La légalisation de la marijuana sera bénéfique pour la santé publique

Marijuana CC Flickr Scott Beale

Pour les économistes, le bilan sanitaire de la légalisation du cannabis sera positif.

Par Jacob Sullum, depuis les États-Unis.
Un article de Reason.

Marijuana CC Flickr Scott Beale

Dans leur livre Marijuana Legalization: What Everyone Needs to Know (2012), Jonathan Caulkins et trois autres experts des politiques de lutte contre la drogue identifient les conséquences de l’abolition de la prohibition du cannabis sur la consommation d’alcool comme étant le point essentiel que tout le monde ignore. Le cannabis et l’alcool sont-ils des produits complémentaires ou bien des substituts ? C’est-à-dire, est-ce que l’alcool et le cannabis sont consommés ensemble ou bien l’un est-il consommé à la place de l’autre ? Pour les analystes qui cherchent à calculer les coûts et les bénéfices de la légalisation de la marijuana la question est très importante car l’alcool est considérablement plus dangereux que le cannabis sur bien des points. Si les deux produits sont complémentaires, les États qui légaliseront le cannabis peuvent s’attendre à voir la consommation de celui-ci et de l’alcool augmenter, exacerbant les problèmes de santé et de sécurité. Au contraire, si ces produits sont des substituts, la légalisation de la marijuana peut alléger ces problèmes en entraînant une diminution de la consommation d’alcool.

Les économistes D. Mark Anderson de l’Université d’État du Montana et Daniel Rees de l’Université du Colorado ont découvert dans le Journal of Policy Analysis and Management que « les études fondées sur des expériences grandeur nature clairement définies appuient l’hypothèse selon laquelle l’alcool et le cannabis sont des substituts. » Par exemple, l’augmentation de l’âge légal pour consommer de l’alcool semble entraîner une augmentation de la consommation de marijuana et la consommation de cette dernière chute nettement passé 21 ans « suggérant que les jeunes adultes traitent l’alcool et le cannabis comme des substituts. » Une autre étude a découvert que la légalisation du cannabis médical est associée à une baisse des ventes de bières et de la consommation excessive d’alcool. Ces résultats, d’après Anderson et Rees, « suggèrent que, comme la marijuana devient plus accessible, les jeunes adultes du Colorado et de l’État de Washington réagiront en buvant moins et non plus. »

Cette conclusion est cohérente avec une précédente étude d’Anderson et Rees dans laquelle ils ont montré qu’autoriser le cannabis médical était associé à une baisse de 13% des décès sur la route. Cela pourrait être dû au fait que le cannabis altère beaucoup moins les capacités des conducteurs que l’alcool. Cependant, le fait que l’alcool soit plus susceptible d’être consommé à l’extérieur plutôt que chez soi (et donc que le nombre de conducteurs sous son influence est plus élevé) pourrait aussi jouer un rôle.

Anderson et Rees ont aussi étudié les conséquences de la légalisation du cannabis chez les adolescents. Examinant les données de l’enquête sur les comportements à risques des jeunes depuis 1993 jusqu’à 2011, ils ne voient « guère de preuve d’une relation entre la légalisation de la marijuana et son utilisation par les lycéens. » En se concentrant plus précisément sur la Californie après que les dispensaires de cannabis médical aient commencé à proliférer, ils n’ont trouvé que « peu de signes que la consommation de cannabis ait augmentée chez les lycéens de Los Angeles dans la seconde moitié des années 2000. » En fait, la consommation a diminué de 2007 à 2009 puis a augmenté de 2009 à 2011 or cette augmentation a aussi été notée dans trois villes témoins qui n’ont pourtant pas de dispensaires : Boston, Chicago et Dallas.

Anderson et Rees ont remarqué que Mark Kleiman, l’expert des politiques anti-drogue à l’UCLA, co-auteur de l’ouvrage Marijuana Legalization et qui a conseillé les régulateurs du cannabis de l’État de Washington, a récemment décrit le pire scénario possible en cas de légalisation du cannabis avec une augmentation de la consommation excessive d’alcool, « un carnage sur les autoroutes » et une augmentation « massive » de la consommation de cannabis chez les adolescents. Pour Anderson et Rees, « le scenario de Kleiman est possible mais peu susceptible de se produire. » « En se fondant sur les preuves empiriques qui existent, nous nous attendons à ce que la légalisation du cannabis récréatif dans le Colorado et l’État de Washington entraîne une augmentation de la consommation de cannabis conjuguée à une diminution de la consommation d’alcool. Par conséquent, ces États vont connaître une réduction des problèmes sociaux liés à la consommation d’alcool. Bien qu’il soit plus que probable que le cannabis produit par les cultivateurs agréés par l’État finira entre les mains de mineurs, nous prévoyons que la consommation globale de cannabis chez les jeunes restera stable. Nous prévoyons que le résultat net en termes de santé publique soit positif. »


Sur le web – Traduction : Tramp/Contrepoints