France Brevets entre innovation et protectionnisme

France Brevets attaque LG et HTC pour contrefaçon de brevets portant sur les technologies de communication sans contact NFC.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

France Brevets entre innovation et protectionnisme

Publié le 10 janvier 2014
- A +

Par Alain Cohen-Dumouchel.

steam-by-ellenm1Alors que Barack Obama vient de faire une proposition de loi au Sénat américain pour limiter le phénomène du « patent trolling », on voit émerger un nouveau phénomène mondial : le patent trolling d’État. En France, celui-ci a fait son apparition il y a quelques années au travers de la création de France Brevets et il vient tout juste de montrer des signes d’activité. En effet, on apprenait récemment que France Brevets attaque LG et HTC pour contrefaçon de brevets portant sur les technologies de communication sans contact NFC. Une première qui était tout à fait prévisible.

France Brevets : un Patent Pool made-in France

France Brevets est un fond d’investissement en propriété industrielle mis en place par les pouvoirs publics. Il est une des émanations du « grand emprunt » élaboré en 2009 par le gouvernement Fillon sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy. L’idée était encore à l’époque de « relancer » l’économie en s’endettant, en l’occurrence de 35 Mds €. Comme ce type de mesure est devenu un peu moins glamour depuis la crise des dettes souveraines, le grand emprunt a été prudemment rebaptisé « Investissement d’avenir ».

C’est dans ce contexte que la convention du 2 septembre 2010 entre l’État, l’Agence nationale de la recherche et la Caisse des Dépôts et Consignations relative au programme d’investissements d’avenir fixe le rôle de France Brevets :

France Brevets acquiert des droits de licence sur les brevets auprès des établissements et organismes de recherche et des entreprises privées, situés en France ou à l’étranger. Son but est de constituer un large portefeuille de droits de propriété intellectuelle, de les valoriser en les réunissant en grappes technologiques et d’organiser leur commercialisation sous forme de licences auprès des entreprises européennes et mondiales. Les redevances tirées de ces licences sont reversées pour partie aux propriétaires du brevet, après rémunération des fonds propres engagés par France Brevets.

En clair France Brevets utilise la technique des « Patent Pools » née aux États-Unis. Il s’agit d’acheter des droits de licence de brevets, de les réunir au sein d’une grappe (pool) de façon à constituer un point de passage obligé pour la concurrence dans une technologie donnée .

Dans cette optique « valoriser » les brevets consiste, d’une part à détenir suffisamment de brevets dans un domaine pour bloquer les adversaires innovants, d’autre part à atteindre une masse critique permettant de surveiller efficacement le marché. Les « contrefacteurs », c’est-à-dire bien souvent des sociétés innovantes isolées, se voient sommer de payer pour éviter de coûteux procès. La technique des grappes de brevets permet également de vendre plusieurs patentes dans un lot unique ; alors qu’un industriel n’aura besoin que d’un ou deux brevets, il est obligé d’acheter le lot complet. Vu sous cet angle les grappes technologiques s’apparentent à de la vente forcée.

Le phénomène a été clairement identifié aux États-Unis où les Patent Pools font le bonheur des cabinets d’avocats et inquiètent les vrais promoteurs de l’innovation.

Une dérive prévisible ?

Les Américains avaient pourtant pris des précautions avant d’autoriser ces pratiques. Les Patent Pools constituent en effet des ententes entre sociétés, totalement interdites par la loi US. Chaque Patent Pool est une société privée qui doit obtenir une dérogation spécifique du DOJ (Department of justice) en s’engageant notamment à respecter quatre directives : les brevets doivent être valides et exécutoires, le consortium ne doit pas agréger des technologies concurrentielles et leur fixer un prix global, un expert indépendant doit déterminer si les brevets sont essentiels, le consortium ne doit pas désavantager les concurrents ou faciliter les collusions.

Malgré cela il semble que le législateur n’a pas prévu de pénaliser suffisamment sévèrement les Patent Pools qui violent ces dispositions.

Une absence totale de garde-fou

Chez nous, rien n’a été envisagé à ce sujet. France Brevets est une société entièrement détenue par l’État suivant une formule qui peut prêter à sourire. En effet, la dotation au capital de France Brevets (à terme 100 M €) s’est faite « à parité entre la Caisse des Dépôts agissant pour son propre compte et la Caisse des Dépôts agissant pour le compte de l’État » (sic). Nous sommes en France : les problèmes liés à l’innovation doivent évidemment être traités par les pouvoirs publics.

France Brevets pose donc de nombreux problèmes :

  • Aucun des garde-fous prévus par le droit américain n’a été mis en place en vertu de cette croyance, solidement ancrée, qu’un établissement détenu par l’État est forcément vertueux.
  • Il n’existe pas de charte déontologique vis-à-vis des entreprises, notamment françaises, désireuses d’obtenir une licence d’exploitation d’un pool de brevets.
  • L’État pour, la énième fois, se charge de désigner les secteurs technologiques d’avenir (dont il exclut l’automobile, le rail, l’agroalimentaire, les énergies fossiles). Est-ce vraiment sa fonction ?
  • L’appellation « France Brevets » est pour le moins étrange. Elle suggère que des brevets exploités en toute indépendance par des entreprises privées n’auraient pas le statut de brevets nationaux, qu’ils seraient en quelque sorte moins « officiels ».
  • En affirmant ses brevets contre des contrefacteurs présumés sans les utiliser pour innover ou améliorer des technologies existantes, France Brevets risque d’être identifié à un « patent troll », concept qui a causé de tels problèmes aux États-Unis que onze projets de loi au Congrès américain visent à corriger ses effets.
  • Enfin, France Brevets, organisme d’État, peut devenir une espèce de syndicat souverain des brevets avec lequel les PME innovantes devront obligatoirement composer pour espérer valoriser leur recherche.

France Brevets n’avait pas de recette et paraissait jusqu’à présent relativement inoffensif (excepté pour le contribuable). Tant que sa mission consistait à valoriser les brevets issus de la recherche publique auprès d’acteurs industriels (cas du système Taïwanais) on aurait pu en espérer des effets positifs ; mais comme on le voit, l’ambition des pouvoirs publics ne se limite pas à cela. Avec ces premières poursuites contre LG et HTC on assiste, avec peu de moyens, dans un tissu industriel dégradé et avec un investissement complètement atone, à la naissance d’un patent trolling national défensif, pour ne pas dire protectionniste.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Leonid Brejnev, l’inventeur de la radio, va se retourner dans sa tombe.

  • « L’idée était encore à l’époque de « relancer » l’économie en s’endettant, en l’occurrence de 35 Mds €. »
    LOL
    Je suis intégralement contre les droits d’auteurs propriété intellectuelles et autres. Ces concepts sont appuyé sur des bases totalement floues, sous prétexte que quelqu’un estime avoir fournir un travail il faudrait le rémunérer. Pourquoi ne pas rémunérer les ayant droit du pont du Gard/Versailles/Marseillaise???

    Ce qui est triste c’est que Schumpeter a mis dans la tête des gens que cela était normal de même que Keynes a mi dans la tête des gens que la relance publique était justifiable.

    • Cédric « Pourquoi ne pas rémunérer les ayant droit du pont du Gard/Versailles/Marseillaise??? »

      Les brevets d’aujourd’hui ne sont pas aussi simples que le fil à couper le beurre, ils demandent de l’investissement, du talent, de la compétence et de la créativité qui, au final, méritent d’être protégés tout autant que la propriété privée.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On perçoit souvent la recherche scientifique comme la pure poursuite de la vérité sans entrave ni idée préconçue et comme un progrès continu de l’obscurité vers la lumière.

Dans son fameux ouvrage Les somnambules, Arthur Koestler avait pourtant bien montré qu’il n’en était rien et que les scientifiques, tout éclairés qu’ils fussent, avaient tout autant de mal que les autres mortels à se débarrasser de leurs modèles mentaux.

« L’inertie de l’esprit humain, sa résistance aux nouveautés ne s’affirment pas, comme on pourrait le croi... Poursuivre la lecture

Le business reste le business. Les temps sont difficiles. Il faut décider, renoncer, choisir. L’adjectif tendance chez les consultants en stratégie ou chez les as du M&A, pour qualifier un collègue ou une présentation, est sharp.

Être sharp, c’est être affuté, rapide, efficace, brillant, stratégique, c’est aller à l’essentiel, sans fioritures. Voici un bréviaire en 10 chapitres pour être sharp, voici ma management winter session !

Loin de moi l’idée de ne pas continuer pour autant à travailler ses soft skills. C’était l’obje... Poursuivre la lecture

À moins d’avoir vécu sur Mars ces dernières semaines, vous n’avez pas pu échapper à ChatGPT, l’outil d’intelligence artificielle qui répond à toutes vos questions : résumer un article, faire une synthèse sur la crise économique, écrire un poème, etc.

Comme pour toute nouvelle technologie, elle est présentée comme révolutionnaire par certains et futile, inutile, voire dangereuse par d’autres. S’il faudra du temps pour que la lumière se fasse, on peut néanmoins éviter quelques écueils, et surtout des positions tranchées, en s’appuyant su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles