Affaire Dieudonné : le « choc de simplification » enfin en marche !

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Choc de simplification Dieudonné (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaire Dieudonné : le « choc de simplification » enfin en marche !

Publié le 10 janvier 2014
- A +

imgscan contrepoints 2013-2557 choc de simplification Dieudonné

Enfin la bureaucratie bouge ! On n’avait pas cru le Président quand il avait déclaré aux vœux que « l’État était trop lourd, trop lent, trop cher ». Moi-même j’avais gloussé d’un dessin, c’est dire ! J’affirme solennellement que j’avais tort. Grâce à l’affaire M’Bala-M’Bala, le Conseil d’État a sauvé la France du péril afro-britto-français en 3 heures, record absolu (sous réserve de mes souvenirs de juriste, il faut un an en moyenne entre le recours et le jugement).

C’est donc le choc de la simplification qui est en marche : un bête tribunal administratif bouseux (Nantes, qui est en Bretagne, n.d.a) rend un arrêt inepte, le Sinistre de l’Intérieur sort sa quenelle- ou sa matraque, comme vous imaginez l’engin – et hop, en trois heures le Conseil d’État le transforme en PQ (l’arrêt, pas le Sinistre).

Alors là, je suis rassuré : la France de l’Ordre Moral est de retour, Maréchal nous voilà ! Travail, Famille, Socialisme ! Je ne dis pas Liberté, Égalité, Fraternité, je laisse ce mauvais goût aux comiques autorisés.

Ah, on sonne à la porte de mon modeste logis perdu au fin fond des campagnes : j’ai dû être dénoncé par quelque ligue de vertu. Si Valls m’arrête préventivement, avant l’avis positif à effet rétroactif du Conseil d’État, continuez à lire en cachette Contrepoints, tant qu’il émettra depuis Londres. Les Libéraux parlent aux Libéraux… Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est socialiste !

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Snif, je n’ai pas eu mon dessin « Spectacle tragique à Nantes, 1 mort ».

    Faut dire que depuis le Coup d’Etat Bureaucratique du 9 janvier 2014 en France, faut pas plaisanter avec l’humour subversif.
    Je comprends très bien que M’sieur Le Honzec ne veut pas perdre sa licence de dessinateur toléré. Un contrôle fiscal est si vite arrivé.

    …- pom-pom-pom-poooom …-

  • Je me souviens que tout le monde s’était foutu de la figure de Ségo Royal en 2007 lorsqu’elle avait dit lors d’un voyage en Chine qu’ « au moins, en Chine, la justice était rapide ». Encore un point (après la loi de prograation militaire qui va permettre d’espionner à peu près tout), où on fait aussi bien que la Chine !

  • Devant une énormité judiciaire pareille,
    Il me semble que les pays limitrophes de la France vont devoir faire face à un exode massif de clandestins français venus pour continuer à utiliser leur cerveau. Mais cette prémonition n’est-elle pas déjà une incitation à troubler l’ordre public? La population est « molle » car depuis le XVIIIeme on croyait vivre dans une société moderne. Il semblerait que la bataille pour la compréhension du monde dans sa diversité connue ne soit pas encore gagnée. Combien de temps encore pour que ces gens cessent de vouloir plier la réalité du monde dans leur petite boîte de pandore idéologique. Pas de pot, Midas devra attendre pour trancher les neuneus!

  • Excellent ! Merci ! 😀

  • Excellent, comme d’habitude, les dessins sont tres addictif.

  • excellent, y a pas à dire!

  • La hâte et l’obstination de l’Intérieur sont malencontreuses, autant que les procédés sont sujets à caution.
    Ceci rappelle une autre époque, les autodafés de bibliothèques entières et les destructions publiques des oeuvres de l »Entartete Kunst ».
    Monsieur Valls, paradoxalement, use de méthodes hitlériennes.
    Il est en outre surprenant de voir qu’une seule personne puisse, d’un trait de plume, opérer le plus profond bouleversement de nos principes juridiques, à la grande joie de ceux qui prétendent garantir la première vertu de notre devise nationale en ayant inventé la justice collégiale.
    Au surplus, et sans vouloir polémiquer, le juge des référés qui a pris cette ahurissante responsabilité d’inversion de jurisprudence est Bernard Stirn, arrière-petit-neveu d’Alfred Dreyfus -ce qui laisse supposer une sensibilité particulière- et de confession israëlite ce qui, en l’occurence, prête le flanc à la suspicion de partialité, l’affaire en question étant elle aussi particulière.
    Moins de précipitation aurait certainement permis de trouver une solution n’induisant aucune contestation possible.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Guyon.

Quand un peuple ne défend plus ses libertés et ses droits il devient mûr pour l'esclavage - Jean-Jacques Rousseau

Serions-nous à un tournant civilisationnel ou la liberté sera soumise à une condition de santé ? Le docteur Gérald Kierzek s’interrogeait légitimement sur Sud Radio le 13 juillet 2021 pour savoir si cette société n’était pas devenue une société flippée et fliquée.

Le cadre juridique du pass sanitaire

Après avoir abandonné son projet de loi instaurant un passeport vaccinal en décembre 2020, le ... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Après avoir censuré 7 articles de la très controversée Loi sécurité globale, le Conseil d’État, saisi par plusieurs associations et syndicats, vient de retoquer 4 points du schéma du maintien de l’ordre (SNMO) du 16 septembre 2020, ce document qui vise à coordonner les forces de sécurité intérieure (police nationale et gendarmerie).

La plus haute juridiction administrative du pays a ainsi considéré comme illégales certaines règles s’appliquant aux journalistes comme l’obligation de s’éloigner en cas d’ordre de ... Poursuivre la lecture

Par Isa Lise.

Instruction en famille : la situation, les faits

2 octobre 2020 : volonté présidentielle d’interdire l’instruction en famille dans le cadre d’un projet de loi sur les séparatismes. Depuis, l’intitulé a été modifié : il s’agit d’un projet de loi visant à conforter le respect des valeurs de la République.

Un intitulé bien contradictoire avec la volonté de contraindre la liberté éducative essentielle des parents.

Depuis, suite à une consultation du Conseil d’État, l’article a été modifié dans le sens d'une fort... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles