Ce qui change au 1er Janvier

Le premier janvier est l’occasion de s’échanger des vœux et c’est aussi l’entrée en application de nouvelles lois ou la mise en place de nouveaux dispositifs légaux. Pour 2014, voici quelques-uns des changements que les Français devront subir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce qui change au 1er Janvier

Publié le 1 janvier 2014
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

euro pouvoir d'achat

De nouveaux taux de TVA

Au niveau de la TVA, le premier janvier sera l’occasion de changements : le taux normal, actuellement de 19,6%, passera ainsi à 20%, et celui intermédiaire grimpera de 7% à 10%. La baisse du taux réduit pour l’alimentation, initialement prévue de 5,5% à 5%, n’aura, elle, finalement pas lieu.

Au passage, on pourra s’étonner de ce qui rentre dans les différentes catégories : ainsi, les sodas bénéficient du taux réduit, au contraire du dentifrice ou du papier toilette. Le caviar en est aussi exclu (on peut le comprendre), mais la margarine aussi (on se demande pourquoi). Pour le chocolat, tout dépend de son utilisation et la multiplicité des cas laisse rêveur. Cette vaste complexité des taux et de leurs différences est d’ailleurs détaillée ici.

Une nouvelle durée minimale du temps partiel

Au premier janvier, la durée minimale des temps partiels passera à 24 heures par semaine. Pour les contrats en cours, les entreprises ont jusqu’au 1er janvier 2016 pour se conformer. Des exemptions existent : les étudiants de moins de 26 ans, les employés des particuliers, les intérimaires et les salariés qui cumulent 24 heures avec plusieurs emplois.

Cette durée minimale posera inévitablement des problèmes à des employeurs qui envisageaient de salarier pour une durée proche mais inférieure (20h par semaine par exemple). On doute vraiment des effets bénéfiques de cette loi qui rigidifie encore un peu plus le cadre légal du travail en France.

Autres changements

Le SMIC passe de 9,43 à 9,53 euros brut de l’heure (+1,1%), ce qui représente un gain de 12 euros environ par mois en net pour un temps plein.

Pour les retraites, les pensions complémentaires du privé (Agirc et Arrco) seront versées chaque mois et non plus chaque trimestre.

Le plafond du quotient familial baisse de 2000 à 1500 euros par demi-part. Les plafonds d’attribution pour les prestations familiales (allocation rentrée scolaire, prestation d’accueil du jeune enfant…) augmentent de 1,9%.

Le RSA Socle (revenu de solidarité active) augmente de 1,3% à 499 euros pour une personne seule, 749 euros avec un enfant.

Les timbres les plus courants vont coûter 3 centimes de plus, faisant passer la « lettre verte » à 0,61 euro et la lettre prioritaire à 0,66 euro. À partir du 6 janvier, le paquet de cigarettes augmente de 20 centimes, portant le plus onéreux à 7 euros. Le tabac à rouler grimpe de 50 centimes. Dans les transports en commun, les tarifs vont être majorés de 3% en Île-de-France, avec deux exceptions pour le ticket à l’unité (qui reste à 1,70 euro) et le « pass mensuel Navigo » des zones 1-5, qui est maintenu à 113,20 euros.

On notera aussi l’entrée en vigueur de l’abrogation de la journée de carence, non indemnisée en cas d’arrêt maladie. Pour rappel, cette abrogation avait été décidée suite à une analyse fausse ; on peut d’ores et déjà s’attendre à une augmentation des arrêts maladies dans la fonction publique. En outre, les fonctionnaires les moins bien payés (catégorie C, 47% des agents) bénéficient d’un coup de pouce (au 1er février) de 4,6 euros à quelque 46 euros mensuels.

Europe

Les Bulgares et Roumains sont désormais libres de venir travailler en France, au nom du principe de la libre circulation des travailleurs européens. Ces deux pays sont membres de l’UE depuis 2007.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Allers je lance les hostilités, voici ci dessous un lien des plus intéressant, émanant du site officiel du Sénat, c’est pas rien tout de même !

    Le pire est qu’ils sont plus que au courant de ce qui va pas et qu’ils ne font rien.
    A titre informatif, et je ne savais, l’ISF fut instaurée sous Miterrand en 1982. Au moins il a osé taxer les riches lui.

    http://www.senat.fr/rap/r99-388/r99-38811.html

    Bonne lecture.

  • Finalement rien ne change : encore plus d’impôts et de dépenses publiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cet article publié par Contrepoints au mois d'avril, j’expliquais pourquoi, à mon avis, il conviendrait de supprimer le salaire minimum qui est imposé à tous les producteurs et dont le montant est décidé par le pouvoir politique.

Or, dans un article publié très récemment, il est indiqué qu’il est souhaitable d’augmenter le montant du salaire minimum pour que les salariés en bénéficiant puissent acheter par crédits un bien immobilier. Certes le salaire minimum a été un peu augmenté au cours des années, mais dans une moindre proport... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Géraud Lebas[1. De formation initiale en gestion, Géraud Lebas possède une décennie d'expériences en tant que comptable et acheteur. Attiré par l'énergie et l'industrie, il s'est depuis reconverti en électrotechnique dans le secteur aéronautique.].

Où part le salaire des employés français ? La question, légitime, du salaire complet, refait surface en ce début d'année avec le prélèvement à la source.

Il est intéressant de se placer du point de vue de l'employeur. Celui qui, à la base, paie tout. Car distinguer, pour la forme,... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles