Hollande, président du bide, demande un peu de respect (par pitié)

François Hollande, impopulaire, demande le respect. Pour le président du bide, à vôt’ bon cœur, m’sieurs dames !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
contrepoints 640 Hollande présidence

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande, président du bide, demande un peu de respect (par pitié)

Publié le 7 septembre 2014
- A +

Valérie Trierweiler fut un temps la compagne de François Hollande. Première Dame sans être concubine pour des raisons d’optimisation fiscale, la journaliste de Paris Match bénéficiait toutefois d’un staff dédié à l’Élysée et d’une page sur le site elysee.fr pour faire part de ses états d’âme.

Sa page disparue, elle a décidé de se confier au monde entier au travers d’un livre, Merci pour ce moment, peu flatteur pour le Président de la République qui demande – tenez-vous bien – un peu de respect pour la fonction présidentielle.

contrepoints 642 sondage enferFrançois Hollande est le président le plus impopulaire de la Vème République, un véritable fait d’armes pour celui qui a été élu simplement parce que plus personne ne supportait Nicolas Sarkozy. Mais alors que son prédécesseur n’a rien fait pour que la France aille mieux, lui accélère sur la mauvaise pente où il fait glisser le pays non lentement, mais surement.

Sans s’attarder sur les ministres dont il s’entoure, comme Jérôme Cahuzac ou Thomas Thévenoud, le respect dû à la parole publique est bien faible quand ses auteurs n’ont aucun respect pour la parole donnée. Où est la moralisation de la vie politique ? Où est l’inversion de la courbe du chômage ? Où sont la croissance à plus de 2%, les économies budgétaires, la pause fiscale ?

Non content d’enchaîner les promesses non tenues, le Président qui se pense normal a le tort de mépriser ses opposants et détracteurs, mais aussi ceux qu’il prétend défendre : il appellerait même les plus démunis « les sans-dents ». Ce dont il se défend évidemment avec toute l’honnêteté qu’on connait aux hommes politiques français.

Il ne sauve même pas les apparences. Outre son flagrant manque d’éloquence, de charisme et de prestance, François Hollande ne fait même pas l’effort de s’habiller correctement : ses pantalons sont trop longs, ses cravates sont de travers, ses costumes sont mal taillés et ses poches trop remplies. Et il s’évertue à refuser l’usage du parapluie, malgré les intempéries que sa présence semble provoquer.

contrepoints 640 Hollande présidenceEt le voilà aujourd’hui, alors que son ex-compagne, la femme à qui il a fait assez confiance pour partager son quotidien à l’Élysée, révèle un peu plus l’homme qu’il est vraiment, qui demande le respect. Loin de commander le respect, il le quémande, il le mendie.

Mais à y bien réfléchir, le seul qui manque de respect à la fonction présidentielle, c’est lui. Ce n’est pas à la fonction qu’on manque de respect, mais bien à l’homme. Et pour cause : ce que François Hollande montre de lui n’a rien de respectable. Alors que plus personne ne lui fait confiance et qu’il n’a aucune légitimité, alors que les citoyens souhaitent clairement son départ, lui joue tristement les prolongations comme un artiste pendant un mauvais numéro. François Hollande, le président du bide.

« Je suis à mi-mandat et il n’y a pas de sondage, aussi difficile soit-il, que je regarde en face, qui puisse interrompre le mandat que donne le peuple au président de la République », a-t-il dit.

Aucun sondage ne saurait remettre en cause le sondage qu’on appelle élection. Pourtant, c’est lors des élections que l’on trouve la plus forte proportion de Français qui ne se prononcent pas ; tout compte fait, seulement 36% des Français en âge de voter l’ont élu. C’est plus que ses scores de confiance, mais bien loin des 51% qui lui accorderaient théoriquement une légitimité même mince.

Aujourd’hui, moins de 20% des Français ont de lui une opinion favorable. Il affirme regarder en face les sondages, et décide envers et contre tout de rester au pouvoir, alors qu’un dirigeant intègre se connaissant la même popularité aurait des difficultés à se regarder dans une glace.

«Je ne me départirai pas de mes responsabilités, je ne dévierai pas de cette règle de conduite», a-t-il insisté.

S’il pense réellement que la fonction présidentielle doit être respectée, il serait temps pour François Hollande de tirer sa révérence et de s’épargner (et épargner aux Français) le supplice d’une autre moitié de mandat.

Mais à sa décharge, malgré l’étendue de sa perfectibilité et bien qu’il ne soit ni tout à fait respectable, ni l’homme providentiel que certains Français attendent encore, tout n’est pas sa faute – loin de là.

Le mandat de François Hollande n’est que l’aboutissement d’un long processus qui, politiquement et économiquement, fait de la France un pays en voie de sous-développement où on gouverne malgré et contre le peuple.

La France est prisonnière d’une vision où l’initiative privée, par essence dangereuse, doit être régulée, dirigée, écrasée par l’intervention d’un État qui, contre toute logique, bénéficie encore du bénéfice du doute. La véritable conquête du pouvoir, ce n’est pas tant la façon dont certains individus ont pris du poids dans la vie politique politique, mais la façon dont la politique a pris du poids dans la vie des individus.

François Hollande n’est qu’un président de plus, un avatar supplémentaire de la social-démocratie qui limite partout où elle sévit la liberté et le bonheur des citoyens. Particulièrement mauvais, il faut bien le reconnaître.

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • Ce personnage n’aura jamais assez d’humilité pour reconnaître ses erreurs et se demettre.

    J’aimerai tellement être loin de tout ce merdier, la mentalité de ce pays me desole.

  • Jamais un président de la République n’a passé autant de temps à se justifier. …. à l’Étranger. .. Chaque conférence internationale est une honte mondiale.

  • Si le Président est défaillant, les députés ne pourraient-il pas suppléer son manque de courage et démissionner en bloc ?

    Comment ça je rêve ?

    • Étant donné que même les frondeurs socialistes finiront par voter la confiance qu’il demande, de peur de perdre leur privilège, si jamais le Roi Bouseux venait à dissoudre l’assemblée. Non, je crains malheureusement que ce ne soit qu’un rêve.

  • Hollande est à l’image des français, on a les politiciens que l’on mérite.

    • Vous êtes sévère ! 😉

    • Je m’insurge contre cette interprétation.

      L’ENA qui préside aux destinées de la France n’a pas été constitutionnellement ni législativement entérinée par le peuple et ses représentants, puisque qu’elle est issue des ordonnances de 1945. Elle est particulièrement illégitime, est comme chacun sait une oligarchie dont les français ne veulent plus malgré le fait que l’offre politique soit cantonnée à cette clique mal formée et totalement incompétente désormais pour mener à bien les réformes qui s’imposent à l’État français. Tous les français, même ceux de l’Éducation Nationale (où enfin la dernière réforme des rythmes scolaires a mis en évidence chez les enseignants le pot-au-rose de l’incompétence crasse des théoriciens détachés du réel, quelle honte !), réclament à corps et à cris un arrêt définitif de la nuisance publique, sans pouvoir le faire par les élections à cause de cette main mise quasi dictatoriale de ces Princes d’État sur son appareil, de l’offre politique.

      Quand nous auront des hommes politiques à nouveau issus de la France réelle par le mérite professionnel, le succès et le savoir acquis par le terrain, et non issus d’un mérite très limité dans le temps, celui d’avoir été un jour reçu à un examen théorique et surtout rhétorique à l’orée de leurs 20 ans pour services rendus à une course de têtes bien pleines et non à une de têtes bien faites, alors, seulement alors, la France pourra commencer à penser à un avenir autre que celui que cette caste endogène nous concocte depuis 70 ans, augmenté par un aveuglement qui s’est matérialisé de manière encore plus grave depuis 30 ans par l’arrivée des bataillons socialistes et leur idéologie particulièrement nocive aux rênes de notre pays. Cette arrivée en masse ne fut qu’à peine compensée par la fausse intermittence des changements de majorité puisqu’on a constaté que les partis de droite avaient à leur tour succombé à la mode de l’intelligence quadraturée par cette école de merde, il faut bien le dire. La sociale démocratie étant le deus ex maquina de leur idéologie.

      Quitte à se répéter sur ce blog, l’ENA est le principal problème de notre pays.

      • Le personnel politique était mieux avant 1945 ?

        • Ceux qui ont vendu nos alliés pour plaire à Hitler tellement ils étaient lâches et avaient peur de lui, je doute qu’ils étaient mieux, c’est juste que y avait pas le net avant :p

        • De toute évidence, non ! Mais l’histoire n’a pas vocation à aller vers la régression mais vers le progrès. Un cycle ancien se termine et il s’appelle le cycle de l’ENA chez nous. A nous d’inventer le futur, sans eux. Ou avec eux mais cantonnés aux rôles d’exécutants de décisions politiques supérieures. Je doute par ailleurs qu’ils vont accepter le nouveau paradigme. Ce sera la guerre, malheureusement, comme en 1789. Car c’est bien de la fin d’une aristocratie endogamique et illégitime qu’il s’agit. C’est de notoriété publique, je n’apprends rien à personne.

      • Totalement d’accord ! Et pourtant l’ENA qui défigure Strasbourg où j’ai été élevé ne cesse de s’agrandir et de former des énarques étrangers qui iront pourrir leur pays respectifs.

        Merci MM Debré et Thore et la clique gaullo-communiste dont l’illégitimité est devenue insupportable.

    • Entièrement d’accord
      je voulais faire un post dans ce sens.
      Mais, on (il) finit aussi par avoir les électeurs (irrespectueux) qu’il mérite !!!!

  • Et si les autres chefs d’Etat et de gouvernement finissaient par lui réserver le sort qu’ils ont réservé à Berlusconi ? Lors du dernier sommet auquel il a participé, tout le monde l’ignorait superbement. Il a dû finir par démissionner.

  • Reste la question qui tue si Hollande démissionne, qui mettre à sa place ? Juppé, Le Pen, Montebourde, son ex (Ségo, pas les autres) ?

  • « Alors que plus personne ne lui fait confiance et qu’il n’a aucune légitimité »

    il a ete elu.
    Il a la legitimite des merdeux elus par d’autres merdeux dans un systeme ou seulement 20% des plus betes imposent leur choix au reste.
    Obtenir plus legitime, et surtout plus classe avec ce systeme va etre tres tres dur.

  • §

    Le mandat de le président normal durera ce que durent les teintures capillaires ordinaires.

    Parce qu’il se vautre bien.

  • Avouons le ici, nous attendions tous ce petit livre avec la plus grande impatience, depuis la nouvelle de la desintegration du couple presidentiel (mais – comme Baptiste Creteur le rappellait si bien – pas fiscal), c’etait tellement evident que Valerie Trierweiler allait l’ecrire a un moment donne, et de maniere probablement strategique, quant a son lancement, que nous etions tous la, le souffle coupe, a attendre sa sortie chez les libraires.

    On l’a repete suffisemment sur Contrepoints, pour que cela ne soit plus une nouvelle depuis longtemps, les socialistes sont au pouvoir en France, depuis Francois Mitterand, parcequ’ils ont persiste a jouer les cartes maitresses du populisme intemporel : l’envie, la jalousie, la haine du « riche ». Pour etre socialiste, il n’est en effet point necessaire d’avoir lu Marx, ou de n’avoir rien lu du tout, il suffit simplement d’etre jaloux de son voisin. Seulement voila, aujourd’hui en France, comme a un moment donne dans tous les regimes d’inspiration marxiste de l’histoire du monde, un jour ou l’autre, les plus defavorises parmis les electeurs commencent a souffrir aussi de l’ogre meme qu’ils ont cree. Et ce n’est plus si rigolo. Deux castes, invariablement, se forment. La realite finit par frapper a la porte du plus grand nombre. Les elites officielles, administratives et gouvernementales (et corporatives dans les sociales-democraties), vivants sur le systeme qu’elles ont bati, s’accomodent, quant a elles, fort bien de la situation – copinage, clique et dissimulation; les autres, apres quelques decennies de mauvais traitements, finissent par en avoir assez d’un systeme ou les opportunites sont visiblement biaisees. Dans tous les regimes socialo-communistes, que l’on a vu s’etablir dans le monde, une certaine aristocratie de parti s’est invariablement installee au sommet. Quand on est au pouvoir, on a beau etre socialiste, on s’occupe quand meme toujours de ses petits camarades de classe, de ses amis, de sa famille, des camarades du parti, et des petits conformistes utiles en tout genre.

    Et on meprise « les sans-dents ». Que le mepris soit desormais reciproque ne devrait surprendre personne…

    • La solution ?
      Nous citoyens: retour de la société civile, référendum a ma suisse , 2 mandats Max
      Et puis de façon plus simple et systématique l’abolition des ordonnances de 45 qui sont clairement a l’origine de la déliquescence du pays, mais les français ont ils cette lucidité ?

  • politique c’est un métier.
    Ils pensent tous à accéder à la plus haute fonction. C’est le but d’une vie pour beaucoup. FH ne démissionnera pas…..

    • Nhollande ne lâchera rien. Comme tout socialiste, il est obsédé pathologiquement par le pouvoir et le fric gratuit.

      • Oui, enfin, on est d’accord quand a la pathologie declaree. Le fric gratuit, et sa promesse electorale, n’etant que le vecteur d’infection prefere du parti socialiste, depuis plus de 40 ans (deja celui de Mitterrand, avec un grand et sinistre succes), le piege a con repetitif le plus parfait. Simple et facilement administrable. Mais, comme je le disais plus haut, meme les cons – les edentes dixit notre bon roi Francois dernier- semblent etre finalement en train de se reveiller a ce piege la. Marine les attend cependant au coin du bois avec de nouveaux protoypes du meme stratageme. Pourvu qu’ils aient appris quelque chose de leurs dernieres deconvenues et qu’ils soient cette fois capables de flairer l’appat….

  • En parlant de respect:

    – Avons nous des informations sur la taille de….enfin vous voyez ce que je veux dire.

    Un bon livre d’une ex doit forcément en parler. Ou des liens sur Youtube, enfin du croustillant quoi !

    Si on se base uniquement sur la partie visible de FH (j’aime bien FH, merci à Lib30), il n’y a que viscosité, blancheur, libidinosité, moiteur, visage mou, yeux mesquins, implants capillaire. Pour les vêtements c’est déjà fait.

    • C’est en effet une question que j’aime a me poser parfois. Quand on lisait Edern Hallier qui nous parlait de Mitterand, alias « Tonton » pour les jeunes filles, la description de son anatomie et de ses performances n’etaient deja guere glorieuses. Je subodore ici comme une heredite….

  • On reproche souvent aux élus de ne pas avoir été élus par la majorité des électeurs, du fait de l’abstention. Mais pourquoi devront tenir compte de ceux qui ne se déplace pas? N’ayant pas votés, on ne sait pas si ils auraient voté ou pas pour le candidat arrivé en tête, donc cela n’a pas d’influence sur la légitimité du vainqueur. Dans ce cas, ce sont les abstentionnistes qui sont illégitimes, par non respect des institutions, pas les candidats. On ne peut accorder une vérité démocratique à ceux qui ne la respectent pas. Ils veulent rester chez eux, sans prendre la moindre part au choix de nos représentants, il est normal de ne pas en tenir compte. En revanche, la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme une sorte de candidat virtuel est indispensable. Ceux qui se sont déplacés aux urnes, mais qui n’ont pu, ou pas voulu choisir, méritent la même considération que les autres votants. Nous pourrions alors avoir des « surprises » sur le score du candidat « blanc ». Ce qui permettrait de relativiser plus légitimement, dans ce cas, le score du vainqueur « réel ».

    • quand les votes blancs seront pris en compte, j’irais voter

    • Spencer démontait déjà votre argument. En 1851 (dans « Social Statics »).
      -Si on vote pour le candidat élu, on ne peut pas se plaindre.
      -Si on vote pour un candidat non élu, on accepte le principe du vote ; on ne peut donc pas se plaindre.
      -Si on ne vote pas, on laisse son destin entre les mains des autres ; on ne peut donc pas se plaindre.
      Donc, de quelque façon qu’on agisse, on devrait accepter le résultat du scrutin.

      Vous admettez donc d’avance la légitimité du vainqueur, quelle que soit la proportion de la population qui l’a élu, quelle que soit l’étendue de ses pouvoirs. Que celui qui obtient le plus de voix (majoritaire ou non) dispose d’un pouvoir illimité. Que la plus grande faction dispose d’un pouvoir illimité. Vous admettez la tyrannie de la majorité, ou de la plus petite minorité, et la trouvez légitime.
      Est-ce bien cela ?

      Par ailleurs, vous voulez prendre en compte le vote blanc ; mais si le vote blanc représente la majorité ou la plus forte proportion des suffrages exprimés, vous voulez que l’on choisisse tout de même pour gouverner un candidat parmi ceux qui ont moins d’électeurs que le vote blanc. Est-ce bien cela ?

      • ce qui serait bien, ce serait justement de laisser la place vacante si le vote blanc était majoritaire. et cela ferait la démonstration que les choses se dérouleraient tout aussi bien, voir mieux… ça démontrerait leur inutilité.

        • Peut-etre devrions nous inventer un nouveau systeme proportionnel ou, pour les bulletins blancs, un tirage au sort, de citoyens ordinaires, soit effectue au pro rata, comme dans la grece antique. Ce tirage au sort bien entendu associe a la definition d’un standard quant a remplir les postes (niveau d’education minimum, teste d’intelligence, paiement de l’impot, etc…). Je sais que je rentre ici quelque peu dans le « far fetched » mais tant qu’a proposer quelque chose de nouveau et pas forcement plus idiot que le systeme en place…. Ce systeme aurait au moins le merite de diversifier la chambre et d’etre par ailleurs plus representatif de la population Francaise dans son ensemble. Il diminuerait egalement l’influence des politiciens professionnels qui en ont a l’heure actuelle la presque exclusivite. Cela pourrait constituer egalement une alternative credible a un gouvernement par referendum.

    • « Ils veulent rester chez eux (…) il est normal de ne pas en tenir compte. »

      Mais c’est précisément ce qu’on demande. Qu’ils cessent de tenir compte de ceux qui ne votent pas ! Qu’ils leur foutent la paix ! La véritable démocratie implique que seuls ceux qui ont voté pour les impôts payent ces impôts. Les autres, qui n’ont pas voté ou ont voté contre, n’ont aucune raison intelligible de payer les impôts. A cette condition, il sera enfin possible d’arguer du consentement à l’impôt, qui pour l’heure est une vaste fumisterie.

      Ceci étant posé, quand plus de 60% des Français ne votent pas, il y a tout de même un tout petit grain de sable dans la belle mécanique prétendument démocratique. A la place des politiciens, au lieu de bomber le torse et de mépriser l’expression de rejet viscéral de tout un peuple, je commencerais à prévoir un aller simple pour ailleurs, si possible très très loin.

  • C est vrai qu on aimerait bien qu il ne soit qu un avatar . Malheureusement sa grotesque présence est bien réelle … Bon courage les gars , encore deux ans 1/2 . Mais qu est ce qu on a fait pour mériter ça ????? o_O

  • Hormis au sein l’armée où la hiérarchie doit être respectée, il n’y a aucune fonction respectable dans le civil.
    La personne qui exerce une fonction qui doit être respectée, doit lui-même être respectable et dans ce cas précis on en est loin.
    Non la fonction présidentielle n’est pas respectable, sauf dans un pays totalitaire, mais c’est vrai qu’on y va avec Valls et sa clique.
    Valls devant un pompier qui refusait de lui serrer la main, car des pompiers en grève avaient été gazés lors d’une manif, s’est permis de lui parler de « respect de la hiérarchie », pour qui se prend-il ce roquet ??, merci à ce pompier courageux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles