Hollande : le président d’une minorité

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Rassemblant à peine 36% des Français en âge de voter, Hollande peine vraiment à rassembler au-delà de sa propre famille politique et bénéficie surtout du rejet de Sarkozy.

François Hollande est donc fraîchement élu président, et tous nos vœux de réussite l’accompagneront donc. Compte tenu de la situation générale française, et de son programme électorale farfelu, il aura besoin de tous les soutiens possibles pour éviter une catastrophe.

Ceci posé, ne perdons pas de vue que le nouveau président, comme souvent du reste, n’a pas été élu par une majorité de Français. Il ne représente qu’une grosse minorité qui, ayant braillé plus fort que l’autre grosse minorité et grâce à l’onction démocratique, obtient le droit de régenter la vie de tous.

En effet, les chiffres sont les suivants :

  • Inscrits : 46 073 165
  • Nombre de voix pour Hollande : 18 000 438, soit 39% des inscrits.

Si, comme expliqué dans un précédent article , on tient compte de tout le corps électoral, on obtient des chiffres qui illustrent encore plus le différentiel entre l’idée qu’on peut se faire de la majorité et le soutien réel, effectif, au candidat Hollande. En partant d’une estimation INSEE de l’ordre de 4 millions de non-inscrits, le corps électoral français compte 50 millions d’électeurs, dont 46 millions d’inscrits, 37 millions de votants, et 34 millions qui s’expriment.

Le graphique de la répartition est alors celui-ci :

Comme on le constate, Nicolas Sarkozy rassemble à peine plus d’un tiers des Français en âge de voter, et Hollande presque 36%… On est bien loin d’une vraie majorité de Français chantonnée par une presse peu critique à l’égard du socialiste.

Laisser un commentaire

  1. Je ne comprends pas la conclusion… Ce n’est pas vis-a-vis de Hollande que la presse n’est pas critique, c’est vis-a-vis du suffrage universel direct et du poste de président de la République. La presse légitime Hollande non pas parce qu’il est socialiste ou je ne sais quelle divagation, mais bien parce qu’elle légitime ce mode de représentation et le processus de nomination: il est là le problème.

  2. J’ajoute que c’est exactement pour cela que je n’ai pas voté: on ne peut pas pas être contre un tel ou un tel tout en considérant illégitime le poste de président de la république lui-même.

  3. Je ne suis pas vraiment d’accord ce comptage. Les non-inscrits ont le droit de ne pas vouloir voter. Les abstentionnistes n’ont aucune raison d’être comptabilisés. Si les non-inscrits et les abstentionnistes voulaient donner leur avis, ils n’avaient qu’à s’inscrire, et à se déplacer. Je suis toutefois d’accord qu’ils le feraient bien plus volontiers, même pour voter blanc, si ce dernier vote était reconnu …

    Parce qu’au contraire, les votes blancs (à condition de pouvoir les identifier en ouvrant l’enveloppe, sans qu’on puisse voir que l’enveloppe est vide au moment du vote) devraient l’être. Et là, je suis tout à fait d’accord de les comptabiliser dans le camembert.

    Mais les non-inscrits et les abstentions n’ont rien à y faire.

    1. L’affirmation « Hollande est le président élu par une majorité de Français » est fausse. Le calcul montre pourquoi. Il ne s’agit pas ici d’une discussion sur la pertinence du vote, du non-vote ou du vote blanc, mais d’un simple constat : Hollande n’a été élu (on n’a voté pour lui) qu’à hauteur de 36% des Français. C’est tout et ce n’est pas la majorité.

    2. 64% des Français en age de voter ne veulent pas d’Hollande président + ceux qui on voté pour il juste parce qu’ils étaient contre Sarko.

      Mais il a toujours la majorité des votes.

      « La démocratie est la moins mauvaise méthode »

  4. « comme souvent du reste ». Vous le dites vous même au début de l’article, la situation constatée ici est loin d’être exceptionnelle pour une élection présidentielle (abstention moyenne, votes blancs élevés mais toujours résiduels).
    A ce titre je regrette donc que le problème de l’abstention et de la non inscription soient ici plus utilisés pour suggérer un manque de légitimité pour François Hollande alors qu’en vérité il s’agit d’une remise en cause de la légitimité de l’ensemble (ou presque) des présidents de la Vème, problème structurel dont la nouvelle illustration ici présente aurait pu servir à un débat de fond sur la pertinence de nos instances représentatives, plus constructif à mon goût qu’une série de petits pics et non-dits discréditant Hollande -même si ils sont de bonne guerre sur un site comme contrepoints-.

      1. En ne comptant que les inscrits, 58% des français n’étaient pas pour Sarkozy en 2007. De gauche ou de droite, les futurs candidats continueronte à être élus par une minorité. À moins que le grand plongeon auquel on s’attend ne change complètement la donne

  5. Le plus intéressant pour les pro-élections, c’est qu’en ne prenant en compte uniquement les votes blancs, Hollande est minoritaire.

  6. Merci pour votre information.
    Sur http://lvb.net/node/9056 nous avons publié cette première version le lundi avant 10h et envoyé à plein de politiciens et média belges. Ceux-là se taisent comme par hasard comme la presse s’est tu en connaissance de cause pendant plus de 3 ans sur la relation de Hollande avec sa compagne (Les problèmes de Sarko avec Cecilia n’ont pas attendu 1 heure pour en informer le public!)
    J’aimerai connaître votre source de l’Insee parce que selon un approche visuelle je n’arrive pas à 4M de non-inscrits mais à 7M (http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1369/img/graphique1.jpg) ce qui donne 34% pour FH et 32% pour NS. Donc +/- 2 tiers des français n’ont pas été « rassemblés » par FH parce qu’il s’agit bien de dénoncer l’usage abusif de ce mot qu’il faut dénonce et ce % rend sa légitimité au plus bas de tous les élus de la 5e république. Merci d’avance pour m’aider à trouver le nombre le plus précis des non-inscrits. Pour le tableau dur lvb.net vous n’avez pas besoin de traduction même si le chiffres utilisés sont ceux de lundi matin, ils ne laissent pas de doute sur la signification en néerlandais.

  7. « A ce titre je regrette donc que le problème de l’abstention et de la non inscription soient ici plus utilisés pour suggérer un manque de légitimité pour François Hollande alors qu’en vérité il s’agit d’une remise en cause de la légitimité de l’ensemble (ou presque) des présidents de la Vème,  » le problème n’est pas là. Il y a une observation et vérité mathématique simple: c’est LE président qui a une légitimité réelle parce que c’est la règle et la loi, mais parmi les présidents de la 5e c’est celui qui a la légitimité moindre. C’est aussi LE président qui a prétendu rassembler plus que tous les autres mais dans les chiffres il a le moins le support de tous les français. Ce sont des faits. Que ces mêmes conclusions se posaient pour les autres élus de la 5e ne change pas le fait qu’avec François Hollande on passe le cap du maximum par rapport à tous les autres et qu’il y a l’abus de language sur « rassembleur »!

  8. Voici les résultats:
    Nombre % Inscrits % Votants
    Inscrits 46 066 307
    Abstentions 9 049 998 19,65
    Votants 37 016 309 80,35
    Blancs ou nuls 2 154 956 4,68 5,82
    Exprimés 34 861 353 75,68 94,18

    Liste des candidats Voix % Exprimés
    M. François HOLLANDE 18 000 668 51,64
    M. Nicolas SARKOZY 16 860 685 48,36

  9. Cette analyse est très intéressante et mérite d’être étendue à tous les suffrages pour constater la part réelle de notre représentation nationale d’une part, et la très faible évolution des soutiens à nos familles politiques: les changements de majorité n’étant déclenchés que par des mouvements de voix à la marge.
    Je ne parle pas de la représentation syndicale qui est la plus belle arnaque de nos fonctionnaires.