Fin de la vie en rose

La « séparation » officialisée au lendemain de la remise du rapport Moody’s est-elle une coïncidence fortuite, les agences de notation informant tout gouvernement de sa parution quelques jours avant ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013822 france morose

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fin de la vie en rose

Publié le 29 janvier 2014
- A +

Par T. Matique.

imgscan contrepoints 2013822 france moroseLes communicants de l’Élysée et les journalistes ont entretenu jour après jour le filon du feuilleton « L’amour est dans le pré, pas à l’Élysée », pour arriver au terme d’une saison riche en rebondissements avec, comme toute série, un suspens « insoutenable » sur le devenir des protagonistes. Chacun y va de son petit pronostic mais la tendance converge sur le fait que la première dame cocue et répudiée n’ira pas au couvent mais se vouera aux causes humanitaires, le second rôle ne sera pas au devant de la scène avec un premier rôle international et ne pourra être récompensé pour son interprétation, et l’indécis clarifie enfin une situation « douloureuse » du fait d’avoir deux femmes dans sa vie et devient l’homme qui « suit une ligne de conduite » dans son jeu de dames. Selon certains, il y aurait même « un geste d’autorité » de la part du principal protagoniste. Il est vrai qu’il a réussi à virer une femme et à mettre l’autre à l’ombre des regards sans que la gent féminine ne réagisse.

Ces « experts » en communication et en information sont bel et bien là pour soulager nos neurones de tout raisonnement complexe et parfois déprimant sur la situation du pays. Avec cette mise en scène de la people politique qui nous emmène jusqu’en Inde, le président en acteur patenté ne pouvait avoir de meilleurs alliés que les journalistes et les médias pour détourner l’attention du public sur ce qui se trame en coulisse.

Tout d’abord l’annonce du Pacte de responsabilité n’a pas donné lieu à plus d’analyses sur son véritable objectif politique : rassurer les marchés et Bruxelles, neutraliser une quelconque fronde des partenaires sociaux, obliger le parlement à se positionner sur un remaniement du gouvernement par un vote de confiance, gagner du temps sans avoir à agir. Avec un président qui ne veut même pas trancher en ce qui concerne ses ministres et laisse le Parlement le soin de le faire, pas étonnant qu’Ayrault soit à la manœuvre pour sauver sa place avec un pacte devenu un Ayrault Pacte.

Ensuite, le rapport de Moody’s n’a pas donné lieu au même engouement que celui manifesté dans le décryptage du triangle de « la vie en rose » et a évité à Moscovici de sombrer dans la schizophrénie économique, même s’il n’a pu s’empêcher de le résumer au fait qu’il « reflète les atouts reconnus de la France » en ne retenant qu’une simple phrase du rapport et la seule à être positive « l’économie large et diversifiée du pays, une richesse considérable en termes de PIB par habitant, l’épargne relativement élevée du secteur privé… ».

Pourtant, quels que soient les jeux de scène de Hollande, dont la plupart des journalistes et des médias en France s’empressent de faire la promotion, le rapport Moody’s est confondant de réalisme sur la situation de la France. Il définit au préalable les liens de cause à effet de la politique menée en France par les socialistes qui pourraient se résumer de façon très simplifiée :

Problème d’une perte récurrente de compétitivité

  • Des coût élevés de production sont autant de risque de perte de marché et donc pour s’y positionner avec un prix compétitif les entreprises françaises doivent baisser leur marge et moins de marge = baisse des investissements.
  • Charge fiscale à 47,7% du PIB + revenu du travail taxé de plus de 50 %=moins d’embauche et baisse de la consommation = croissance en berne
  • Parts de marché en baisse + baisse des fonds propres = R&D de la production et des produits très limités.

Dès lors, non seulement la consommation nationale peut tendre à la baisse mais de plus : « La part de marché d’exportation de la France peut se détériorer suite à la mise en œuvre de réformes structurelles visant à améliorer la compétitivité dans un certain nombre de pays périphériques de la zone euro  ». En clair : des pays périphériques pourraient bénéficier de la croissance au détriment de la France, donc hausse du chômage en France, augmentation du déficit de la balance commerciale française, déclin de l’activité économique en France… L’impasse.

Détérioration inquiétante de la dette publique

  • « Pour 2013, le gouvernement s’attend à enregistrer un déficit public de 4,1% du PIB… » Dès lors, les engagements pris en avril 2012 auprès de Bruxelles ne seront pas tenus et feront l’objet d’une nouvelle feuille de route. La crise de la zone ne pouvant plus être un prétexte invoqué par la France (puisque certains pays, grâce à de vraies réformes structurelles, ont réussi à éviter l’effondrement et retrouvent des atouts de compétitivité sur les marchés), Bruxelles n’aura d’autre choix que d’appliquer cette fois-ci « stricto sensus » l’article 5 du Traité TSCG avec un suivi sans concession de la nouvelle feuille de route par le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne.
  • « En dépit des engagements répétés à l’assainissement budgétaire, les déficits budgétaires élevés de la France et sa faible croissance économique ont conduit à une augmentation importante de la dette des administrations publiques. »
  • « En 2013, le ratio de la dette au PIB est passé à 93,6% (contre 90,2% en 2012), et Moody’s s’attend à une nouvelle augmentation de plus de 95% d’ici la fin de 2014. »
  • « Bilan mitigé du gouvernement sur ​l’assainissement budgétaire et les réformes structurelles à ce jour montre que son efficacité dans la réalisation des réformes profondes peut être affectée par des contraintes sociales et politiques. Ceux-ci exigent que le gouvernement cherche un large consensus parmi les partenaires sociaux, avec le risque que les efforts de réforme soient ralentis et dilués. » Bref, encore une impasse.

Mise en garde du « What could move the rating up/down »

Le maintien du AA1 n’est que provisoire et pourrait évoluer en fonction des mesures « réellement » prises et leur efficacité sur la croissance, de même que leur impact sur la dette qui ne doit pas tendre vers 100% du PIB.

Au fond, ce rapport dissocie « intention » et faits concrets et sous-entend que tous les efforts de sémantique du gouvernement ne sont plus pris pour argent comptant. De plus, en évoquant l’Union européenne et les efforts réels de certains pays, ce rapport suggère implicitement que la France peut ne pas bénéficier d’une reprise car elle se ferait au profit de pays en périphérie. De là à conclure que la France pourrait être le boulet de l’Union européenne, il n’y a qu’un pas que nous pourrions franchir.

Dès lors, même si la « séparation » a été officialisée opportunément au lendemain de la parution du rapport de Moody’s et a ainsi permis de maîtriser en France toute propagation de la crainte sur l’avenir, elle ne peut évincer la fin de la vie en « rose » qui se profile aussi en France. Malgré tous les subterfuges, les méthodes socialistes ne font pas recette et les marchés réagissent négativement à la situation politique et économique de la France. Des taux d’emprunts (surtout à moyen terme) et une prime de risque qui ne cessent d’augmenter depuis novembre 2013, ce sont des déficits qui se creusent et une dette qui flambe. Savoir à présent que la courbe du chômage ne s’est pas inversée malgré toutes les manœuvres socialistes de persuasion durant l’année 2013, ne va rassurer personne sur les capacités des socialistes à tenir des objectifs et discrédite même leur parole.

Tandis que les socialistes et les étatistes de tout bord font leur cinéma et nous imposent leur exception culturelle politique, le monde se prépare à une nouvelle révolution industrielle et à de nouveaux défis. À force de renier le libéralisme, la France n’aura plus que « The Autistes » en guise de production avec des journalistes paparazzi. Mais, face à des représentants politiques, tout parti confondu, incapables de voir d’autres scénarios que celui d’un État pour contenter leur quête du pouvoir, à quoi bon leur fournir une méthode différente avec des mesures adaptées pour faire la transition entre toute forme d’étatisme et le libéralisme, et voir ce dernier enfin se concrétiser en France ? L’altruisme a ses limites face à tant de navets mis en scène et imposés.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Belle mise au point et prospective

  • Tmatique, encore un constat lucide habillement démontré qui a le mérite de mettre les pendules à l’heure.
    Moscivici se dit satisfait de la décision de Moody’s même si pour ma part, je trouve ces agences très conciliantes avec ce gouvernement qui accumule les échecs et qui ne respecte pas ses promesses.
    La vie privée en « Rose » ou pas de FH « homme normal » m’importe peu, si ce n’est que ce feuilleton a mis en évidence la personnalité réelle du personnage qui est à la tête de notre pays.
    Ce qui m’importe davantage c’est ce qu’il est entrain de faire de la vie des français très angoissés, exaspérés et pour certains pas rose du tout.
    Car FH et sa bande mènent notre pays au désastre économique, moral et social. Pour détourner l’attention de leurs échecs répétés dans tous les domaines, que ce soit le fiasco politico judiciaire, toujours plus de laxisme avec les voyous, les résultats catastrophiques sur le sécurité, les priorités de Valls étant le FN et la répression sur les contestataires et manifestants hostiles au gvt. L’échec sur l’emploi, contrat aidés, même le pacte de responsabilité est un moyen détourné de transmettre aux entreprises la responsabilité de leur échec sur le chômage alors que ces mêmes entreprises sont asphyxiées, une économie en berne, un pouvoir d’achat au point mort et ils appellent la croissance !…….
    Ils ont entrepris la déstructuration de notre Sté, même s’ils s’en défendent, avec les sujets sociétaux qui divisent les français. Le dernier en date, Peillon/NVB apprentis sorciers pris la main dans le sac avec la théorie du genre, inculquer d’ores et déjà à nos petits dès la maternelle la non différence entre une fille et un garçon ect… De quoi formater leurs cerveaux dès leur plus jeune âge. N’est-il pas plus urgent à l’école d’apprendre à lire, écrire, compter alors que nos résultats sont de plus en plus médiocre.
    Ce qui me désole c’est qu’en face l’UMP ne joue pas pleinement son rôle d’opposant, beaucoup trop frileuse n’osant pas prendre de position ferme, courageuse, elle n’est plus entendue ni écoutée. Elle manque de conviction et d’idées convaincantes pour s’imposer avec force à une gauche agressive qui pourtant mène le pays à la ruine. Elle donne l’impression d’attendre son tour pour reprendre le pouvoir encore faut-il qu’elle est un programme crédible. Enfin il faut espérer. Au plaisir de vous lire, bien à vous.

    • Et oui, Mia ! Le désenchantement c’est maintenant. Il n’y a pas un parti pour sauver l’autre. Non seulement la France touche le fond avec le socialisme mais en plus les étatistes leur offrent les pelleteuses pour creuser. Ils sont tous à croire que bien des français vont refaire l’erreur de voter par défaut… d’autres politicards opportunistes. L’excellent article « De la responsabilité de l’électeur » de Claude Robert sur Contrepoints me rappelle les nombreux débats que nous avons eu lors des élections présidentielles où nous étions désolés de voir à quel point les programmes étaient secondaires pour beaucoup, à quel point les médias et les journalistes faisaient de la people politique et non des débats sur le fond, à quel point l’enfumage se généralisait en toute normalité…

      Quant à Valls et MPL ce n’est qu’une querelle de famille opposant un socialiste à une socialiste multiplier par trois (un Valls + 2 Montebourg) et au bout du compte c’est le socialisme qui les unit.

      Concernant les agences de notation, elles ne peuvent être plus radicales, même si leurs rapports sont sans concession, dans la mesure où certaines d’entre elles, où certains de leurs clients, ont des actions dans des entreprises françaises (du moins pour l’instant) et où l’Union européenne est encore fragile. Par contre, si les perspectives de reprise au sein de l’Ue, notamment du Royaume Uni et de l’Espagne, se concrétisent en 2014, nous verrons bien car la France sera encore dans l’impasse. Pour l’instant, la France est maintenue artificiellement, et quelque fois à perte, par certains dont la stratégie financière, voire même spéculative, et les ambitions commerciales ou politiques ne répondent pas au procédé d’un simple investissement mais aux probabilités d’une partie d’échec de très haut niveau. Reste à savoir jusqu’où ces penseurs de l’ombre iront-ils. Mais c’est du business et Hollande joue la montre avec des tours de passe-passe.

      Et dire qu’il reste encore 3 ans !!!

  •  » et les keufs et les meufs, dans le RER,

    la banlieu c’est pas rose, la banlieur c’est MOROSE… « 

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles