La fiabilité des statistiques de la délinquance, éternel débat ?

Pourquoi les statistiques de la délinquance ne sont-elles pas élaborées et analysées par l’INSEE, comme toutes les autres statistiques concernant les activités de l’État ?

Pourquoi les statistiques de la délinquance ne sont-elles pas élaborées et analysées par l’INSEE, comme toutes les autres statistiques concernant les activités de l’État ?

Par Roseline Letteron.

Le Figaro, dans ses deux parutions du 9 et du 10septembre 2013 engage une campagne centrée sur la hausse des statistiques de la délinquance. Observons à ce propos que ces chiffres ont été connus en juillet, mais que le journal a préféré attendre septembre pour livrer son analyse, probablement parce que leur exploitation politique rencontre davantage d’audience en cette période de rentrée.

L’objet est, on s’en doute, de montrer que les atteintes aux personnes et aux biens ont augmenté depuis l’alternance de 2012, pendant que diminuaient les poursuites contre les étrangers se maintenant irrégulièrement sur le territoire. Derrière les chiffres, un discours subliminal : la population n’est plus en sécurité, et cette situation est liée à la présence des étrangers en situation irrégulière. Et tout ça, c’est la faute à Manuel Valls et à François Hollande.

Impossible comparaison

L’utilisation politique des chiffres de la délinquance n’est pas nouvelle, et c’est bien là le problème. Dans son excellent article paru sur son blog, Laurent Borredon, journaliste chargé des questions de sécurité au Monde, se livre à une analyse rigoureuse des chiffres et montre que les changements intervenus dans les modalités d’établissement de ces statistiques rendent pratiquement impossible toute comparaison entre la période juin 2011/juin 2012 et la période juin 2012/juin 2013.

Pulsar

Au début 2012, la gendarmerie a adopté un nouveau logiciel de statistiques, dénommé « Pulsar ». Il lui permet d’enregistrer tous les faits, alors qu’auparavant elle ne disposait pas, contrairement aux forces de police, de main-courante informatisée. Le résultat a été, par exemple, une hausse annuelle de 114,5% des violences à enfants et de 73% des harcèlements sexuels contre des mineurs. Or les chiffres de ces mêmes infractions étaient, sur la même période, parfaitement stables en zone police. Doit-on en déduire que les habitants des zones rurales sont brutalement devenus de dangereux pervers ? Certainement pas. On peut simplement penser que les gendarmes ont réintégré dans le système des faits délictueux qui étaient auparavant passés sous silence

Une pratique de dissimulation

Il faut le reconnaître, ces faits oubliés des statistiques arrangeaient bien les affaires de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant, présentés comme ceux qui étaient parvenus, grâce à une politique sécuritaire parfaitement assumée, à juguler la délinquance. Souvenons-nous qu’en septembre 2011, les mêmes gendarmes ont reçu une note de leur Directeur général de l’époque, leur demandant de « combattre la tendance haussière actuelle » et de « viser un bilan favorable de l’évolution de la délinquance en 2011« . Si l’on considère ces pratiques, dont on peut penser qu’elles n’étaient pas très différentes dans la police nationale, on peut estimer que les chiffres de 2013 ne reflètent nullement une hausse massive de la délinquance, dès lors que ceux de 2012 avaient été artificiellement minorés.

Derrière le débat actuel s’en cache cependant un autre,  nettement moins conjoncturel, portant sur la fiabilité de l’établissement et de la présentation des statistiques de la délinquance. Ces dernières sont exploitées par l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP). Créé en 2003, il est rattaché à l’Institut national des hautes études de la sécurité et la justice (INHESJ), établissement public placé sous la tutelle du ministre de l’intérieur jusqu’en 2009, puis du Premier ministre depuis cette date.

La suspicion à l’égard de l’ONDRP

Or l’ONDRP demeure une institution contestée. Jusqu’en 2012, son conseil d’orientation, censé garantir cette indépendance, était présidé par Alain Bauer, alors très proche de Nicolas Sarkzoy, qui l’avait d’ailleurs nommé à cette fonction. Inutile de dire que cette situation jetait une certaine suspicion sur l’indépendance de l’institution.

Doit-on aujourd’hui oublier ces craintes, dès lors que l’INHESJ est, en principe, détaché institutionnellement du ministère de l’intérieur et qu’Alain Bauer a démissionné de sa fonction après l’élection de François Hollande ? Non, car ces évolutions demeurent parfaitement cosmétiques. L’INHESJ est toujours dirigé par un commissaire, ancien des syndicats de police, et auteur de plusieurs ouvrages écrits avec Alain Bauer. Ce dernier fait d’ailleurs toujours partie de son conseil d’administration, pourtant renouvelé en avril 2013. Quant à l’ONDRP, il est toujours dirigé par un proche d’Alain Bauer, également auteur de plusieurs livres écrits avec lui, même si son conseil d’orientation est désormais dirigé par un représentant de l’INSEE.

Certes, il ne faut pas faire peser sur l’ONDRP l’intégralité de la responsabilité des manipulations qui ont affecté les statistiques de la délinquance jusqu’en 2012. Mais force est de constater que cette structure n’a pas fait l’objet d’une réforme en profondeur. Si Alain Bauer s’est officiellement retiré d’un poste trop visible, ses proches demeurent largement présents dans l’institution. La question demeure posée de la spécificité des statistiques de la délinquance ? Pourquoi ne sont-elles pas élaborées et analysées par l’INSEE, comme toutes les autres statistiques concernant les activités de l’État ? Ce choix d’une institution qui demeure rattachée, au moins par son personnel, au ministère de l’intérieur, et la décision ne pas toucher aux équipes Bauer toujours en place suscitent nécessairement le doute sur les statistiques de la délinquance. Mais peut être le ministère de l’intérieur, qui affirme qu’il n’a aucun lien avec Alain Bauer, va-t-il engager une réforme réelle des statistiques de la délinquance ?


Sur le web.