France : on n’a pas l’apple watch, mais on a des idées !

Nous avons les talents et les idées pour créer les services qui enchanteront les objets connectés, leur rendront leur âme et contribueront à la grandeur de la marque France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
innovation, Crédits : Thomas Hawk, via Flickr ((CC BY-NC 2.0))

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France : on n’a pas l’apple watch, mais on a des idées !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 octobre 2014
- A +

Par Xavier Quérat-Hément.

innovation (Crédits : Thomas Hawk, licence Creative Commons)

Alors qu’Apple vient de lancer l’iPhone 6 et l’Apple Watch, de nombreux éditorialistes s’interrogent sur ces produits. Pourtant, une fois de plus, l’innovation à venir se trouve dans l’univers des services que va permettre cette nouvelle vague d’objets connectés.

La France peut y voir une belle opportunité pour son économie car ses entreprises de service vont pouvoir profiter de la croissance générée par ce modèle économique. Une bonne raison pour encourager l’innovation et libérer la création.

Un univers de services à co-créer

En juin 2007, quelques jours avant le lancement de l’iPhone, la société Universal McCann avait sorti un rapport affirmant qu’aucun consommateur américain n’était a priori intéressé : l’auteur de l’étude, Tom Smith, affirmait qu’un appareil « tout en un » échouerait et il s’appuyait pour cela sur un sondage révélant que seuls 30% des Américains étaient « pour » avoir un appareil unique qui réalise tous les besoins.

Par analogie, Derek Thompson, dans The Atlantic, prétend que les consommateurs ne saisiront l’utilité de l’Apple Watch que le jour où ils découvriront les nouveaux usages qu’elle permet. En effet, avec l’iPhone a émergé un modèle économique inédit. Derrière l’émotion suscitée par la technologie, grâce au modèle de l’Apple Store, le consommateur a pu avoir accès à une offre de services qui fait de son appareil une source inépuisable d’usages multiples. Pour The Economist, Apple a évolué de « fabricateur de hardware » à « une plateforme d’écosystème » et cela va encore s’affirmer davantage avec cette nouvelle ère.

Ainsi, iMedicalApps nous apprend que les personnes souffrant du diabète utilisent aujourd’hui quatre appareils connectés différents. Grâce à l’Apple Watch, ils n’en n’auront plus qu’un seul et on imagine les services qui peuvent s’y greffer, avec les professionnels de santé, les mutuelles et aussi, pourquoi pas, l’industrie agroalimentaire.

C’est donc bien un nouvel écosystème qui voit ainsi le jour dans les secteurs de la banque, de la santé, de la maison intelligente, du sport… Ce modèle se décline, bien évidemment, pour tous les objets connectés. Ils représentent des « points d’ancrages » pour les entreprises de service, mais Apple ou Android sont les seuls à avoir la capacité de créer un univers unique et à donner l’opportunité à des entreprises tierces d’en profiter. Et c’est là que la co-création, l’innovation et le design de service entrent en piste.

Libérons l’innovation de service

Pour Jean-Marc Sylvestre, l’iPhone 6 est le meilleur exemple mondial de l’économie de l’offre. Et de rappeler qu’ « aujourd’hui, 60% des dépenses de consommation dans les pays développés portent sur des produits et des services qui n’existaient pas il y a dix ans ».

Dans notre engagement pour la promotion du secteur des services en France, nous voyons dans l’arrivée de nouveaux objets connectés l’occasion de rappeler qu’ils sont une opportunité pour les entreprises françaises de se démarquer par l’innovation en lançant des services innovants. Certes, la France est passée à côté de la révolution technologique. Il lui reste encore une chance de rester parmi les leaders du monde des services. Comme nous l’avons rappelé dans une note pour l’institut Sociétal, nous ne réussirons à conquérir l’immense marché, évalué à 40 milliards sur les pays émergents, que si nous nous démarquons de nos concurrents par l’innovation.

Il faut une volonté politique pour atteindre ce défi. Du point de vue de l’enseignement et de la formation, par exemple, il est fondamental de mettre en place et développer une filière design de service à la hauteur des enjeux et d’orienter les jeunes vers ces nouveaux métiers encore méconnus.

Il est essentiel également d’encourager les talents. Par exemple, Le Groupe La Poste a remis le prix du design de service à la start-up Illico, qui avait développé une solution pour scanner le QR code d’un objet repéré dans une vitrine et se le faire livrer à la maison. Autre exemple, lors de la première édition de la Fête des services, en 2013, les professionnels ont attribué le prix Esprit de service à Spallian, dont l’un des services,Tellmycity, encourage la participation des citoyens à la gestion intelligente de la ville en leur permettant, par exemple, de signaler à partir de leur mobile un dysfonctionnement ou de partager une idée avec les élus. Beaux exemples qui permettent d’illustrer notre propos initial sur la fécondité des objets connectés, inspirateurs de nouveaux usages et donc d’activités de services.

Comme l’affirme Christian Nibourel, président du Groupement des professions de services (GPS), « il faut jouer la carte des services pour assurer la croissance », une idée malheureusement sous-estimée dans notre pays : « A-t-on vraiment conscience que 80% des emplois qui seront créés d’ici à cinq ans dans notre pays le seront dans les services ?  […] Un domaine comme celui du numérique offre un potentiel de développement considérable. »

Il nous faut donc continuer d’encourager nos fleurons mondiaux (Veolia, Sodexo, Accor…) et favoriser l’émergence de nouvelles start-up. Nous avons les talents et les idées pour créer les services qui enchanteront les objets connectés, leur rendront leur âme et contribueront à la grandeur de la marque France.

N’oublions pas de lever les freins, également. N’est-ce pas Steve Jobs qui, en 1984, avait interpellé le président Mitterrand sur les lourdeurs administratives françaises ? Il nous donne une fois de plus l’occasion de penser différemment et de libérer la croissance en inventant de nouveaux services. Saisissons cette deuxième chance.


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Hem ! Véolia, Sodexho, Accor, combien d’innovations ? Et combien de contrats de copinage ?

    • Je ne comprends même pas pourquoi l’article cite ces 3 sociétés ? Leurs domaines d’activité sont bien des services, mais pourquoi ces 3 la, et en quoi sont-elles « connectées » et innovantes ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Par Jordan J. Ballor.[1. Jordan J. Ballor (Dr. Théologie, Université de Zurich ; Ph. D., Calvin Theological Seminary) est directeur de recherche au Center for Religion, Culture & Democracy (Centre pour la religion, culture et démocratie), une initiative de First Liberty Institute. Il a précédemment occupé des postes de recherche à à l’Institut Acton et à Vrije Universiteit Amsterdam.]

Qu’est-ce qui distingue quelque chose de vraiment créatif de quelque chose de simplement novateur ? Et quelle valeur accordons-nous à l’un et l’autre... Poursuivre la lecture

Ce deuxième discours prononcé à la Sorbonne marque, cette fois, une grande humilité par rapport à la situation de la France. Le rêve enflammé d’Europe de 2017 fait place à un constat lucide.

https://www.youtube.com/watch?v=sNJv6zoBCzs

 

Un constat lucide

Il est courageux d’exprimer de telles critiques face à un parterre de recteurs d’Académie et de hauts fonctionnaires, en partie responsables du bilan des (cinq) dernières années.

Ce bilan est en effet très modeste : quelques centaines de milliers d’élèves conc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles