Pourquoi les entreprises qui manquent de ressources innovent plus que les autres

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
innovation chalkboard credits missy schmidt CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi les entreprises qui manquent de ressources innovent plus que les autres

Publié le 24 novembre 2014
- A +

Par Jérôme Barthélémy

innovation création

Manque de ressources et innovation

A priori, une entreprise qui manque de ressources devrait avoir les plus grandes difficultés à innover. L’innovation est une activité coûteuse et aléatoire. Moins une entreprise a de moyens financiers, moins elle pourra investir dans la R&D. L’innovation demande aussi des connaissances. Moins une entreprise a de connaissances, plus elle aura du mal à développer de nouveaux produits ou de nouveaux services.

Les choses ne sont peut-être pas aussi simples. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les entreprises peuvent innover malgré les contraintes de ressources… et peut-être même à cause d’elles !

Moyens financiers, connaissances et innovation « radicale »

Marcus Keupp et Oliver Gassmann ont mené une étude sur 11.427 entreprises suisses sur une période de vingt ans. Leur objectif était de déterminer si les entreprises qui manquent de ressources réalisent plus ou moins d’innovations « radicales » que les autres. Les innovations sont qualifiées de « radicales » lorsqu’elles nécessitent le développement de nouvelles connaissances au sein de l’entreprise. Elles se distinguent des innovations « incrémentales » qui utilisent des connaissances déjà disponibles dans l’entreprise.

Les résultats de l’étude sont très clairs : les entreprises qui manquent de ressources réalisent plus d’innovations « radicales » que les autres. L’effet est particulièrement marqué pour les connaissances. Il peut également être observé pour les moyens financiers.

Le manque de ressources favorise l’innovation…

Pourquoi les entreprises qui manquent de ressources parviennent-elles à réaliser plus d’innovations « radicales » que les autres ? Ce résultat peut sembler paradoxal… mais il ne l’est pas forcément.

Lorsqu’une entreprise fait face à des contraintes (comme un manque de connaissances ou de moyens financiers…), elle doit impérativement tenter des choses nouvelles pour améliorer son sort. Même si le succès n’est jamais garanti, elle n’hésitera pas à expérimenter. Plus elle mènera d’expérimentations, plus elle aura de chances d’innover.

Une entreprise qui ne subit pas une telle pression peut continuer à faire ce qu’elle a toujours fait. Elle mène alors de moins en moins d’expérimentations… et sa capacité d’innovation finit par s’en ressentir.

En bref, le manque de ressources encourage plus l’innovation qu’il ne la dissuade… même si un minimum de ressources reste nécessaire pour parvenir à innover.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Donc la politique des socialauds est la bonne…plus de taxes plus d’initiatives à moindre cout donc relance est succès planétaire…et on continue comme cela!

  • corrigé pour lire « et succès planétaire »

  • Le lien sur le nom de Marcus Keupp est faux (page non trouvée). Le lien vers le résumé de l’article est ici:

    https://www.alexandria.unisg.ch/publications/citation/Marcus_Keupp/226137

  • Je veux bien croire que le manque de ressources oblige à être créatif. C’est le système D et la débrouillardise comme on les aime en France.

    Mais pour développer des projets ambitieux il faut des moyens… Dans la pharmacie par exemple le ticket d’entrée pour un nouveau médicament est de l’ordre de 100M€. Dans l’industrie aéronautique pour développer ne serait-ce qu’un composant (par exemple le siège produit par expliseat) il faut bien compter 1 à 2 ans rien que pour qualifier le produit. Dans le grand public il faut du temps pour que le marché adopte le produit…. et pendant ce temps là l’entreprise grille du cash.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

 

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa t... Poursuivre la lecture

2021 touche a sa fin et les fêtes approchent à grands pas. Pour la deuxième année consécutive, les perspectives de fin d'année ne sont pas synonymes de franche rigolade. Depuis quelques jours, nous savons que nous faisons face à une importante circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures sont donc tout naturellement entrées en vigueur, comme c'est le cas depuis deux ans. Entre vaccination (obligatoire), pass sanitaire, gestes barrière, protocole niveau 3 et limitation des rassemblements, il peut être un peu difficile d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles