Écolos et Coca-Cola

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coca menthos credits paul appleyard (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écolos et Coca-Cola

Publié le 11 septembre 2014
- A +

Par Michel Gay.

coca menthos credits paul appleyard (licence creative commons)

Les actionnaires de Coca-Cola doivent adorer nos « écolos » (en France et en Europe) car de nombreux employés de grandes entreprises mondiales, notamment américaines, ont plusieurs fois sablé1, non pas le Champagne, mais le Coca-Cola, à la santé de ceux qui facilitent leurs affaires.

En voici six exemples :

1) Le 16 décembre 2006, au lieu de se lamenter sur la vente de réacteurs nucléaires dans le monde, le collectif « Sortir du nucléaire » se réjouit du succès des Américains contre AREVA dans la vente de quatre réacteurs nucléaires à la Chine.

« Le collectif français « Sortir du nucléaire » s’est réjoui samedi de la décision de la Chine de choisir Westinghouse Electric au détriment du groupe Areva, pour la réalisation de quatre réacteurs nucléaires civils de troisième génération. Pékin a préféré le réacteur à eau pressurisée AP1000 de Westinghouse, groupe racheté au début de l’année par Toshiba, plutôt que l’EPR d’Areva. Le réseau « Sortir du nucléaire » ne peut que se féliciter de l’échec d’Areva qui espérait vendre son réacteur EPR en Chine. »

Il est tout de même surprenant que des Français se réjouissent de voir leur pays perdre un marché de 10 milliards d’euros à l’exportation…

2) L’arrêt du surgénérateur Superphénix, exigé par les antinucléaires et décidé par le Premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, avait profité aux Américains. Ils relancent aujourd’hui cette filière de la surgénération à leur profit, alors que la France avait 20 ans d’avance. Nul doute que nos amis américains ont dû sabler le Coca-Cola le jour de cette décision gouvernementale.

3) En mars 1997, Greenpeace médiatise une mesure de la radioactivité émanant de la conduite de rejet en mer des effluents de l’usine de retraitement de La Hague. Bien que sans danger pour l’homme et la nature, les annonces tonitruantes avaient pour objectif d’affoler les populations pour nuire au nucléaire. L’affaire du « Tuyau de la Hague » brillamment orchestrée par des associations antinucléaires, aurait pu desservir notre industrie pionnière dans le retraitement des combustibles nucléaires usés. Son arrêt aurait arrangé d’autres pays qui se savent contraints de retraiter leurs combustibles dans l’avenir : il leur aurait permis de reprendre la première place. Heureusement, les « écolos », cette fois, n’ont pas été écoutés.

4) Sur les 210 essais nucléaires que la France a réalisés au total, ceux qui ont fait le plus de « bruit médiatique » sont les 6 derniers, maintenus par le Président Chirac pour compléter des données scientifiques et techniques afin de passer à la simulation. Sans ces 6 essais, nous ne ferions plus partie des grandes puissances nucléaires.

Là aussi, malgré une opposition frénétique, en particulier à l’étranger (alors que la majorité des autres essais n’avaient perturbé personne), le Président a tenu bon et il a eu raison.

5) Pour essayer vainement de remplacer la production électrique nucléaire, les « écolos » soutiennent les énergies renouvelables, dont le photovoltaïque. Pour surfer sur la vague verte, EDF a investi près de 500 millions d’euros dans la ferme solaire de Toul-Rosières, située près de Nancy. Les Américains sont contents : 1,5 million de panneaux photovoltaïques ont été fabriqués par… la société américaine « First Solar ».

La production annuelle prévue d’électricité est de 0,18 TWh, soit 60 fois moins qu’un réacteur EPR qui, lui, est conçu et fabriqué en France pour produire 12 TWh par an pour un coût de production trois fois moindre2, sans compter la gestion de l’intermittence solaire.

6) En Allemagne, l’arrêt de 8 réacteurs nucléaires ordonné par Angela Merkel sous la pression politique des « Grün », fait l’affaire des Américains qui exportent maintenant du charbon aux Allemands. Ces derniers font tourner intensément leurs centrales thermiques « classiques » (gaz et charbon = 60% de l’électricité) pour compenser la baisse de production nucléaire (qui est encore de 15%) malgré un affichage « vert » à base d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques. « On oublie » généralement de dire que les centrales au charbon rejettent beaucoup plus de gaz carbonique dans l’atmosphère qu’une centrale nucléaire.

Plusieurs pays se lancent dans l’acquisition de centrales nucléaires3 (Turquie, Arabie-Saoudite, Maroc…), ou relancent leur industrie nucléaire (Russie, États-Unis, Inde, Chine) avec des enjeux économiques considérables à la clef. La France est la cible d’autres pays industrialisés qui souhaitent acquérir des marchés, y compris à nos dépens.

Renforcer notre position industrielle dans le domaine nucléaire pour prendre des parts du marché mondial a aussi un impact positif sur l’emploi hautement qualifié en France. Bien sûr, il faut considérer l’opposition antinucléaire comme sincère. Rejetons l’idée qu’il puisse y avoir un lien entre nos opposants au nucléaire et d’autres intérêts.

Simplement, il faut savoir qu’à l’étranger, ce dénigrement organisé de notre industrie nucléaire est monté en épingle pour nous discréditer dans des négociations commerciales. C’est ainsi que nos écologistes bien intentionnés croient sauver notre pays du soi-disant « danger nucléaire » en s’attaquant systématiquement à un de nos fleurons industriels.

  1. « Sablé » consiste à boire goulûment, à grandes gorgées. « Sabrer » consiste à casser le goulot avec un sabre « à la hussarde ».
  2. 6 à 8 c€/kWh pour les réacteurs EPR en phase industrielle (Cour des comptes) et 18 à 24 c€/kWh pour le photovoltaïque récent, sans compter les centrales thermiques fonctionnant la nuit.
  3.  Source Autorité de sûreté nucléaire / www.asn.fr/Media/Files/Elements_marquant_RA2008_
    « Le parc nucléaire mondial en exploitation est d’environ 440 réacteurs installés dans 31 pays. 250 réacteurs sont en construction ou en projet à ce jour. Ces projets concernent des pays qui ont des réacteurs en exploitation et qui souhaitent développer ou relancer la construction de réacteurs (principalement la Chine, l’Inde, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud, le Brésil, des pays de l’Europe de l’Est…). Les projets de construction de réacteurs concernent aussi de nouveaux pays souhaitant accéder au nucléaire (par exemple, l’Algérie, les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, la Jordanie ou le Maroc) ».
Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • N’oublions pas aussi la lutte contre les recherches de gaz de schiste en France, que les américains remercient de ne pas les concurrencer et les russes d’offrir des débouchés à Gazprom.

    • Et la Sonatrach, n’oublions pas.

    • Mais oui, tant qu’à y être autorisons aussi l’exploitation du gaz de schiste voyons !

      Personnellement je ne suis pas contre le nucléaire (énergie « relativement propre »), mais il faut être aveugle pour ne pas voir tous les problèmes qu’ont les Américains avec le gaz de schiste et souhaiter son exploitation en France. POUR LE MOMENT, ça pourrit le sol et les nappes à un point inimaginable et dans un petit pays comme la France qui fait partie des leaders mondiaux (et leader européen) en matière d’agriculture on ne peut se le permettre. L’agriculture en France c’est tout de même le premier employeur et plus de 60 milliards d’euros d’excédents sur la balance commerciale (+/- l’équivalent de l’aéronautique).
      Faudrait se réveiller à un moment, notre pays n’a pas la taille des USA et pour la France l’avenir ce n’est pas tellement la production d’énergie (ou en tout cas pas la dégueulasse dans le genre gaz de schiste), l’avenir c’est le fait de pouvoir nourrir presque 10 milliards de personnes en 2050. Vous verrez alors combien coûtera la tonne de blé quand les Américains auront une terre infertile, et s’il n’y aura pas de la rentabilité à dépendre du gaz ou du pétrole d’un autre.
      Un steak dans son assiette c’est plus digeste qu’une pile ou qu’un bidon d’essence…
      (et accessoirement, je n’ai pas trop envie de pouvoir faire brûler mon eau du robinet)

      De par sa taille nous ne pouvons nous permettre de prendre le risque de bousiller une partie de notre territoire, alors laissons les Américains faire des recherches, on les leur volera quand elles seront terminées.

      • « l’avenir c’est le fait de pouvoir nourrir presque 10 milliards de personnes en 2050.  »

        Ca en représente des charrues et des chars à bœufs. Développons la filière afin de générer de l’emploi et laissons les autres s’épuiser à breveter des technologies sans avenir !

      • Votre discours reproduit celui des mauvais documentaires sur le gaz de schiste.
        Les nappes ne sont pas pourries, les surfaces non plus, il n’y aucun risque pour l’agriculture, etc.
        Renseignez-vous.

        • Le témoignage de fermiers ricains me suffit, pas besoin de « bons » ou de « mauvais » documentaires. Je préfère l’expérience personnelle, et par conséquent je suis contre ce genre d’exploitation pour le moment.
          Après, je suis conscient qu’il faut relativiser suivant les techniques utilisées pour fracturer la roche, et c’est bien pour cela que je dis « pour le moment » car on n’a pas encore assez de retex sur certaines techniques.

          • « et c’est bien pour cela que je dis « pour le moment » car on n’a pas encore assez de retex sur certaines techniques. »

            Comment fait-on pour avoir des retours d’expérience sur des technologies que l’on n’utilise pas ?

            • Il doit exister actuellement une dizaine d’autres techniques que la fracturation hydraulique. Je pense notamment au gel de propane qui est en phase de test au Canada (ou Alaska, je ne sais plus trop).
              Ces gens qui les testent, ils les utilisent. L’espionnage industriel ne serait-il plus en cours dans ce monde ?

              • Ces techniques ont été développé suite aux expérimentations effectuées avec la fracturation hydraulique. Donc je répète, comment fait-on pour avoir des retours d’expérience de technologie que l’on utilise pas ?
                L’espionnage industriel est utilisé par les chinois. Résultat : ils payent Areva et d’autres compagnies américaines pour installer des centrales nucléaires. L’espionnage industriel n’a aucun intérêt si on n’a pas les compétences pour comprendre les informations récoltées.

          • Vous êtes allé leur parler vous même aux fermiers US? J’habite au nord de Denver ou l’exploitation par fracking fonctionne assez bien et ici tout le monde s’accorde pour dire que cette exploitation ne pose justement aucun problème car la technique est bien maîtrisée DEPUIS 60 ANS!!!! Ils pompent a des centaines de mètres sous les nappes, séparés par des couches d’argile imperméable et les conditions de sécurité sont drastiques. J’ai deux enfants en bas âge et je me soucie de leur environnement mais en ce qui me concerne, ils peuvent venir forer dans mon jardin (en fait c’est pratiquement le cas) car ce n’est pas cela qui pose problème mais les habituelles « scare tactics » (aux conséquences économiques bien réelles, elles) des soi-disant protecteurs de la nature

            • Je vous souhaite qu’il n’y ait jamais de problèmes, cependant il y en a qui en ont eu. Ce n’est peut-être pas la majorité, ça je n’en sais trop rien mais pour moi le risque reste trop élevé et je n’habiterai certainement dans ce genre d’endroit (je sais, je suis méfiant, têtu et c*n). Libre à vous de le faire, en attendant j’empêcherai qu’ils forent dans mon jardin.

              Je pense que rien n’est tout bon ni tout mauvais, mais quand il y a trop de mauvais … (exemple du nucléaire, c’est pas du tout bon et pourtant je soutiens). Ah et les films « documentaires » comme Gazland ou Truthland me font presque autant rire l’un que l’autre, entre le film catastrophe et le pays des bisounours.

              • « Il y en a qui»

                Ce n’est pas un argument ça. C’est du même niveau qu’« il n’y a pas de fumée sans feu » et autres… Un pseudo argument de la crédulité populaire.

                Qui sont ces fameuses personnes ? Ces « en »

              • Des gens ont des accidents de voiture. Hé oui, les accidents ça arrive mais entre un accident nucléaire et une nappe d’eau polluée…

                • On a eu deux accidents nucléaires majeurs…
                  et si le barrage des trois gorges pète ?

                  On ne peut pas discuter si on change d’axe de discussion sans arrêt.

                  ce qui m’étonne mais à demi en vérité , c’est la capacité à ne pas relativiser et prioriser des écolo…

                  Jamais de bilan mais une liste de problèmes souvent réels parfois hypothétiques jamais mis en perspective.

                  est ce que seul le gaz de schiste pollue les nappes?
                  Il me semble qu’il est beaucoup plus facile de polluer une nappe par la surface ou …en forant des puits pour pomper dans la nappe.
                  est ce que la pollution des nappes phréatique est le seul problème lié à l’exploitation des ressources fossiles?

                  Ainsi Foupou vous refuserez qu’on fore dans votre jardin…mais à quel prix?

                  Il est facile de s’opposer au gaz des schiste si on cherche par exemple à vous exproprier de votre terrain ou si vous craignez pour votre ressource en eau. Il est plus difficile à comprendre de voir des gens traverser le pays en bagnoles pour manifester contre cette ressource en gaz…

                  Si on proteste au sujet de la pollution des nappes de façon idéologique et non individuelle..on doit le faire de façon « rationnelle » et globale..et on risque,d’une part ,de se trouver face à plus écolo que moi tu meurs ( ou moins écolo que moi tu meurs) qui vous explique que pomper dans une nappe est déjà un crime contre la planète et d’autre part de se rendre compte que les ressources fossiles en général devraient être bannies..
                  Il suffit de regarder qui sont les militants durs antifracking…ce ne sont pas des gens lésés individuellement…de sont des militants anti.

                  La question qu’on doit poser aux écologistes c’est ok vous être contrez ça..mais vous êtes pour quoi au juste?

          • plus qu’une question technique (la technique fonctionne), c’est une question de vocabulaire. l’expression « fracturation hydraulique » est condamnée, il faut trouver un autre terme. faire la même chose mais avec un autre vocabulaire et le problème sera réglé, car le problème n’existe pas, en réalité.

    • Ainsi que les OGM. Les écolos donnant le monopole à Monsanto alors que la France était pionnière dans le domaine…

      • Mais je suis POUR les OGM …
        Sérieux, ce n’est pas parce que je n’apprécie pas le gaz de schiste qu’il faut me prendre pour un écolo-bobo tout droit venu de Paris ! Mon post parlait du gaz de schiste, arrêtez d’extrapoler mes propos sur d’autres sujets, merci.

        • mais je ne comprends pas, pourquoi n’êtes vous que contre le gaz de schiste? le charbon ou le pétrole vous laisse froid?

        • @Foupou, je comprends vos réserves, et j’en partage une partie. Mais la levée de boucliers contre le gaz de schistes est essentiellement de nature politique et s’appuie d’une part sur la paranoia qui sommeille en chacun d’entre nous et sur la profonde ignorance de la nature réelle des problèmes et des techniques utilisées. C’est exactement le même problème qu’avec le nucléaire. On agite un chiffon rouge devant le nez du taureau et çà marche à tous les coups! Les organisateurs de ces mascarades doivent bien rigoler, de faire marcher ainsi des milliers de marionnettes au pas cadencé. Quand celle-ci ne fera plus recette, on en trouvera une autre!
          Je suis persuadé que pas plus d’une personne sur mille aussi bien dans les opposants que les partisans ne sait ce qu’est réellement le gaz de schistes ( formation , composition, mode de gisement, mécanismes de la fracturation hydraulique etc…, même après les dizaines d’explications (rarement exactes toutefois) données dans les médias.
          Pour en revenir à votre problème de nappes phréatiques polluées et d’agriculture, avez-vous une idée du nombre de puits forés chaque année en France, en particulier par les agriculteurs, pour aller chercher de l’eau dans les nappes phréatiques, ou qui les traversent, et cela sans précaution particulière, et de la nature des produits utilisés par les foreurs?
          Les problèmes principaux, d’un point de vue environnemental, sont en France ceux de l’occupation des sols, du trafic routier, des besoins en eau etc… Cela dit, de ce point de vue, une ferme éolienne est plus dommageable, et elle s’inscrit dans le paysage pour beaucoup plus longtemps!

  • Bonjour
    « Sans ces 6 essais, nous ne ferions plus partie des grandes puissances nucléaires. »
    Hummm..
    C’est une blague ?

    • Oui je confirme, j’approuve l’article et défend l’industrie nucléaire mais ce paragraphe sur les essais nucléaires n’est pas sérieux.

      • C’est pas si à coté que ça.
        Les derniers essais ont permis de récolter des données manquantes pour consolider les modèles mathématiques, entre autre en ayant ajouter divers isotopes (Li6 entre autre) à différentes concentration pour observer les cycles F-F-F.
        On aurait pu s’en passer certes, mais on aurait abandonner l’armement lié, surtout le coté bombe « propre » avec avec des produits radioactifs à faible durée de vie (techno permettant d’aller sur site quelques heures après l’explosion sans gros risques radio).
        Donc oui grâce à ça on a pu continuer la recherche en exploitant les données recueillies (ça ne profite d’ailleurs pas qu’aux militaires).
        maintenant on a le LMJ, c’est mieux et ça fait moins de vague chez les écolos…

  • « L’arrêt du surgénérateur Superphénix, exigé par les antinucléaires et décidé par le Premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, avait profité aux Américains. »

    Les écolos n’étant pas à une hypocrisie près, cet arrêt avait été réclamé à cause de son utilisation de sodium liquide comme fluide caloporteur… sans protester qu’il soit utilisé de la même manière dans les centrales solaires aujourd’hui !

  • Et sans oublier la lutte contre les OGM qui retarde à la fois la recherche en France et la production agricole.

    • Exactement, cela fait déjà plus de 20 ans que l’on mange de l’OGM étranger tous les jours. Peut-être serait-il temps que les agriculteurs puissent avoir le choix d’en produire ou non.

  • « nos écologistes bien intentionnés croient … »

    Ils ont surtout une façon étrange de gérer leurs priorités (ça les regarde) mais surtout de gérer les priorités des autres : ça ne les regarde pas !

    Leurs actions dont toujours plus ou moins à la limite du sabotage (industriel, économique, financier …) Évidemment c’est pour sauver le monde. Car ils sont ‘uniques) détenteurs de la science infuse.

    Plus exactement dans notre monde où tout (et surtout n’importe quoi) se dit, il choisissent la science infuse qui leur convient. Voir plus haut : « Le témoignage de fermiers ricains me suffit ». Autrement dit, c’est vrai la preuve c’est que c’est écrit quelque part sur le web.

    Chacun pense et dit ce qu’il veut. Mais attention, les saboteurs sont rarement bien vus par les victimes des sabotages.

    • Oh oh oh ! Tout doux ! Entre le fait que je sois pro-OGM et certainement pas contre le nucléaire, je ne crois pas que je rentre dans la catégorie « écolo » ou « saboteur ». Mais bon, les attaques ad hominem …
      Je ne te catégorise pas comme un arriviste à la c*n ou que sais-je encore, donc je te prierai de ne pas en faire de même de ton côté, merci. Le respect, toujours le respect, même si l’on n’est pas d’accord (surtout si l’on n’est pas d’accord).

      Pour ce qui est de la science infuse, cherche rien que sur Youtube, tu verras assez de vidéos. Certes, ce n’est pas la meilleure des sources d’infos, les vidéos peuvent être truquées, sorties de leur contexte d’origine, etc … J’en ai conscience, mais je n’y crois pas pour la plupart de celles que j’ai eu l’occasion de voir. De plus tout le monde n’a pas forcément les moyens ni l’envie ou encore le temps de se faire publier par le Times ou autre.

      • Désolé !

        J’ai repris ta phrase (sans te citer) parce qu’elle illustre le problème : se faire une opinion à partir de sites activistes ou même de simples blogs. (Déjà que la presse avec pignon sur rue raconte facilement n’importe quoi). Je me doute bien que tu n’est pas un « activiste » : tu te serais fait lyncher par les autres depuis longtemps pour blasphème. Sinon, chacun pense ce qu’il veut et on est tous un peu écologiste sur les bords avec des divergences. Mais à condition de ne pas se sentir investi d’une mission et autorisé à imposer sa volonté aux autres.

        Car de toute façon mon « coup de geule » concerne le sabotage en toute impunité :
        – fauchage d’OGM ou saccage de restaurants gastronomiques américains (sabotage industriel)
        – activisme pour rendre EDF (et GDF) non-rentable (l’empêcher de vendre du courant la nuit – interdiction éclairage nocturne – alors que les centrales ne peuvent être arrêtées, obligation de rachat à perte, priorité aux éoliennes qui rendent impossible d’amortir les centrales à gaz – sans même parler du nucléaire) (sabotage économique)
        – activisme financier anti sociétés pétrolières (comme si c’était un critère pour un investisseur ?!?) (sabotage financier)

        Quand on pense qu’un blogueuse s’est fait condamner pour avoir critiqué un restaurant – il y a vraiment 2 poids et 2 mesures !

  • Lors de la tragédie de Fukushima, seuls les écolos se sont réjouit de ce qui arrivait aux Japonais.

    Plus con qu’un écolo, tu meurs. Enfin, il y a largement plus con : douze écolos qui écrivent un livre.

  • « Le collectif français « Sortir du nucléaire » s’est réjoui samedi de la décision de la Chine de choisir Westinghouse Electric au détriment du groupe Areva, pour la réalisation de quatre réacteurs nucléaires civils de troisième génération. Pékin a préféré le réacteur à eau pressurisée AP1000 de Westinghouse, groupe racheté au début de l’année par Toshiba, plutôt que l’EPR d’Areva. Le réseau « Sortir du nucléaire » ne peut que se féliciter de l’échec d’Areva qui espérait vendre son réacteur EPR en Chine. »

    J’ai dû relire ce paragraphe deux fois pour être sûre 1. de ne pas avoir besoin de lunettes 2. que ce n’était pas le premier avril. Mais flanquez ces technophobes sur une île déserte sans eau potable ni électricité ni bois de chauffage, juste pour voir s’ils vont aimer leur décroissance une fois qu’elle leur est appliquée!

    • Mois aussi j’ai eu du al à y croire, mais un petite recherche confirme:
      http://www.sortirdunucleaire.org/Sortir-du-nucleaire-se-rejouit-de

      On se croirait sur le gorafi…

    • Bonne thérapie à leur appliquer sans modération! Avec ours, loups et lâchers de vipères en prime.

    • Bien que je soutienne l’idée d’une décroissance modérée (et surtout réfléchie), je suis d’accord avec vous.

      L’article dont vous parlez est une pépite !! je me suis frotté les yeux.
      Je n’arrive pas à retrouver un article qui parlait un peu de ça, sur le fait notamment que la transition verte Allemande a été impulsée par les US, et que ce sont aujourd’hui les US qui profitent le plus de cette situation, au détriment des Boschs qui se retrouvent bien emmerdés avec leur énergie verte…

  • Stéphane Montabert
    11 septembre 2014 at 14 h 36 min

    Les écologistes sont des misanthropes qui n’ont ni le courage de se suicider ni celui de vivre selon leurs propres préceptes. Ils se contentent alors de projeter leur haine d’eux-même sur l’ensemble de l’humanité, se prétendant du côté des « justes » pour rendre à travers ce mensonge leur existence plus vivable.

    Mais il est assez clair pour tous ceux qui les côtoient d’assez près que pour la plupart les écologistes n’ont cure de la nature, des pauvres, des plantes, de la bio-diversité ou des générations futures. Ils en ont après les êtres humains, toujours et partout.

  • Une seule remarque : De nombreux industriels parviennent aujourd’hui à produire de l’électricité d’origine solaire à des prix inferieurs aux prix de gros de l’électricité. Il convient donc de mettre les chiffres que vous communiquez à jour, et la conclusion avec. Je ne dis pas que c’est la panacée, loin de là, mais qu’on ne peut analyser objectivement ce marché sans avoir les dernières données.

    • De quels chiffres parlez-vous?

      Le panneaux solaires ne produisent pas grand chose l’hiver et rien du tout la nuit. Il faut donc disposer de centrales fiables (nucléaire, charbon, gaz…) pour assurer la production.

      • Cf. Note n°2 en bas de l’article, chiffres anciens plus du tout valables. Voilà des chiffres autrement plus précis que « pas grand chose l’hiver et rien du tout la nuit »
        Si vous ne savez pas, abstenez vous plutôt que de colporter des informations fausses.

    • Ce n’est pas la même chose de produire de l’eau douce en plein désert ou au bas d’un glacier (même si vous arrivez au même coût de production). Dans le premier cas l’eau à une valeur marchande bien plus élevée.

      Ce qu’il faut, c’est produire la et quand il le faut au prix du marché. Difficile à chiffrer à mon avis. Mais quand on achète un produit, une part non négligeable du prix correspond à la garantie de livraison … Un fournisseur H24 peut imposer une fourniture H24 s’il n’a pas de concurrents ou de législation stupide à respecter. Dans ce cas le prix de marché de l’énergie intermittente est zéro.

      • « Un fournisseur H24 peut imposer une fourniture H24 s’il n’a pas de concurrents »

        Pardon?

        • Tout se négocie. Le plus fort impose les termes du contrat. Les réglementations ne font que créer des distorsions de marché.

          Pour le fournisseur H24, le problème est qu’il doit écouler sa production et amortir son infrastructure. Soit il pratique des tarifs variables, soit il négocie une exclusivité, soit il fait faillite quand l’état s’en mêle.

          Et dans le cas d’une ressource critique, on ne peut pas torpiller la rentabilité du fournisseur. Sinon on est obligé de le subventionner. Les calculs de coût sont alors du pipeau.

  • Moi j’adore les écolos pastèques manipulés par la CIA !

    Qu’est ce qu’on est con.
    Sur les ricains, on est à la rue depuis de Gaulle !
    Ils ne l’aimaient pas et leur rendait bien.
    Envoyer en 1967 un croiseur échanger du papier dollar contre de l’or, fallait des couilles !
    Résultat Nixon ferme le guichet et un an après de Gaulle est « out » !
    Cherchez l’erreur.
    Nucléaire idem…
    Mais avec les rouges pastèques on est sauvé !
    Depuis on a que des trans au pouvoir !

  • tiens c’est amusant aussi mais à mesure que des risques de black out se font jours, les écologistes arrivent en disant vous voyez on avait raison…

  • Et bien sur ces soi disants écolos omettent de parler du thorium

  • C’est bien de parler du nucleaire, mais quand aller vous parler des dechets ??? C’est une question tabou je sais surtout pour les pro-nucleaires donc faites un article sur cela.

    • Les déchets ? Ce que l’on peut exploiter et valoriser grâce à la surgénération, que les écolos honnissent. Allons, cessez votre mauvaise foi, le problème des déchets est une pure invention des écolos.

    • Ce n’est pas tabou, c’est que le problème est quasi inexistant. Seule le problème de la sécurisation du stockage peut etre considéré comme un problème, car il faut payer de la surface et des agents pour des éléments sans rentabilité.
      Vous avez une idée du volume des déchets nucléaires (en km cube ?)
      Vous avez une idée du volume des suies rejetées par les centrales charbon et pétrole pour la meme puissance produite ?

      C’est amusant de comparer, surtout quand on sait que les déchets nucléaires seront sans dangers en à peine quelques millénaires, là où les suies continueront leur oeuvre avec la même férocité qu’aujourd’hui (mort en masse de poissons et micro-organismes, pathologie respiratoire chez l’humain, contamination durable des eaux…).

      Allez sur des forums APPLE dire que WINDOWS c’est mieux, ça vous ira…

      • Si c’est a peine quelques millenaires, alors c’est formidable. C’est surtout egoiste de laisser ca, pour autant de temps. On est incapable de connaitre comment sera le monde dans 20 ans alors des millenaires…

        • CQFD, et paf…vous êtes tombé dedans !! l’écolo ne prend que ce qui l’intéresse et omettant soigneusement le sujet qui le dérange.

          Si vous relisez mon argumentaire en réfléchissant un peu, vous comprendrez que les déchets nucléaires ne sont rien face aux déchets de la combustion d’éléments fossiles.

          Donc moi je vous réponds  » les suies qui vont tomber de votre filtre à particule , c’est formidable ! c’est surtout égoïste de polluer l’eau douce pour des millions d’année avec des micro-particules que la nature ne sait pas digérer…parceque ces particules là, elles sont worldwide, contrairement aux centres de stockages confinés…

  • bah les écolos sont des gens qui revendiquant la propriété de tout sans accepter de payer rien de leur poche, c’est pratique..un écolo vous dira ne ne pas couper vos arbres, de cultiver votre terrain de telle façon de ne pas utiliser ceci ou cela chez vous, il « possédera les océans, la biosphère, la foret amazonienne », la vue aussi…

  • Effroyable inventaire des dégâts escrologiques !

    Leurs énergies renouvelables, c’est l’arnaque du siècle !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Jacques Pluchart[1. Professeur émérite à l’Université Paris I].

Au cours de la pandémie, la France a-t-elle franchi une étape décisive dans le développement de la responsabilité sociale des entreprises ? Le ministère de l’Économie et des Finances a publié un rapport sur « l’investissement à impact » répondant aux Objectifs du Développement Durable fixés en 2015 et à la loi Pacte votée 2019. Il affiche l’ambition de « faire de Paris le premier centre financier mondial de la finance à impact ».

Il a créé avec Paris Europl... Poursuivre la lecture

Une nouvelle réglementation interdisant les emballages en plastique des fruits et légumes est entrée en vigueur au 1er janvier 2022. Relater sa genèse est plus intéressant et instructif que gloser sur les désagréments et catastrophes à venir. Ce fut priorité à la bien-pensance et la démagogie au détriment de l'efficacité économique et sociale.

Le 1er janvier 2022 est entré en application le Décret n° 2021-1318 du 8 octobre 2021 relatif à l'obligation de présentation à la vente des fruits et légumes frais non transformés sans conditionn... Poursuivre la lecture

À la première vision, la grosse production de Netflix et son lot de stars séduisent. Il y a ce mélange de film catastrophe et de critique sociale distanciée qui en font un divertissement réussi. La métaphore climatique est un sous-texte intéressant mais laisse un arrière-goût d'à-peu-près. C'est à la réflexion que l'on perçoit le hic.

Que raconte Don't look up

En effet, le problème réside dans la dynamique du film, évidente pourtant, mais dont l'évidence même révèle notre faiblesse à la penser. Car de quoi s'agit-il ? D'un couple de sc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles