Les Danois, plus heureux parce que plus libres ?

Bonheur (Crédits : Moyan Brenn, licence Creative Commons)

Et si le secret du bonheur des Danois résidait dans le degré de liberté dont ils jouissent ?

Par Vincent Delhomme.
Un article de Trop Libre.

Bonheur credits Moyan Brenn (licence cc)

S’il est peu probable de voir un jour les Danois brandir une Coupe du Monde de football, du moins dans un futur proche, il est un domaine où leur domination reste sans égal… celui du bonheur ! Depuis 1973, le Danemark est le pays le plus heureux du monde. En dépit de longs hivers sombres et froids et d’un taux de prélèvements obligatoires record1, ce n’est guère surprenant. Les pays d’Europe du Nord trustent les palmarès internationaux depuis de nombreuses années et sont largement vantés pour leur fameux « modèle scandinave ».

Lorsque l’on se penche sur les raisons d’un tel succès, les mêmes explications reviennent souvent : une protection sociale généreuse, de faibles inégalités, un système politique consensuel. Mais un institut danois, le Happiness Research Institute, s’est penché plus précisément sur la question, et si les conclusions sont relativement attendues, elles n’en sont pas moins éclairantes. Quelles sont donc les clés du bonheur danois ?

L’institut retient huit paramètres susceptibles d’expliquer le niveau inégalé de bonheur dont jouissent les Danois : Confiance, Sécurité (sociale), Richesse, Liberté, Travail, Démocratie, Société civile et Équilibre. Il n’est guère surprenant de retrouver tous ces facteurs au cœur du bien-être d’une population, mais il est intéressant de remarquer que les facteurs purement économiques (Sécurité, Richesse) n’en constituent pas l’essentiel. La sécurité procurée par un système social généreux, la redistribution et un niveau de richesse parmi les plus élevés au monde sont parmi les raisons du bonheur des Danois, mais sont loin d’être les seules.

L’autonomie, le respect et l’épanouissement de l’individu sont ainsi au cœur de la réussite du pays. Cela passe par une grande liberté dans les choix personnels, dans l’organisation de son travail et un respect des équilibres de vie de chacun. Les relations sociales sont très peu hiérarchisées et fondées sur la confiance mutuelle, la société civile est extrêmement développée. Enfin, les performances du Danemark sont aussi à mettre au crédit d’une démocratie très performante, exemplaire dans le respect des libertés individuelles et la lutte contre la corruption.

Les Danois sont heureux car ils ont le sentiment d’être maîtres de leur destin. Avec un État généreux certes, mais qui s’efforce d’interférer le moins possible avec les choix des individus et de poser les cadres les plus favorables à la création de richesse. Le Danemark est un pays où la liberté économique est l’une des plus fortes au monde2 (devant même les États-Unis), bien loin des standards de la social-démocratie à la française.

Mais le bonheur doit-il être un objectif pour une société libre ? Un État qui cherche à faire le bonheur de ses concitoyens a toujours été suspect aux yeux des libéraux, surtout lorsque cela se fait à leur détriment. Plus largement, certains argueront que le bonheur est une notion intrinsèquement subjective et individuelle et ne peut être affichée en objectif politique raisonnable. C’est également une objection pertinente. Mais on peut néanmoins considérer les réussites développées ci-dessus comme désirables pour toute société libérale visant à l’épanouissement de ses membres : autonomie de l’individu, relations sociales pacifiées et État de droit.

On apprend d’ailleurs qu’une étude très récente tend à prouver que le secret du bonheur des Danois réside dans leurs gènes… Alors si rien n’est sûr, concentrons-nous sur la liberté, et peut-être aurons-nous le bonheur !


Sur le web.

Lire aussi : Le « modèle scandinave » passé à la loupe

  1. 48%, première place de l’OCDE, 2012.
  2. 9e, Index of Economic Freedom, 2013.