Arnaud Montebourg prône une innovation régulée, lente, calme, progressive… morte ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Arnaud Montebourg prône une innovation régulée, lente, calme, progressive… morte ?

Publié le 15 décembre 2013
- A +

On sent nettement comme un petit parfum de déroute dans le gouvernement français. Oh, pas chez tous les ministres dont certains ont su parfaitement rester détachés des contingences pesantes du réel. Mais beaucoup de délégués, de ministres de moindre importance et de pièces rapportées nous ont fourni, cette semaine, d’importantes cargaisons de n’importe quoi fumant afin d’occuper les médias. Après Fleur Pellerin et ses bricolages sur les intertubes, après Najat Vallaud-Belkacem avec sa fiscalité créative, il était impensable qu’Arnaud Montebourg, le Charlie Hebdo du Gouvernement, ne se fende pas de l’une de ses multiples saillies ridicules dont il a le secret.

nono démonte-bourg mittalEt il avait déjà pris un petit entraînement en début de semaine avec une passe d’arme mémorable avec Xavier Niel, le patron de Free. Ce n’est, du reste, pas la première fois que le représentant un peu fantasque de l’actionnaire principal d’Orange, l’État français, s’en prend plus ou moins vigoureusement au vilain capitaliste de Free qui, avec ses forfaits à prix cassés, entend bien remuer un peu le cartel ronronnant des télécoms français.

Eh oui : le passage de l’autre côté de la barrière fait souvent ça aux hommes serviles : d’un côté, lorsqu’on est dans l’opposition, on loue l’innovation et la hausse de pouvoir d’achat que le patron de Free aura offert aux Français avec son forfait.

De l’autre, on se retrouve à casser du sucre sur le dos du même patron, pour exactement les mêmes raisons, au prétexte que ce vilain forfait ferait disparaître de l’emploi en France. C’est aussi ça, la magie du pouvoir… Évidemment, la réponse de Xavier Niel ne s’est pas faite attendre.

Certains analyseront ce genre de petit ping-pong entre les deux individus comme un retournement de veste de la part du ministre (oh, comme c’est dommage !) ou expliqueront peut-être que le brave Arnaud, n’y connaissant rien en économie, mélange un peu tout et tente de faire son job de ministre avec les faibles outils intellectuels qu’il a manifestement acquis sur le tard et sur le tas, péniblement, entre deux pince-fesses républicains. Après tout, sa mission, aussi floue soit-elle, consiste à « redresser » du productif, et s’il faut égratigner un patron concurrent d’une boîte d’État, pourquoi pas ?

montebourg cccpLa réalité comporte sans doute une part de ces éléments, mais elle est aussi plus terne : Montebourg est comme les autres ministres, frétillants appendices démocratiques d’un gouvernement essentiellement d’apparat, chargé de bricoler du sociétal et de micro-ajuster les leviers minuscules dont ils disposent, incapables de prendre la moindre décision couillue et encore plus de revenir sur des décennies de dogmes socialo-keynésiens, délétères mais politiquement confortables. Dans le froufroutage inutile qui le caractérise, il doit donc faire un peu de bruit médiatique pour occuper la galerie et rappeler à ses opposants politiques (surtout ceux de son camp) qu’il peut être encombrant et doit donc être ménagé en cas de turbulences politiques probables.

De son côté, Niel présente la chose un peu différemment : pour lui, Montebourg « se fait abuser par les trois autres acteurs du marché » ce qui est possible. Pour ma part, je pense que le ministre est vraisemblablement assez au courant de ce que valent les argumentaires que lui fournissent le cartel, c’est-à-dire pas grand-chose ; simplement, il a politiquement choisi d’ignorer les petits cris stridents de son sens critique, aussi rikiki soit-il : après tout, la soupe est bonne alors pourquoi s’en faire ?

Quant à Niel, il rappelle à l’occasion de l’interview qu’il a accordée au JDD la raison essentielle de ses désaccords médiatiques avec le gouvernement :

Nous ne faisons pas partie de l’establishment parisien bien-pensant qui goûte peu la concurrence. Les gens qui nous critiquent n’ont pas de problème à payer ou se faire offrir par leur entreprise un forfait à 100 euros par mois. Free s’adresse à 99% des Français qui gagnent moins de 3.000 euros et pour qui chaque euro compte.

Eh oui : le 1% des ministres, des élus et des grands patrons de groupes cartélisés ou monopolistiques fait, encore une fois, copieux barrage contre les 99% de citoyens qui les nourrissent et les engraissent. Et on comprend mieux cette position lorsqu’on assiste aux performances (in english) du Montebourg. Véritable VRP du passé français, vaillant défenseur des corporatismes et des grandes sociétés installées depuis des lustres, le bouillant Arnaud aura offert, lors de la récente conférence LeWeb, une performance à la hauteur de ses agitations politiques.

La vidéo complète de ses ébats oratoires est ici ; je vous encourage à en subir quelques minutes, notamment à partir de la trentième.

On y découvre une question posée par une des personnes du public et qui essaie de comprendre pourquoi le gouvernement a, dernièrement, imposé 15 minutes d’attente pour les véhicules de tourisme avec chauffeur, au prétexte que sans cette attente, ils empiéteraient sur les platebandes des taxis.

The french government is doing more to defend entrenched interest from established industries rather than help innovative companies. Le gouvernement français fait plus pour défendre les intérêts enracinés des industries établies plutôt qu’aider les compagnies innovantes.

La réponse de Montebourg revient essentiellement — tout en tournant autour du pot de la cruelle réalité — à admettre que, bon, finalement, il ne faut pas aller trop vite pour éviter de froisser quelques corporations au détriment de millions de citoyens, parce que, parce que, parce que bon :

When innovation destroys system, we have to go slowly. Lorsque l’innovation détruit un système, on doit aller lentement.

Oh, oui, nous devons aller lentement ! Il ne faudrait pas que la France fasse un pas de trop et percute de sa pantoufle gauche le déambulateur avec lequel elle parvient tout juste à aller chercher le courrier dans sa boîte à lettres, le matin, après le petit-déjeuner ! Une chute, avec des os aussi fragiles, et c’est l’effondrement, la paralysie, la mort assurée, c’est certain ! Toute modification dans le trajet devra donc être mûrement réfléchie, de préférence plusieurs jours à l’avance, entre la partie de scrabble et la camomille, pour éviter de froisser quelque chose ou quelqu’un. Le pays, rappelez-vous, est destiné à recueillir tous les Bisounours du monde et les cris, les pleurs, les grincements de dents — notamment corporatistes — seront tous entendus et consolés !

montebourg ralentit l'innovation

Ce qu’il y a de plus triste, ici, n’est pas cette attitude politicienne qui consiste à raboter les angles de toutes les poutres de soutien de l’économie, à tel point qu’il n’y a plus de forme du tout et que l’édifice complet se dérobe lentement sous les pieds des uns et des autres dans une vague mousseuse de copeaux et de sciure épaisse du politiquement correct et de la régulation débridée. On sait, lorsqu’on voit le pauvret se débattre dans ce genre de débats, qu’il joue un rôle et tente de ménager la chèvre corporatiste, des cartels et des monopoles de droit dont il est, finalement, le représentant de commerce, et le chou des citoyens qu’il leur prend de plus en plus souvent. Non.

Le plus triste est qu’Arnaud est intimement persuadé du rôle grandiose de la France, qu’il est convaincu que ce qu’il fait est une bonne chose pour le pays, et que ses discours consternants représentent une chance, une opportunité pour le pays et ses entrepreneurs. Il n’est qu’à voir l’extrait suivant pour comprendre l’ampleur de l’arrogance du ministre et de son décalage avec la réalité.

Il reste toutefois un mérite évident à Arnaud Montebourg : par ses outrances ridicules, il met en lumière la façon de penser de nos élites. Comme tout saltimbanque, il amuse certes la galerie mais montre à tous le vrai visage de ceux qu’on a placé au pouvoir en France : celui de bouffons arrogants, cyniques et dangereux.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • J’espère que les libéraux en général et Contrepoints en particulier, vont donner comme consigne essentielle de s’abstenir massivement lors des prochaines élections Municipales.

    – voter pour désigner des représentants:
    c’est cautionner le clientélisme, l’étatisme, l’endettement sans commune mesure, la dépense publique frénétique , l’emprunt irresponsable.

    – s’abstenir (ou voter blanc) :
    c’est prendre son destin en mains car c’est retirer toute légitimité aux politicards professionnels « d’agir » à notre place, rendre illégitime toute décision permettant à des groupuscules politiques minoritaires de vivre aux dépens de la masse des abstentionnistes.

    • Oui, il ne faut plus voter !

      j’ai autre chose à faire que de cautionner mon lynchage et l’augmentation des impôts, des taxes, des lois, des PV, et du reste…plein le cul de leur conneries.

    • Le problème, c’est que ce sont des élections municipales… A la limite, ce qui peut etre fait, pour que ce soit plus intéressant, c’est de voter systématiquement pour les « Sans Étiquette ». Ce qui est, à mon avis, un signe encore plus fort. En l’absence de tel candidat, le vote blanc sera une solution de repli.
      D’autre part, n’oublions pas que justement, la plupart des communes de France sont dirigées par des gens qui ne sont pas affiliés aux partis.

      Pour les élections nationales, la donne est différente, et le vote blanc sera mon choix.

    • Ne pas voter ou voter blanc, c’est continuer de laisser avancer les idées qui nous semblent les pires (socialisme et FN). La « consigne » que devrait donner Contrepoints, c’est de conquérir le champ politique, au lieu de le délaisser. Il faut de plus en plus de libéraux dans la politique.

      Il y a un parti libéral en France : http://www.partiliberaldemocrate.fr/
      Franchement, je ne m’y suis pas intéressé plus que ça, du fait qu’il soit associé à l’UDI (de Bayrou, que je déteste) mais il faudrait justement s’y intéresser davantage. Et éventuellement contribuer.

      Même si voter UDI ne me réjouirait pas, ce serait quand même un meilleur message politique que de voter blanc. Blanc, c’est un vote sans message.

      • +1, malgré son ralliement à l’UDI, ce dernier allié à l’UMP, le PLD présente comme son nom l’indique un programme Libéral et Démocrate.

  • On peut aussi voter pour des candidat reconnus, comme John Galt, Frédéric Bastiat, Jean Baptiste Say, voir le Père Noël, même s’ils ne se présentent pas. C’est plus précis comme revendication que de voter blanc ou s’abstenir.

  • Bulletin blanc avec la mention « tous des pitres »

  • L’innovation lente, le conservatisme dans toute sa splendeur… plutôt que de raconter de telles absurdités, faites votre boulot de ministre socialiste en accompagnant la transition (formation, éducation, mobilité, etc) plutôt que de l’empêcher. Ce sera toujours moins pire que ce que vous racontez aujourd’hui.

    • Attention ! Les socialistes ne sont pas conservateurs sur tout ! 🙂

    • Mais si, ils innovent: la mort lente et l’agonie du peuple. Le tout en faisant croire que le peuple en profite jusqu’au bout.
      Le socialisme, c’est cette idéologie qui vous fait croire que vous mangez du poulet, alors qu’en fait c’était du chat….

      Socialisme, tu m’as volé mes thunes, tu m’as dépossédé de mes libertés, tu m’opprimes, tu me culpabilises, tu me rends triste, peureux, malade, raciste, extrémiste.

      Socialisme, je te connais, je te reconnais, tu me veux liée à ta cause. Tu veux que je te donne la légitimité, tu as besoin de moi pour vivre pleinement ton parasitisme.

      Socialisme, tu ne peux plus compter sur moi: je t’ai démasqué, je te hais. Comme l’on peut haïr tout ennemi de la vie, de l’humain, de l’amour et de la liberté.

      Socialisme, tu vas bientôt mourir, car ta vie n’est plus légitime.

    • J’ai quand même été un peu choqué il y a quelques jours de lire ici même un article où il était dit qu’il ne fallait pas toucher au nucléaire car il emploi 125 000 personnes…. La même logique.

      • Pas d’accord sur le pas voter ou voter blanc… Il faut voter, arrêtons la politique de la majorité silencieuse, on voit où ça nous a mené… Sinon, descendre dans ma rue…

      • C’est pas les 125 000 personnes qui importent, c’est qu’aujourd’hui il n’y a pas de produit de remplacement au nucléaire. Je crois que l’on voudrait tous avoir une énergie propre et efficace, mais pour l’instant ?!

  •  » arnaud montebourg prone une innovation régulé, lente, calme , progressive… morte ?  »

    peut – etre pourrait-il proner une innovation régressive ?

    • par exemple remplacer les ordinateurs par des boulier ?

      on ne l’appelerait plus Montebourg, mais Monte a rebourg !!!

  • C’est le mélange entre toutes ces politiques qui fait fuir les entrepreneurs. D’un côté les (propositions de) taxes « accessoires » sur tout ce qui bouge (taxe sur jeux vidéo, livres d’occasion, appareils connectés, …) font que les entrepreneurs rechignent à innover, car s’ils avaient un modèle d’affaire gagnant, ils seraient taxés/punis. D’un autre côté la règlementation anti-innovation et anti-libre concurrence omniprésente, qui fait que les entrepreneurs qui oseraient innover, se voient interdit de le faire. Ajouter à cela une exit tax, qui frappe ceux qui ne voudraient plus se soumettre à ce système non-concurrentielle face à la grande majorité des pays.

    Ces trois facteurs font en sorte que beaucoup d’entrepreneurs quittent la France avant même de lancer leur entreprise. Et au cas où ils auraient déjà une entreprise, qu’ils ne peuvent plus simplement sortir de l’emprise de la machine étatique, ils ne réalisent plus de nouveaux projets innovants dans cette entreprise, mais utilisent leurs connaissances entrepreneuriales pour démarrer les nouvelles activités dans des sociétés établies hors France (et y vont résider). Si besoin il y aurait, la nouvelle société pourra toujours acheter l’entreprise restée française (pour la transférer également). Même si le fisc récupère alors une partie du prix d’acquisition, la nouvelle activité, plus innovante, restera en dehors de la sphère d’influence du gouvernement français, et avec elle, les emplois et la création de richesse.

  • Mon avis est bien différent des vôtres ; le PS connaît une réussite totale et sans contestation possible puisqu’il veut vous protéger du bonheur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

2021 touche a sa fin et les fêtes approchent à grands pas. Pour la deuxième année consécutive, les perspectives de fin d'année ne sont pas synonymes de franche rigolade. Depuis quelques jours, nous savons que nous faisons face à une importante circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures sont donc tout naturellement entrées en vigueur, comme c'est le cas depuis deux ans. Entre vaccination (obligatoire), pass sanitaire, gestes barrière, protocole niveau 3 et limitation des rassemblements, il peut être un peu difficile d... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

 

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends », Nelson Mandela

Notre pays consacre désormais plus du tiers de son PIB au social : retraite, sécurité sociale, allocations, guichets et aides diverses pullulent, se télescopent et parfois s’annulent.

Nous avons conquis en 50 ans le titre peu enviable de champion du monde du social mais nos tombereaux d’aides, de formulaires, d’allocations et de paperasserie divers et variés sont-ils efficaces, utiles et offrent-ils à nos compatriotes la possibilité de jouer leu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles