Épargne : 1% ou rien, c’est du pareil au même

Les Français n’ont plus envie de s’embêter avec les livrets, les virements, les intérêts à la quinzaine…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tirelire CC faberzeus-tirage-art

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Épargne : 1% ou rien, c’est du pareil au même

Publié le 30 novembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Tirelire CC faberzeus-tirage-art

La Banque de France vient de publier les chiffres des évolutions monétaires du mois d’octobre 2014. Ce sont toujours les dépôts à vue qui enregistrent la plus forte croissance d’encours, au contraire des comptes sur livret, toujours en phase de décollecte.

Les dépôts à vue et les comptes à court terme

L’encours des dépôts à vue, c’est-à-dire des sommes détenues par les ménages, les entreprises, les administrations, etc., sur des comptes courants, a continué de progresser en octobre pour atteindre 640 milliards d’euros (+11 milliards par rapport à septembre). Sur un an, cet encours a progressé de 6,5%, soit un taux de croissance annuel supérieur à celui d’août (+5,2%) et de septembre (+4,9%). C’est la confirmation d’une tendance de fond.

Cette tendance est compréhensible, pourquoi s’embêter à gérer des virements sur des comptes sur livrets, à gérer les dates de valeurs pour assurer les intérêts de la quinzaine pour, au bout du compte, être rémunéré à 1%, c’est-à-dire moins de 0,04% la quinzaine ? Ça et rien, c’est pareil, cela ne rémunère même pas le temps qu’on y passe…

Ce sont les livrets qui morflent le plus

Autre tendance qui se confirme : celle de la désaffection pour les livrets d’épargne. Selon la Banque de France, les comptes sur livrets – catégorie qui inclut les Livrets A, les LDD, les CEL, les LEP, les livrets jeunes et les livrets ordinaires fiscalisés – ont enregistré en octobre un nouveau revers : -1,2% sur un an, pour un encours de 618 milliards d’euros, en baisse de 5 milliards sur un mois. Les dépôts à terme inférieurs à deux ans, eux, progressent toujours : +4% sur un an, et 151 milliards d’euros d’encours.

Pour mémoire, selon les chiffres de la Caisse des dépôts, le Livret A et le LDD ont subi en octobre une décollecte nette de 2,93 milliards d’euros et risquent bien de finir l’année dans le rouge pour la première fois depuis 10 ans. L’assurance-vie, de son côté, a engrangé 2,1 milliards d’euros supplémentaires sur la période, sa rémunération attendue (car rappelons que l’État se mêle encore de ce qui ne le regarde pas et a demandé aux compagnies de réduire la rémunération des contrats) est plus attractive et il est logique que l’épargne à moyen terme s’y retrouve.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le pire, c’est les 2% net des placements Pinel.

    Vu l’instabilité fiscale sur l’immobilier, et le risque locatif… autant placer à fond perdus dans l’assurance vie en obligations euro

  •  » Les Français n’ont plus envie de s’embêter avec les livrets  »

    Le livret d’épargne est un des emblèmes du français moyen avec le béret, la baguette et le litron de rouge.

    Je regarde ça comme une bonne évolution.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Décidément, ce n’est pas simple à comprendre, la Macronie ! Plus on étudie ce qui se dit, ce qui se prépare, ce qui se promet et ce qui se discute, plus on observe en face ce qui se passe réellement, et moins les paroles se rapprochent des actes. Que c’est compliqué !

Ainsi, alors que la France traverse quelques petites difficultés budgétaires et la découverte inopinée et désagréable de quelques trous dans les finances publiques, et ce malgré les bons soins de l’inénarrable Bruno, il semblait jusqu’à présent assez clair que la rente ne... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

L'indice du climat de consommation aux États-Unis, compilé par l'Université du Michigan, est tombé à 69,5 en août, contre 71,6 en juillet. Un affaiblissement de l'indice du climat de consommation est considéré comme le signe d'un ralentissement potentiel des dépenses de consommation et de l'économie en général.

La plupart des commentateurs économiques s'accordent à dire que la consommation individuelle plutôt que l'épargne est la clé de la prospérité économique. Selon eux, l'épargne entrave la croissance écono... Poursuivre la lecture

Cela fait maintenant sept années que vous entendez parler de la loi Sapin 2, et de ses impacts sur votre assurance-vie.

Contrepoints avertissait ainsi dès le vote de la loi en 2016, sous la plume de l'économiste Jean-Pierre Chevalier et bien d'autres auteurs. Après plusieurs années de menace théorique, celle-ci devient maintenant une menace réelle, possiblement à court terme.

 

La loi Sapin 2

Mais déjà que dit cette loi Sapin 2 ?

L'avocat Gildas Robert le résume ainsi :

« Si le Haut Conseil pour la stab... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles