L’Euroland à 18 ?

Le paradoxe est que l’Euroland, invivable économiquement, n’a d’avenir que politique. Encore faudrait-il que l’Union en ait et les moyens et la volonté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
zone euro credits images money (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Euroland à 18 ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 janvier 2015
- A +

Un article de l’aleps

zone euro credits images money (licence creative commons)

Depuis le 1er Janvier la Lituanie a été admise dans l’Euroland, qui compte désormais 19 pays. Mais en même temps, on se demande, après l’interview de Madame Merkel au Spiegel, si la Grèce ne va pas être « invitée » à quitter l’Euroland : à nouveau à 18 ?

Cette concomitance traduit fidèlement les contradictions de l’espace monétaire européen et appelle une sérieuse réflexion sur l’avenir de l’Euroland.

Construction politique ou zone monétaire ?

Le traité de Maastricht instituant l’Union Monétaire (1985/6) participait d’une vision politique et sûrement pas d’une logique économique. Jacques Delors et les « européistes » ont entendu instaurer un jacobinisme européen : un seul gouvernement, une seule politique, une seule diplomatie, une seule monnaie. Bien entendu, ce jacobinisme devait être socialiste : l’échec du socialisme au niveau national étant prouvé, notamment à Paris, et on voulait le ressusciter à Bruxelles. Dans cette optique la monnaie unique et commune était l’instrument d’intégration politique rêvé, elle dépossédait les gouvernements européens de leur souveraineté monétaire et, par là-même, de leur souveraineté budgétaire, puis fiscale.

Mais l’Europe pouvait-elle devenir une zone monétaire ? La théorie économique des zones, et notamment les travaux de Mundell, souligne la nécessité pour les pays membres de la zone de respecter quelques disciplines communes. Mais il y a contradiction entre socialisme et discipline, entre État Providence et État subsidiaire. Or, le Traité exigeait le respect de quelques disciplines élémentaires : pas d’inflation, pas de déficit budgétaire, pas de dette publique. Mais, dès le début, le laxisme devenait la règle. Seul le Luxembourg répondait réellement aux exigences de Maastricht. L’Italie en était très loin et la Grèce, pour sa part, n’a jamais réuni les critères requis. Politique d’abord : on a fermé les yeux.

Euroland : la cour du roi Pétaud

Progressivement, la merveilleuse machine à unir est devenue une machine à diviser : le Nord contre le Sud, les fourmis contre les cigales, les créanciers contre les débiteurs, les épargnants contre les assistés. Pour maintenir la fiction de l’euro et de l’Europe des politiciens, on a toléré tous les écarts. La Grèce a bénéficié de l’indulgence et des subventions de ses parrains et le peuple allemand a mal supporté d’avoir à se priver pour porter secours au gouvernement socialiste d’Athènes.

La dérive laxiste s’est accentuée avec l’arrivée de Mario Draghi à la tête de la Banque Centrale Européenne. Destinée à assurer la stabilité de l’euro, la BCE est devenue une machine à fabriquer de la fausse monnaie, sous la pression des socialistes et des keynésiens persuadés que la relance par les déficits et la dette souveraine était la meilleure façon de sortir de la crise. Pendant plusieurs mois, l’euro n’a survécu que parce que la FED s’est mise à fabriquer encore plus de fausse monnaie. L’Euro est même devenu « fort ». Mais aujourd’hui, en dépit de sa dépréciation objective, le dollar est devenu fort par rapport à l’euro, il faut aujourd’hui 1,20 dollar pour 1 euro, le taux de change le plus bas que l’on ait connu depuis 2008.

La Lituanie recherche le bouclier allemand

europe à 18 rené le honzecAlors pourquoi la Lituanie s’est-elle embarquée dans cette galère ? À coup sûr, il s’agit d’un pays vertueux ayant un budget en équilibre, des prélèvements obligatoires légers, des réglementations discrètes. La Lituanie est classée par l’indice de liberté économique parmi les économies « plutôt libres » au 21ème rang mondial, très proche de l’Allemagne et de la Suède, tandis que la France se traîne en 70ème position et la Grèce en 119ème !

Mais c’est sans doute la crainte de l’impérialisme russe qui a accéléré une intégration dans l’euroland en débat depuis plusieurs mois. La Lituanie veut s’abriter sous l’aile allemande. Et de son côté l’Allemagne d’Angela Merkel veut revenir aux sources de l’euro : un alignement de toutes les politiques européennes sur un modèle de responsabilité, fondé sur la libre entreprise et le libre-échange, loin des utopies socialistes.

Le paradoxe est que l’Euroland, invivable économiquement, n’a d’avenir que politique : devenir un espace de défense commune. Encore faudrait-il que l’Union en ait et les moyens et la volonté. Retour à la guerre froide et à l’OTAN ? En attendant, l’Euro se survivra si Madame Merkel réveille les énergies et met la BCE à sa place. De toute façon, on assistera tôt ou tard à une révolution mondiale : la privatisation de la monnaie. Pas en 2015, mais avant 2025. Il est temps de libérer la monnaie des improvisations politiques.


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Absolument pas d’accord : la solution que vous préconisez (libéralisation des monnaies) fait le jeu de l’Etat.

    Utiliser une norme, une façon de mesurer, une unité commune n’a rien à voir avec la libéralisation de la monnaie.

    Ce n’est pas parce que vous obligez de vendre du lait uniquement en mesurant la quantité en système métrique (litre, décilitre …) que vous intervenait sur le marché : en fait vous faites exactement le contraire, vous permettez le rapprochement des valeurs et donc vous permettez le marché.

    Un marché où chaque vendeur vendrait son lait en utilisant des unités différentes et où chaque acheteur utiliserait également chacun des unités différentes ne permettrait aucun échange : il faudrait un temps infini pour comparer les valeurs.

    Vous mélangez allégrement unité monétaire normative et unité monétaire économique.

    La création d’unités de monnaies nouvelles est effectivement possible grâce à l’informatique qui permet une traduction instantanée des échanges, mais le client n’a absolument aucun avantage à voir le prix d’un produit affiché en 200 monnaies différentes plutôt qu’une seule. Les seuls ayant intérêt sont les monétaires qui peuvent ainsi taxer les transactions, taxes qui finiront (après compte de bilan) … dans les poches de l’Etat.

    Payer 100 euros un produit ou payer 100 brouzoufs privés, sachant que le brouzouf privé se prend 10 de marge dont 5 d’impôts … vous avez juste réduit la valeur et créé un nouvel impôt, vous avez étendu la TVA.

    La manière la plus libérale de libéraliser le marché consisterait à virtualiser les banques (réduire leurs frais de fonctionnement au minimum), les empêcher de se capitaliser au maximum et utiliser une norme unique mondialement : clairement avec un tel système, les Etat ne pourraient presque plus emprunter et financer leurs gabegies, les entreprises ne seraient plus défavorisée par leur taille et leur implantation nationale/multinationale et les Etats seraient bien obligés de surveiller leurs comptes sous peine de se voir couper le robinet à PQ.

  • La Grèce quitter l’Euroland ❓ ce serait le coup de Grèce, euh de grâce :mrgreen:

    Ce pays a la possibilité d’adopter une double monnaie. Il conserve l’EUR pour la dette passée, le privée utilise l’EUR, et l’état utilise le drachme pour ses petits désirs délirants socialistes et ce ne sera pas un drame.
    L’état grade le loisir d’imprimer ses rouleaux de PQ sans défoncer le privé. Tant qu’il n’a pas éliminé ses déficits, il n’a plus le droit d’émettre de la dette en EUR.
    Cela ne serait-il pas un moyen d’enlever cette arme qu’est l’impression monétaire et de mettre un peu à l’abri le privé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
guerre en Ukraine
5
Sauvegarder cet article

La tentative d’invasion de l’Ukraine par l’armée russe dure maintenant depuis six mois.

S’il est évident que la guerre éclair russe ne s’est pas déroulée comme prévu, la suite du conflit laisse encore perplexe bon nombre d’observateurs qui ont été pour leur majorité largement pris au dépourvu par le déroulé des six premiers mois.

Quasiment personne ne donnait cher du sort de l’Ukraine lorsque les blindés et les spetsnaz russes se sont rués à l’assaut de leurs objectifs. Et pourtant, force est de constater que l’armée russe a été... Poursuivre la lecture

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles