Mario Draghi : « L’or est une réserve de sécurité pour les banques centrales »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Banque Centrale Européenne (BCE) (Crédits Adam Baker, licence Creative Commons CC-BY-2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mario Draghi : « L’or est une réserve de sécurité pour les banques centrales »

Publié le 20 octobre 2013
- A +

Lors d’une conférence à la Kennedy School of Government de Harvard, Tekoa Da Silva, journaliste à Bull Market Thinking, a demandé à Mario Draghi pourquoi les banques centrales étaient si intéressées par l’or, soulignant au passage que les banques centrales avaient augmenté leurs réserves de façon significative, ces dernières années.

Selon Mario Draghi, ancien gouverneur de la Banque d’Italie et président de la Banque centrale européenne (BCE), l’or des banques centrales constitue une réserve de sécurité fournissant « une assez bonne protection contre les fluctuations du dollar et permet une diversification du risque »,

Tandis que Ben Bernanke préfère ne pas discuter de la « relique barbare », ayant déjà affirmé, dans le passé, que selon lui « personne ne comprend vraiment le prix de l’or », il semblerait que son confrère européen ait une opinion différente sur l’or.

Tekoa Da Silva (Bullmarketthinking.com) : M. Draghi, que pensez-vous de l’or en tant qu’actif de réserve ? Nous voyons les banques centrales, comme celles de Chine et de Russie, augmenter leurs réserves, surtout ces dix dernières années… et l’Allemagne, par exemple, veut rapatrier son or de New York, cet or qui ne rapporte rien s’il n’est pas loué… Pourquoi veulent-ils cela, et quelle valeur cela apporte-t-il ?

Mario Draghi (BCE) : Bien, vous posez cette question, également, à l’ancien gouverneur de la Banque d’Italie, et la Banque d’Italie est la quatrième détentrice de réserves d’or au monde, ce qui est très disproportionné par rapport à la taille du pays. Mais je n’ai jamais cru qu’il était sage de vendre l’or parce que, pour les banques centrales, c’est une réserve de sécurité, et c’est ainsi que le pays le voit. Dans le cas des pays qui n’utilisent pas le dollar, l’or protège la valeur de leurs devises contre les fluctuations du dollar… il existe donc plusieurs raisons, comme la diversification du risque etc. C’est pourquoi les banques centrales qui s’étaient mises à vendre de l’or il y a quelques années ont substantiellement arrêté, je pense. La plupart des expériences de banques centrales qui ont loué ou vendu des réserves d’or, il y a environ dix ans, n’ont pas vraiment été une réussite, d’un point de vue strictement monétaire.


Traduction : GoldBroker.com

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • faut-il privilégier l’or mou, ou l’or dure ? je m’interroge !

  • A demi mot ce monsieur ne serait pas contre que l’or serve de point de repère dans la détermination de la politique monétaire comme le proposait en 2010 Robert Zolich
    .Encore un petit effort monsieur Draghi et vous deviendrait un chaud partisan du retour à l’étalon or!

  • Oui, et les armes sont une sécurité pour le devenir des citoyens si d’aventure le système dérape.

    Que nos sociétés s’effondrent, que le super marché du coin ne soit plus approvisionné, que le monde plonge dans une crise certes peu probable mais envisageable, alors détenir de l’or sera le cadet de nos soucis.

    Par contre défendre nos familles et nos proches, comme nos réserves éventuelles ou nos cultures, nécessitera un bon armement.

    Nos grands penseurs, ils voient le monde comment dans un tel scénario ? des gens qui s’entraident et qui s’aiment en formant une grande chaine de solidarité humaine ? et on fera griller les quelques marshmallows qui restent en chantant Kumbaya autour de feux de camps ?

    En attendant, et au cas ou, je fais une provision de cartouches, si ça ne dérange personne… ne sait on jamais, dès fois que je n’ai pas tort.

    • Penser que le supermarché du coin ne serait plus approvisionné ou que nos sociétés s’éffondreraient dans la crise c’est donner beaucoup d’importance à nos gouvernements. Le marché trouve toujours un moyen, même dans les pires dictatures communistes il y est parvenu. Même à Auchwitz. Comment penser que la chute de nos structures de pouvoirs pourraient créer une situation telle que d’un seul coup, pour la première fois, cela lui soit impossible? Se procurer des armes est peut-être un conseil utile, pour la période de transition, mais je ne partage pas votre fatalisme. À la fin c’est de cash qu’on aura besoin. Et l’or conserve très bien la valeur.

      • @Moi
        Relisez…. n’avez vous vu le conditionnel et le « quatrième » degrés ?

        Pour les camps, votre remarque est déplacée, lisez Primo Levi et on en reparle.
        Le marché trouve toujours le moyen de s’en sortir ? bah, si vous le dites.

        • Le marché trouve toujours un moyen d’apparaître, pour ce qui est de s’en sortir il vaut mieux compter sur autre chose, dans la mesure ou ce n’est pas son rôle. Votre magasin du coin va finir par être approvisionné ou bien quelque chose va le remplacer parce qu’il y a une demande.

          Maintenant vous essayez de vous planquer derrière le conditionnel, mais nous avons tous bien compris que vos cherchiez à dénigrer l’or. Et bien je vous dis que si le système s’écrase, je préfère être de ceux qui ont de l’or.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

Un jour, un homme angoissé se rend chez son psy :

« Docteur, j’ai peur : je me prends pour un grain de blé, et je viens de voir une poule ! - Vous savez bien que vous n’êtes pas un grain de blé. - Moi, je le sais, mais elle ? »

Curieusement, cette histoire absurde trouve de nombreux échos dans l'actualité.

Par exemple, elle a été proposée pour expliquer l’épisode du masque (The Appointment in Samara: A New Use for Some Old Jokes), qui n'a pas d’abord pas jugé utile pour nous protéger du virus, p... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles