Pour Handelsblatt, la France est le malade de l’Europe

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Handelsblatt 2014-08-22 09 12 53

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour Handelsblatt, la France est le malade de l’Europe

Publié le 24 août 2014
- A +

Un article d’Open Europe.

Handelsblatt 2014-08-22 09 12 53La Une du quotidien financier allemand Handelsblatt du vendredi 22 août, dépeint la France comme l’homme malade de l’Europe, avertissant qu’ « une nation qui fut fière, est confrontée à son déclin économique. Bien sûr, de tels avertissements au sujet de la France ont déjà été lancés avant, de façon mémorable avec la baguette de pain – bombe à retardement en couverture de The Economist il y a quelques années, mais il est frappant que la presse allemande reflète de plus en plus ces inquiétudes.

Cette Une ouvre sur un dossier détaillé de huit pages, que le journal introduit en argumentant que :

Notre voisin le plus important est embourbé dans la crise. La France risque de se retrouver à la traîne en ce qui concerne son budget, son marché du travail et son industrie. Cependant, ce pays pourrait avoir du succès s’il arrêtait de rétrécir de lui-même.

Le moment pourrait être légèrement ironique, étant donné que la France a fait mieux que l’Allemagne au dernier trimestre – quoique, juste en stagnant, alors que l’Allemagne se contractait de 0,2%. Handelsblatt prévient lui-même que l’Allemagne « n’est plus un champion », mais l’économie allemande reste toujours assez robuste, et devrait rebondir rapidement, alors que les problèmes de la France sont beaucoup plus profondément enracinés.

Traduction Contrepoints.


Sur le web.

 

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Il est vrai que depuis 2012 l’Allemagne est lente : 0,7% de croissance en 2012 et 0,4% en 2013 et entre 1 – 1,5% cette année…Mais l’Allemagne a un marché du travail sain et aidé par une démographie défaillante qui évite le chômage de masse en cas de faible croissance, et le pays reste attrayant pour les investisseurs.

    La France est bien l’homme malade du continent, on le sentait venir depuis un moment déjà.
    Et nos politiciens ne s’arrangent pas, Hollande/Montebourg veulent accroître les déficits pour encourager la croissance via les dépenses publiques, mais c’est idiot car ça ne marcherait que pendant un temps : la forte augmentation de la dette qui suivrait (déjà rapide en ce moment) pourrait se retourner contre nous par la suite.

  • Article interessant sur le fond mais trop court, peu d’information tangibles, c’est dommage.

  • bonjour , même si l’on considère à juste titre que l’équipe dite de droite précédemment aux manettes n’était pas (et de loin ) la plus recommandable .L’actuel ramassis socialiste bouffi d’arrogance n’a pas d’équivalent dans sa médiocrité ,son incompétence . La nuisance infligée au pays est incommensurable !
    L’article de Handelsblatt ne fait que confirmer ce que tout un chacun (sans être économiste) peut constater de lui-même : Nous mettrons très longtemps à nous rétablir des graves méfaits de l’utopie et de l’irresponsabilité de la gauche .

  • on vérra dans quel état sera l’allemagne quand les sanctions russes feront leurs éffets ;

    • ça fera que dalle, la Russie ne représente que 3% des exportations allemandes et les exportations agricoles ne représentent qu’une fraction de ce chiffre, ça représentera près de 0,1% du PIB grand maximum, pas de quoi crier d’horreur. Désolé de vous décevoir mais ce cher Poutine n’a qu’un pouvoir économique limité, seule la carte énergétique serait douloureuse et la Russie s’effondrerait aussitôt dans ce cas vu que 75% de ses exportations énergétiques vont vers l’Europe et représentent plus de 50% du budget.
      De plus la Russie subit bien plus la crise et les sanctions que l’Allemagne : l’Allemagne croîtra de 1 à 1,5% cette année, la Russie (pays en développement et bourré de ressources énergétiques, je le rappelle) aura une croissance entre -0,5% et 0,2% (hypothèse du FMI avant les dernières sanctions US/Euro donc c’est optimiste) et on sent à quel point ça commence à faire mal : Faillite de plusieurs tours opérateurs, chute de 23% des ventes de voitures en juillet par rapport à juillet 2013 et -33% pour les ventes de PC portables, salaires qui stagnent et inflation qui s’accroît à environ 7% (donc réelle baisse de pouvoir d’achat), Rosneft qui a besoin de 31 milliards de $..etc….L’Allemagne a une situation bien plus saine, la Russie souffre beaucoup. 😉

      • Il va quand même bien falloir comptabiliser les milliards que l’Ukraine ne pourra trouver que dans l’aide de l’UE.

  • L’expression « Homme malade de l’Europe » fut utilisé je crois
    – Royaume-Uni à la fin des années 70
    – Allemagne au début des années 2000

    Ayons un peu d’espoir :p

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Aurain.

Les économistes sont très forts pour prédire les crises économiques. La preuve, ils ont prédit dix des trois dernières. La boutade ramène l'économiste à ce qu'il est : un prévisionniste (quelqu'un qui détecte et prolonge des tendances) et non un devin. C'est dommage.

La prédiction (annonce des ruptures spontanées) serait plus utile. Elle permettrait d'anticiper les crises. Mais ce faisant, elle les empêcherait. Une fois une crise prédite, des mesures peuvent être prises pour l'empêcher. Nous aurions vendu le... Poursuivre la lecture

Par Gary Galles. Un article du Mises Institute

Nul ne doit profiter du malheur des autres.

J'ai entendu et lu de telles affirmations à maintes reprises, pratiquement chaque fois qu'il y a une urgence ou une catastrophe quelque part, ou chaque fois qu'une bonne action est considérée par quelqu'un comme essentielle ou quelque chose dont il a "besoin".

C'est pourquoi, lorsque j'ai trouvé cette citation en tête de l'article de Leonard Read intitulé "To Alleviate Misfortune", dans le numéro de novembre 1963 de The Freeman, ell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles