crimes reliés directement à la drogue (et plusieurs autres pour des crimes indirectement reliés comme cambriolage et meurtre). Cela fait donc probablement plus de 400 000 personnes qui sont en prison parce que certaines drogues sont illégales.

Le dossier criminel dont ces détenus héritent les hantera toute leur vie, nuira à leur perspectives d’emploi futures et les incitera à rester dans le domaine criminel. Pendant ce temps, la mère de leurs enfants devient monoparentale, ce qui fait en sorte que l’enfant a plus de chance de baigner dans la pauvreté et de devenir lui aussi un criminel dans le futur.

Une personne accusée de simple possession de moins de 2 onces de cocaïne écopera de 5 ans de prison sans libération conditionnelle. Il y a quelques temps, le magazine The Economist citait un exemple éloquent de l’extrémisme et de l’absurdité de la guerre à la drogue aux États-Unis. La police a trouvé 1,2 grammes de méthamphétamines dans la maison de Ricky Minor, soit une quantité suffisante pour une journée entière. Ils ont aussi trouvé des allumettes, de l’acétone et du Sudafed, ce qui lui aurait permis d’en fabriquer 192 grammes supplémentaires. Il plaida coupable et fut condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. En Californie, où la vente de marijuana à des fins médicales est légale, Jack Carpenter a été arrêté par la DEA et condamné à 10 ans de prison pour une pratique pourtant permise par l’État.

Les progrès récents de la légalisation

En novembre 2012, les États du Colorado et de Washington ont voté pour la légalisation de la marijuana à des fins récréatives ; les deux premiers États à le faire alors que beaucoup d’autres États l’ont légalisée à des fins médicales. Évidemment, dans les deux cas, nous sommes bien loin d’un libre-marché. La régulation étatique y est accablante. La grande question demeure toutefois si le gouvernement fédéral n’interviendra pas dans ces États.

Le 29 août, le procureur général des États-Unis, Eric Holder, a déclaré que le département de la justice ne ferait pas d’obstruction aux « expérimentations » menées dans ces deux États, ainsi que dans les 20 États qui ont légalisé la marijuana médicale. Il recommanda aux procureurs fédéraux de se concentrer sur la distribution de drogue aux mineurs et l’exportation entre les États. Cette déclaration fut perçue comme un drapeau vert par cette industrie naissante.

Cependant, les barrières sont encore substantielles. Les restrictions sont pesantes et empêchent l’industrie de se développer convenablement. Par exemple, au Colorado, les distributeurs doivent produire 70% de ce qu’ils vendent et ne pas vendre plus de 30% de ce qu’ils produisent à d’autres vendeurs. Ainsi, c’est comme si on exigeait des vendeurs d’alcool qu’ils produisent eux-mêmes l’alcool qu’ils vendent ; et il ne peut y avoir de grossistes.

La plupart des banques refusent de prêter aux entreprises impliquées par crainte d’être accusées de faciliter le blanchiment d’argent par les autorité fédérales. Puis, au niveau fédéral, la loi de l’impôt force les producteurs et distributeurs à déclarer leurs revenus (car même si c’est illégal au niveau fédéral, le gouvernement veut tout de même sa cote !), mais ne leur permet pas de déduire leurs dépenses d’opérations. Selon un entrepreneur de Denver, cela équivaut à un taux effectif de taxation de 67%, soit deux fois plus qu’une entreprise conventionnelle.

Les produits offerts au Colorado sont de bonne qualité, la variété est surprenante (breuvages, pâtisseries, friandises, e-cigarettes, barres de chocolat, etc.) tout comme les bas prix.

Conclusion

Après la lecture des deux ouvrages cités plus bas ainsi que de nombreux articles du magazine Reason et The Economist, je ne peux que conclure que la guerre à la drogue et la prohibition des drogues en général sont la plus grande aberration politique et socio-économique des temps récents. Il n’y a pas l’ombre d’un argument qui puisse tenir la route justifiant ces politiques. Les arguments économiques, sociologiques et scientifiques pointent tous unanimement vers la légalisation tous azimuts des drogues. Néanmoins, ces arguments ne devraient même pas être considérés. Le simple fait que la criminalisation des drogues est une atteinte aux libertés individuelles, une violation du droit naturel de disposer de son corps comme on l’entend, sont des arguments suffisants pour rejeter toute loi interdisant de posséder, consommer, transporter, produire et vendre des drogues. Ceci dit, je ne suis pas surpris, comme c’est si souvent (voire toujours) le cas, que les arguments utilitaristes supportent la vision libertarienne.

Arthur Benavie est un gauchiste, Laurence Vance un libertarien, Rick Perry (qui a mené des réformes très positives au Texas) est Républicain, tout comme Tom Tancredo, Eric Holder est démocrate. Tout le monde semble s’entendre ! À quand le changement ?

 

Sur le web