Cachez ces seins que je ne saurais voir !

Ségolène Royal (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints254 Ségolène Royal

Y a-t-il un autre exemple en Europe d’un Président qui a les cojones pour mettre son ex en Ministre de rang protocolaire N°3 pour assurer la transition énergétique qui va créer 300.000 emploi ? Non, y’a que chez nous, petits veinards.

Les compétences de Ségo n’ont jamais été remises en cause, vu qu’elle ne les a, semble-t-il, jamais utilisées. Par contre, sa capacité créative en néo-vocabulaire (la « bravitude ») aurait dû lui valoir, à mon humble avis, le fauteuil académique attribué récemment à un vague écrivaillon réactionnaire inconnu en Poitou-Charentes, dans la mesure où le souffle de l’inspiration incantatoire de Madame fournit le parc éolien sans répit.

Et maintenant, nous savons, grâce aux indiscrétions révélées par Le Point, que Mme Royale se la joue Maintenon et veut moraliser cette cour dépravée où l’on couche avec des actrices, où l’on fait cirer ses chaussures par un plébéien et où l’on nomme des responsables aux casiers chargés. (Bon, elle aussi, elle a été condamnée pour licenciement abusif, mais elle s’est repentie sincèrement…) Et elle a donc interdit les décolletés féminins dans son ministère, la clope jardinière dans le parc, se fait précéder par un Hérault (fine allusion, Hérault, Ayrault ?) qui fait se lever la valetaille à son passage. Bien sûr, tout cela est faux, comme elle l’a tweeté, et Le Petit Journal n’aurait pas dû faire confirmer par d’obscures soubrettes anonymes.

Mais la Tartufferie étant par essence socialiste, Ségolène est parfaitement à sa place dans ce ministère de l’Écologie, qui est une imposture par essence. Ce Pays est folle, pour paraphraser le Grand H16.