Comment contester son imposition directe ?

Vous n’êtes pas à l’abri d’une mauvaise surprise et les fonctionnaires de Bercy d’une erreur…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2148 impôts hollande

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment contester son imposition directe ?

Publié le 26 août 2014
- A +

Par Thibaut Doidy de Kerguelen.

imgscan contrepoints 2013-2148 impôts hollandeAvec la saison des avis d’imposition qui arrive, il n’est pas inutile de rappeler succinctement les différentes voies de contestation d’une imposition directe. Tout en sachant que si le montant de la contestation en vaut la chandelle ou si les fonctionnaires vous semblent particulièrement hermétiques à vos explications, le recours à un avocat fiscaliste reste le meilleur moyen d’obtenir satisfaction !

Réclamation en ligne ou par courrier, dite « amiable »

Vous pouvez adresser une réclamation par courrier à votre centre des impôts si vous souhaitez contester votre avis d’imposition. L’adresse figure sur votre avis d’imposition. Celle-ci devra être signée à la main et indiquer votre nom et adresse, mentionner les motifs de votre démarche et l’impôt concerné (ici l’impôt sur le revenu). Des pièces justificatives doivent être fournies, comme la copie de l’avis d’imposition. Tout document susceptible d’appuyer les motivations de votre demande sont nécessaires, vous le comprendrez.

Cette réclamation peut également être transmise par Internet, via votre espace personnel sur impots.gouv.fr. Dans la rubrique « Réclamer », cliquez sur « Faire une réclamation » puis renseignez l’impôt concerné et l’année d’imposition. Détaillez le motif de votre demande dans l’espace prévu à cet effet et fournissez les justificatifs nécessaires. Une fois votre demande enregistrée, vous pourrez recevoir un accusé de réception et suivre son traitement à partir de votre espace personnel.

Attention : contester ne vous dispense pas de payer

Certains petits malins pensent, une fois passée la date limite de paiement, que contester leur permet de justifier le non-paiement. Erreur ! Si vous envoyez une réclamation après la date-limite de paiement de l’impôt, fixée au 15 septembre 2014 cette année (20 septembre sur Internet), votre demande ne vous dispense pas de payer l’impôt en temps et en heure. Par contre, il est possible, avant cette date, d’obtenir une suspension de paiement. Il faut pour cela que vous fassiez la demande, ce n’est pas automatique. Vous pouvez aussi bien la demander dans votre réclamation initiale que dans un courrier séparé. Si le montant de l’impôt contesté est inférieur à 4.500 euros, le paiement est automatiquement suspendu. Au-delà de ce seuil, il faut fournir des garanties au fisc.

Il y a une date-limite pour réclamer

Votre réclamation doit être adressée avant le 31 décembre de la deuxième année qui suit celle de la réception de l’avis d’imposition ou de redressement. Concrètement, vous avez jusqu’au 31 décembre 2016 pour contester l’avis d’imposition reçu en 2014. Par ailleurs, vous pouvez encore déposer une réclamation au titre de l’impôt sur le revenu payé en 2012 jusqu’au 31 décembre 2014.

La réponse du fisc

L’administration fiscale a un délai de 6 mois pour répondre aux réclamations des contribuables. Elle peut vous signaler qu’elle a besoin d’un délai supplémentaire de 3 mois maximum. Toute absence de réponse au-delà de ces délais signifie que votre requête n’a pas abouti. Cela vous autorise à produire un recours contentieux au tribunal.

« Si votre réclamation est rejetée, vous devrez payer l’impôt contesté et non réglé, ainsi qu’une majoration de 10% et des intérêts de retard le cas échéant », et ce même en cas de sursis de paiement, précise l’administration fiscale. N’oubliez pas que l’administration fiscale bénéficie (un non-sens en termes de droit) de l’inversement de la charge de la preuve. Si vous avez tort, vous êtes a priori réputé de mauvaise foi et condamné pour avoir « tenté de vous soustraire à l’impôt ». Si vous n’avez pas demandé de suspension de paiement ou si vous pouvez prouver que votre réclamation était de bonne foi, vous pouvez demander à échapper aux 10%, mais n’en espérez pas plus. À l’inverse, « si vous avez raison, l’administration rectifiera l’erreur, vous serez remboursé des sommes que vous auriez versées en trop et vous bénéficierez d’intérêts moratoires » (mais vous ne bénéficierez pas d’un abattement de 10%. il est impensable que l’administration soit de mauvaise foi, n’est-ce pas?)

En cas de rejet total ou partiel de votre réclamation, vous pouvez essayer de trouver une solution à l’amiable avec le fisc. Adressez-vous alors au conciliateur fiscal de votre département ou au médiateur des ministères de l’économie et du budget. Dans tous les cas, les recours contentieux ne sont pas suspendus s’ils ont été engagés avant de faire appel à une médiation.

Les recours contentieux doivent être déposés devant le tribunal administratif dans un délai de deux mois après réception de la réponse de l’administration fiscale. La procédure est entièrement écrite. En cas de décision défavorable, le contribuable dispose d’un mois pour faire appel.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Rappelons quand même que la plupart des épargnants ont perdu IMMENSÉMENT plus d’argent avec la crise de 2008 qu’avec les hausses d’impôts de Hollande.

    Si vous voulez un bon conseil pour économiser de l’argent : placez vos économies et vos investissement hors zone euro avant 2015 et le retour de la crise (slumpflation).

    Donc, au lieu de perdre du temps à envoyer des lettres au FISC pour économiser quelques pour-cents d’imposition ; déplacez vos économies pour les sauver de l’effondrement des marchés en 2015 (qui pourrait encore une fois vous coûter 50% de vos économies …. Hollande et ses hausses d’impôts font figure de nabot à côté )

  • Qu’en est-il de l’article 14 de la Constitution de 1789 ? :
    « Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. »
    Que signifie : « de la consentir librement » ?

  • C’est pour quand la simplification?

    Avec toutes ces machines c’est de plus en plus complexe. L’intervention humaine n’existerait plus ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Luc Ginder.

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relanc... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts sur les revenus produisent des distorsions de prix relatifs entre les biens présents et les biens futurs.

Nous avions examiné le cas particulier de l’impôt sur les dividendes et de ce qu’il advient lorsque son taux est très déconnecté de celui de l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles