Exclusif : je quitte la Sécu, Episode 1 !

Publié Par Laurent C., le dans Social

Laurent C. est travailleur indépendant. Lassé de ses relations avec la Sécurité sociale, il a décidé de la quitter et de souscrire à une assurance privée. Jour après jour, il vous raconte son parcours, les obstacles qu’il doit affronter, et livrera ses impressions quant au fonctionnement des assurances privées. Cet article est le premier épisode d’une (longue ?) série. À suivre chaque semaine, dans Contrepoints.

Par Laurent C.

Avertissement aux lecteurs : cet article et les suivants ne sont pas une incitation à quitter la SS car une telle démarche est sanctionnée par la loi (source : http://www.securite-sociale.fr/Le-monopole-de-la-Securite-sociale) : « Le code de la sécurité sociale instaure désormais des sanctions lourdes contre toute personne qui incite les assurés sociaux à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale, et notamment de s’affilier à un organisme de Sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues : une peine de 6 mois de prison et/ou une amende d’un montant porté de 7500 à 15.000 € …».

 

Quitter la sécu  ?

Tout d’abord je me présente

45 ans, marié, 5 enfants de 12 à 18 ans, je suis associé fondateur d’un cabinet de conseil créé en 2006 fort d’une quinzaine de collaborateurs. Je ne suis pas dirigeant salarié et je me rémunère en facturant ma société en qualité de consultant exerçant en profession libérale. Ce point est important car contrairement au régime salarié qui a une cotisation sécu plafonnée, les indépendants ont l’honneur de cotiser proportionnellement à leur bénéfice et sans limite !

Nous ne sommes pas mieux remboursé pour autant. Il faut se payer une mutuelle complémentaire plein pot car non prise en charge à 50% par l’employeur et surtout nous n’avons pas d’indemnités journalières en cas d’arrêt maladie…

Par principe moral j’ai quitté tous les monopoles (Télécom, Électricité, Gaz) dès que cela a été possible et pour l’assurance maladie les récentes augmentations de taux sur les charges sociales votées en 2012 et applicables au 1er janvier 2013 m’ont poussé à appliquer cette doctrine à la sécurité sociale.

21/01 : Démarrons l’aventure

En cherchant « quitter la sécu » sur Google je tombe immédiatement sur le site http://quitter_la_secu.blogspot.fr  et quelques clics plus loin sur www.libreassurancemaladie.com qui nous apprend que grâce à l’Union Européenne la sécurité sociale n’a plus le monopole en France et que je suis donc libre de souscrire à une assurance maladie privée, du moment qu’elle couvre a minima ce que couvre la sécu, et qui donne la procédure à suivre pour sortir de la sécu. Procédure que je vais suivre pas à pas.

1) Est-ce intéressant financièrement ?

En sortant de la sécu on ne paye plus la cotisation maladie (6,5% des revenus déclarés) ni, et c’est toute la beauté de la chose, la CSG (7,5%) et la CRDS (0,5%), soit un total d’environ 16.000€ dans mon cas. D’un autre côté, il faut souscrire à une assurance privée, type www.amariz.fr, société anglaise qui a une offre sur mesure pour les Français rebelles, avec un contrat « assurance premier euro or » qui couvre exactement ce que couvre la sécu, ni plus ni moins.

Note : je précise que je ne fais pas de publicité pour AMARIZ mais que c’est la seule société d’assurance maladie européenne que j’ai trouvée qui prenne en charge spécifiquement les Français.

Le prix ? Pour une personne seule – ce qui est mon cas – tenez vous bien : 352€ par mois soit 4.224€ par an.

Soit un gain de 11.776€ par an ! La messe est dite. Comme mon épouse cotise de son coté à la sécu en tant que salariée, elle reste couverte par la sécu ainsi que les enfants rattachés. Elle garde aussi sa mutuelle.

2) Est-ce risqué ?

Je suis couvert de la même manière et remboursé sur les mêmes bases. Si je veux plus, je prends une assurance complémentaire, comme on est quasi obligé de la faire pour la sécu, en adhérant à une  mutuelle.

Bon, il y a une limite de prise en charge à 450.000€ par an mais je suis en bonne santé et je fais attention à la conserver car, en tant que profession libérale, je n’ai pas d’indemnité journalière en cas de maladie, comme les salariés. En cas de grippe ou autre hospitalisation plus importante, c’est zéro de chez zéro. Autant vous dire que je n’ai pas eu un seul jour de maladie depuis longtemps et que je fais très attention à éviter les problèmes (sports et activités à risques, hygiène de vie, etc.).

À ce sujet, j’ai souscrit depuis que je ne suis plus salarié une assurance spécifique pour les professions libérales et indépendants qui m’octroie des indemnités journalières en cas de maladie. Il y a 30 jours de franchise (ça laisse le temps de guérir !), ce n’est pas donné mais c’est le prix de la tranquillité d’esprit.

Enfin, dans le pire des cas, la sécu est obligée de me reprendre si je recotise chez eux ou même sans emploi en me rattachant à mon épouse qui cotise déjà. D’ailleurs la sécu prend même ceux qui ne cotisent pas  (CMU) ou même ceux qui sont étrangers en situation irrégulière (AME). C’est dire !

Bref, moyennant une assurance française classique pour les indemnités journalières maladie et invalidité/décès, plus éventuellement la complémentaire d’AMARIZ qui coûte le même prix qu’une mutuelle en France, pas de risque particulier sur la couverture et les remboursements.

Le risque est donc bien juridique dans la portée de la loi française et du code de la sécurité sociale par rapport au droit européen.

22/01 : L’adhésion à une assurance maladie privée

Faute de choix (Jour 1), j’ai rempli une demande de devis en ligne chez AMARIZ. Quelques heures plus tard, je reçois les conditions générales en pdf et une confirmation du tarif ainsi que les options possibles (équivalent de la mutuelle santé). Je choisis la Garantie Or Premier Euro qui prend en charge comme la sécu, condition nécessaire pour justifier ensuite à la sécu de pouvoir sortir du monopole. Je donne mon accord par retour de mail et je reçois une copie de ma demande d’adhésion à imprimer et à renvoyer signée par la poste en Angleterre. Nous sommes fin janvier, je fixe la date de prise d’effet au 1er mars afin d’avoir le temps de gérer la coupure avec la sécu et l’urssaf.

24/01 : Confirmation de l’adhésion

Je reçois un mail de confirmation de mon adhésion à AMARIZ m’annonçant que mon certificat d’adhésion va suivre par courrier. Ce certificat est le sésame à produire auprès de la sécu et des urssaf pour justifier de ne plus avoir à payer d’un côté la cotisation maladie, de l’autre la CSG/CRDS.

En attendant de recevoir par courrier mon certificat d’adhésion à ma nouvelle assurance maladie, je prépare le terrain pour la coupure financière avec la sécu et les urssaf, à savoir l’annulation des prélèvements obligatoires que ces 2 rapaces organismes ont sur mon compte professionnel. Cela évitera que la sécu continue à me prélever alors que je ne serai plus assujetti. Mais les connaissant, ça ne va pas se faire sans mal et quelques courriers de relances et autres injonctions le temps qu’ils comprennent que je me justifie de mon bon droit.

Je suis affilié à la RAM (le nom est révélateur…). Leur slogan « choisir la sérénité » est assez croquignolet quand on sait que c’est l’organisme qui a le monopole pour l’assurance maladie des indépendants ! Où est le choix je vous le demande… Je fais ma demande par envoi de message car il n’y a pas de choix (non plus) prévu pour les demandes d’arrêt de prélèvements. Je vous rassure, il y en a une pour les mises en place de prélèvements, ils ne sont pas fous.

Pour les URSSAF, je paierai chaque mois par chèque ma dîme en ôtant la part de CSG/CRDS prévue. Chez eux, la demande d’arrêt de prélèvement automatique se fait en ligne. C’est déjà ça mais attendons l’accusé de réception…

Enfin, pour les enfants : petite demande à la sécu pour leur rattachement sur le numéro de sécu de mon épouse et pas le mien. Là aussi il y a un choix prévu sur le site web pour ce cas de figure.

28/01 :

La sécu nous prévient que la mise à jour de la carte vitale de mon épouse n’est peut-être pas possible. Comment ça « peut-être pas ? » On va donc attendre quelques jours que « c’est la faute à l’informatique » nous trouve une solution. Dans la négative, il faudra renvoyer la carte et ils nous en enverront une nouvelle. Pourtant il y a une puce sur ces cartes ! Si ça ne permet pas de mettre à jour les bénéficiaires, on se demande vraiment…

29/01  :

Je me connecte sur l’espace assuré de la RAM-GAMEX pour voir où en est ma demande d’arrêt de prélèvement automatique. Il est indiqué « Demande transférée au service concerné. Délai prolongé de 72h. »

Ce n’est pas gagné !

À suivre…

—-

Je quitte la sécu – Episode 2.

Je quitte la sécu – Episode 3.

Je quitte la sécu – Episode 4.

Je quitte la sécu – Episode 5.

Je quitte la sécu – Episode 6 : le RSI dégaine !

Je quitte la sécu – Episode 7 : hold-up sur les mutuelles de santé

Je quitte la sécu – Episode 8 : je quitte la retraite aussi

Je quitte la sécu – Episode 9 : l’URSSAF dégaine

Je quitte la sécu – Episode 10 : les libérés de la sécu sont des salauds !

Je quitte la sécu – Episode 11 : un médecin définitivement libre !

Je quitte la sécu – Episode 12 : Luxembourg et considérations constitutionnelles

Je quitte la sécu – Episode 13

Laisser un commentaire

  1. Bravo. Je vais suivre de près car je suis dans la même situation.
    Je suis aussi comme vous je pense, racketté par le CREA pour la retraite. Je me suis laissé dire que c’était plus facile. Savez-vous si c’est vrai ?

    1. A ma connaissance on ne peut pas (encore) sortir des régimes de retraites obligatoires. Le seul avantage en régime liberal est de pouvoir cotiser le minimum (qui est toujours trop) à à ces régimes de ponzi en faillite et de se monter une retraite perso en Madelin. Le seul moyen, avec celui de la PREFON réservé aux seuls fonctionnaires (!!!), de pouvoir déduire de ses revenus imposables les versements à son fonds retraite.
      Libéralement votre

  2. Si je calcule très rapidement de tête, passer chez Amariz est intéressant à partir de 2300 euros de revenu mensuel approximativement (très approximativement), je me trompe?

    1. Oui dans ces eaux là. Il s’agit du revenu net déclaré et non du chiffre d’affaire. C’est ce revenu net qui est calculé sur le formulaire 2035 et reporté sur la déclaration personelle de revenu ensuite.

        1. Oui c’est aussi possible théoriquement mais pratiquement votre cotisation sécu est plafonné donc ça offre peu d’intérêt. De plus allez expliquer à votre employeur de ne pas vous retenir à la source ces cotisation SS… il va pas prendre le risque de se faire allumer par les URSSAF pour non collecte.

  3. Bravo, beau combat! Tenez nous au courant de la suite, quelquechose me dit que la RAM ne galas vous lâcher comme ca. Mais si ça marche je suis!! Bien à vous, Anne Bourdu

  4. « En sortant de la sécu on ne paye plus la cotisation maladie (6,5% des revenus déclarés) ni, et c’est toute la beauté de la chose, la CSG (7,5%) et la CRDS (0,5%), soit un total d’environ 16.000€ »

    16 000 euros par an ! Mais ça paie ton traitement anticancéreux et des brouettes de pilules en cadeau, perpétuellement !

    Ah ça quand ils disent « pas de plafond » pour les indépendants, c’est vraiment sans limite. La vache…

    1. Félicitations et merci BEAUCOUP de nous faire partager l’aventure… moi aussi j’aimerais tant sauter le pas, mais j’ai peur des complications judiciaires… Je suivrai donc ça de près, merci !

  5. Cherchez « arrêt Poucet et Pistre » et « arrêt Garcia ».

    Les juridictions européennes ont déjà répondu : les Etats ont le droit d’imposer un régime d’assurance comportant un volet solidaire, cela relève de leur droit de lever l’impôt. L’arrêt dit clairement que si la juridiction autorisait les gens à en sortir, les personnes le plus riches le feraient ce qui détruirait toute solidarité, et ne le fait pas pour cette raison.

    Donc, ce n’est pas la peine de jouer à ce petit jeu, sauf pour le plaisir de devoir payer toutes les cotisations avec les intérêts.

    La seule façon de quitter la sécu c’est de ne plus avoir du tout de rémunération du travail – et encore, il y a maintenant de la CSG/CRDS sur les dividendes.

    1. Cet arrêt Pouce & Pistre , datant de 1993, est donc antérieur au 1er juillet 1994, date officielle d’application des directives européennes…. ce qui, bien sûr, est soigneusement oublié par ceux qui osent encore utiliser cet arrêt pour défendre le monopole !
      Car en effet, une Cour de justice, fût-elle européenne, n’anticipe pas le droit. Elle applique la loi en vigueur au jour du prononcé du jugement, ce qui explique l’arrêt Poucet et Pistre.
      Aujourd’hui la loi a changé et utiliser l’arrêt Poucet et Pistre est d’une affligeante malhonnêteté.

      Sur l’arret Garcia : dans cette affaire datant de 1996, la Cour statue que : les régimes de sécurité sociale sont exclus du champ d’application de la directive 92/49 ».
      Les limites de cet arrêt ambigu sont liées au fait que la Cour n’a pas examiné le caractère « légal » du régime de sécurité sociale mis en cause. Les précisions sur la distinction entre régimes légaux et régimes professionnels ne seront apportées par la CJCE qu’en 2000, à l’occasion de l’affaire Podesta, et rendront caduques les conclusions de l’arrêt Garcia.

      Arrêt PODESTA (2000) , précisant la distinction qu’il convient de faire entre :
      – Les régimes légaux de sécurité sociale qui concernent l’ensemble de la population et qui ne sont pas visés par les directives européennes
      – Les régimes professionnels de sécurité sociale, qui concernent des branches économiques ou des secteurs professionnels et qui tombent sous le coup des directives.
      Afin d’éviter toute interprétation fallacieuse, il est même précisé que
      – « …le caractère obligatoire de l’affiliation à ces régimes professionnels) ne les transforme pas en régimes légaux. »
      – Les régimes professionnels délivrent « des prestations destinées à compléter les prestations des régimes légaux de sécurité sociale ou à s’y substituer, que l’affiliation à ces régimes soit obligatoire ou facultative. »
      Ces précisions sont donc bien essentielles, établissant que le fait que les régimes français aient été institués par la loi ne suffit pas à leur donner la qualification de « régime légal » s’ils ne s’adressent pas à l’ensemble de la population ou à l’ensemble des actifs.
      Le seul et unique régime légal de sécurité sociale est donc celui des allocations familiales.

      source : http://www.libreassurancemaladie.com/index.php?f=aspects_juridiques

      1. Il y a une erreur dans votre raisonnement : la CJUE a posé un arrêt qui repose sur des principes fondamentaux et le droit originaire européen (les traités) ; la directive à laquelle vous faites allusion ne porte que sur ce qui ne relève pas de la protection sociale obligatoire, laquelle reste de la compétence des Etats. Si elle devait être opposée aux traités, il serait en outre rappelé qu’elle est d’une portée juridique inférieure. Lancez vous dans cette « croisade », par ailleurs contestable sur le plan éthique (on voit les commentaires du type « où est-ce que je gagne le plus ?), et un jour vous devrez payer un maximum… A bon entendeur…

  6. Très intéressant! Affaire à suivre…

    Question:

    Vous n’avez pas trouvé d’autres personnes ayant fait cette démarche?

    Vous n’avez pas fait valider vos choix par une personne (avocat ou autre), vous confirmant, que juridiquement, c’est possible?
    (Car ils sont du genre à vous sortir un texte de loi, un truc écrit tout petit qui fait référence à la page 256 du document B3 (exemple bidon)…. Il faut se protéger!)

    Bravo pour votre courage!

    1. j’ai pris ma décision sur la base des informations du site http://www.libreassurancemaladie.com et du Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale qui propose son soutien juridique en cas de soucis.
      Si je devais craindre le risque je n’aurai pas créé successivement 2 sociétés et encore moins pris un statut libéral avec 5 enfants à nourrir et une maison à payer.
      Merci pour votre soutien

      1. J’espère que ça va marcher, je ne suis pas encore sur le marché du travail mais je n’ai aucune envie de me lancer dans cette bouillie de subventions pour prendre l’argent gratuit des autres, surtout si c’est en tant qu’entrepreneur..!
        Bon courage !

      2. Pour le prélèvement, fermez votre compte, prenez une autre banque, comme cela tout le monde est satisfait, le fonctionnaire n’aura plus le travail à faire et vous vous gardez votre argent.

  7. Petite question pour éclaircir: si quitter la sécurité sociale est interdit, comment fait on pour passer sur une autre assurance maladie ?
    On se contente de quitter la section assurance maladie mais on est obligé de garder l’assurance chomage ou retraite ?

    1. C’est bien là tout le piquant de l’aventure : l’ Europe dit qu’on a le droit, la sécu dit que non.
      Selon le dernier arrêt PODESTA 2000 de la Cour de Justice Europééenne le seul monopole restant est celui des allocations familiales. C’est dommage car là encore la cotisation du libéral ou indépendant est proportionelle à son revenu, sans plafond…

      Donc pour la retraite, ça devrait être jouable mais je n’ai pas encore cherché. Je garde cette aventure pour la saison 2 de ma série !

      Pour le chomage en tant qu’independant on cotise pas et on en a pas.
      Pour un salarié je ne saurai dire mais le régime français est tellement généreux autant y rester car vous le payez avec vos impots en plus de votre cotisation.

  8. Ménagèredemoinsde50ans

    Cela fait plusieurs semaines que j’envisage de le faire mais je n’ai pas encore réussi à convaincre mon époux.
    Je suivrai donc votre aventure avec beaucoup d’intérêt.
    Bon courage et merci encore de partager votre aventure.

  9. Merci de ces informations.
    Une question cependant : lorsque l’on est affilié à une caisse privée d’assurance maladie pour ses revenus du travail et que l’on bénéficie aussi de revenus du capital, peut-on en même temps faire sauter la CSG – CRDS des revenus du capital ?

        1. Je confirme que c’est non.
          Seuls sont concernés :
          – La CSG déductible sur vos revenus d’activité ou vos retraites
          – La CSG non déductible sur vos revenus d’activité ou de retraite
          – La CRDS sur vos revenus d’activité ou de retraite

          Donc pas sur les valeurs mobilières et autres revenus immobiliers…

  10. Je cotise au RSI, avant c’était Ram Gamex, en tant que travailleur indépendant . Si l’on arrète de cotiser , le droit à la retraite disparait avec la couverture maladie . Ou alors je n’ai pas tout suivi?
    A l’auteur ? pourqoi continue t-il en partie à cotiser à l »URSSAF ? Moi elle ne me demande rien.
    Pour info cette année je paie au RSI environ 15000€ pour un revenu net de l’ordre de 28000€ . pour info il faut ajouter à cela 1500€ de complémentaire maladie et autant en retraite Madelin.

    1. La ramgamex/rsi c est pour la maladie uniquement. Pas la retraite
      Selon votre profession vous avez un organisme pour la retraite base+complementaire obligatoire differend. Dans le cas des professsion de conseil c est la cipav pour moi.

      Je continue de cotiser a l urssaf pour la partie allocations familliales. Je deduis uniquement la part csg
      Ce n est pas normal qu ils vous demandent rien… Regardez de près car ils vont se rappeler a vous d un seul coup avec les arrierés.

  11. « et surtout nous n’avons pas d’indemnité journalière en cas d’arrêt maladie… »

    Du vécu personnel.
    En tant que professionnel libéral, j’ai eu à connaître la carence de 90 jours, en cas d’arrêt maladie/accident, avant que la « Prévoyance » (cotisation obligatoire) ne verse une indemnité journalière au montant fixé de l’année en cours.

    J’avais fait le choix de souscrire une assurance privée (non obligatoire) pour couvrir cette carence.

    J’ai appris a posteriori ceci (dans le cadre de mon appartenance au régime fiscal dit de la « déclaration contrôlée » ou « réel simplifié ») :
    — La cotisation à cette assurance n’était pas déductible en tant que frais professionnel ;
    — Les indemnités servies, le cas échéant, devaient être intégrées dans les recettes brutes !

    Du racket pur et simple… :cry:
    La doctrine soutenue par les hauts fonctionnaires allait jusqu’à prétendre que ladite couverture n’était « que spéculation » de la part du souscripteur…

    Il a fallu le bref passage d’Alain Madelin au ministère des finances pour que le choix soit laissé au professionnel libéral entre :
    — déductibilité de la cotisation et inscription des indemnités en cas de versement dans le registre des « recettes » ;
    — et non déductibilité de la cotisation et pas d’intégration des indemnités dans les recettes.
    J’en ai toujours « gros sur la « patate ». [Fin de cette parenthèse perso.]

    Je souhaite à l’intéressé du courage et plein succès dans ces démarches.

  12. Beaucoup de courage ! J’admire cette initiative car c’est peut-être LE moyen qui pourrait être le plus efficace pour essayer de DETRUIRE l’ETAT PROVIDENCE ; car en fait, c’est tout le problème : l’Etat, et d’autant plus avec les socialistes, se sent fort car il nous tient par les impôts, les taxes, les banques, la SS, les Allocations, etc…. Nous sommes de vrais assujettis au système bancaire, au système de santé, etc… L’initiative de ce Monsieur est salutaire. Très chère bien sûr mais si de nombreuses personnes faisaient de même et si des entrepreneurs Français honnêtes arrivaient à proposer des systèmes de santé corrects, ce serait un semblant de liberté et le gouvernement serait bien obligé de nous écouter alors.
    Pour ma part, retraitée célibataire, je paie des impôts à plein, la sécurité au maxi et j’ai dû prendre une mutuelle qui me coûte 1500 € par an (raisonnable !!!). Je suis prêt à payer autant pour une couverture privée….. A bon entendeur !

  13. Belle initiative, je vais vous suivre …
    Avez vous pensez à ouvrir un compte dans un pays limitrophe (en toute légalité) dans lequel vous placerez de l’argent qui ne pourra être saisie ?
    La banque se fait parfois l’allié des administrations …

  14. Comme vous le précisez vous vous préparez à des moments épiques pour faire admettre votre choix à l’administration.
    Toutefois, sur le volet financier, c’est très intéressant car vous souhaitez une cotisation à titre isolé, mais si vous aviez été dans l’obligation de couvrir toute votre famille, la proposition de AMARIZ aurait-elle été compétitive en rapport des 16000 euros à payer au régime général français?
    Je comprends bien qu’aujourd’hui, vous cotisez deux fois (sur les revenus de votre épouse et les vôtres ) pour une seule garantie.
    Comme pour les complémentaires santé, le choix de cotisations devrait être possible (isolé ou famille), mais ça n’est pas socialo compatible (et ça compliquerait la vie des services paies).

    1. Très bonne question. J’ai également fait le calcul. La cotisation famille Amariz (couple + 2 enfants + autres enfants supplémentaires gratuits) est à 681€. Ca reste donc très intéressant et j’y souscrirai dès que mon épouse ne sera plus salariée et n’aura donc plus de couverture SS. Pour les complémentaires c’est du même niveau de prix chez Amariz qu’en France.

  15. Je doute du sérieux de l’article.
    Les prélèvements automatiques sont à annuler tout bêtement à la banque et non chez le préleveur !!! A noter que 99% des prélèvements automatiques sont illégaux car les banques françaises ne vérifient jamais l’autorisation signée des prélevés… Cas réel vécu avec la Bank Of America de Paris qui, elle, vérifie !
    Enfin, il pourrait y avoir un souci sérieux en cas de mise en oeuvre des garanties complémentaires (prévoyance par exemple), puisqu’elles sont déclenchées par la pris en charge du volet « de base », la SS française et ici Amariz : bonne raison pour les scribouillards des assurances et mutuelles française de refuser toute indemnité.

    1. Je confirme que je suis très sérieux.
      J’ai effectivement annulé également les autorisations de prélèvements du coté bancaires mais j’ai surtout demandé à la sécu et URSSAF de stopper les prélèvements pour repasser en mode chèque. Je ne pouvais pas unilatéralement rompre le mod de paiement que j’avais avec eux et créer un litige pour opposition à leur prélèvement.

      Pour le 2eme point, les complémentaires maladie française ne savent compléter que la sécu et ne prennent donc pas en compte une assurance étrangère. Il convient donc, si on le juge nécessaire, de souscrire une complémentaire chez cette même assurance étrangère.

  16. Quand j’etais en France il y a tres longtemps, je me rappelle avoir fait des demarches pour quitter la SS, a partir de tous les renseignements , textes de lois… provenant du site de Claude Reichman. Il y avait a l’epoque, toute une liste de compagnies etrangeres qui assuraient ceux qui voulaient quitter la servitude une fois pour toutes.

    Je me rappelle aussi que beaucoup de personnes avaient pu ainsi regler leurs affaires tres correctement.

    Je crois que ce serait une tres bonne idee de consulter le site de Reichman qui a ete le precurseur en la matiere. Il en avait beaucoup parle quand il etait sur radio courtoisie.

    Bon courage a tous et felicitations a l’auteur. Dites-moi Laurent C, comment avez-vous quitte le monopole EDF? comment faites-vous maintenant? merci

  17. Comme beaucoup, je vous souhaite bcp de succès et vais suivre votre « aventure » avec le + grand intérêt. Je suis salarié, mais je n’ai jamais compris le monopole de ce qui devrait être une simple assurance maladie, privé. Mais hélas trop de personnes se gavent sur le dos. Et que dire des mutuelles obligatoires car conventionnelles ! Négociées car soit disant + intéressantes, c’est un racket pur et simple ! (juste pour info, j’ai dû un jour demander une carte de tiers payant, fait un mail avec le suivi de lecture… mon mail est passé entre les mains d’une 10aine de personnes… pendant une bonne semaine… et les appeler au téléphone je ne vous raconte pas !)

    A bas les monopoles !

    comme l’auteur, j’ai été parmi les 1er à passer de France telecom à un autre, à changer de fournisseur de gaz & d’éléctricité etc etc…

    COURAGE !

  18. Bon courage à vous. De nombreux médecins libéraux se renseignent et envisagent de faire la même chose que vous. Nous devrons sans doute sauter le pas pour sauver nos petites entreprises…

    1. je comprends dans le fond votre démarche, pour ma part, j’ai commencé des séances de dialyses depuis mai dernier en attendant une greffe, sachant que cela représente un cout de 80 000 euros par mois, là on est bien content de la trouver…

      1. Désolé pour vous. Je précise que l assurance maladie privee en question prend en charge ce que prend la SS. Pas plus, pas moins. Donc si vous etes satisfait de la secu vous seriez aussi satisfait de sa concurrente privée. Maintenant l etat c est la grande illusion ou tout le monde pense vivre au depend de tout le monde comme dirait l autre. Mais vient un jour où faut payer les dettes. Il y a pas de magie.

  19. Professionnel libéral, « racketté » par l’URSSAF, j’ai moi-même franchi le pas depuis 2008.
    J’ai quitté la « sécu » non par courage mais pour sauvegarder mon entreprise : une nouvelle augmentation des mensualités (calculées je ne sais comment) ne me permettait plus de faire face.
    Je me suis rapproché de la CNEE (Confédération Nationale et Européenne des Entrepreneur). C’est similaire au MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale).
    Il s’agit bien d’avoir le choix de son assurance santé : comme pour un véhicule automobile, nous avons le choix de l’assureur et du niveau de garanti (au tiers,…, tous risques).
    Je suis donc chez Amariz depuis 2008 et ne regrette aucunement cette décision.
    J’ai protégé mon habitation en la rendant insaisissable.
    J’ai la visite d’un huissier pour des  »contraintes », »saisi attribution », »injonction de payer »,…émises par l’URSSAF, environ deux fois par mois (stressant au début, puis on s’y habitue).
    C’est, à ce jour la troisième étude d’huissier ; ils ont aussi des frais, qui ne leurs sont pas payés par l’URSSAF. Ils finissent donc par renoncer.
    Dernière innovation de l’huissier du moment : il a émis une demande de saisi sur les paiements de la CPAM en rapport avec les actes effectués sur les bénéficiaires de la CMU (je suis professionnel de santé en SELARL).
    La CNEE m’a rédigé un courrier que j’ai ensuite adressé à la CPAM et tout est rentré dans l’ordre.
    Ce qui est ironique dans cette dernière péripétie, c’est que l’on a bien failli me forcer à cesser de soigner les bénéficiaires de la CMU (nous savons bien qu’il est interdit de leur refuser des soins,… même à perte : rémunération des actes à un taux horaire inférieur aux frais de fonctionnement de l’entreprise ) mais dans ce cas, comment définir ça ? C’est  »gratuit »,  »bénévole », »décroissant », ou simplement crétin ?

    Je vous soutient de tout coeur et vous confirme que c’est possible.
    Il faut juste s’accrocher et ne surtout pas se laisser intimider : la loi est avec nous (je n’ai rien fais d’illégal).

    1. Merci de votre temoignage qui prouve :
      1) que je suis pas fou
      2) que c est possible
      3) que c est pas facile, mais en tant qu entrepreneur ont est déjà habitué a prendre des coups…

    2. Bonjour monsieur,
      je suis médecin généraliste secteur 1 et je quitte également la S.S. Envol fixé en 01/2013. Je suis suivi par le MPLS, et je viens de demander des renseignements pour l’ inscription à ARAMIZ.

      Comment avez-vous fait pour votre compte professionnel et le versement des chèques, 1/3 payants?
      Comment se fait l’insaisissabilité?

      1. Bonjour,
        Je vous invite a lire l episode 19 qui aborde ce point ainsi que la rubrique insaisissabilité sur contrepoints
        L ideal est d avoir votre compte a l etranger.

        Sincerely and for Liberty

  20. Je pense qu’il y a une erreur dans votre calcul:
    Pour évaluer si l’assurance privée anglaise est plus économe que l’assurance maladie obligatoire, il faudrait intégrer aussi l’assurance de vos enfants (ou au moins la moitié puisque votre femme travaille) puisque c’est un service offert par l’assurance maladie française et non par l’assurance privée anglaise.

    De plus, en ne payant plus la CRDS, vous ne participez plus aux remboursement de ce que vous avez déjà consommé et non payé (s’il y a des déficit c’est que nous consommons plus que nous payons).

    Je crains qu’en tenant compte de tout cela, le recours à l’assurance maladie obligatoire soit plus économe (même si elle coûte chère) surtout si en plus on tient compte qu’en cas de coup dur ou quand votre santé sera moins bonne avec l’age vous reveniez à la sécurité sociale française.

    1. Ce point est déjà abordé dans une mes réponses aux commentaires.
      La conclusion est que meêm si mon épouse arrête de travaillert et que toute ma famille se retrouve sur moi et mon assurance privée cela reste intéressant.
      Quand vous dites « service offert », je crains qu’au final il n’y ai toujours quelqu’un pour le payer… cela dit la cotisation famille Amariz prend en charge un couple et tous les enfants pour 681€.

      Pour la CRDS, je crains qu’elle ne servent plus depuis lontgtemps aux remboursements des dettes passées mais bien du trou sans fond de la sécu.Et si on fait le bilan de ce que j’ai lâché depuis que je travaille j’ai bien payé ma « dette » si jamais je devais me sentier redevable d’une prestation qu’on m’a forcé à prendre.
      Enfin concernant le « coup dur » je confirme que AMARIZ prend en charge ni plus ni moins que ce que prend la sécu. Si vous estimez que la sécu vous prend bien en charge, il n’y a donc pas de différence si ce n’est le plafond de 450.000€ par an effectivement par personne assurée. Mais la sécu est bien une des seules assurances au monde à ne pas plafonner sa prise en charge, ça en dit long sur la viabilité du système. Parlez ens à de vrais assureurs : il y a toujours un plafond, sinon ça s’appelle du Ponzi et espérer vivre aux dépends des autres.

  21. Bonne démonstration d’individualisme!

    Bonne chance en cas de Cancer, mais vous allez faire comme les enfants et revenir dans la robe de maman Secu dans ce cas.

    Pourquoi vous ne mettez pas votre énergie à combattre ses injustices au lieu de rechercher juste à gagner plus d’argent.. Vive l’exemple donné à vos enfants, dites leur directement que la meilleure façon vivre est d’arnaquer son prochain.

    De la part d’un jeune qui ne vas jamais au médecin, qui ne porte pas de lunettes et qui cotise pour que mes grands parents puissent être soignés en cas de problème.

    1. Le vrai égoïsme, le vrai individualisme vient exactement du type de raisonnement que vous tenez ici: tenter de servir ses propres intérêts dans la contraire de l’autre et tentez de le faire culpabiliser s’il tente de s’y soustraire.

      Laissez donc aux autres la liberté de choisir leur assurance santé, les moyens de leur sécurité. Laissez les donc libres de leurs choix.

    2. Vous voulez parler de combrattre les injustices ? J’ai déjà créé 120 emplois dans ma carrière et ça continue avec 15 prévus cette année. Ca c’est du concret pour 120 personnes et leur famille et pas de l’arnque de son prochain comme vous dites.

  22. Comme quoi la seule question qui vaille c’est ce que vous payiez. Faire supporte l’assurance de vos enfants par la seule cotisation de votre épouse ne vous pose aucun problème…

    Sortir du système mais surtout en s’assurant de pouvoir en garder tous les bénéfices indirects, c’est tout simplement de la malhonnêteté intellectuelle.

    Mais vous vous demandez sans doute ce que vienne faire ces réflexions quand il est question d’argent.

    Je ne vous souhaite ni bien ni mal, a vous et a vos proches, une chose est certaine, je ne regarderais pas ce que vous cotisez avant de vous porter secours s’il le fallait.

    Bonjour chez vous

    1. Ça y est les trolls débarquent.

      Et dis donc, si le système était moins contraignant, on chercherait peut-être moins à le fuir….quand le garrot devient trop serré, il est tout à fait légitime d’essayer de s’en dégager.

      Toujours les mêmes arguments, soit dit en passant, sacrifice et culpabilité, dans la bouche des donneurs de leçons à 2 francs 6 sous. Comme Rand avait raison !!!

    2. je vous rassure, pour rester fidèle à mes convictions, et ne surtout pas dépendre de gens comme vous ni des autres, je compte bien raccrocher toute ma famille à mon assurance privée dès que j’aurais résussi à sortir de la sécu. Je ne voudrais pas dans cette période difficile qui s’annonce (et vous en êtes la preuve) qu’ils patissent des turpitudes de ces monopoles publics. Pour ma part j’assume les risques.

      1. Non vous n’assumez pas les risques. Si votre entreprise fait faillite vous reviendrez vite fait sous le régime de la sécurité sociale qui vous accueillera à bras ouvert parce que elle est solidaire.
        Parce que si vous faites faillite et que vous être malade votre assurance ne vous servira à rien. Dans ce cas vous déciderez de crever la bouche ouverte ou de profiter de cet infâme monopole?

        1. Il n’assume pas les risques ????!!! :/:**;:;(-;!=à))çàf
          Non mais vous savez le risque qu’il prend là ! Il a une chance sur deux de se retrouver en prisons criblé de dette, mis au banc de la société, tout cela parce que un monopole de service (ici d’assurance) ne veux pas servir les clients mais base son business aux antipodes du libre-choix et de l’éthique par la force des mitraillettes, mais avec qui elle est solitaire cette organisation, si tu ne paye pas elle t’ignore (si tu es au chômage) ou et te met en prison (si tu travaille), quand tu veux te faire remboursé elle tire la gueule, elle espere que tout les vieux meure, et si elle est en déficits dans le pire des cas elle va demandé à l’Etat de racketté les contribuables et particulièrement les plus pauvres.

          La réalité c’est qu’avec la sécu personne n’est solidaire avec personne, tout le monde va tiré le plus de chose possible de la sécu et après moi le déluge, comme si des caisse pouvais être illimité, comme si l’épargne était illimité.

  23. Petit rappel historique : La sécurité sociale a été réellement créée en 1941 sous le régime de Vichy, puis entériné par le CNR en 1946. C’est donc bien d’un système socialo-fasciste qu’il s’agit. Idem pour le régime de retraite par répartition.

    Bravo pour votre combat pour la liberté.

      1. les trolls débarquent depuis rue 89…

        ils sont nourris à la propagande étatique de l’assurance santé « la meilleure du monde que tout le monde nous envie mais personne ne fait comme nous ».

        ils devraient chercher à comprendre pourquoi le français fait parti des moins bien remboursé d’europe pour les plus forte cotisation, sans oublier la dette collossale du système.

        cela dit les trolls étatistes en générale sont assez bètes, ne comprennent rien au travail et aux mathématiques, et par conséquent, n’ont aucune connaissance des pyramides de Ponzi…

        ils seraient esclaves, que les trolls étatistes continueraient à être content et à vous dire que vous êtes un « égoïste ».

        Ils osent parler de « malhonnêteté intellectuelle », moi je ne voit dans leur démarche « solidaire » que de la PAUVRETÉ intellectuelle.

    1. la liberté, vous connaissez ? C’est ça le principe moral.

      vous y voyez de l’égoïsme, mais vos oeillères ne vous permettent pas de sortir de votre petit carcan franco français de la « solidarité » nationale.

      heureusement que le reste du monde ne ressemble pas à la France…

  24. Excellente initiative

    Sur ce sujet comme sur d’autres, pour libérer notre pays, il est politiquement impossible d’essayer de réformer de l’intérieur. Ce sont des forteresses et ceux qui les tiennent savent bien qu’ils n’ont rien à gagner d’ouvrir les porte.

    Il sera beaucoup plus efficace défendre le droit d’ignorer l’Étatnounou plutôt que d’exiger le pouvoir de contrôler. Le Droit de mettre en concurrence.

    Et comme mode d’action, la votre est excellente… Bon courage !

  25. Les trolls sont des cotoyens qui expriment leur point de vue. Leur démarche est tout aussi légitime que la votre… mais c’est un point de détail.

    Enfin, et puisque que l’on arrive, la notion de société, de nation, d’état suppose l’acceptation par tous ses membres d’un corpus de règles, les lois.

    Que vous soyez d’accord ou pas avec chacune de ses règles n’est pas la question. Vous devez vous y soumettre dés lors que la règle existe et éventuellement, dans le cadre de vos droits de citoyens, faire en sorte qu’elle change si vous le souhaitez.

    Ceci étant posé, chercher a fuir partiellement le système demeure donc de la malhonnêteté intellectuelle. J’en reviens a l’auteur de ce billet [laissons donc les trolls troller ...].

    Si vous allez au bout de vos convictions [j'ose espérer que les autres membres de votre famille on droit de cité ...] j’ai peur qu’il ne vous reste que la recherche de cieux plus en accord avec vos convictions. C’est triste, j’en conviens, mais les principes de la vie en société sont ceux la, la loi, les règles, le système social s’acceptent entièrement ou pas.

    Il sera donc intéressant de voir dans votre histoire si oui ou non vous pouvez rester dans le cadre légal français. Pour ma part, vous l’aurez compris, j’espère que non et c’est bien le seul intérêt que je trouve à cette chronique.

    Je pense en rester la, je ne vois pas trop d’intérêt aux références historiques de quelques agités du bocal.

    1. Un système qui protège les gens contre leur volonté en usant de moyens de pression et coercition pour leur demander paiement, ca s’appelle un système mafieux.
      Je connais déjà l’arguement : « vous n’avez qu’a partir si vous n’etes pas content ». Oui, c’est comme ça que font les mafias dans les quartiers.
      Vous espérez que je sois contraint de rester dans le cadre légal francais. C’est tout dire.
      Moi je n’espère qu’à ce que vous pouviez vivre comme vous l’entendez, du mieux du monde, selon vos valeurs.
      Ne m’imposez pas vos valeurs. Je ne vous impose pas les miennes.

      1. Vous avez quitté la sécu, très bien, si c’est votre choix et que c’est légal. Simplement je trouve scandaleux que dans ces conditions vous ayez le droit de REVENIR quand vous voulez dans la sécurité sociale française. Parce-que vous trouvez cela stupide que sa prise en charge ne soit pas plafonnée mais si vous avez un pépin grave de santé vous n’aurez peut-être pas le choix que de revenir pleurer chez cette sécu sur laquelle vous avez tant craché. Renseignez vous avant sur les coûts des opérations, des traitements anticancéreux ou autres, serez vous capable d’assumer la part au délà du plafond de votre sécu?

        1. Lisez bien l article
          1) je suis pas encore sorti de la secu et pour cause, ce regime est tellemen genereux qu il nous laisse pas le quitter
          2) partir sans pouvoir revenir ca s appelle une discrimination
          3) la non plus par definition ne prend pas en charge les depassements de secu. Faut une complementaire…
          Sinon l assurance privee couvre comme la secu. Donc cancer inclus. Bonne santé a vous aussi

          1. Bonjour Laurent C,
            J’ai une petite question: est-ce que vous avez mis de coté au cas où vous auriez une maladie dépassant le plafond de 450 000€/an?
            Pour info: un traitement anticancéreux seul (sans hospitalisation) coûte environ entre 40 et 80 000 euros/an. Si on additionne la prise en charge et le fait d’avoir de multiples traitements je pense que si vous avez un cancer vous tiendrez pas plus de 3 mois en dessous du plafond.
            Dans ce cas, revenez vous à la sécu ou est-ce que vous utiliseriez vos économies?
            Vous avez raison de diminuer la probabilité de souffrir d’une maladie en ayant un rythme de vie sain mais cela ne représente en aucun cas un garantie (certaines personnes on du mal à comprendre ça même si je ne doute pas que vous le sachiez).

    2. « Que vous soyez d’accord ou pas avec chacune de ses règles n’est pas la question. Vous devez vous y soumettre »
      –> Au moins, ça a le mérite d’être clair. Facho !

      « Il sera donc intéressant de voir dans votre histoire si oui ou non vous pouvez rester dans le cadre légal français. Pour ma part, vous l’aurez compris, j’espère que non »
      –> Quelle mentalité dégueulasse.

      1. Si vous considérez que respecter les lois relève du fachisme je ne peux pas vraiment argumenter.

        Ce n’est pas dégueulasse cher ami, c’est mon opinion. Rien de personnel dans tout cela, simplement j’espère qu’il n’est pas possible de désintégrer légalement notre système depuis l’intérieur. Cela me semble une information intéressante.

        Au final, vous avez un bulletin de vote, j’en ai un, on les compte périodiquement. C’est ainsi que le choses fonctionnent en démocratie, et entre les deux chacun fait ce qu’il veut dans le cadre légal.

        1. Blablabla… Le principe démocratique n’est pas le parangon d’une société libre. Entre la démocratie libérale, respectueuse des libertés individuelles, et la démocratie populaire (pour ne pas dire populiste), qui n’est rien d’autre qu’une tyrannie de la majorité, il y a un océan. Et j’ai bien compris de quel côté votre cœur balançait (si tant est qu’on puisse parler de cœur…).

        2. ———————————————————————————
          Hubris: « j’espère qu’il n’est pas possible de désintégrer légalement notre système depuis l’intérieur. »
          ———————————————————————————

          Il est déjà foutu votre système, sur-endetté jusqu’à l’os sans fournir de meilleurs prestations que d’autres pays dotés eux de système pérenne. Vous volez l’argent de vos enfants et petits enfants pour payer vos prestations, pas très moral !

          ———————————————————————————
          Hubris: « Enfin, et puisque que l’on arrive, la notion de société, de nation, d’état suppose l’acceptation par tous ses membres d’un corpus de règles, les lois. »
          ———————————————————————————

          Vous vous gargarisez avec des mots tel que démocratie qui sont vide de sens en France. Vous supposez que le choix d’un type pas plus compétent que les autres mais « de votre bord » va donner les meilleurs décisions pour la société alors que son but et son intérêt n’est que sa réélection et une bonne image.

          Vu de pays à vraie démocratie ou on vote même pour les pistes cyclable, l’aménagement des parcs les impôts les assurances et ou les élus ce prennent régulièrement des claques en votation par le peuple qui les a pourtant élus vous avez l’air de pantins ridicule.

          La France n’est pas une vraie démocratie, vous ne pouvez pas « changer les choses qui vous déplaisent », juste élire des princes dans un choix limité.
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie#Classement_2010.5B2.5D

          Les pays qui s’en sortent le mieux SONT des démocraties et comme par hasard ce sont aussi les économies les plus libre:
          http://www.heritage.org/index/

          En bref votre pathologie relève du syndrome de Stockholm ou de l’adorateur de secte.

        3. « Si vous considérez que respecter les lois relève du fachisme je ne peux pas vraiment argumenter. »

          Me demande ce que vous pensez des gens qui respectaient la loi sous Hitler. Des gens bien certainement.

    3. Quel positivisme!

      « Que vous soyez d’accord ou pas avec chacune de ses règles n’est pas la question. Vous devez vous y soumettre dés lors que la règle existe »

      Sans chercher à atteindre le point Godwin, vous réalisez que votre phrase ne reflète pas l’idéal de démocratie mais simplement la dictature de la majorité et ses effets les plus pervers? A quoi bon le conseil constitutionnel si 51% des gens peuvent imposer à 49% ce qu’ils veulent?

      « …éventuellement, dans le cadre de vos droits de citoyens, faire en sorte qu’elle change si vous le souhaitez »

      Là, c’est le ponpon! Eventuellement? Parce que si aucune offre politique ne le permet, ce n’est pas grave? Parce que si vous n’avez pas le droit ou la possibilité matérielle de faire changer les choses, il faut se résigner ou s’exiler?
      Votre histoire, ce n’est ni de la démocratie, ni de la solidarité. Simplement de la résignation face à un système et la volonté de soumettre à ce système ceux qui auraient l’audace de remettre en question vos convictions.

      1. Pas exactement, je vous invite a vous engager autant que vous le souhaitez mais dans le respect des règles c’est tout.

        Encore une fois, l’intérêt est de voir si tout cela est possible dans ce cadre. Ne mélangez pas ce que vous supposez être mes convictions et le résultat de l’exercice de la démocratie.

        Pour finir, oui 51% c’est la majorité, je comprends bien que cela heurte le sentiment de singularité de chacun mais encore une fois c’est ainsi.

  26. Ne mélangez pas tout, ce ne sont pas ‘mes’ valeurs, mais celle de la société dans laquelle vous vivez.

    Que je sois en accord avec ces valeurs ou pas, de même que vous le soyez de votre coté n’a rien a voir avec le fait de respecter les règles élémentaires de la vie en société.

    De façon plus anecdotique, je ne suis pas en accord avec toutes les règles que j’évoque, néanmoins je les respecte.

    Ce que je dis est assez simple. Soit vous pouvez arriver a vos fins légalement et je serais troublé, soit vous basculez dans l’illégalité et il n’y a plus trop de questions.

    Je ne crois pas qu’il soit nécessaire d’épiloguer plus longtemps, je suivrais néanmoins avec intérêt la suite de vos pérégrinations.

    Bon dimanche

      1. me réjouir ? non ce n’est vraiment pas le sujet.

        Pourriez vous m’expliquer quelles sont les limites que vous mettez a la liberté individuelle ?

        Si tout ce qui heurte tel un ou tel autre est liberticide nous ne sommes pas sortis de l’auberge….

          1. La liberté de chacun, celle des autres…

            Vous vous rappelez ?

            Sinon on peut aller dans votre direction, je fait ce que ce que je veux jusqu’au moment ou plus fort que moi ne m’en empêche.

            A mon sens il vaut mieux que tout cela fasse l’objet de règles objectivées et que la société se donne les moyens de faire respecter les règles que la majorité a choisi…

            Je vais très bien merci :)

            1. « La liberté de chacun, celle des autres…

              Vous vous rappelez ? »

              –> Ok. Et donc en quoi le fait que Laurent C. quitte la sécu pourrait-il nuire à votre propre liberté ?
              J’imagine qu’il doit y avoir une bonne raison (autre que le fait de lui imposer vos propres choix) puisque vous avez déclaré votre espoir qu’il n’y parvienne pas.
              Nous sommes tout ouïe.

    1. Je respecte les règles et la loi du pays où je vis.
      Ma démarche entre dans les règles supra-nationales Européennes, règles que ce pays devra donc aussi respecter !
      L’avenir dira si j’ai mal interprété ces textes auquel cas je me conformerai et assurmerait les pénalités et amendes qu’on ne manquera pas de m’infliger.
      Bon dimanche également

      1. Ca y est : mon article est repris sur la « vigie » en home page de rue 89. D’où les trolls.

        D’ailleurs « vigie » ça veut bien dire que ces gens se posent en « veilleur » pour que notre société reste conforme à leur vision.

        1. Ne nous dites pas qu’en exposant ainsi votre expérience, vous n’imaginiez pas provoquer quelques réactions ?

          Si certains troublent ce paisible entre soi, et que cela n’était pas souhaité, je suis désolé, mais je n’y crois pas beaucoup.

          Certains veillent et d’autres font de l’activisme. Suivant les sujets, les rôles changent. C’est ainsi qu’une société débat.

          Si tout cela peut rester honnête et courtois ce n’en ait que mieux et je vous remercie de de l’intégrité de vos réactions.

  27. Tiré du site de la secu
    « L’affiliation obligatoire à la Sécurité sociale est la meilleure garantie d’une protection sociale de haut niveau, solidaire et durable pour tous. Avec l’égalité d’accès aux soins, les allocations familiales, les retraites, la Sécurité sociale est le ciment de notre cohésion sociale et nationale. La fragiliser c’est mettre en péril notre pacte républicain. »

    Je crois qu’il faut le lire plusieurs fois pour (essayer de) s’en convaincre…

  28. Hubris est kantien

    Pour lui: la loi est la loi et elle est forcement bonne.
    Les nazis aussi étaient comme ça. C’est ce que ceux qu’on a attrapés nous ont dit: « j’obéissais à la loi »

    Hubris , vous devriez lire « Soumission à l’autorité » de Stanley Milgram

    La dictature de la majorité ne suffit à en faire une démocratie. Il lui manque une constitution protégeant les libertés individuelles, concept sur lesquel vous vous asseyez manifestement.

    1. Cela tombe bien nous en avons une en France.

      Pour le reste, je ne relève même pas. Si l’anonymat de ces réactions permet bien des excès. Je peux aussi choisir d’ignorer vos outrances tout en vous conseillant la relecture de Montesquieu [ne vous faisant pas l'affront d'imaginer que vous soyez passé à coté] …

      1. Légalité n’est pas légitimité.

        Comme je l’ai dit plus haut, quand le garrot devient trop serré, il devient légitime de chercher à s’en débarrasser.

        Quel est la valeur d’un système de solidarité organisé autour de la coercition et de la contrainte de ceux qui ne veulent pas en être ? Est-ce encore de la solidarité ?

        Pourquoi un système solidaire devrait-il être public et monopolistique? Serait-il plus enviable qu’un système privé et concurrentiel?

        Montesquieu aujourd’hui, lui qui haïssait tant l’esclavage, serait un libéral.

        Et pour finir avec lui:

        « Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi ; mais elle doit être loi parce qu’elle est juste. »

        La coercition et la contrainte, ce n’est pas juste même sous prétexte de solidarité.

        1. Légalité n’est pas légitimité.

          En effet, ceci d’ailleurs ouvrirait un second débat sur l’action de Laurent C. Mais, conscient que la notion de justice est par trop personnelle, j’ai choisi de resté sur le plan de la légalité et incidemment sur le respect des règles de nos démocraties.

          Voyez vous, je souhaite que tout cela ne devienne pas légal car cela, a mon sens, introduirait un risque dans le système.

          Toutefois, au final, je garde mes opinions sur la légitimité de tout cela, en gardant une confiance apaisée dans mes concitoyens et mon prochain.

          Enfin, qualifier Montesquieu de libéral [au sens que vous semblez donner à ce terme] me fait hurler de rire. Comparer la situation dans laquelle Montesquieu écrivait avec la votre est a peu prés aussi constructif et honnête que déformer mes propos comme vous l’avez fait.

          1. Vous dites qu’il faut suivre des règles élémentaires pour vivre en société, et vous avez bien raison, mais voyez-vous la sécurité sociale enfreint justement ces règles élémentaires pour vivre en société, elle est par excellence un facteur d’anarchie sociale

          2. « Voyez vous, je souhaite que tout cela ne devienne pas légal car cela, a mon sens, introduirait un risque dans le système. »

            Le système social-démocrate français est déjà mort. La sécu comme les retraites.

            Les gens comme Laurent C, les entrepreneurs, les créateurs d’emploi, les indépendants choisiront de se barrer, de tricher ou arrêteront de produire des efforts. Il restera les fonctionnaires et les touristes.

            Et plus on tentera de retenir par la force les gens comme eux, plus ils chercheront à se barrer, plus les impôts augmenteront et plus ils chercheront à tricher, plus on les tondra, moins ils produiront, plus on les obligera à la solidarité, plus ils tenteront de s’y soustraire.

            Sinon le reste de vos propos est vide de sens. Restez sur le fond plutôt que sur la forme.

          3. « Voyez vous, je souhaite que tout cela ne devienne pas légal car cela, a mon sens, introduirait un risque dans le système.  »

            Un risque de quoi ? De faire faillite ? Trop tard, c’est déjà le cas. Ou alors que les gens soient capables de se prendre eux même en main; qu’ils soient libres de leur décision, quelle horreur !

            Un bon étatiste nous dira toujours que puisque le peuple est composé majoritairement de crétins, il est donc normal que l’on prenne pour lui les meilleurs décisions sans lui demander son avis.

          4. « Enfin, qualifier Montesquieu de libéral [au sens que vous semblez donner à ce terme] me fait hurler de rire.  »

            –> Vous pouvez rire autant que vous voulez, mais c’est un fait. Il est habituellement classé parmi les auteurs classiques du libéralisme politique. D’ailleurs on peut le trouver en bonne place dans deux grandes sommes encyclopédiques du libéralisme qui font référence : dans « Les libéraux » de Pierre Manent, et dans « Les penseurs libéraux » d’Alain Laurent et Vincent Valentin.

            Mais que vous l’ignoriez ne nous étonnera guère : vu ce que vous entendez par démocratie, il serait étonnant que vous l’ayez lu. En tout cas, c’est assez amusant…

          5. Sur le fond, comme ceci ?

            Pour lui: la loi est la loi et elle est forcement bonne.
            Les nazis aussi étaient comme ça. C’est ce que ceux qu’on a attrapés nous ont dit: « j’obéissais à la loi »

            Vous plaisantez ?

            Vous tombez mal, au passage, je suis indépendant au sens professionnel du terme depuis un moment :)

            Quand au risque induit, il s’agit tout simplement de voir la notion même de société se déliter.

            Je pense que j’ai dit mon avis et mes raisons dans ce débat. Il éclairera, agacera, rebutera selon les cas. Pour la suite je vous rejoins, évitons les redites.

          6. Prof libérale aussi, je réfléchis aux possibilités d’expatriation même si c’est difficilement réalisable dans mon cas, enfin très risqué tout au moins.

            Quant au risque de délitement de la société (déjà bien abîmée), je pense que c’est un mal nécessaire avant une éventuelle renaissance (en tous cas, c’est beaucoup mieux que la mort à petit feu que nous proposent nos politiques de droite ou de gauche)

  29. Selon Montesquieu a qui l’on fait dire bien des choses, nous avons aussi la monarchie et le despotisme. Sachant que je range ce que vous appelez étatisme dans la famille ‘républicaine’.

    Bien entendu, la république peut s’entendre sous bien des moutures. Il n’en reste pas moins que son fondement reste  » l’état de droit  » dans tous les cas.

    Alors despotisme ? monarchie ? dites nous ?

    1. De manière réaliste, une démocratie libérale avec un état limité aux fonctions régaliennes (police, justice et armée) et une constitution forte qui garantit un maximum de libertés individuelles aux citoyens et limite le cadre étatique.

      De manière utopique, une anarcapie

      1. Police, justice et armée dont il faut bien s’accommoder pour garantir la propriété privée…

        C’est minimaliste en effet, et amusant de voir que les seules concessions à la nécessité d’une organisation sociale serait celles garantissant vos intérêts propres réduit à la notion de propriété.

        Notre désaccord est bien fondamentale, toutefois, je vous renvois sur une construction collective [Wikipedia] http://fr.wikipedia.org/wiki/Anarcho-capitalisme

        Est ce bien la, une traduction fidèle de votre utopie ?

        1. Vous avez quelque chose contre la propriété privée?

          Il n’y a que 3 piliers fondamentaux : Liberté, Responsabilité et Propriété privée. Tous les systèmes politiques qui tournent autour de ses trois piliers me conviendraient.

          Aujourd’hui, nous baignons dans l’égalité (pas en droit que je défendrais) mais dans l’égalité de fait, l’immixtion de l’état dans la sphère privée, la solidarité contrainte et les bisous républicains: à gerber!!

          1. Rien du tout, je n’en fait juste pas l’alpha et l’oméga de tout chose.

            De fait la réduction des structures sociales à ce qui est nécessaire pour la sauvegarder et surtout rien de plus me parait un peu dangereuse.

        2. « Police, justice et armée dont il faut bien s’accommoder pour garantir la propriété privée…
          C’est minimaliste en effet, et amusant de voir que les seules concessions à la nécessité d’une organisation sociale serait celles garantissant vos intérêts propres réduit à la notion de propriété. »

          Non Hubris, la police, la justice et l’armée assurent bien plus que la seule défense de la propriété privée, sans elles pas de sécurité, pas de liberté d’expression, pas de liberté de culte, etc… bref pas de liberté tout court.
          Enfin, la raison pour laquelle les libéraux défendent que ces fonctions doivent être assurées par l’Etat repose sur le besoin d’impartialité et d’équité de traitement entre les citoyens devant la loi.

          Bref, rien à voir avec votre sous-entendu mesquin… (cf « une organisation sociale serait celles garantissant vos intérêts propres réduit à la notion de propriété »)

    2. @Hubris

      Gné ? C’est quoi cette tentative d’enfumage ?
      L’état de droit n’a rien à voir avec la conception de tyrannie de la majorité que vous avez défendue plus haut.

      En outre, à l’opposé de votre soumission obséquieuse à l’égard du législatif, Montesquieu s’en méfiait énormément parce qu’il était selon lui le pouvoir le plus susceptible d’abuser de son autorité.

      « Il y a deux genres de corruption : l’un, lorsque le peuple n’observe point les lois ; l’autre, lorsqu’il est corrompu par les lois ; mal incurable, parce qu’il est dans le remède même. » – De l’Esprit des lois.
      Contrairement à Montesquieu, vous n’avez visiblement pas compris (ou vous faites semblant de n’avoir pas compris) l’étendu de la corruption inhérente à la législation.

      1. Je n’ai jamais défendu aucune tyrannie, j’ai manifesté mon attachement à des principes républicains et démocratiques.

        Ceux la même que vous refusez. La majorité n’a pas toujours raison, l’histoire le démontre malheureusement, mais c’est notre règle commune. Il nous appartient a tous de la faire vivre dans le respect de ce principe de base.

        Ce que Montesquieu a écrit, ce que j’en ai retenu, c’est la nécessaire vigilance de chacun pour que l’esprit soit sauvegardé et qu’aucune minorité ne puisse s’approprier la puissance de la loi. Que Montesquieu et d’autres depuis nous mettent en garde contre les dérives c’est une chose, que vous lui fassiez dire qu’il remet le principe du droit en question c’est une tour autre chose.

        Tant et si bien qu’ainsi que je l’ai écrit a plusieurs reprises plus haut, l’intérêt que je vois a cette action est de se faire une idée concrète de la situation du droit.

        Est ce que cela sera possible ou pas ? Pour ce que j’en pense c’est autre chose.

        1. Il m’a aussi semblé intéressant de regarder un peu le track record de cette société anglaise…

          Le moins que l’on puisse dire est qu’il est léger. Pour un assureur, c’est même très peu convaincant.

          Tout cela ne me dit rien de rassurant, et j’invite cordialement, quelque soit les opinions sur le sujet, tout candidat a se renseigner au préalable sur la solidité de tout cela.

          Pour ma part et vu d’ici, ça ressemble fort a une arnaque.

          Bonne soirée

          1. C’est bien pour cela que mon article n’est en aucun cas une incitation ni une publicité. Juste un témoignage sur ma démarche et les relations en bien ou en mal que j’aurai avec les monopoles d’un coté, et cette assurance privée de l’autre et sur laquelle je n’ai aucune illusion quant sa recherche du profit. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle doit être bien gérée contrairement à la sécu.

        2. @ Hubris

          « La majorité n’a pas toujours raison, l’histoire le démontre malheureusement, mais c’est notre règle commune »

          Donc en fait, vous cautionnez toutes les horreurs commises par les républiques démocratiques, au nom du fait que c’est « notre règle commune »… Belle mentalité…

          Alors sachez au moins que ce n’est pas « notre règle commune ». La seule règle considérée comme morale pour les libéraux est celle du droit naturel, et ce droit est au-dessus de celui des États car il découle de l’observation de la nature qui est objective, et non des perceptions humains qui sont subjectives.

          Et je vous rappelle que le droit de l’UE est également l’expression démocratique et qu’en vertu du principe de l’alliance, celui-ci prime en cas de conflit sur le droit des États membres. Vous ne pouvez donc pas au nom de la démocratie reprocher quoi que ce soit à Laurent C.

  30. La liberté est une vertu.
    J’ai du mal à considérer le fait de quitter la Sécurité Sociale ou tout autre monopole ou quasi-monopole étatique comme une vertu en soi, ni comme un bien, ni comme un mal.
    En tant qu’assureur, la sécurité sociale affronte à la fois la nécessité d’équilibrer ses comptes, et celle de répondre aux missions que lui prête l’Etat. Aucun assureur privé ne doit financer les hopitaux sans pouvoir contrôler ce qu’ils font, aucun assureur privé ne doit financer la CMU, l’AME.
    Parmi ses missions confiées à la sécu, on ne peut pas nier que certaines voire la plupart, sont vertueuses, mais on peut se demander si la manière dont sont organisées ces missions est à la fois la plus verteuse puisqu’elle repose sur la coercition, et la plus efficace connaissant les résultats et les comptes.
    Finalement, réduire le fait de quitter la sécu à une opération comptable ne me semble pas refléter la réalité, il s’agit avant toute chose d’un acte politique consistant à affirmer le principe de liberté comme antérieur à toute action.
    Ce qui manque à ce type d’action individuelle, c’est de s’inscrire dans un cadre politique qui permette d’en affirmer les principes fondamentaux, mais également de manifester sa force réelle.

    1. Il faut toujours une goutte d’eau pour faire déborder le vase et l’aspect comptable a été effectivement le déclencheur. Rassurez vous je reviendrais dans l’épisode 2 sur les motivations de fond touchant à la liberté et la responsabilité. Les nombreuses réactions négatives dans les forums me donnent une matière inespérée. D’ailleurs, je crains d’avoir plus fort à faire à mes (con)citoyens qu’aux monopoles dans cette action

  31. Merci à vous de franchir le pas.
    J’attends avec impatience la suite des évènements pour pouvoir en faire de même.

    Par contre, êtes vous certain que ce n’est pas possible de s’affranchir de la CSG et de la CRDS sur les bénéfices boursiers et immobiliers ?

    Bon courage pour la suite et pour la saison 2 également ;)

      1. Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas (plus) seul, et si vous avez un soucis pour que votre choix de liberté soit respecté, dites vous bien que des personnes de l’ombre seront là pour vous apporter de l’aide. @u plaisir GD

  32. Bravo Laurent pour cette initiative et re-bravo pour avoir le courage de décrire votre « combat » au jour le jour. Je suivrais avec grand intérêt.
    Ne vous laissez pas décourager par la belle bande de trolls qui ne va pas manquer de vous casser du sucre sur le dos…Que voulez-vous, pas facile de se passer de l’Etat Nounou quand on est drogué à l’argent gratuit des autres depuis 40 ans.
    Plus concrètement, y’a t-il un moyen de vous soutenir et de vous épauler dans votre démarche ?

  33. Je ne vois pas très bien en quoi utiliser un dispositif légal, informé et même en faire la publicité pourrait être considéré comme une incitation « à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale, et notamment de s’affilier à un organisme de Sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues».
    Parce que jusqu’à preuve du contraire, un assureur privé qui se conforme « aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale » est bel et bien « un organisme de Sécurité sociale ».
    Non ?

      1. @deconomicon
        Ne confondez pas une situation de rente (par nature antilibérale) et ma situation.
        Je vole pas mon argent. Je le gagne en trouvant mes propres clients, en les convaincant de travailler pour eux, en faisant ensuite un travail de qualité qui justifie le prix payé. Je suis en concurrence avec les autres consultants donc mon prix est un prix « marché ». Et si le client est pas content du travail : il paie pas. Et si il paye en retard eh ben… j’attends. Et dans tous les cas il paye à 30 jours.
        Pas de congés payés, pas de paye pendant les arrêts maladie, pas de chomage. Je me plains pas au contraire. C’est un choix de vie.
        En France on est jaloux de la paye des autres et on essaye de leur soutirer de l’argent par « solidarité » au lieu d’essayer de se décarcasser à gagner plus par soi même.
        Au contraire, moi je suis content quand des gens gagnent plus que moi. Ca veut dire qu’ils ont généré d’autant plus de croissance dans le pays où ils sont. Croissance qui profite à tous (confère tva et autres impots dont les recettes sont proportionnels à cette croissance).

        Pour conclure il est très regrettable que trop peu de gens gagnent autant ou plus que moi. C’est ça la différence entre un pays pauvre et un pays riche.

        1. « Petit sondage : qui gagne autant que Laurent C. ici ? »

          Petit sondage: Qui peut prétendre que jamais un seul centime des impôts de Laurent, de ses employés, de ses fournisseurs ou des employés de ses fournisseurs ne lui profitera jamais ?

          A l’inverse qui pourrait prétendre que jamais son argent n’irait à tous ces gens si ils étaient au chômage ?

          Laurent C ne vous coute pas un rond et vous profite, et vous deconomicon, quel est votre apport à la société exactement ?

  34. « Enfin, dans le pire des cas, la sécu est obligée de me reprendre si je recotise chez eux ou même sans emploi en me rattachant à mon épouse qui cotise déjà. D’ailleurs la sécu prend même ceux qui ne cotisent pas (CMU) ou même ceux qui sont étrangers en situation irrégulière (AME). C’est dire ! » .. tout est dit….
    Sur la comparaison assurance maison / assurance enfants, je remarque que s’agissant d’une assurance privée, les conditions de suivi sont les mêmes que pour une assurance habitation ?… j’ai bien une idée du motif pour le maintien des enfants à la sécu française…..

    1. @benji
      Vous n’avez pas lu attentivement l’article, il va le faire, il attend juste d’avoir validé la démarche pour lui même, histoire que ses enfants ne soient pas dans un vide juridique…
      Laurent C. travaillant dans l’informatique, il fait ce qu’on appelle un site pilote. Si il est concluant il généralisera… à sa famille.

      @Laurent C. je vous souhaite beaucoup de courage et j’espère que votre démarche fera progresser notre liberté en France.

      @Hubris je suivrais cette histoire en espérant que cela démontrera que cela est bien légale (même type d’intérêt, mais objectif contraire)

      Enfin, je considère que les réactions des protecteurs de ce qu’ils appellent la « solidarité républicaine » et nous la « coercition étatique » sont principalement fondés sur une peur de l’inconnu.
      Je rappelle que les autres pays occidentaux qui n’ont pas la SS ne sont pas pour autant des no man’s land médicaux et qu’on n’y meurent pas fautes de soin. Ils ont des assurances privés (non déficitaires) depuis toujours et ne s’en portent pas plus mal.

      Je rappelle aussi que beaucoup de révolution ont démarré ainsi, par un « héros » qui n’a pas voulu rentrer dans le moule qu’on lui imposait.

      1. « Je rappelle que les autres pays occidentaux qui n’ont pas la SS ne sont pas pour autant des no man’s land médicaux et qu’on n’y meurent pas fautes de soin. »

        On peut d’ailleurs facilement reconnaitre un gauchiste grâce à l’éternelle litanie qu’il utilise lorsqu’il commente l’exil d’une personne à l’étranger pour raison fiscale: « mais comment va-t-il se faire soigner maintenant ? »

        Quand à la solidarité, je ne sais pourquoi mais ce mot est définitivement devenu un synonyme pour impôt dans notre beau pays socialiste.

      2. @TWOwowo
        Merci pour la défense. Pour rebondir sur votre conclusion il y a des héros qui gagnent mais ceux qui perdent sont des martyrs. Je n’entrerai pas dans cette seconde catégorie. Le temps jouera contre moi. En revanche vos soutiens jouent en ma faveur.

  35. Bonjour

    Si vous économisez 16 000 € nets par an , vous allez devoir les intégrer dans votre déclaration et payer entre 30 et 40 % dessus, le gain passera à 10 000 €, n’est ce pas?
    Vous allez bien en avoir pour 2 000 à 3 000 euros d’avocat, huissier par an (Ils ne vont pas vous lacher, surtout en ce moment. Donc on se retrouve avec un gain de 600 € par mois. N’avez vous pas la possibilité de réduire votre revenu de 600 € par mois en intégrant tous les frais possibles et imaginables. Un bon fiscaliste (généralement un ancien Contrôleur des impôts, ils n’osent pas se contredire entre eux) vous trouvera la solution pour 2 000 €.

    Je vous dis cela parce que ça va être beaucoup de stress et que j’imagine que vous devez avoir des journées bien remplies. Je pense qu’il vaut mieux jouer avec le système que l’attaquer de front.

    NB : Personnellement, j’avais une sté en France et une en GB, j’ai demandé à ne plus payer la National Insurance car je n’avais pas besoin de leur couverture maladie. On m’a répondu que c’était totalement impossible car obligatoire. Et on ne rigole pas avec les services fiscaux de sa Majesté.

    1. C’est même moins que ça car je compte sur un gain de 11KE / an de revenu supplémentaire soumis à l’IR. Donc 7K€ environ après impots. Moins 3KE d’avocat comme vous dites reste 4KE soit 330€ par mois net.
      Ca paiera pas le stress… Mais il faut bien que quelqu’un se lève un jour en se disant que ça suffit.

  36. J’ai toujours admiré ceux qui acceptaient de jouer aux cobayes pour les médicaments. Mais en faire autant pour la Sécu, Chapeau !
    Merci de nous tenir au courant de votre parcours du combattant. En cas de réussite, vous ferez des émules.
    Et prévenez-nous si cela vous vaut un contrôle fiscal…

  37. Bravo Monsieur, et merci de nous tenir au courant et pour la médiatisation de votre action. Une preuve de l’immense intérêt suscitée par votre démarche est le nombre de commentaires sur ce post. Une action concrète relatée fidèlement de A à Z c’est ce qui manquait à tous ceux qui ne supportent plus la terreur que fait régner la sécu et toutes ses filiales RSI, RAM et autres parasites.
    Si votre action réussit et résiste à toutes les menaces, intimidations et manoeuvres que les sbires de la bête ne vont pas manquer d’inventer, vous aurez plus fait pour la liberté, la croissance et finalement le bonheur dans ce pays que toute notre armada de fonctionnaires et de politiciens. De tout coeur avec vous.

  38. Si le système de Sécurité Sociale ne vous convient pas, pourquoi ne quittez vous pas à la France.
    Vous êtes au final, aussi profiteur que ceux que vous pouvez décrire : quand votre assurance privée, ne remboursera pas au delà de 450 000 (et ça peut monter vite, en cas d’accident de la vie, croyez moi), qu’allez vous faire ? Ayant droit de votre chère épouse qui continue de cotiser ? Bénéficiaire de la CMU de Base (parfois payante) ?

    1. @damien je rejette le principe mafieux qui voudrait m imposer de partir si je ne suis pas satisfait. Ce sont plutot les opresseurs de l individu souverain qui violent le droit et qui sont dans l obligation morale de se desister et de cesser de nuire.

    2. ————————————————————————————-
      Damien: « Si le système de Sécurité Sociale ne vous convient pas, pourquoi ne quittez vous pas à la France. »
      ————————————————————————————-

      Il jette un œil dans le pays voisin et s’aperçoit qu’il font aussi bien voir mieux sauf qu’eux le font sans endetter les enfants, petits enfants et sans ponctionner des impôts ahurissant au point que l’économie et l’emploi sont aussi sinistré que la « Sécurité » (lol) « sociale ».

      Et là il ce dit il faut faire quelques choses ce n’est pas possible qu’un pays entier soit peuplé d’autant de crétins pontifiant sur un « merveilleux système » qui relève plus de l’escroquerie de ponzi que de quoi que ce soit de « social ».

      La France c’est:
      -Pas un seul budget positif depuis 1974
      -38 année à dépenser en moyenne 25% de plus que les rentrées
      -En 2050, le déficit annuel du système de retraite se trouvera entre 70 et 120 milliards. LOL !

      http://www.contrepoints.org/2012/12/25/109242-23-le-vrai-deficit-de-letat-previsible-pour-2013
      http://www.contrepoints.org/2012/11/19/104924-comment-les-retraites-creuseront-la-dette

      ——————————-
      Être dans une situation critique c’est une chose, ne pas sans rendre compte c’est déjà limite, mais chanter de surcroit faut vraiment être un imbécile de première surtout au milieu d’une crise de la dette de l’état !

  39. @Damien : « si ne convient pas, partez. »

    On peut aussi en choisir un autre, non ? Enfanter une alternative ? ne serait-ce que par mesure de prudence (mettre tous ses oeufs ds le même panier).

  40. Après lecture des commentaires, plus ou moins intéressants, je m’aperçois avec stupeur que peu de professionnels libéraux participent, alors qu’ils sont concernés au premier chef.

    Je suis entièrement d’accord avec l’auteur Laurent C, les prélèvements réalisés sur les revenus des professions libérales ou travailleurs non salariés (TNS) sont insupportables.

    Mais le bon sens voudrait que l’on légifère sur ce problème et non pas que l’on libéralise un système de santé que bon nombre nous envi malgré que les normes et codes régissants ce système sont obsolètes dans leur ensembles ; la nécessité de revoir en totalité l’organisation de ce monstre administratif devient vital dans le contexte de cette époque.

    Le prétexte de l’entrepreneur martyr ne me plaît pas du tout Laurent, si vous faites travailler des 100è de personnes, c’est non pas uniquement, mais bien parce qu’elles vous font gagner de l’argent, prétendre le contraire serait hypocrite.

    Quoiqu’il en soit je vous souhaite que la livre sterling reste stable, sinon vos cotisations risquent fort de prendre un sérieux coup de chaud car ce n’est pas sur monsieur Cameron qu’il faudra compter.

    Laurent vous avez entrepris une bataille que je ne condamne aucunement, mais l’énergie que vous dépenser dans ce combat aurait été mieux employé à convaincre votre syndicat professionnel et votre député du bien fondé de revoir la loi de financement de la sécurité sociale dans le sens d’un plus juste prélèvement sur les TNS et autres libéraux, et pour le moins y appliquer le même plafond que pour les salariés, cela s’appelle de l’égalité de traitement.

    1. Nous sommes déjà enterrés vivants sous le poids de la législation. Vous avez ouvert le code du travail ? du droit social ? des conventions collectives ? etc et vous voulez en rajouter ? … C’est comme avec la dette, c’est pas en rajoutant encore de la dette qu’on s’en sortira.

      Sur l’argument des salariés qui font gagner de l’argent au vilain patron : mis à part le fait que ces emplois n’auraient pas été créé sans moi je vous rassure, je suis celui qui facture le plus, et de loin, dans ma société. Je paye donc tout seul largement mon salaire et je paye aussi une partie de celui des autres en plus !
      Sur l’argument de la livre sterling, l’euro fort aurait plutot tendance à me donner raison et puis j’ai déjà entendu l’argement quand j’ai quitté FranceTelecom et EDF.

      Enfin les syndicats et les députés sont parfaitement au fait de la situation des TNS et libéraux. Sauf qu’ils sont élus par la majorité et que les entrepreneurs sont une minorité. Comme leur job c’est de se faire réélire pour ne pas le perdre… CQFD.

  41. Il y a quelque chose qui me turlupine dans cet article (par ailleurs très très intéressant).
    Je ne suis pas contre l’idée de vouloir rejeter tout les monopoles (c’est une prise de partie totalement défendable parfois). Toutefois, ici, vous trouvez irritant de payer tant à la sécurité sociale (argument qui vous a poussé à la quitté) mais je ne peux m’empêcher de penser que dans une certaine mesure (au delà de laquelle, il est vrai, c’est un peu révoltant) la sécu fonctionne comme un système de vase communicant. Vos 3 enfants qui ne cotisent pas, eux, à la sécu… comment pourront-ils en bénéficier? grâce à ceux qui cotisent pour eux. Pas vous, les autres. Et c’est si claire que vous le dites vous-même: « Comme mon épouse cotise de son coté à la sécu en tant que salariée, elle reste couverte par la sécu ainsi que les enfants rattachés. » Il me semble que vos économies reposent là sur un principe de jeux avec le système et non pas de réelle autogestion. Ce qui tend, plutôt qu’ à solutionner le problème que beaucoup, comme vous, ont rencontré, à l’aggraver. Jusqu’à ce que (j’exagère oui mais bon…) la sécu ferme ses portes à cause du nombre insuffisant d’affiliés un jour, et que ceux qui n’en ont pas les moyens devront choisir qui assurer dans leur famille. Parce que 4000 euro par personne, c’est difficile. J’aimerais avoir votre point de vue sur ce que j’avance…

  42. Bon, là je suis en train, avec tous les autres, de cotiser pour les éventuels problèmes de santé de votre épouse et de vos enfants (que je ne leur souhaite pas, bien entendu). C’est vraiment important que ce soit nous qui couvrions votre famille? vous ne voulez pas participer un peu?

    1. Mon épouse cotise pour elle et pour les enfants. SI vous jugez que sa cotisation n’est pas assez élevé il faut augmenter les cotisations. Dans la négative il faut que ça soit la solidarité nationale qui compense et cette solidarité est payée par les impots. Et les miens aussi.

  43. « Comme mon épouse cotise de son coté à la sécu en tant que salariée, elle reste couverte par la sécu ainsi que les enfants rattachés »

    tout est dit

    1. Ça vous ferait mal de lire ne serait-ce que les deux commentaires précédents le votre ? Ça vous permettrait de ne pas répéter bêtement des âneries…
      Think again

  44. Pour réussir votre libération, la première initiative est d’organiser votre insolvabilité, de vous transformer en œuf face aux serres des rapaces. Vous semblez très avisé, c’est donc très certainement déjà fait ?

  45. Espérons pour vous que le hasard fasse bien les choses. Car si vous attrapez un cancer, les soins peuvent très facilement dépasser votre plafond de 450 000€ par an. Et faire rembourser les traitements expérimentaux par une complémentaire : impossible.

  46. Donc en gros, tu ne veux plus cotiser pour la solidarité nationale, ça j’ai bien compris, effectivement ça se tient, par contre ta femme qui cotise avec un plafond et tes 5 enfants restent sur le régime général et bénéficient eux des cotisations, plafonnées et non plafonnées, des autres…impécable. Les accouchements, les grippes…tout ça tout ça…en effet, quand on calcule seul ça le fait bien…t’as demandé un devis pour toi, ta femme et tes enfants? quitte à sortir des monopoles moi je ferais en sorte d’aller au bout de mes idées non?

  47. Alors la je vous rejoins tout à fait et je m’excuse pour le tutoiement.
    En effet, rien ne m’autorise à vous tutoyer… probablement le mode de communication
    et peut être aussi l’agacement suite à la lecture de vos « épisodes ».
    Pour le reste, rien dans ce que vous écrivez ne me convainc.
    Je ne suis pas communiste et de fait je cumule un
    certain nombre de facteurs qui me permettrait d’être au moins aussi agacée que vous
    par le système social français. Je pourrais bien vous les citer mais je ne suis pas sure que cela ait un grand interêt ici. Ce qui me gène
    dans votre démarche, c’est le côté contestataire gigolo de ce système qui, s’il n’est pas le meilleur n’est en tous cas
    pas le plus mauvais. Je n’ai pas la naïveté de croire qu’il est parfait mais
    il protège, d’une certaine façon,le plus grand nombre. Bien sur, il est perfectible et il est necessaire d’exercer un contrôle sur l’utilisation qui en est faite.
    Mais honnêtement, regardez un peu autour de vous,l’herbe est elle vraiment plus verte ailleurs?
    ou ça? Chine, Russie, Corée, Moyen Orient, Pays d’Afrique, Europe de l’Est, Grèce, Etats Unis, Angleterre? Vraiment??
    Je suis lassée de ces discours qui critiquent sans cesse l’école, le système social, la justice, l’institution publique…
    les gens qui pleurent parce qu’il paient des impôts pendant que d’autres profitent du système…j’ai toujours envie de leur demander
    où ils vivent parce qu’autour de moi, je n’ai que des gens qui sont comme moi et qui ne profitent pas du « système »…Je suis bien convaincue que certains le font,
    ce dont je suis moins sure c’est qu’ils soient si nombreux qu’on veut bien le dire. J’ai accouché à l’hopital, mon fils va à l’école publique du coin,
    pas plus tard que la semaine dernière j’ai téléphoné à la mairie pour la rénovation de la voirie devant chez moi,
    je vais chez le médecin quand j’en ai besoin…bref, je m’y retrouve et je ne me trouve pas si mal lottie même si je grimace en recevant ma déclaration
    chaque année (je paie des impôts et pas qu’un peu).
    je suis plus optimiste que vous, je préfère voir ce qui va bien et travailler à améliorer le reste plutôt que de jeter le bébé
    avec l’eau du bain…mais nous sommes en démocratie, libre à vous de combattre des monopoles si le coeur vous en dit. Moi je reste chez edf et france télécom
    parce que ça marche toujours et que quand il neige, deux heures plus tard, j’ai de nouveau du courant, parce que quand j’appelle la hot line, non seulement ils
    me parlent en français mais en plus ils me dépannent…j’aime autant.

    1. Je comprends que vous vous y retrouviez. Si nous avons un tel état providence c’est bien qu’une majorité de gens en profitent et votent pour ceux qui contribuent à ce que ça dure pour rester au pouvoirs en donnant toujours plus à la majorité qui les a élus. La démocratie qui comme disait Churchill est le pire système à l’exclusion de tous les autres !
      Etant dans la minorité qui paye pour tous les autres, pour tous les abus et les gaspillages, et pire sans aucune considération pour le travail qu’on fourni et surtout qu’on créé pour les autres souffrez que je décide de quitter ce qui m’est possible de quitter légalement sans abandonner le pays, ce qui sera je vous l’accorde la solution ultime. Je n ‘aurais même pas besoin d’éteindre la lumière ne partant car si tous les entrepreneurs font comme moi il n’y aura plus personne pour vous payer la lumière.
      D’ailleurs en parlant de courant, chez POWEO quand le courant est coupé c’est ERDF (monopole des cables) qui répond en français au téléphone et qui intervient comme pour vous. Libre à vous de payer 1% de votre facture au CE d’ EDF pour un service identique.

      1. En effet, vous avez le droit d’exercer vos droits et je vous donne simplement mon avis sur la question car vous le faites en le médiatisant. Ne parlons plus de devoirs, je ne suis même pas sure que le mot soit encore dans le dictionnaire…ceci étant je me permets de réagir une dernière fois à vos propos. Concernant le système de sécurité sociale français (qui n’englobe pas seulement l’assurance maladie mais aussi la vieillesse, branche la plus déficitaire au passage, le handicap…) c’est l’ensemble du système qui tient et la désolidarisation d’une branche met en péril tout l’édifice. Voyez par exemple les tarifs des médecins généralistes de ville. Aujourd’hui la consultation est à 23€…pourquoi? parce qu’il existe un secteur dit conventionné du fait de l’existence de la SS qui impose des tarifs et que même en secteur hors convention les tarifs pratiqués restent somme toute dans la mesure du raisonnable (peut être pas pour tout le monde mais les spécialistes consultent à l’hopital sans pb malgré les délais d’attente…bref). Une consultation de médecin généraliste en ville aux Etats Unis c’est 100€ voire 120€. Idem pour les traitements, les tarifs pratiqués par les laboratoires sont plafonnés car régulés par le système. Si demain vous devenez cardiaque, ce que je ne vous souhaite pas, savez vous combien vous coutera votre traitement? Si demain tout le monde fait comme vous, nous aurons une explosion du prix des praticiens, des traitements, des actes de biologie, combien paierait vous pour que votre fils fasse un test HIV après un week end trop arrosé, que votre fille soit vacciné contre le palud avant son voyage je ne sais ou, que votre femme puisse consulter son ophtalmo, vos petits enfants aller chez le pédiatre… Votre assurance vous propose un plafond qui explosera en cas d’hospitalisation, d’opération (et même une appendicite ça coute cher!) ou de maladie chronique de vous ou de l’un de vos enfants (si vous arrivez à les embarquer avec vous dans cette histoire). Ce système c’est aussi celui qui permet à n’importe lequel d’entre nous de composer le 18 et d’être immédiatement secouru et transporté gratuitement aux urgences qui vous prendront en charge sans vous demander au préalable quelles sont les garanties de votre assurance. Par ailleurs, je m’excuse mais à moins d’un exil total vers un paradis inconnu, peut être uniquement de moi même je vous l’accorde, ce que vous ne donnerez pas à l’assurance, vous le paierait en impot, ce que vous ne paierait pas en impot vous le paierait en TVA en consommant…Toute cette énergie, serait bien plus efficace si vous la dépensiez pour porter vos réclamations de façon constructive.
        Mon compagnon est artisan, je suis cadre salariée…nous faisons partie nous aussi de ce que vous appeler la « minorité » qui paie pour les autres et qui ne bénéficie pas de grand chose…je pense que nous sommes plutôt majoritaires à payer au contraire…si vous excluez bien sur les retraités, les pensionnés, les enfants…
        Enfin d’une certain façon vous me confirmer que les monopoles ont parfois du bon en citant l’exemple d’ERDF…si poweo était propriétaire du réseau, les choses seraient peut être différentes…mais pour le coup c’est une parenthèse. Ce qui me gène un peu c’est cette idée qui veut que « je paie, j’ai le droit de »…je paie mes impôts, j’ai le droit d’insulter l’instit de mon fils, je paie mes courses, je peux marcher sur la caissière…au dela de votre démarche personnelle c’est toute une façon de concevoir sa vie et sa relation avec la société. Je vous l’accorde aujourd’hui c’est comme ça, nous sommes une société de droits, tout le monde à le sien, la liberté de chacun en deviendrait presque tyrannique, on dirait bien qu’elle ne s’arrête pas la ou commence celle des autres en fin de compte…Je paie peut être 1% de plus, tant pis, je m’indigne plus facilement sur d’autres sujets.

        1. Vous apportez la preuve de la faillite de ce systeme en disant que grace aux prix regulés par la secu on ne paye pas le vrai prix du marché. Nos medecins devraient etre payé 100€ la consultation, idem pour les medicaments et la chirurgie qui devraient etre payés au vrai prix. Là vous profitez d un tarif regulé artificiellement bas : la difference se retrouve dans la dette de l etat, dans des medecins démotivés, etc…
          Je suis sûr que vous preferez aussi les prix regulé de l edf, de la baguette de pain et aussi les loyers plafonnés.
          On a deja testé ce systeme, ca n a pas marché et un mur est tombé a Berlin quand cet état regulateur a fait faillite.
          Profitez donc en bien, ca durera pas aussi longtemps et pas a cause de qq rebelles comme moi mais bien a cause de tout ceux comme vous.

          1. Bonsoir,

            Je trouve le sujet très intéressant, en revanche j’en vois également les dangers…mais çà m’intéresse, en tout état de cause, je préférerais gérer moi même mon argent, soit dit en passant, aux termes des tarifs de votre assurance européenne, c’est limite kif-kif (pour l’heure), me concernant (dois-je augmenter mes tarifs, travailleuse indépendante, certainement…mais, bref), ceci dit, si je comprends bien, libre à moi, ou non de cotiser à la ss, libre de cotiser ou pas à une assurance maladie ? C’est clair, je ne suis pas addict à la consultation médicale, et que tous les petits sous sous versés à la ss depuis le début de mon activité auraient pu être « économiser » en cas de besoin ou de coup dur. Oui, j’ai de la chance, en attendant, j’espère encore avoir de la chance…mais sniff, ou non pas sniff, le fruit de ma labeur aura profité à d’autres…Mais bon, je sais plus quoi penser, limite ne plus rien payer et profiter de ce que je considère comme « ma propriété », ou continuer de fumer, et puis tiens me mettre à boire, ainsi j’aurai pas payer pour rien… Ou sinon, économiser, de l’argent que je ne verserais plus à la ss, en attendant d’atteindre un salaire que je jaugerai décent et m’offrir une assurance privée. Bref, c’est pas évident, mais je crois comprendre la théorie Claude Reichman, peut-être est-ce la solution, mais j’ai l’impression qu’elle ne s’adresse qu’à une minorité, ce que je déplore, l’union faisant la force.

          2. Le vrai problème est la non compétitivité de la sécurité sociale. Une compagnie d’assurance privée (AMARIZ ou autre), soucieuse de son équilibre financier, reverse 90% de ses cotisations aux assurés, soit 10% de frais de fonctionnement.
            La SS reverse 60%. Donc 40% de TOUS les prélèvements disparaissent dans ce flou administratif de fonctionnaires incompétents pour la plupart.
            La SS est un trou sans fond.
            La démarche que vous entreprenez ne va pas couler le bateau, celui-ci est déja au fond!

  48. petites questions: car je pense que les libéraux savent contre quoi vous lutter, en tant que para médical, je suis soumis a beaucoup de taxes alors que je ne gagne rien, cela fait un an que j’ai ouvert que je travail au cabinet et qu’au final je paye juste mes charges, car nous faisons parti des metiers où il faut payer pour travailler et pas juste pour se déplacer…
    donc bravo pour tout,
    ma question est: est_il possible de quitter un régime specifique a ma profession, la CARPIMKO. car sans ca je pourrai vivre. a titre indicatif j’avais dû trouver un salaria: manutention juste pour payer leur charges, alors que je ne travaillais pas dans mon domaine donc 0 revenus au final.
    a ceux qui critique regardez nos horaires, nos pauses café,clopes, nos congés payés, nos droit a la sécu qui diffèrent aussi, nos 13è mois, nos rtt. le travail a faire pour préparer la journée du lendemain, et regarder nos charges toutes les charges.
    et delà essayez de comprendre qui nous payons car nous faisons tout sans rien avoir de ce qu’on paie. car a la fin sauf moi pour l’instant nous payons nos impot

  49. Donc, si j’ai bien compris, toutes les merdes qui vont arriver à vos cinq gosses seront payées par les cotisations des pauvres cons qui restent à la sécu.?(Cela m’étonnerait que la cotisation de votre femme y suffise).

  50. Le beurre est l’argent du beurre, et même la crémière ,ca se n’est pas tres joli vraiment pas tres beau comme mentalité.
    Laurent C. est travailleur indépendant

    Enfin, pour les enfants : petite demande à la sécu pour leur rattachement sur le numéro de sécu de mon épouse et pas le mien. Là aussi il y a un choix prévu sur le site web pour ce cas de figure.

      1. Le déficit de la sécurité sociale sera supérieur de 3 milliards à ce qui était prévu, en raison notamment de la baisse importante des recettes des cotisations sociales (chomage, baisse d’activité des entreprises..)
        Les économistes prévoient une augmentation prochaine de la CSG et de la CRDS
        Et pendant ce temps là Laurent C. nous prend pour des billes et veut nous faire croire au Père Noel, qu’il va passer entre les gouttes, qu’on va le laisser tranquillement mener sa petite vie dans son petit coin et l’éxonérer des charges supplémentaires que les autres vont devoir payer pour lui .pffffff

        1. La loi a aboli la monopole de la secu en 2001. Je reclame juste l application de ce droit. Pas plus. Pas moins. En contestant ce droit c est vous qui etes contre la loi.
          Quant au deficit de la ss je vous rassure, la ss s endette aupres de l etat. C est donc nos enfants qui paieront. J en ai 5. Et vous ?

          1. @ Laurent C.

             » J en ai 5. »

            Ah ! ! !
            c’est bien pour cela que vous avez insisté à expliquer qu’il faut surtout continuer de cotiser à la branche famille de la SS.
            Vous n’êtes qu’un petit escroc pitoyable.

          2. @francparler
            Je vois pas le rapport. La cotisation aux allocs familliale urssaf est tout simplement obligatoire. Si je dis qu il faut payer c est juste parce que je respecte la loi.
            Dans l episode 11 je donne la preuve qu on peut sortir de la ss. Si ce confrere etait un escroc il serait en taule ou du moins il n aurait pas eu sa radiation de la ss.
            Si vous etes pas d accord avec le droit, c est vous l escroc

          3. Le problème avec les gens comme franc_parler ou griffon, c’est qu’ils parlent pour ne rien dire.. Aucun argumentaire valable pour s’opposer au libre choix de s’assurer ou bon lui semble, à part le terme d’escroc. Lauren C. vous oppose le droit tout simplement. quels sont vos arguments?

          4. Le droit qui prévaut à ce jour oui.

            Mais si vous n’êtes par en accord avec les droit et devoir qui incombent à la France, rien ne vous empêchent de la quitter..

  51. « Enfin, dans le pire des cas, la sécu est obligée de me reprendre si je recotise chez eux ou même sans emploi en me rattachant à mon épouse qui cotise déjà »
    aaaah, que voilà une assurance bien sympathique : la sécu…

    1. On ne peut être ingrat vis-à-vis d’un voleur, même organisé en bande. La véritable forme du dialogue social, c’est l’échange volontaire. La vraie solidarité, c’est le travail.

  52. Bonjour,
    j’ai brièvement profité de la cmu dans le passé. Je suis salarié aujourd’hui et souhaite être solidaire des gens dans des cas comme le mien auparavant. Qu’en pensez-vous?
    Que pensez vous de tous les français expat qui critiquent la sécu mais qui viennent au dentiste en France car ce n’est pas cher? C’est le cas d’un ami.
    Merci pour votre réaction.

    1. à jp-42:
      La CMU est payée par les impots, ce qui n’a rien à voir avec les cotisations sociales dont il est question ici. Moins d’argent dans les cotisations, ça fait plus d’argent pour les impots et donc la CMU. Votre raisonnement ne tiens pas!

      Quand à votre deuxième remarque qui est totalement subjective, je vais vous répondre de la même manière: les expats reviennent se faire soigner pour la qualité des médecins en France, par pour leur assurance santé!

      1. « Moins d’argent dans les cotisations, ça fait plus d’argent pour les impots et donc la CMU. Votre raisonnement ne tiens pas! »
        Non, c’est celui de Laurent C qui ne tient pas dans ce cas. Si ce qu’il économise en cotisations lui est repris par les impôts, je ne vois pas pourquoi il prend ce risque, ni pourquoi il a décide d’augmenter le déficit de cotisations si c’est pour le combler avec ses impôts.
        Quant à votre réponse subjective à la remarque subjective du précédent intervenant, elle ne sert à rien.
        Quelle est la raison objective au fait que les expats reviennent se faire soigner en France ?

        1. « Quelle est la raison objective au fait que les expats reviennent se faire soigner en France ? »

          Si vous parlez des expatriés qui reviennent d’Afrique ou d’Asie pour se faire soigner en France, je peux vous affirmer que ce n’est pas pour le cout des soins dans ces pays, mais bel et bien pour la qualité de la médecine en France, un peu de bon sens mon cher epo!
          En ce qui concerne les pays occidentaux, j’aimerais bien que vous me présentiez autre chose que vos belles paroles pour illustrer vos propos..

          Si vous avez suivi les aventures de Laurent C, vous aurez remarqué qu’il est maintenant bien mieux remboursé grâce à sa nouvelle sécurité sociale européenne, et il se demande même s’il ne va pas résilier sa complémentaire santé qui ne lui sert quasiment plus à rien. Tout ceci en payant moins cher bien sur.. Je ne vois vraiment pas en quoi c’est un mauvais raisonnement, mais peut être que vous allez m’éclairer..

  53. « Par principe moral j’ai quitté tous les monopoles … »

    « Enfin, pour les enfants : petite demande à la sécu pour leur rattachement sur le numéro de sécu de mon épouse et pas le mien. »

    Ce que vous nommez « principe », c’est juste de la radinerie !
    Pourquoi ne pas aller au bout de votre démarche en souscrivant également une assurance pour votre descendance ?

    Ok le RSI n’est pas la panacée, mais lorsque le plus pauvre va manger dans l’assiette du voisin, on ne se gêne pas pour le traiter de pique assiette, voire de parasite !

    1. @elisa vous arrivez bien apres la bataille. J ai repondu a ce type d attaque dans l episode 2 que je vous invite a lire.

      Celui qui mange dans une assiette qui n est pas la sienne je le traite pas de pique assiette ni de parasite ais de voleur.
      Le droit de propriété vous connaissez ?
      Les parasites sont les gens de l Etat qui vivent des impots de ceux qui bossent. En ponctionnant tellement que cela,bride le developpement de richesses qui justement permettrait aux pauvres de ne pas le rester.

      J ai créé 100 emplois dans ma 1ere societe et 20 actuellement dans ma 2eme. Je serai hors deFrance ces chiffres seraient multipliés par 10.

      Dont acte

  54. Bonjour,

    pouvez vous me donner le nom d’un avocat qui m accompagnera dans ces demarches. En effet je suis frontalier, et je cotise actuelement a 1 regime prive non deficitaire qui fonctionne tres bien. L’etat francais a pour projet de nous obliger en 2014 a aderer a la secu. Le probleme de la secu est le suivant :

    -Jamais il n a ete beneficiaire
    -c’est chere et rembourse tres mal.

    Pour ma part je suis de votre avis .. Pour la solidarite , si des personnes ne peuvent pas payer leur assurance maladie , je veux bien payer des impots, mais ce n est pas logique qu’une assurance sante soit en % de vos revenue. Si vous allez au restaurant, au moment de payer l adition , on ne vous demande pas votre salaire pour payer plus ou moins chere ?
    Le but d’une assurance maladie c’est de vous assurez , c’est tout et d’etre efficasse lors des remboursements. Or ce n’est pas le cas de la secu -> actueélement pour 110 euro je suis couvent a 100 %, j ai pas besoin d’une mutuelle en plus…..Si je passe a la secu je devrais payer 500 euro pour etre moins bien couvert ?

    Merci

  55. bravo. je suis actuellement en AT 2 opérations du dos en 2 ans et la sécu ne me paye plu .sacré problème mais je me bat.j’atais artisan et a cause des charges j’ai stoppé .20 plaques en 6 mois. en 2000.je bossai seul.aujourd’hui je voudrai faire autre chose.mais je ne veut plu cotiser pour ces organismes,qui prenne d’un coté pour donner aux autres.je suis deg.j’aimerai bien dénoncer les abus de la sécu.salut

  56. Bonjour Mr C. j’ai lu votre article avec un grand intérêt, je comprends même votre décision d’avoir voulu changer de régime d’assurance tant le cout était important et souvent pour les professions libérales ce cout est important.

    J’ai même remarqué que vous vous dites libéral au sens « professionnel » et « philosophique ». Concernant cet dernière phrase permettez moi de mettre un petit bémol. En effet vous expliquez que votre femme salariée est toujours affiliée à la sécurité sociale, là dessus rien à redire car en effet il peut être très compliqué pour un salarié de négocier une sortie avec son employeur qui se retrouverait de fait ennuyé par l’urssaf ou même par le salarié pouvant se retourner contre son employeur, même si je pense que peu de salariés seraient tentés d’intenter une action en justice à leur employeur pour cette raison.

    Là ou je met un bémol c’est sur le fait que si vous êtes un vrai libéral d’un point de vue philosophique vous devez appliquer la responsabilité individuelle et donc assumer vos choix et les couts associés, or vous précisez dans l’article que s’agissant de vos enfants vous avez décidé de les laisser à la sécurité sociale car votre femme fait parti des cotisants, je doute le rapport cout/cotisation puisse être positif. Il semble donc que vous soyez choqués de payer pour la collectivité mais pas tellement quand l’inverse se produit, d’où mon interrogation sur le terme « libéral ».

    Pour ce qui est des couts et abus rien à redire nous consommons trop de médicament et bien des gens prennent leur médecins pour une liste de courses.

    Si je comprends tout à fait votre démarche je pense en revanche que vous n’êtes pas allés au bout de vos idées pour ne pas en supporter la totalité du cout. Je vais lire vos autres articles de façon à approfondir mon point de vue.

    Bonne continuation pour votre blog.

    Adam

    1. @adam
      Comme je ne sais pas si l assurance Amariz sera performante je ne tiens pas a ce que mes enfants servent de cobayes. Moi seul suffira pour commencer.
      C est comme les mobiles Free. On en prend un et si on est content du service on passe le reste de la famille.
      Permettez d etre prudent.

      De plus je ne sais pas a quelle sauce ma mutuelle va gerer ca derriere Amariz. Pour ca je prefere tester seul d abord

      Sincerely & for liberty

  57. J’ai tout lu de A à Z et je suis plus motivée que jamais à tout envoyer « bouler » !!
    Cela fait plus d’un an que je demande à mon comptable et mon conseillé financier si il est possible de ne plus cotiser au RSI, qui m’asphyxie de plus en plus, et cela fait plus d’un an que leur réponse à toujours été NON !
    Je constate que les gens qui devraient être au courant des lois et des possibilités qui s’offrent à leurs clients, sont complètement étrangers aux règles européennes !
    Je souhaite donc envoyer LE courrier au RSI, j’ai adressé un courrier au MLPS afin de les en informer et dans le but d’obtenir une réponse à ma question qui est la suivante: je viens de recevoir la régularisation RSI pour 2012. La somme est tellement énorme que je ne peux pas la payer en une seule fois. Est il possible de mettre en place un échéancier APRES leur avoir envoyer mon courrier de résiliation ou, afin de ne pas froisser leur susceptibilité, vaut il mieux que je le fasse AVANT ?
    J’ai une vague idée de la réponse mais je préfère en être sûre !
    Quant à vous BRAVO et tenez nous au courant, vous avez redonné un sens à mon activité professionnelle que j’étais sur le point de cesser car je ne peux plus payer le RSI. En vous lisant, j’ai eu l’impression d’avoir trouvé le graal ….

    1. Bonjour,
      Votre regul 2013 est due meme si vous sortez maintenant.
      Demandez un echeancier maintenant et sortez ensuite, par exemple au 1er janvier
      Vous pourrez continuer a pyer votre echeancier en 2014 en leur precisant bien que les sommes versees sont celle pour 2013 et non pour 2014 que vous ne paierez plus

      Bon courage

  58. Bonjour,

    J’ai arrêté de lire à la fin du petit 1 du 22/01.

    La phrase : « Comme mon épouse cotise de son coté à la sécu en tant que salariée, elle reste couverte par la sécu ainsi que les enfants rattachés. Elle garde aussi sa mutuelle. »

    Petite phrase révélatrice, je ne veux pas payer pour les autres, mais les autres (salariés et entreprises) doivent payer pour mes enfants…

    1. Cher ouioui, je vous laisse dans votre petite voiture jaune et rouge rouler aux pays de la secu « gratuite » pour tous. Attention la panne d essence n est pas loin…
      Si vous avez le courage de lire encore un peu, je reponds point pas point a ce type d argument dans l episode 2

  59. « Nous ne sommes pas mieux remboursé pour autant. Il faut se payer une mutuelle complémentaire plein pot car non prise en charge à 50% par l’employeur et surtout nous n’avons pas d’indemnités journalières en cas d’arrêt maladie… »
    Allo c’est le principe du système de santé, tu a les moyens tu payes pour aider les plus pauvres parce que le prix de la vie et de la santé n’a pas à être indexé sur la richesse de chacun. Si ça te pose un problème alors prend ton fusil et tire sur tout les SDF et pauvre que tu croises, ça t’aidera pê à mieux vivre ton individualisme forcené.
    Je paye des charges et des impôts, et crois le bien je ne m’attends pas à avoir plus de droit que ceux qui ne le font pas. Je m’arrêterais de lire à cette phrase qui résume l’état d’esprit d’un individu qui semble avoir un mépris évident pour autrui et ne rêve que de mettre un terme à un système égalitaire qui est déjà bien mis à mal par des réformes successives.

    Je vous souhaites de vivre ce que vive les pauvres aux Etats-Unis, de mourir comme eux de manque de soin ou d’accès à un système santé collectif et égalitaire.

    1. 1)jenvous autorise pas a me tutoyer : on a pas élevé les petits communistes ensembles.

      2) vous faites un bel humaniste egalitaire a souhaiter que que je creve par manque de soin.
      Contrairement a vous qui voulez egaliser tout le monde, quitte a couper les tetes, moi je me battrai pour que vous puissiez continuer de tenir vos propos avec lesquels je ne suis pas d accord.

      3) vous avez abandonnė toute liberté au profit d une pseudo securité. C est votrre droit. Admettez le mien de ne pas etre d accord et de m acheter ma liberté. Je continue a payer mes impots et donc la CMU qui soigne les démuni. Je reste donc solidaire si il fallait encore le prouver a vos yeux.
      Mieux, en payant plus la csg je declare plus de revenus et donc paye encore plus d impot. Je suis donc encore plus solidaire qu avant. N est ce pas ?

      Sincerely and for liberty

  60. Assez de cette secu au profit d’assistes et de loqueteux venus du monde entier, de cet etat providence racketteur. Courage a vous, pour mon compte je vis dans un pays anglo-saxon et ai des assurances privees ainsi qu’une retraite entierement par capitalisation.

  61. Bonjour à tous, Je suis actuellement étudiant en podologie, j’aimerais savoir qu’elles sont les moyens pour demander conseil au MLPS via mail ou site ? Merci par avance.

    1. Bonjour,
      Je me présente moi c’est Raymond le froisier ,il y a trop d’escroquerie dans les offres de prêt entre
      particulier. Moi j’ai visité un site d’annonce de prêt entre particulier sérieux partout
      dans le monde et j’ai connu une Dame formidable, du nom de Mme Heidi Larsen Française
      qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m’a accordé un prêt de 100.000€
      que je dois rembourser sur 30 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 2% sur toute ma
      durée de prêt et là le lendemain matin j’ai reçu l’argent sans protocole.Besoin de crédit personnel ,vos
      banque refuse de vous accorder de prêt,vous êtes en CDI et autre de vous adresser à lui et vous
      serrez satisfait mais attention à vous qui n’aimez pas rembourser les prêts. Voici son e-mail: heidilarsen435@yahoo.fr

  62. Crenan joel jacques

    Bonjour Je me présente M Crenan Joel Jacques homme d’affaire française résidant en France . je viens par ce présent mail vous fait part d’une offre de prêt financière allant de 1000€ à 2.500.000€ avec un pourcentage de remboursement du montant s’élevant à 3% remboursable sur le nombre d’années souhaitez mais favorable Si vous êtes intéressez par cette offre de prêt veuillez bien vouloir prendre contact. Tout sera suivi selon les lois française en vigueur NB: personnes malfaisantes et de mauvaises volontés s’abstenir car je vérifie les documents à la préfecture aussi Afrique pas bien venu . Merci de bien vouloir prendre contact si vous êtes intéressé par cette offre de prêt à l’adresse crenan.joel@gmail.com .
    Monsieur Crenan Joel Jacques

  63. Bonjour,
    Tout d’abord je vous conseillerais de vous méfier des offres sur le net ainsi que les annonces. Car plus de 90% de ces annonces sont frauduleuses. De nos jours il y a de plus en plus d’arnaques. Je voulais emprunter de l’argent, après avoir posté une annonce, chaque jours je reçois plus de 25 messages rien que des escrocs qui demandent de l’argent soit disant des frais de dossiers. Et je supprimais leur message mais un jour je suis tombé sur une personne nommé Gerrard Kermagoret, je croyais qu’il faisait parti aussi des escrocs du net mais à ma grande surprise celui-ci est différent, il m’a fait un prêt de 25.000 euros et je l’ai remboursé en respectant les délais .Je vous le confirme et si il arrivait que vous recherchez de prêt contactez le par mail. Voici son email : gkermagoret@gmx.fr

    1. Comme pour l’AME qui donne droit a tout sans n’avoir jamais rien payé de sa vie en france, ni les parents, grand-parents des benificiaires heureux.
      Et aprés on taxe les parents d’etudiant avec la secu du même nom et obligatoire, sauf pour ces messieurs senateurs, deputés ambassabeur, cheminot, gazier, electricien, qui eux jusqu’au 28 ans de leur cher bambin sont exonérés du racket de cette securité etudiante…
      Y’a de l’ordre a remettre dans cette gabegie!!!

  64. je suis vivement tenté de quitter la sécu, et ma caisse de retraite par dessus le marché, mais j’ai une question:
    – Les cotisations maladie cessent en principe à la retraite (hormis CSG et CRDS), mais une assurance privée doit être cotisée jusqu’à la mort. Ce n’est donc pas forcément rentable si l’on vit vieux, ce que j’espère pour moi. Peut-on prétendre cependant à des droits sur l’assurance maladie après la retraite, dès lors qu’un fraction de la contrepartie des cotisations payées concernent précisément ce droit?