Fondamentalisme : ils haïssent notre liberté

Deux éléments de notre civilisation sont rejetés par les fondamentalistes : la laïcité et la liberté des femmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
contrepoints 733 Etat islamique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fondamentalisme : ils haïssent notre liberté

Publié le 21 janvier 2015
- A +

Par Patrick Aulnas.

contrepoints 733 Etat islamiqueFranchement, la une de premier numéro de Charlie Hebdo post-attentat fut talentueuse mais gentillette. Le bon prophète Mahomet, la larme à l’œil, tient une pancarte indiquant « Je suis Charlie ». La raison conduit à penser que le prophète ne peut pas être un méchant garçon qui applaudit le crime. Mais la raison n’a rien à voir dans tout cela, d’où les nombreuses manifestations de protestation dans les pays à dominante musulmane. Les adeptes de l’Islam radical haïssent la liberté, et l’émergence de la liberté dans le monde appartient à l’histoire de l’Occident. Nous sommes les hérauts de la liberté, nous sommes donc condamnables. S’agirait-il d’un choc de civilisations, selon l’expression utilisée par Samuel Huntington ? Au demeurant, il n’est pas nécessaire d’adhérer entièrement à la thèse géopolitique d’Huntington pour utiliser ce terme.

Il n’y a pas de fin de l’histoire

Au 20e siècle, une partie du monde occidental a dérivé vers la dictature la plus odieuse (fascisme, nazisme), mais du fait de la forte présence américaine, ces régimes autoritaires ont été vaincus. La guerre froide entre le monde libre et le bloc soviétique a suivi la victoire sur les dictatures fascistes. Il s’agissait à nouveau de faire prévaloir la liberté. L’inefficacité du totalitarisme soviétique a pétrifié cette société gouvernée par des apparatchiks. Elle s’est effondrée. Francis Fukuyama a alors évoqué « la fin de l’histoire » (1992) dans la mesure où seule subsistait la démocratie libérale. On voit aujourd’hui que l’histoire de la lutte pour la liberté n’est pas achevée et qu’elle ne s’achèvera sans doute jamais. Des forces politico-religieuses ont une vision de l’homme et de la société très éloignée de la démocratie. Il s’agit principalement des fondamentalistes islamistes, mais il existe aussi des intégristes chrétiens (catholiques, protestants) ou juifs qui détestent la liberté et veulent imposer à tous leur vision du monde.

La laïcité, voilà l’ennemie

En limitant l’analyse à l’Islam, deux éléments fondamentaux de notre civilisation sont rejetés par les fondamentalistes : la laïcité et la liberté des femmes. Chacun a pu observer les manifestations qui ont eu lieu dans de nombreux pays dominés par l’Islam à la suite de la parution du nouveau numéro de Charlie Hebdo le 14 janvier. Elles sont symptomatiques de pays où le pouvoir politico-religieux est omnipotent. Les manifestants étaient de toute évidence manipulés par les autorités des pays considérés. Il s’agit d’adultes-enfants auxquels on a donné la permission d’aller au carnaval. En l’absence de démocratie, les manifestations de rue ne peuvent exister qu’à l’instigation du pouvoir en place, sinon elles sont écrasées par la force.

Ces pouvoirs ne supportent pas la distinction entre le religieux et le politique qui est le propre de notre démocratie. Considérer la religion comme un choix personnel pouvant être librement débattu, c’est remettre en cause le fondement même du pouvoir dans beaucoup de pays arabes ou du Moyen-Orient ainsi qu’au Pakistan et en Afghanistan. Ces pays n’ont jamais connu la laïcité, c’est-à-dire la neutralité de l’État par rapport aux religions. L’Islam est leur religion officielle. La légitimation du pouvoir politique conserve donc un aspect religieux plus ou moins avoué. À partir du moment où il existe une religion d’État, détenant une vérité révélée, le pouvoir politique a une dimension transcendante. Cette situation prévalait en France jusqu’à la chute de la royauté à la fin du 18e siècle. Le roi était investi d’un pouvoir de droit divin. L’esprit des Lumières a justement consisté à remettre en cause cette forme de légitimité en proposant le concept de souveraineté populaire : la population entière confie pour un temps l’exercice du pouvoir à des élus. Nous pensions qu’il s’agissait là d’un acquis. Pas pour tout le monde !

La liberté des femmes, quelle honte !

Les leaders fondamentalistes haïssent particulièrement la liberté des femmes. Qu’une femme puisse être femme en dehors du foyer est tout à fait contraire à la tradition qu’ils défendent. Elles doivent cacher leur corps, dont la vue est réservée à leur époux, d’où la burqa ou ses équivalents. La femme est servante de l’homme et épouse soumise, rien de plus. Le contraste avec les valeurs occidentales est tout à fait saisissant. Dès le 17ème siècle, les femmes de l’aristocratie européenne avaient une liberté de comportement plus grande que celles soumises à l’Islam radical d’aujourd’hui. Certes, il n’était pas question de montrer ses jambes, mais les épaules découvertes existaient avec parfois de généreux décolletés. La libération des femmes au 20e siècle repose sur deux éléments : une égalité de droits avec les hommes et la maitrise de la contraception. Les femmes d’Occident peuvent aujourd’hui avoir des responsabilités professionnelles ou politiques tout en conservant leur féminité. Pour parler clairement, elles peuvent chercher à être désirables pour les hommes tout en ayant parfois autorité sur eux. Cette situation est tout à fait inadmissible pour les fondamentalistes, elle heurte leur fierté au plus profond d’eux-mêmes. La femme n’est plus leur chose, elle prétend même être libre et commander. C’est la fin du monde, de leur monde !

Là encore s’opposent deux conceptions incompatibles : le maintien de la tradition contre la conquête de la liberté, la défense de ce qui reste encore d’un monde en voie de disparition, celui des pouvoirs autocratiques à fondement religieux, contre la démocratie et le respect des choix individuels de chacun, homme ou femme, riche ou pauvre, gouvernant ou gouverné.

Nous sommes donc bien en guerre contre une vision archaïque de la société voulant anéantir nos libertés, contre l’obscurantisme. Le ver est désormais dans le fruit dans la plupart des pays occidentaux. Car une population de jeunes à la dérive est manipulée de l’extérieur par des ennemis de la liberté qui cherchent à déstabiliser nos pays pour revenir à un statu quo ante que l’on croyait à jamais révolu. Il s’agit bien, pour les dirigeants fondamentalistes, d’abattre la laïcité et de redonner à la religion sa place comme fondement du pouvoir légitime. Il s’agit également de remettre les femmes dans une situation de dépendance totale à l’égard des hommes. Le projet est pour nous réactionnaire, au sens étymologique : revenir à un état historique antérieur. Mais pour ses concepteurs, il s’agit de maintenir la société traditionnelle et ainsi de conserver la haute main sur le pouvoir politique par le biais de la religion qui reste largement dans leurs pays « l’opium du peuple ».

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Les gauchistes aussi …

  • cette vision de leur monde , femme soumise etc , n’est pas compatible avec notre façon de vivre ; je vois mal les femmes occidentales se soumettre sans moufter à ces individus incapables de se remettre en question ; les femmes sont libres , elles travaillent hors de chez elle , portent des jupes courtes , montrent leur corps , et ont mêmes le droit de chasser ….aprés avoir appris à se servir d’un bon fusil….hé oui , elles valent les hommes sur beaucoup de points et ça , les fondamentalistes ne le supportent pas ;d’ailleurs je me demande si ces types n’ont pas peur des femmes , quand on voit la façon dont elles sont traitées ….

    •  » je ne vois pas les femmes occidentales se soumettre sans moufter  »

      je n’en serai pas si sure, pourquoi certaine femmes se convertissent à l’islam dans les quartiers à forte minorité musulmane ? il y a plusieurs raisons qui peuvent faire se soumettre les femmes :
      la peur entretenu par des coups bien placés. le mimétisme, l’appat du gain et d’une protection …

      en afghanistan ou en iraq, dans certains milieu, dans les années 70, les femmes allaient tête nue à l’école, et buvaient de l’alcool… 40 ans, plus tard, grâce, notamment à l’action pervese des doctrines salafistes, et de leur alliés américains , elles sont redevenues les chiennes de leurs maris ou de leurs pères.
      les gens ont trop tendance à croire que le progrès et quelques chose d’acquis à tout jamais.

  • mais il existe aussi des intégristes politiques (millénaristes socialistes et communistes).

    • Curieusement oubliés par l’auteur… le communisme a créé des dictatures aussi odieuses et criminelles que le nazisme. Pourtant il existe en France un parti communiste et un parti « anti-capitaliste » qui n’est qu’un parti communiste renommé. Ils ne sont pas « diabolisés » et leur profonde connerie n’a jamais été caricaturée par leurs sympathisants de Charlie Hebdo.

      • jusqu’à preuve du contraire, les partis de gauche en france, n’appellent pas à égorger les bourgeois, ils veulent juste, comme le parti siriza en grèce, qu’on leur donne le plus d’allocation possible et le moins de travail possible en échange d’un gros salaire… ils ne sont donc pas bien méchant, si les cons veulent voter pour eux, grand bien leur fasse.
        votre intervention fini par etre anachronique et hors sujet, puisque l’auteur se plaint que le fondamentalisme musulman haie la laicité et la liberté des femmes, deux choses que les communistes avaient plutot tendance à promouvoir …

        • Jusqu’à preuve du contraire….
          La preuve a été faite tout au long du XX° s que le communisme amène « mécaniquement » à la répression la plus féroce.
          Alors bien sûr, officiellement pas d’appel au meurtre chez l’extrême gauche française, mais chassez le naturel…

          • Nous ne tolèrerions pas de parti nazi en France, pourquoi la classe politique et médiatique, ainsi que le bon peuple, devrait-il regarder avec complaisance les divers partis communistes, marxistes ou trotskistes ? Et subventionner un journal communiste, ardent soutien de l’horreur totalitaire communiste durant toute son histoire, jusqu’au pacte germano soviétique…

  • « mais du fait de la forte présence américaine, ces régimes autoritaires ont été vaincus.  »
    Ouf, merci les US, qu’est-ce qu’on ferait sans vous!

  • ça fait plaisir de lire ça sur contrepoint …

    100 % d’accord avec l’article, et je dirais même plus, la chute du communisme , à quelques chose le malheur est bon , dit – on ? à quelques chose le bonheur est mauvais ! à fortement contribué à développer le fondamentalisme musulman.

  •  » En limitant l’ analyse à l’islam, deux éléments fondamentaux de notre civilisation sont rejetés par les fondamentalistes: la laïcité et la liberté des femmes »
    Qu’est ce que la laïcité ? Si ce n’est le principe de séparation de l’état et de la religion et, donc l’ impartialité ou si vous voulez,la neutralité de l’ état à l’ égard des confessions religieuses.
    Mais, néanmoins, le principe de séparation entre l’état et les religions peut trouver des applications différentes selon le pays.
    Je ne veux surtout pas m’ appesantir ici, sur la notion de la laïcité car,à mon humble avis, elle est complexe voir même réactionnaire ici en France. Si on fait le parallèlisme avec d’autres pays européens, voir même nord-américains, on remarquera que ces pays non seulement sont laïques , mais, aussi que le respect et la liberté de religions dans l’ ensemble est entière. En Allemagne, notre grand voisin de l’est, le parti de Mme Merkel et celui de la Bavière se nome respectivement la CDU et la CSU. C’est à dire Union démocratique Chrétienne pour le premier et, Union sociale Chrétienne pour le second. Maintenant est ce que la RFA, est moins démocratique ou laïque que la France ? Ma réponse est Non. Au contraire, je dirais la RFA, est plus dynamique et ouverte que la France. En réalité ce pays est malheureusement diriger par les francs-maçons et les sionistes. Concernant la liberté des femmes dans des pays musulmans, je vous rétorquerais que Benazir Bhuttto fut première ministre du Pakistan, que dans pays tels l’Iran, l’Indonésie ou, la Malaisie, pour ne pas que je cite certains pays du Maghreb, ou Moyen-orient,les femmes occupent des plus en plus des hautes responsabilités. Qu’est ce que la laïcité a avoir avec une femme qui porte le voile, ou la burqa? Si Charlie Hebdo est libre en (France) de profaner le prophète Mahomet, selon le principe de la liberté de la presse, pourquoi, une femme ne peut pas exprimer sa foi en « s’emburquant », sous le même principe de la liberté de croyance. La problématique de la laïcité est de la liberté des femmes, varie mutatis mutandis selon votre prisme. En Israel, pays religieusement juif en devenir, certains extrémistes orthodoxes ont la même conception de la femme comme dans l’époque biblique. La France est, elle aussi diriger par les ayatollahs de la laïcité. Ils veulent brimer, ostraciser tout ce qui ne pense pas comme eux.
    Un état qui interfère à tout va, dans l’expression orale,écrite et vestimentaire de sa population, est un état faible et qui n’est pas de lui.

    • CDU, CSU sont laïcs: Le christianisme est laïc par construction.
      Bien plus, sans christianisme il n’y a pas de laïcité puisqu’il n’y a pas de définition de ce qui est religieux et de ce qui est politique. La laïcité socialiste n’a donc pas de sens. Ce qui est normal.

    • ayatollahs de la laïcité

      Quezaco ?

  • Moi, je crois l’indignation des manifestants musulmans contre Charlie Hebdo sincère. Dans le cas contraire, je ne vois pas pourquoi les « Je suis Charlie » devraient être prémunis de l’aliénation.
    Vous avez l’air de considérer la démocratie libérale comme le sommet de la bonne politique et l’horizon indépassable de la marche de l’Histoire.
    Pour ma part, je ferai un lien entre l’analyse de Fukuyama et celle de Huntington. Le premier croyait à l’expansion inexorable de la démocratie libérale (en gros du modèle occidental). Les politiques et intellectuels enivrés par leur propre opium dont ils étaient convaincu du caractère universel ont appuyé leur volonté de toute puissance par des actions militaires sur les bastions de résistance. Le choc des « civilisations » est, selon moi, né de cet aveuglement universaliste. Incapables d’altérité, tout ce qui différait de notre vision du monde était identifié comme mauvais, obscurantiste, liberticide, justifiant les bombardements, les renversements de régimes autoritaires. De cette tabula rasa devaient émerger la liberté, le progrès, la richesse, le bonheur, les plaisirs (compléter la liste de niaiseries selon vos centres d’intérêt) mais nous avons vu se renforcer une toute autre créature comme en Libye, en Irak, en Syrie, en Egypte, au Pakistan, en Afghanistan, au Mali, etc. Ainsi le choc des « civilisations » (les guillemets car je considère qu’il s’agit d’une lutte de la décadence contre la sauvagerie) provient essentiellement de l’arrogance militaire et politique des démocraties libérales qui manient avec brio tous les ustensiles sémantiques pour justifier LEUR vision réduite de la bonne société. Nous n’assistons pas à une conquête des cœurs par nos « valeurs » (sauf les valeurs boursières) mais à une grande victoire de la rhétorique (je passerai sur les aspects grossièrement « orwéliens » de la propagande). Nos sociétés occidentales qui n’ont que les mots de tolérance, de paix, de liberté, de droit de l’homme produisent des fruits pourtant bien étranges au goût râpeux : la guerre, la pauvreté, la désolation, la volonté de vengeance. Regardez donc les rigoles de sang et les tas de viande humaine accrochés aux bottes occidentales.

    Je trouve assez arrogant de considérer la tradition comme l’ennemi de la liberté, surtout au regard du réel contenu de la liberté qui, pour de nombreux peuples encore attachés à leur religion et à leur culture locale, prend la forme d’une batterie très sophistiquée d’engins militaires, de surveillance généralisée, de répressions des opinions, d’une gestion affairiste des deniers publics et d’un traitement de plus en plus psychiatrique des alternatives idéologiques au prêchi-prêcha libertaire. On peut également constater que l’État grignote de plus en plus la propriété privée, redistribue le butin au grès des besoins électoraux ou des manigances obscures, et surtout que le capitalisme est à plat. Autant dire que nos groupies de par le monde s’amenuisent.

    Je ne crois pas à l’avènement de la liberté, de l’insouciance et à la paix durable, les dernières années me donnent raison. Et non pas que cela me réjouisse, mais je vois poindre le retour en force du religieux, la laïcité, mot qui n’a rien d’universel mais est très centré « franco-républicain » et n’a guère fait de petits qu’en Turquie et au Mexique (Cristeros), n’étant que très floue.

    Certains mouvements musulmans démontrent qu’ils peuvent être vaillants et tenir en respect les coalitions internationales, jusque dans le territoire français puisque la tuerie de Charlie Hebdo n’a pas tant entraîné une réaffirmation de nos libertés mais une volonté politique de ménager les susceptibilités musulmanes. Les cris idiots et bruyants de « liberté d’expression !!! » ont été incapables de masquer les arrestations pour délit d’opinion, seulement quelques heures après l’éclosion « spontanée » de cette lacustre imprécation.
    En quelque sorte, les frères Kouachi (présumés coupables préventivement condamnés à mort) ont eu gain de cause : nos dirigeants ont peur.

    • nos dirigeants ont bien raison d’avoir peur :

      on pourrait imaginer un scénario catastrophe ou des émeutes comme celle de 2005 entraineraient une brusque élévation des taux d’interets de la dette française.

      la laïcité à la française a fait un autre petit, qui est devenu aussi gros que le monstre totoro : la chine

    • le concept de fin de l’histoire de fukuyama, ne correspondait pas à l’idée d’une victoire du système libéral atlantique, mais plus surement à une critique ironique du fameux déterminisme historique selon marx, qui prétendait que les sociétés humaines devaient inévitablement finir par le communisme, aprés avoir épuisé le stade capitaliste …

      • Attention c’est pas fini, on est pas encore totalement prémunis d’un glissement vers le socialisme, même s’il ne prendra pas la forme du soviétisme. Souvenez-vous (ou prenez connaissance) de la phrase de Zinoviev : « J’ai vécu dans votre futur. »

    • Le combat pour la liberté a été dans une large mesure un combat contre la tradition et contre les religions. Si la raison n’avait pas surgi à partir de la Renaissance en Europe, la science n’aurait pas existé. Sans la science, pas de développement économique et pas de progrès social. Il a fallu se libérer d’une conception entièrement religieuse du monde pour progresser. Dans l’histoire de l’humanité, jamais aucun peuple n’avait connu ni le mode de vie (la liberté individuelle) ni le niveau de vie (médecine, consommation, loisirs, etc.) de la civilisation occidentale. La religion n’est pas rejetée, elle est relativisée. C’est un choix comme un autre. Cela s’appelle la liberté.
      Quant aux guerres et aux massacres, ils ont été constants dans l’histoire. Personne ne peut s’exonérer dans ce domaine. Il n’y a pas un coupable et des victimes. Mais, mon opinion personnelle est que ce sont les ennemis de la liberté qui recourent à la violence (fascistes, nazis, communistes, fondamentalistes). Ces sont des constructivistes, selon le terme de Pascal Salin : ils veulent construire par la contrainte un certain modèle de société et l’imposer à tous les individus en réduisant les choix individuels à la portion congrue.
      Patrick AULNAS

      • Je connais cette vision, j’y ai adhérée un temps. C’est une belle théorie, mais très péremptoire et simpliste comme cette remarque :
        « Si la raison n’avait pas surgi à partir de la Renaissance en Europe … » Sans dec ?

        Mon opinion personnelle n’a pas grand chose à voir avec ce que j’ai écrit plus haut, sauf que je respecte les traditions de tous les peuples et ne prône pas leur abrogation, je me contente de constater les faits récents et je pose la question de savoir si les libéraux ont vraiment l’exemplarité morale qu’ils revendiquent au prix qu’ils la font payer.
        D’ailleurs vous le dîtes vous-même :
         » Quant aux guerres et aux massacres, ils ont été constants dans l’histoire. »
        Le règne de la démocratie libérale ne fait donc pas exception. Je pointe juste ses visées impérialistes sous couvert d’universalisme que j’analyse comme son opium, son aveuglement, son auto-justification radicale jusqu’aux déchaînements de violence qu’elle a semés de par le monde.

        • Démocratie libérale? ou ça? quand ça? Vous voulez peut être parlé de certaines démocraties qui n’étaient pas 100% étatiste et laissait benoitement quelques espaces de liberté à la population. Ces quelques espaces de liberté on suffit pour nous faire faire un pas de géant dans tous les domaine mais pas pour transformer la grenouille (des états très puissants et fortement dirigistes) en taureau (des démocraties libérale).

          • Cette remarque, je l’attendais et étais déçu de ne pas y être confronté. Et bien certes, nous n’avons pas eu l’opportunité d’essayer une bonne anarcapie, ou de se diriger vers un consensus populaire minarchiste. Beaucoup de marxistes vous diront de la même manière que Staline Pol Pot n’étaient pas communistes, avaient trahi le rigoureux système de Karl Marx et du point de vue théorique ils auraient raison (seulement je ne suis pas sûr que Marx eût été marxiste).

            Je serai ravi de voir émerger une société libérale conforme aux dogmes, société dans laquelle les individus et groupes d’individus s’uniraient librement afin que les aspirations de chacun puissent être mises en pratique dans le respect de la paix sociale et de la juste propriété de chacun. Un monde où la solidarité envers les plus faibles serait une affaire privée et spontanée. On peut garder cette vision irénique pour un temps futur où la bonté, l’intelligence, l’usage parcimonieux de la force seraient parfaitement intériorisée en chaque individu ou au moins en une part conséquente d’individus assez exemplaires pour contaminer la société.
            Seulement voilà, nous constatons tout autre chose. La science et la technique ont libre cours, l’épanouissement personnel n’est plus freiné par une morale rigide (les puissances publiques ont même appuyé ces évolutions), les femmes prennent leur autonomie, les homosexuels s’affichent avec fierté, la création se libère des formalismes tant culturels, artistiques qu’économiques. Malgré tout ce package libéral, sur la même période, le Léviathan a étendu ses tentacules, taxé, contrôlé, surveillé, rééduqué, subventionné, pillé, fait la guerre sans motifs avouables et j’en passe. Nous sommes aujourd’hui en France bien plus soviétisés que ne le fut l’URSS et ce malgré les évolutions libérales que j’ai citées plus haut.
            Les libéraux gagneraient à étudier ces évolutions contradictoires.

            • Quelle évolution contradictoire? L’état donne gracieusement à la populace le choix mirifique de choisir la couleur de ses chaussettes tandis que tout les reste est sous coupe réglé et surtout, pour bénéficier de ce suprême droit les individus doivent se séparer de 60% des fruits de leur travail (et en augmentation constante)
              Donc effectivement l’occident n’est pas libérale, ne la jamais été et l’est de moins en moins pour ce qui compte vraiment. La liberté d’apparat c’est bon pour les gogos qui vont voté de temps à autre en croyant ainsi détenir un pouvoir quelconque…

    • Meeeeeeeerrrcciiiiiiiiiiiiiii

  • La laïcité de la France, c’est le pouvoir athée.
    C’est une déformation de la laïcité chrétienne, la vraie, qui distingue la morale et la loi.
    La morale est absolue, la loi est séculière.
    La loi est propre à être imposée, pas la morale. Les individus mènent leur vie librement, il leur revient de décider comment appliquer la morale à leur contexte.

    Or ce paradigme chrétien est récusé aussi bien par la laïcité socialiste que par l’islamisme.
    En effet dans les deux cas loi et morale se confondent, et il n’y a qu’une seule autorité.
    Les pouvoir socialistes et islamistes persécutent le christianisme pour la même raison que les autres, depuis les Romains: Parce qu’il ne permet pas de rendre culte au pouvoir.

  • Les hautes autorités musulmanes sont fondamentalistes sans être extrémistes et si le ver est dans le fruit, c’est quand même bien parce qu’il était déjà tombé de l’arbre.

    A titre d’exemple,on pourrait citer Al -Azhar qui a toujours demandé aux musulmans de respecter les lois du pays d’accueil.

    On pourrait aussi citer le Commandeur des Croyants dénonçant le « détournement de nationalité » qui n’en ferait pas pour autant des français.

    La niaiserie.fr et sa comparse l’idéologie des 35 dernières années auront suffi à faire de ce pays….une caricature!

  • La femme est donc l’avenir de l’homme, au moins de l’homme musulman. C’est une lueur d’espoir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme, ou même plus simplement à toutes formes de dictatures ?

Septième volet, aujourd’hui, qui s’intéresse aux risques liés à la science, lorsque celle-ci se trouve détournée de ses objectif... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

Christine Sourgins, historienne de l’art et esprit indépendant, est notamment connue pour ce courageux essai réédité en 2018. Un essai critique sur ce que l’on nomme l’Art contemporain, dont elle dénonce les mirages et vacuités.

Le terme « Art contemporain » lui-même résulte, selon elle, d’une manipulation de langage, qui vise à rendre dominante une partie de l’art vivant, s’en prétendant la totalité. À ne pas confondre avec l’Art moderne, qui en est d’une certaine manière l’antithèse, bien qu’il tienne de lui (et qu’il a détrô... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles