Fin de la vie en rose

imgscan contrepoints 2013822 france morose

La « séparation » officialisée au lendemain de la remise du rapport Moody’s est-elle une coïncidence fortuite, les agences de notation informant tout gouvernement de sa parution quelques jours avant ?

Par T. Matique.

imgscan contrepoints 2013822 france moroseLes communicants de l’Élysée et les journalistes ont entretenu jour après jour le filon du feuilleton « L’amour est dans le pré, pas à l’Élysée », pour arriver au terme d’une saison riche en rebondissements avec, comme toute série, un suspens « insoutenable » sur le devenir des protagonistes. Chacun y va de son petit pronostic mais la tendance converge sur le fait que la première dame cocue et répudiée n’ira pas au couvent mais se vouera aux causes humanitaires, le second rôle ne sera pas au devant de la scène avec un premier rôle international et ne pourra être récompensé pour son interprétation, et l’indécis clarifie enfin une situation « douloureuse » du fait d’avoir deux femmes dans sa vie et devient l’homme qui « suit une ligne de conduite » dans son jeu de dames. Selon certains, il y aurait même « un geste d’autorité » de la part du principal protagoniste. Il est vrai qu’il a réussi à virer une femme et à mettre l’autre à l’ombre des regards sans que la gent féminine ne réagisse.

Ces « experts » en communication et en information sont bel et bien là pour soulager nos neurones de tout raisonnement complexe et parfois déprimant sur la situation du pays. Avec cette mise en scène de la people politique qui nous emmène jusqu’en Inde, le président en acteur patenté ne pouvait avoir de meilleurs alliés que les journalistes et les médias pour détourner l’attention du public sur ce qui se trame en coulisse.

Tout d’abord l’annonce du Pacte de responsabilité n’a pas donné lieu à plus d’analyses sur son véritable objectif politique : rassurer les marchés et Bruxelles, neutraliser une quelconque fronde des partenaires sociaux, obliger le parlement à se positionner sur un remaniement du gouvernement par un vote de confiance, gagner du temps sans avoir à agir. Avec un président qui ne veut même pas trancher en ce qui concerne ses ministres et laisse le Parlement le soin de le faire, pas étonnant qu’Ayrault soit à la manœuvre pour sauver sa place avec un pacte devenu un Ayrault Pacte.

Ensuite, le rapport de Moody’s n’a pas donné lieu au même engouement que celui manifesté dans le décryptage du triangle de « la vie en rose » et a évité à Moscovici de sombrer dans la schizophrénie économique, même s’il n’a pu s’empêcher de le résumer au fait qu’il « reflète les atouts reconnus de la France » en ne retenant qu’une simple phrase du rapport et la seule à être positive « l’économie large et diversifiée du pays, une richesse considérable en termes de PIB par habitant, l’épargne relativement élevée du secteur privé… ».

Pourtant, quels que soient les jeux de scène de Hollande, dont la plupart des journalistes et des médias en France s’empressent de faire la promotion, le rapport Moody’s est confondant de réalisme sur la situation de la France. Il définit au préalable les liens de cause à effet de la politique menée en France par les socialistes qui pourraient se résumer de façon très simplifiée :

Problème d’une perte récurrente de compétitivité

  • Des coût élevés de production sont autant de risque de perte de marché et donc pour s’y positionner avec un prix compétitif les entreprises françaises doivent baisser leur marge et moins de marge = baisse des investissements.
  • Charge fiscale à 47,7% du PIB + revenu du travail taxé de plus de 50 %=moins d’embauche et baisse de la consommation = croissance en berne
  • Parts de marché en baisse + baisse des fonds propres = R&D de la production et des produits très limités.

Dès lors, non seulement la consommation nationale peut tendre à la baisse mais de plus : « La part de marché d’exportation de la France peut se détériorer suite à la mise en œuvre de réformes structurelles visant à améliorer la compétitivité dans un certain nombre de pays périphériques de la zone euro  ». En clair : des pays périphériques pourraient bénéficier de la croissance au détriment de la France, donc hausse du chômage en France, augmentation du déficit de la balance commerciale française, déclin de l’activité économique en France… L’impasse.

Détérioration inquiétante de la dette publique

  • « Pour 2013, le gouvernement s’attend à enregistrer un déficit public de 4,1% du PIB… » Dès lors, les engagements pris en avril 2012 auprès de Bruxelles ne seront pas tenus et feront l’objet d’une nouvelle feuille de route. La crise de la zone ne pouvant plus être un prétexte invoqué par la France (puisque certains pays, grâce à de vraies réformes structurelles, ont réussi à éviter l’effondrement et retrouvent des atouts de compétitivité sur les marchés), Bruxelles n’aura d’autre choix que d’appliquer cette fois-ci « stricto sensus » l’article 5 du Traité TSCG avec un suivi sans concession de la nouvelle feuille de route par le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne.
  • « En dépit des engagements répétés à l’assainissement budgétaire, les déficits budgétaires élevés de la France et sa faible croissance économique ont conduit à une augmentation importante de la dette des administrations publiques. »
  • « En 2013, le ratio de la dette au PIB est passé à 93,6% (contre 90,2% en 2012), et Moody’s s’attend à une nouvelle augmentation de plus de 95% d’ici la fin de 2014. »
  • « Bilan mitigé du gouvernement sur ​l’assainissement budgétaire et les réformes structurelles à ce jour montre que son efficacité dans la réalisation des réformes profondes peut être affectée par des contraintes sociales et politiques. Ceux-ci exigent que le gouvernement cherche un large consensus parmi les partenaires sociaux, avec le risque que les efforts de réforme soient ralentis et dilués. » Bref, encore une impasse.

Mise en garde du « What could move the rating up/down »

Le maintien du AA1 n’est que provisoire et pourrait évoluer en fonction des mesures « réellement » prises et leur efficacité sur la croissance, de même que leur impact sur la dette qui ne doit pas tendre vers 100% du PIB.

Au fond, ce rapport dissocie « intention » et faits concrets et sous-entend que tous les efforts de sémantique du gouvernement ne sont plus pris pour argent comptant. De plus, en évoquant l’Union européenne et les efforts réels de certains pays, ce rapport suggère implicitement que la France peut ne pas bénéficier d’une reprise car elle se ferait au profit de pays en périphérie. De là à conclure que la France pourrait être le boulet de l’Union européenne, il n’y a qu’un pas que nous pourrions franchir.

Dès lors, même si la « séparation » a été officialisée opportunément au lendemain de la parution du rapport de Moody’s et a ainsi permis de maîtriser en France toute propagation de la crainte sur l’avenir, elle ne peut évincer la fin de la vie en « rose » qui se profile aussi en France. Malgré tous les subterfuges, les méthodes socialistes ne font pas recette et les marchés réagissent négativement à la situation politique et économique de la France. Des taux d’emprunts (surtout à moyen terme) et une prime de risque qui ne cessent d’augmenter depuis novembre 2013, ce sont des déficits qui se creusent et une dette qui flambe. Savoir à présent que la courbe du chômage ne s’est pas inversée malgré toutes les manœuvres socialistes de persuasion durant l’année 2013, ne va rassurer personne sur les capacités des socialistes à tenir des objectifs et discrédite même leur parole.

Tandis que les socialistes et les étatistes de tout bord font leur cinéma et nous imposent leur exception culturelle politique, le monde se prépare à une nouvelle révolution industrielle et à de nouveaux défis. À force de renier le libéralisme, la France n’aura plus que « The Autistes » en guise de production avec des journalistes paparazzi. Mais, face à des représentants politiques, tout parti confondu, incapables de voir d’autres scénarios que celui d’un État pour contenter leur quête du pouvoir, à quoi bon leur fournir une méthode différente avec des mesures adaptées pour faire la transition entre toute forme d’étatisme et le libéralisme, et voir ce dernier enfin se concrétiser en France ? L’altruisme a ses limites face à tant de navets mis en scène et imposés.