Immobilisme de la SNCF : Guillaume Pepy, allié des syndicats ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Guillaume Pepy SNCF Credit lyonenfrance (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Immobilisme de la SNCF : Guillaume Pepy, allié des syndicats ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 novembre 2014
- A +

Par Bernard Zimmern

Guillaume Pepy SNCF Credit lyonenfrance (Creative Commons)Guillaume Pepy s’identifie avec la gouvernance de la SNCF. Si l’on peut s’étonner qu’un énarque, sorti au Conseil d’État ait pu prendre la place qui fut un jour celle d’un grand ingénieur, Louis Armand, il n’a pas été parachuté au sommet mais a lentement gravi les marches de cette entreprise, même s’il a commencé parmi les plus hautes.

C’est en effet après quelques années au Conseil d’État qu’il rentre dans les cabinets politiques de Michel Charasse puis Michel Durafour ; il finit comme directeur de cabinet de Martine Aubry avant d’entrer à la SNCF comme directeur des investissements et de la stratégie, puis en 1997 directeur des grandes lignes, en 2003 directeur général et enfin, en 2008, président, nommé par Nicolas Sarkozy.

L’image qu’il projette depuis longtemps est celle d’un rempart de la France contre les grèves des syndicats et, particulièrement, contre les agressions de la CGT et de Sud. Mais est-ce une image construite sur des réalités ? Ou est-elle le fruit d’une alliance entre un énarque fort habile et des syndicats, les deux parties en tirant le plus grand bénéfice ?

Pour Guillaume Pepy, c’est le prestige et la puissance de diriger une entreprise forte de plus de 150.000 salariés ; pour les syndicats, c’est ne rien céder sur un statut qui est la plus belle villégiature de France (après la Banque de France) : retraites bien supérieures en moyenne à celles de la fonction publique, un départ en retraite en moyenne dans les 55 ans, des avantages en matière de soins et de vacances dont peu de salariés du privé ont l’équivalent. Statut protégé par l’absence de concurrence pourtant théoriquement imposée par le Marché commun.

Et tout cela aux frais du contribuable qui paie environ 10 milliards par an pour les dépenses de 20 milliards de l’EPIC, le cœur de la SNCF ; sans parler de 2,2 milliards de retraites prises en charge par l’État et d’une dette de 44 milliards, forcément garantie par l’État.

Une très belle réussite dans le pillage public qui ne poserait peut-être pas autant de questions si dans le même temps, le développement de la SNCF n’avait été l’un des plus médiocres, comparé aux autres réseaux européens, comme le montre « Les piètres performance de la SNCF » publié avant-hier par Contrepoints.

Tous les services publics dirigés par un énarque n’évoluent pas aussi mal. Le contre-exemple d’une entreprise publique dans une situation également fort difficile, avec des syndicats fortement implantés, est celui de la Poste ; pourtant sa gestion, les contacts avec la clientèle, l’image, ont été bouleversés en un peu moins d’une dizaine d’années par une direction dynamique.

L’immobilisme d’une situation, pourtant déjà désastreuse à l’arrivée de Guillaume Pepy comme directeur général il y a plus de 10 ans, laisse planer un soupçon de complicité avec les syndicats. Ce soupçon est renforcé lorsqu’on voit toutes les manœuvres de cette direction pour cacher cette situation catastrophique à l’opinion.

À commencer par la disparition, dans une émission publique de télévision retransmise en différé, d’un graphique très proche de celui publié dans « Le désastre économique de la SNCF », montrant la SNCF comme l’un des réseaux ayant de loin le plus mauvais nombre de voyageurs transportés par salarié au monde. En continuant par le refus pendant des années de laisser publier les annexes du compte de résultat et ne laissant à la connaissance du public qu’un bilan et un compte de résultat de quelques lignes. Et en ventilant maintenant ses résultats de telle manière qu’il devient très difficile de retrouver que la situation de fond n’a pas changé, c’est-à-dire que la moitié des dépenses est couverte par l’argent public, habillé sous différents noms. Une situation peut-être même dégradée si l’on tient compte de ce que Guillaume Pepy est parvenu à faire prendre en charge par le budget public, outre ces 10 milliards, une partie des dépenses de retraite.

Un dirigeant qui aurait voulu réformer son entreprise aurait-il systématiquement cherché à cacher sa situation, ou au contraire cherché à la faire connaître à l’opinion pour pousser aux réformes indispensables ?


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • un patron sans pouvoir d’une entreprise d’état sans avenir n’a qu’une chose a faire , se faire oublier.

  • C’est faire trop d’honneur à ce petit gris.

    Non, Monsieur Pepy n’a pas monté sa conspiration, tout seul, comme un grand.

    C’est juste un serviteur.

    Les comptes trafiqués, l’aliance avec les syndicats, le « pas de vague », la dissimulation, les vols comptables (transferts sur le budget de l’état des retraites), l’obsession du status quo… tout cela a été décidé, avalisé par les gouvernements successifs.

    Et cela n’a absolument pas commencé il y a 10 ans.

    Bref. Il semble vain de concentrer notre tir sur cet homme. Lui dehors, un autre avec exactement la même feuille de route prendra le relai.

    C’est la SNCF qu’il faut détruire, mettre en faillite.

    Dernier mot : louer les « réformes » intervenues à la…. Poste qui serait ainsi le parfait contre exemple de la SNCF… relève de la franche rigolade.

  • ce n’est pas un patron.
    ce n’est pas son entreprise.
    son patron c’est l’ état.
    les actionnaires sont les Français!! normalement les patrons!!
    j’attends encore des dividendes!!

    • j’attends encore des dividendes!!

      Vous les avez bien vos dividendes, négatifs ❗ Sous formes d’impôts et taxes diverses ❗

  • Quand on a connu les grèves qui firent perdre des milliards aux entreprises salariés commerçants, il est impèratif de garantir le service public actif. Il existe une solution; interdir la grève quand l’Etat finance l’activité. Ce serait alors les citoyens de manifester pour ou contre le maintient de l’activité. Le client est roi! Le règime monarchique tournant empèche tout ingèrence du peuple à modifier l’ordre ètabli par des syndicats depuis des lustres sans votes tel est mon plaisir…

  • Tic tac tourne l’heure. A quoi va t-on jouer ? Tic tac tourne l’heure … Les dés sont jetés !

    1 an, 2ans ? 3 ans ?
    Au final il ne restera rien de ces débats stériles, M. Zimmern

    Futiles Batailles de clocher entre Peppone et Don Camillo , chacun voyant en l’autre un comploteur. Vous, millionnaire, moi jeune syndiqué, l’important est ailleurs. L’important c’est d’avancer. Vous l’avez fait au travers de vos entreprises, je le fais en croyant à la défense des « petits » qui travaillent. Ce que vous appelez « villégiature » est à mes yeux un très modeste socle minimum à étendre à tous . Un droit minimum à garder un travail, manger, boire, se loger et respirer; une base pour que chacun puisse avoir un jour la tranquillité d’esprit d’entreprendre (comme vous ! )

    Ne doutez pas de mes convictions, je ne doute pas des vôtres …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Par Loik Le Floch Prigent.

Dès qu’il s’agit d’infrastructures, se posent les questions des coûts et de la rentabilité et on arrive à justifier ou à condamner n’importe quel projet. Car s’agissant d’un bien commun, tout dépend de ce que l’on met dans les deux colonnes des coûts et des gains.

On peut effectivement rester au niveau des entreprises constituées à cet effet et prendre des taux d’amortissements artificiels, et ainsi montrer qu’il ne faut pas produire de métros, de trains, de centrales électriques, de routes…

En ... Poursuivre la lecture

Par Loik Le Floch-Prigent.

La lutte contre les monopoles a hanté des générations, du Parti communiste français à tous les économistes libéraux.

Pour les uns le monopole c’est le mal car il est capitaliste, mais dans le secteur public il représente le bien commun. Pour les autres la concurrence est synonyme d’efficacité, de liberté, de respect du consommateur… et de baisse des prix !

La création de l’Union européenne a été placée sous le signe de la nécessité de la concurrence. Toutes les tentatives de concentration indust... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles