Fléchissement de la croissance au Moyen-Orient

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fléchissement de la croissance au Moyen-Orient

Publié le 13 novembre 2013
- A +

Les perspectives économiques à court terme pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Afghanistan et le Pakistan se sont assombries.

Regional Economic Outlook Middle East and Central Asia 2013Selon les Perspectives économiques régionales publiées par le FMI, la croissance devrait reculer à 2,25% cette année puis reprendre en 2014 à mesure que les conditions mondiales s’amélioreront et que la production pétrolière reprendra. Les exportateurs de pétrole de la région – Algérie, Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Iran, Irak, Koweït, Libye, Oman, Qatar et Yémen – connaissent un revers temporaire de la croissance globale face aux perturbations de la production intérieure de pétrole et à la baisse de la demande mondiale, mais la plupart continuent d’afficher une forte croissance hors pétrole. En même temps, les difficiles transitions politiques et les incertitudes régionales croissantes attribuables à la guerre civile complexe en Syrie minent la confiance des pays importateurs de pétrole – Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Pakistan, Soudan et Tunisie en particulier.

Selon Masood Ahmed, directeur du Département du Moyen-Orient du FMI, pour les pays importateurs de pétrole, les actions prioritaires consisteraient notamment à créer des emplois, assainir les finances publiques et lancer sans délai un ambitieux programme de réformes structurelles. À brève échéance, l’intensification des investissements publics financés par la réaffectation des dépenses publiques et par l’augmentation des concours financiers extérieurs permettrait de créer des emplois et de poursuivre la transition sociopolitique.

Croissance Moyen-Orient FMI 2013
Les pays exportateurs de pétrole affichent une activité robuste, mais encourent des risques à moyen terme.

Malgré une baisse de la croissance globale due à des perturbations de la production pétrolière intérieure et au fléchissement de la demande mondiale, la plupart des pays exportateurs de pétrole de la région continueront d’afficher une forte croissance du secteur non pétrolier. Une reprise de la production pétrolière ainsi qu’un nouveau renforcement de l’économie non pétrolière permettront vraisemblablement de rétablir l’année prochaine la croissance aux niveaux observés dans un passé récent.

Érosion budgétaire pays exportateurs pétrole FMI 2013

Mais les positions budgétaires dans ce groupe de pays s’effritent. En outre, la plupart des pays exportateurs de pétrole n’épargnent pas une proportion suffisante de leurs recettes pétrolières exceptionnelles pour les générations futures. À moins de procéder à d’autres compressions budgétaires, les gouvernements de la région commenceront à puiser dans leur épargne dès 2016. Une baisse prolongée des cours du pétrole entraînerait des déficits budgétaires dans la plupart des pays exportateurs dès l’année prochaine. Bien que la majorité des pays soit en mesure de faire face à une baisse brève ou légère des recettes pétrolières, leur marge de manœuvre budgétaire diminue. Dans ce contexte, les pouvoirs publics devront trouver des moyens de maîtriser les dépenses courantes. Il conviendrait en outre de privilégier la poursuite des réformes structurelles pour doper la croissance du secteur privé, la diversification des activités économiques et la création d’emplois.

L’incertitude politique, combinée aux pressions sociales et aux conflits régionaux, a retardé davantage la reprise économique. Les pays importateurs de pétrole devraient afficher une croissance moyenne de 3% seulement en 2013-14, ce qui est nettement inférieur au taux de croissance nécessaire pour réduire le chômage persistant et améliorer les niveaux de vie.

Croissance perspectives Moyen-Orient FMI 2013

Au cours des trois dernières années, pour faire face aux pressions sociales croissantes et à la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants, les gouvernements de la plupart des pays importateurs de pétrole ont accru des dépenses au titre des subventions généralisées, des emplois dans le secteur public et des salaires, tandis que les recettes ont baissé en raison du ralentissement de la croissance économique. Les importateurs de pétrole ont vu ainsi leurs déficits budgétaires grimper à près de 10% du PIB en moyenne, et leur dette publique à 80% du PIB environ. Par ailleurs, les réserves internationales restent faibles. Les pays arabes en transition font face à un dilemme. L’incertitude politique complique la mise en œuvre de réformes profondes et globales. En même temps, l’absence d’amélioration de la situation économique risque d’aggraver les tensions sociopolitiques et de compromettre davantage la transition dans de nombreux pays, retardant davantage le retour de la confiance et de l’investissement privé.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Pour les personnes intéressées par des informations factuelles sur les hydrocarbures fossiles et « productions »(extractions) futures possibles, il vaut mieux consulter par exemple la dernière synthèse de Laherrère (ancien patron techniques d’exploration de groupe Total et président ASPO France), principaux graphiques et lien vers pdf ci-dessous:
    http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopic.php?f=7&t=28903

  • N’oublions pas que dans certains pays pétroliers, des émirats par exemple, le pétrole ne représente pous qu’une part quasi négligeable du PIB.

    Les pétroodollars ont été investis partout, et surtout en occident. Des investissements qui subissent évidemment les difficultés aux USA et en Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

Par Kimberlee Josephson.

Le dernier article du professeur de pyschologie sociale Nathan Haidt, intitulé Why the Past 10 Years of American Life have Been Uniquely Stupid, attire l'attention sur les préoccupations liées à la façon dont la génération Z a été élevée.

Selon Haidt (et précédemment exposé dans son remarquable ouvrage The Coddling of the American Mind), la génération Z a reçu le plus d'attention tout au long de son éducation, par rapport aux générations précédentes, et les séances de jeux pré-organisés, les activités ex... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles