Ils ont des chapeaux ronds… Avis de tempête sur la Bretagne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ils ont des chapeaux ronds… Avis de tempête sur la Bretagne

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 octobre 2013
- A +

Par Baptiste Créteur.

eco taxe

Les Bretons se révoltent contre la rage fiscale du gouvernement. Une gronde qui commence par quelques portiques écotaxes, mais pourrait bien se révéler lourde de conséquences.

Car la contestation ne révèle pas seulement l’opposition à cette taxe débile, mais aussi la capacité des Français (ou au moins d’une partie d’entre eux) à se dresser contre un impôt, à se dresser contre les taxes.

TweetBonnetsRouges

Évidemment, on trouvera toujours d’ardents défenseurs de la puissance publique, comme Pascal Riché qui a tout intérêt à ce que l’État continue à subventionner son site Rue89 et considère donc que Hollande doit tenir bon, que taxer les transports est fondamentalement bon et que l’État fait bien assez pour les Bretons. N’hésitant pas d’ailleurs à dénoncer un modèle de développement agricole dont l’État a été le principal artisan, dans son habituelle clairvoyance.

L’ami Pascal révèle son incompréhension totale de l’objet réel de la contestation – ni clairement identifié, ni clairement formulé aujourd’hui même par les contestataires : il ne s’agit pas de recevoir plus de l’État et lui donner moins, mais bien de faire reculer l’État. Pas seulement les impôts, pas seulement ce qu’il prélève, mais toute son influence et son emprise sur nos vies.

Le mouvement des agriculteurs bretons n’est pas le premier mouvement du genre ces derniers mois ; Contrepoints a réuni certains d’entre eux lors d’une conférence dont l’objet était « Révoltes : jusqu’où iront-elles ? » Mais que les agriculteurs soient prêts à en découdre avec les forces de l’ordre est un nouveau cap franchi.

Quand les artisans et PME font la grève des cotisations, quand de nombreux Français quittent la Sécurité Sociale, quand ils s’expatrient, ils touchent au portefeuille de l’État, et le gouvernement prend peur – au point d’appeler personnellement des responsables de ces mouvements, de les recevoir rapidement et de leur faire des promesses pas tenues.

Mais le gouvernement s’attaque, avec les agriculteurs, à une population qui d’une part est concentrée et localisée, d’autre part conserve une forte idée de l’indépendance. Une population qui a du mal à comprendre l’acharnement gouvernemental contre une pollution certes nuisible mais générée par un modèle de développement que l’État a privilégié, qui a du mal à concevoir que l’État ait voulu s’immiscer dans les exploitations pour aujourd’hui mettre en place les conditions de leur faillite. Quand l’ami Riché parle de 4% du prix final soit un centime pour un camembert, il faut comprendre qu’il s’agit bien de 4% du prix final, soit 4% de marge en moins – pour des taux de marge qui ne sont pas toujours au-dessus de 4% à l’origine.

Et l’éveil des Français au matraquage fiscal commence à peine. Qu’ils choisissent de ne pas payer, de manifester ou de se révolter a peu d’importance ; mais qu’ils prennent conscience de ce que l’État leur prend est plus qu’encourageant pour l’avenir de la liberté.

L’État coûte cher – en impôt et cotisations, certes, mais surtout en énergie et en temps. D’innombrables ministres, députés, sénateurs, mais aussi maires, fonctionnaires, agents territoriaux, ainsi que tous les braves agitateurs et les médias subventionnés vivent du travail des autres ; leurs lois et règlements tantôt inutiles, tantôt destructeurs le rendent de surcroît plus compliqué.

Certes, il ne sera pas simple de faire société après des décennies d’État-maman, d’État-nounou et d’État-soeur. Mais j’ai du mal à croire que des Français capables de se dresser contre des CRS entraînés, de s’unir en quelques heures en ligne autour d’intérêts communs, ne seront pas capables d’aider leur voisin et gérer leurs vies.

Liberté (nom) : Ne rien demander. Ne rien attendre. Ne dépendre de rien. (Ayn Rand)

Français, reprenez vos vies. Et aux Bretons, chapeau bas.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • « Une population qui a du mal à comprendre l’acharnement gouvernemental contre une pollution certes nuisible mais générée par un modèle de développement que l’État a privilégié »
    L’État n’a rien privilégié du tout, il a même mis les bâtons dans les roues depuis 30 ans en érigeant par exemple, des règles environnementales souvent plus que tatillonnes. Le modèle agricole breton remonte aux années 50, avec une forte population rurale enclavée qui s’est spécialisée dans certaines productions, arrachant parfois au pouvoir central, certaines concessions pour la liberté d’entreprendre. Il faut se rappeler de l’épopée de personnes comme Alexis Gourvennec qui ont compris qu’ils devaient d’abord compter sur eux même et non pas tout attendre de Paris.

    • Le parc diesel qui pollue tant, aujourd’hui, est pourtant bien le fruit d’une volonté gouvernementale, un jour.
      Ah, ces fonctionnaires, ces grands esprit lumineux…

  • Ce gouvernement devrait tout en logique faire une exception pour la Bretagne et faire payer l’écotaxe à tous les autres. France, pays de lobby.

    • Si les autres sont contents de payer, le gouvernement se doit de les satisfaire.

      • En mai 2012, les Bretons ont voté pour Hollande à 56,35 %…

        Alors… chacun sa merde si j’ose dire.

        Maintenant, la colère passée, il faut reconnaître que tout est bon pour abattre, humilier, ridiculiser Hollande et sa bande de clowns. Toutes les causes sont bonnes.

        Donc oui, chapeau les Bretons.

        Mais j’insiste : n’oublions pas.

        On ne peut pas aujourd’hui se plaindre, alors qu’on a voté pour la catastrophe molle.

        On ne peut pas dire, comme à chaque fois, « oups, désolé, on ne pouvait pas savoir ».

        OK, je reconnais qu’entre Sarkozy et Hollande le choix était cornélien entre le marteau et l’enclume. Mais quand même.

        Quand même ! 18 millions ont voté pour Hollande. ils sont où maintenant ? Ils se cachent de honte ?
        Et ajoutons 16,8 millions qui eux ont voté pour Sarkozy, l’autre catastrophe.

        34,8 millions de veaux au total… ça fait beaucoup je trouve…

        D’autant que c’est Sarkoy qui avait pondu cette éco taxe !

        Les Français sont insupportables car inconséquents. Un coup UMPS, un coup PSUMP. Et entre les deux, les pauvres chéris (une large partie en tout cas) se plaignent

        Bref. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir.

        • Quel plaisir ?? ; ils vont voter UMP ensuite PS et dans 100 ans se sera le Venezuela

        • Les Français ne sont pas si inconséquents, mais ils n’ont le choix que de contre qui ils peuvent voter. Ils n’ont même pas le choix de contre quelles mesures, contre quel programme, contre quelle idéologie, sans aller jusqu’aux « pour ». Les libéraux qui ont rejoint Borloo pour faire passer quelques unes de leurs idées, on aimerait les entendre sur l’écotaxe, au lieu de brandir des portraits de personnes.
          Quant aux Bretons, Sarkozy avait clamé haut et fort qu’il ne les aimait pas, leurs élus locaux leur avaient fait miroiter combien de Bretons Hollande prendrait dans son équipe, et combien de retombées ça allait faire. Tant qu’ils ne l’avaient pas constaté par eux-mêmes, on ne pouvait les convaincre de l’aspect lacrymogène des retombées. La porte est ouverte, auprès d’eux comme des autres Français, c’est le moment de proposer des mesures libérales et de les laisser s’en saisir, même (surtout) sans leader.

          • Pas d’accord.

            Quand depuis 30 ans, les uns puis les autres se font violer, alternativement… il y a un moment donné ou un cerveau normalement constitué devrait en tirer les conclusions qui s’imposent :

            -le cadre institutionnel que l’on m’impose est une farce et une arnaque, une roue dans lequel le rat de laboratoire que je suis tourne, sans fin : un piège

            -dès lors, il ne me reste plus que la diagonale du fou : voter pour gripper le Système : c’est à dire Front National

            Voilà. Ca c’est une inférence logique. Mais manifestement, la raison n’a plus cours au pays de Descartes.

        • On va le répéter combien de fois: l’écotaxe a été imaginée à la suite du Grenelle de l’environnement initié par qui déjà? Borloo et NKM (une adepte de la deep ecology) ont voulu la mettre en œuvre. Dès le début, les acteurs économiques bretons ont crié au fou sans être écoutés.

        • Les électeurs qui ont veauté UMPS sont responsables à hauteur de 33% de merdier actuel. Si ils paient, aujourd’hui, alors bien fait pour eux. Pour les autres, par contre, c’est regretable.

  • Il faut me donner le nom du magasin qui vend le camembert à 25 centimes…

  • Une mayonnaise dangereuse pour le gouvernement vient de prendre en Bretagne. Ce ne sont pas seulement les agriculteurs qui poussent un coup de gueule, même si ces derniers viennent de gratter l’allumette. Etant moi même un autochtone, on sent clairement au gré des discussions que le sentiment de rejet est quasi-unanime chez toutes les catégories socio-professionnelles et chez presque toutes les tranches d’âges (hormis à Rennes, mais là on touche à un bastion de gauche estudiantine). D’autant plus que la gratuité des voies express de la région entre en porte à faux avec cette taxe.

  • (H.S) Et pendant ce temps là, les troskistes Montagnards jacobins enragés de Mediapart font un blackout total sur le sujet. Peut-être parce que le journal fait lui aussi dans la fraude fiscale… http://www.bfmtv.com/economie/fiscalite-mediapart-beneficie-t-il-dun-traitement-faveur-631146.html

    • Certes… Mais quelqu’un qui a fait tomber un type comme Cahuzac, qui représente l’alpha et l’omega de ce qu’il y a de plus détestable à « gauche », c’est à dire l’hypocrisie permanente, la veulerie, le mensonge permanent, et le mépris absolu des gens… rien que pour cela on peut leur pardonner une petite fraude… fiscale.
      😉

  • Je m’en fous que les Bretons aient voté Hollande. Du reste, ils ne l’ont pas fait à 100 %.
    Hollande a été élu et pas seulement par les Bretons. C’est fait.

    Mais il serait dommage que Hollande réussisse à monter le reste de la France contre les Bretons.

    Les Bretons ont raison de se révolter contre ces putains de portiques car un de ces jours, ces saloperies de portiques nous éco-taxeront tous.

    Ne nous laissons pas diviser par ces politiques qui ne se maintiennent à leurs place que par le clientélisme et l’art de la division.

    Tous derrière les Bretons.

  • On refile 10 000 euros à des étrangers clandestins qui vivaient ici depuis des années assistés et ne faisant rien et on va taxer des français – nos paysans – qui font des journées de fous, pas derrière des bureaux eux, mais dehors, tôt, toute l’année, à se lever l’âme ???!!! Personne ne comprend plus rien à rien… Du côté recettes/dépenses, même si on est adepte de la taxe, ces dépenses « africaines » comme on disait des neo-pays qui vivaient en liquide, doivent baisser, l’une ne compense absolument pas l’autre, surtout qu’on part en vrille sec – baisse drastique des recettes de tva en Novembre je prédis, et Décembre aussi tant qu’on y est – on le comprends bien tous nous les petits qui vivotons avec notre salaire, c’est de la pure Folie pour ceux m’ont suivi… 🙂

    On vient de baisser la dette de la Tunie de 500 million d’euros… On éponge… Combien rapporterait le relevement de telle taxe ? 600 millions, on fait un bénef de 100 au passage… Mais réellement ils font ça quoi… C’est la vérité…

    Et c’est l’UMP à l’origine de cette taxe…

    Fukushima après le revirement des élections à venirça paraitra calme… 🙂

  • « Poent eo stagan bretoned gant stourm meur ar vro. » – Glenmor.

    J’vous traduis je suis gentil.

    Il est temps pour le breton de s’ateler au combat du pays.

  • quelle est le problème de l’agriculture bretonne ?
    les prix trop bas ?
    non: le lait breton est payé au producteur le double du lait néozélandais. il était en forte hausse cette été. la viande aussi, mème si ça n’a pas toujours été le cas depuis 20 ans.
    le problème des bretons, c’est d’etre en france: tout y est plus cher et plus compliqué qu’ailleurs: main d’oeuvre, taxe sur tout et tout, administration dévorante, normes impossible à respecter et trés couteuses. pour les paysans breton, la taxe carbonne, c’est tout simplement la taxe de trop. en conservant son système inflationniste, tout en ouvrant ses frontière aux produits etrangers, la france detruit la totalité de ses secteurs économiques les uns aprés les autres.
    les écologistes prétendent que les sommes prélevées serviront à developper le transport fluvial ? sans blague ? ils se sont opposés vent debout au projet de canal rhin – rhones car cela allait perturber leurs cher écosystème des zones humides. sans jamais qu’il ne réunissent plus de 5% des sufrages depuis 20 ans, ils ont eu une influence extrèmement néfaste sur les campagne françaises : leurs délire mensonger sur les pollutions environnementales ont divisé par deux le nombre des fermes française, sans que celles qui restent soit plus riche qu’avant, bien au contraire. les bretons peuvent leur cracher dessus, ce n’est pas moi qui vais les plaindre.
    il n’est pas étonnant que les bretons soient les plus virulents a manifesté contre la taxe carbone, car leur type d’agriculture hors-sol est trés exposé à une taxe sur les transports, ils leurs faut  » importer  » un grand nombre de matières premières sur leur fermes. et souvent  » exporter des effluents d’élevage. hors, les lois sur les normes de pollution des elevages ont renforcés ce système face à l’élevage à base de paturage: les elevage hors sol ce sont agrandis aux dépant des éleveurs herbagers pour amortir les mise aux normes avec un volume de production plus important.
    aujourd’hui, avec les taxes et le prix de la main d’oeuvre française, et la concurence des bresiliens, de l’océanie , des asiatiques est bientot du magrheb, je ne donne pas cher de leur peau.

  • Il y a un début de truc là en effet. Amusant que lle seul secteur qui ne s’était pas mise en valeur sur le net et du coup un peu oubliée par la conférence des révoltés, c’était celui de l’agriculture. Et pourtant c’est toujours qui trinquent en premier et se soulèvent en premiers. Affaire à suivre!

  • L »éco taxe existe parait il en Allemagne mais eux sont PLUS cohérents que les français car
    Est ce cohérent de mener encore en 2013 une politique nataliste comme le font nos gouvern successifs comme si le monde n’avait pas changé depuis 1 siècle ? car ,
    Plus il y aura d’ habitant plus il y aura de besoins d’ énergie ( fossile ou non ) donc de dégats .
    Enfin je pense comme Florence que les voitures y passeront .

  • « L’ami Pascal révèle son incompréhension totale de l’objet réel de la contestation »

    C’est justement la clé du problème, ils ne comprennent pas les motifs de la contestation, donc ils la craignent, c’est la peur que vous observez, dans leur camp, la, en ce moment, car s’ils ne savent pas comprendre, ils savent ce qu’ils ont à perdre…

  • Les Bretons, outre d’avoir massivement voté à gauche à tous les échelons, c’est pas aussi ceux qui se prétendent les meilleurs écolos, ceux qui sont contre les aéroports, contre les centrales nucléaires et contre… une éco-taxe ?
    Oh l’ironie, Dieu doit avoir beaucoup d’humour.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Loïk Le Floch-Prigent.

Les mésaventures du ministre de l’Écologie du temps où il présidait l’Assemblée nationale, a mis en vedette à son insu un des trésors de la Bretagne, le homard ! Il faut dire que le ministre est breton et que le point positif est la mise en valeur devant le célèbre vin Château Yquem des précieux crustacés. Tout ceci est dérisoire, médiocre, les révélations comme les commentaires suivis par les éléments de défense de l’intéressé et de ses amis, on pourrait même dire que tout cela est plutôt minable.

Mai... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Plaisance. Un article de The Conversation

De la simple contestation sur les réseaux sociaux de la hausse des prix des carburants à la manifestation physique et réelle d’un agacement général (lié à la fiscalité, au pouvoir d’achat, etc.), il n’y a eu qu’un pas.

Et s’il s’agissait de l’illustration des nouvelles formes d’engagement ? Quatre raisons de le penser, sans juger la légitimité et les revendications du mouvement.

La force de l’informalité et du symbole

L’analogie entre les gilets jaunes et les bonnets... Poursuivre la lecture

Une Conférence de Students for Liberty

 

[caption id="attachment_93079" align="aligncenter" width="300"] Logo ESFL (Crédits : European Students for Liberty, tous droits réservés)[/caption]

La France cultive depuis longtemps une tradition politique jacobine, quoi qu'elle connaît depuis quelques décennies un discours plus favorable à la décentralisation. En Europe certains États-nations font l'objet de vives remises en question comme l'illustrent les cas de la Catalogne et de l'Écosse.

Cette remise en question n'éparg... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles