Exclusif : les Français majoritairement favorables à la retraite et à la sécu libres (Sondage Contrepoints/Opinea)

Sondage

Le sondage Contrepoints-Opinéa sur l’opinion des Français sur l’actuel système d’assurance maladie et de retraite montre clairement leur désir de liberté.

En partenariat avec l’institut de sondage Opinea, et alors que la rentrée sociale s’annonce chargée avec la réforme des retraites, Contrepoints a voulu connaître la position des Français par rapport au système actuel, tant pour les retraites que pour l’assurance maladie. Et les résultats sont clairs : ils réclament la liberté.

Le sondage, portant sur un échantillon représentatif de 1009 individus, porte sur deux aspects : le système actuel de retraite d’une part, et le système d’assurance maladie d’autre part. Alors que le gouvernement n’a modifié qu’à la marge les systèmes sociaux, dans nos questions, nous avons cherché à savoir si les Français conservent toujours dans le système cette confiance que leur donnent volontiers les politiciens lorsqu’ils en parlent (résultats détaillés ici).

57% des Français ne font plus confiance au régime de retraite par répartition


Ainsi, concernant la retraite, à la question de savoir s’ils accordent leur confiance au système actuel, fondé sur la répartition et qui impose aux actifs au travail de cotiser pour les retraités actuellement pensionnés, 57% des sondés expriment leur méfiance : à l’évidence, les récentes mesures annoncées pour tenter de rassurer la population sur la pérennité du système n’ont pas convaincu.

De façon pragmatique, il ressort essentiellement que les Français, si on leur en donne le choix, introduiraient volontiers une part de capitalisation dans le système actuel (comme, du reste, en bénéficient déjà les fonctionnaires au travers de fonds spécialisés comme la PREFON) : 47% sont en effet favorables à la modification de l’actuelle répartition pour tenir compte de cette possibilité. Plus important encore, ils sont 71% à se déclarer favorables à la liberté de choix de son propre système de retraite, et 66% pour la fusion des différents systèmes existants. Cette fusion aurait pourtant été réalisable par un système de retraite par points, mais cette solution a été écartée par le gouvernement. Elle n’était pourtant pas clivante et avait les faveurs des électeurs de gauche (70%) comme ceux de droite (70%). Lorsqu’on lui demande, le peuple français est donc assez proche des idéaux de sa devise de liberté (de choix) et d’égalité (de traitement).

Les jeunes Français sont favorables à l’introduction d’une retraite par capitalisation

Si elles devaient choisir entre la retraite par répartition et la retraite par capitalisation, 45% des personnes interrogées prendraient la première option et 30% la seconde. On observe que les plus jeunes préfèrent la capitalisation à la répartition et que l’attachement à cette dernière augmente avec l’âge et sans doute les cotisations versées.

63% des Français souhaitent la fin du monopole de la sécurité sociale

Concernant la sécurité sociale, le constat est là encore très éclairant sur les vraies attentes des Français et le décalage qu’on observe avec ce qui se pratique pourtant actuellement.

Même si 47% des Français s’estiment satisfaits des remboursements effectués par l’actuelle sécurité sociale, ils sont 50% à ne pas trouver leur compte dans les prestations offertes par le régime d’assurance que l’État leur impose. Pour un système que, selon nos élus et nos syndicalistes, le monde nous envie et que les Français ont en tendre sympathie, voilà un résultat très mitigé.

On notera en outre que même à 47%, la satisfaction est en réalité très modérée ; les Français parfaitement contents des remboursements (6%) sont en réalité près de trois fois moins nombreux que les Français très insatisfaits (17%) des montants récupérés via l’institution. Autrement dit, si, globalement, la Sécurité sociale ne perd pas encore complètement la face en équilibrant heureux et mécontents, la polarisation des populations ne se fait pas dans le sens qui lui serait le plus favorable, loin s’en faut.

La question suivante, qui porte sur la liberté de choix de son assurance santé, apporte le même constat que pour la retraite : les Français sont décidément attachés à leur autonomie qu’on leur a pourtant consciencieusement retirée.

Ainsi, avec 64% de Français favorables à cette liberté de choix, il ne fait aucun doute qu’un référendum éclaircissant une fois pour toute la fin du monopole de la Sécurité sociale obtiendrait une majorité de voix en sa faveur, les indécis (8%) ne pouvant apparemment pas faire basculer l’issue du vote.

Ce désir de liberté se confirme avec les questions suivantes : qu’ils soient eux-mêmes salariés (65%) ou non (60%), les Français sont très majoritairement favorables à ce que les salariés puissent choisir leur assurance maladie.

Enfin, le sondage montre que s’ils sont attachés à leur liberté (tant pour la retraite que pour la sécurité sociale) et l’égalité (notamment dans le traitement des pensions), les Français savent encore faire preuve de fraternité puisqu’ils n’ont pas renoncé au principe fondant la CMU (et la CMU Complémentaire), qui, rappelons-le, est une prestation sociale de couverture maladie basée sur l’impôt, et n’est donc pas une assurance santé à proprement parler. Ainsi, 54% (pour la CMU) et 50% (pour la CMU-C) semblent être favorables à ces aides sociales.

En revanche, l’AME (l’aide médicale d’État, distribuée aux étrangers en situation irrégulière) recueille une majorité d’opposition de la part des Français, avec 57% d’entre eux défavorables à cette aide. Les gabegies et détournements massifs dont elle est régulièrement l’objet, ainsi que son gonflement incontrôlé et son coût extrêmement élevé pour la collectivité expliquent sans doute cette opposition.


—-
Résultats détaillés disponibles ici.

Sondage effectué du mardi 27/08 au lundi 02/09, sur un échantillon représentatif de la population française (des 18-64 ans) en termes de sexe, âge, région et CSP, suivant la méthode des quotas, de 1009 individus. Les pourcentages étant arrondis, la somme peut être légèrement différente de 100. De même, la somme des « Très satisfaits » et des « Plutôt satisfaits » peut différer légèrement du sous-total « Positif ».