Vietnam, Irak : comment l’Amérique transforme ses revers en victoires

Le statu quo en Syrie représente aujourd’hui la meilleure option possible pour les intérêts stratégiques américains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vietnam, Irak : comment l’Amérique transforme ses revers en victoires

Publié le 11 septembre 2013
- A +

Le statu quo en Syrie représente aujourd’hui la meilleure option possible pour les intérêts stratégiques américains.

Par Fabio Rafael Fiallo.

Il est de bon ton de faire ressortir des analogies entre la déconfiture américaine au Vietnam et la guerre d’Irak lancée par George W. Bush. L’exercice vise à montrer les États-Unis comme étant le grand perdant des deux aventures militaires. En fait, l’analogie existe bel et bien ; elle ne va pas toutefois dans le sens de l’idée dominante à ce sujet.

Prenons le cas du Vietnam. Pour les États-Unis, le fiasco fut total. Mais, qu’arriva-t-il par la suite à cause de cela ?

Poussée par une opinion publique qui ne voulait plus entendre parler de guerre, l’Amérique entra dans une période d’hibernation géopolitique, évitant tout nouvel engagement militaire – ce qui déclencha une recomposition de l’équilibre des forces au niveau mondial, que voici.

N’ayant plus à livrer bataille contre les États-Unis, les frères ennemis qu’étaient l’Union soviétique et la Chine de Mao Tsé-toung s’en prirent l’un à l’autre, se combattant par procuration : Vietnam prosoviétique contre Cambodge allié de Mao.

Plus important encore, sans la peur d’une réaction américaine, l’URSS s’en donna à cœur joie en mettant ses ambitions impérialistes en exécution : expéditions en Afrique par troupes cubaines interposées et invasion de l’Afghanistan, entraînant un coût économique considérable.

Les États-Unis, pour leur part, se mirent à privilégier le « soft power ». Les moyens de télécommunications les plus sophistiqués furent utilisés pour montrer aux populations situées derrière le Rideau de Fer le mode de vie des sociétés démocratiques. En Europe de l’Est, la soif de liberté et de progrès ne fit que s’amplifier.

Finalement, après Jimmy Carter, l’opinion publique américaine ayant surmonté le syndrome du Vietnam, les Américains portèrent à la Maison-Blanche un Ronald Reagan prêt à taper sur la table. Le nouveau président américain poussa habilement le Kremlin à s’engouffrer davantage encore dans une course aux armements que l’appareil économique soviétique n’était plus en mesure d’entretenir.

L’URSS épuisée économiquement, sans espoir de rattraper l’Amérique sur le terrain militaire et contestée avec bravoure par les peuples sous sa férule, il revint à Mikhail Gorbatchev de constater la mort cérébrale du bloc soviétique et d’assister, impuissant, à l’écroulement du Mur de Berlin.

Un tel dénouement, heureux pour l’Amérique, trouve son origine, rappelons-le, dans la corrélation des forces qui succéda à la déconfiture américaine au Vietnam ainsi que dans les ajustements intervenus dans la stratégie diplomatique des États-Unis.

Un enchaînement semblable, avec les États-Unis faisant à nouveau office de faux perdant, est à l’œuvre dans le monde arabo-musulman suite à la guerre d’Irak.

Sans doute, le simple fait que l’Irak post-Saddam penche en faveur de l’axe Téhéran-Damas prouve de manière éloquente que la guerre d’Irak lancée par George W. Bush n’atteignit pas les buts escomptés.

Quoi qu’il en soit, les images des Irakiens votant en toute liberté après le renversement de Saddam Hussein ont contribué à éveiller l’envie de démocratie partout dans la région.

Il faut en effet reconnaître que les grands mouvements de contestation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord – la Révolution du Cèdre au Liban en 2005, le Mouvement Vert en Iran en 2009 et le Printemps arabe de 2011 – ont tous eu lieu après, et non pas avant, la tenue d’élections libres en Irak.

Les images des élections en Irak auront ainsi joué, dans le monde arabo-musulman, le même rôle de détonateur de revendications démocratiques qu’exercèrent sur les peuples d’Europe de l’Est les images télévisées provenant de l’Occident.

Certes, les mouvements de contestation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord n’ont pas, pas encore, porté le résultat espéré – de même, d’ailleurs, que le Mur de Berlin ne tomba qu’après de nombreuses déconvenues subies dans leur lutte par les peuples d’Europe de l’Est. Mais le ver est dans le fruit, et il sera difficile de contenir indéfiniment les aspirations des peuples arabo-musulmans à vivre en liberté.

Puis, comme à l’époque de Jimmy Carter, l’Amérique sous la houlette du Président Obama a opté pour la retenue, ou plutôt l’inaction, sur le terrain géopolitique. Résultat : sans avoir à faire face à une Amérique belligérante, les ennemis des États-Unis dans la région – chiites pro-iraniens, terroristes sunnites d’Al Qaïda et autres mouvements de même nature – sont occupés à plein temps à s’entretuer sur le sol syrien.

Une telle évolution est-elle nuisible aux intérêts stratégiques des États-Unis ? Pas tout à fait.

Par ailleurs, l’éminent stratège américain Edward Luttwak considère que, en dépit de son caractère sanglant, le statu quo en Syrie représente aujourd’hui la meilleure option possible, non seulement pour les intérêts stratégiques américains, mais aussi pour la population de ce pays. Car si l’une des deux forces en litige – gouvernement de Bachar al-Assad et insurrection infiltrée par des mouvements terroristes – parvenait à l’emporter, le carnage qui s’abattrait sur les communautés se trouvant du côté des perdants serait plus terrible encore que ce qu’on a vu jusqu’ici [1].

Il reste les ambitions nucléaires de l’Iran comme motif de préoccupation majeure. Un Iran qui – à l’instar de l’Union soviétique et ses visées impérialistes – s’épuise économiquement sous le poids des sanctions internationales et de la mauvaise gestion de ses gouvernants. Et de même qu’à Jimmy Carter succéda un Ronald Reagan plus énergique en politique extérieure, ainsi Barack Obama aura poussé tellement loin les atermoiements en ce domaine que, il y a fort à parier, il sera remplacé à la Maison-Blanche par un président plus résolu à donner le coup de pouce final pour la mise au pas, voire l’écroulement définitif, du régime de Téhéran.


Note :

  1. Edward N. Luttwak, « Seul le statu quo est tenable en Syrie », Le Monde, 04-09-2013.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Texte très intéressant de géopolitique, à lire sans modération.

  • Article remarquable que je fais suivre immédiatement.

  • Il est en effet possible que les organisations terroristes islamistes s’épuisent actuellement en soutenant la rébellion en Syrie et en s’y battant entre elles au lieu de fomenter des attentats contre les occidentaux. cependant, il ne faut pas oublier que l’Afghanistan, après avoir été le mouroir de l’armée soviétique a été le camp de base d’Al Qaïda. Cette stratégie sous-entend donc qu’il faut faire le ménages des activistes en parallèle du conflit et ne pas attendre sa résolution. En particulier, cela doit permettre de repérer et d’éliminer les filières djihadistes sur nos sols.

    Accessoirement, la photo est probablement celle d’un soldat anglais vu que le char derrière est anglais.

    • Un telle vision complotiste revient à dire que les USA cherchent le statu-quo permanent ne Syrie de manière à y prolonger le conflit distracteur de façon permanente. La victoire d’une des protagonistes sifflerait en effet la fin de la récré.

  •  » Il est de bon ton de faire ressortir des analogies entre la déconfiture américaine au Vietnam et la guerre d’Irak lancée par George W. Bush.  »

    Analogie qui ne tient pas la route du tout. Le pouvoir communiste vietnamien n’a jamais été renversé par l’armée US; celui de Saddam oui.

     » Sans doute, le simple fait que l’Irak post-Saddam penche en faveur de l’axe Téhéran-Damas prouve de manière éloquente que la guerre d’Irak lancée par George W. Bush n’atteignit pas les buts escomptés.  »

    Les principaux but furent bien atteint. qui étaient de reverser le régime baasiste de Saddam et assurer l’émergence d’un nouveau gouvernement qui devait être constituer par un suffrage universelle des électeurs irakiens. ( et c’est pourtant ce que vous évoquez ) Un troisième but atteint mais qui n’était pas vraiment prévu au programme est la victoire grâce au Général Pétraeus contre Al Qaeda qui a voulu créer un chaos pour renverser le nouveau gouvernement irakien et instaurer une république islamiste régis par la Charria.

    Quand à l’axe Damas-Téhéran. L’Irak est à forte majorité chiite comme l’Iran. Il s’agit surtout d’un axe confessionnel. Difficile de ne pas l’imaginer; Le but de W.bush n’était pas de reconvertir les chiites irakiens en une autre confession religieuse.

    D.J

  • En s’attaquant à l’Irak, George W. Bush voulait mettre un terme à une menace régionale, constituer un exemple démocratique qui pourrait guider la région, et enfin déplacer l’épicentre de la guerre contre le terrorisme en terrain ennemi (stratégie dite du « piège à mouches »: si les islamistes voulaient latter de l’Américain, plutôt qu’ils affrontent des GI en armes sur sol irakien que des civils sur sol américain…)

    Le Vietnam et l’Irak ont donc des significations radicalement opposées, car si les deux phénomènes ont été suivi d’effets relativement similaires, il y a une différence de taille: l’Irak était délibéré.

    Le plan n’a pas entièrement fonctionné, notamment à cause de l’optimisme exagéré des occidentaux dans le régime « démocratique » qui sortirait des urnes avec des électeurs musulmans… Comme on le voit aujourd’hui dans tous les pays du printemps arabe.

    L’optimisme exagéré des occidentaux concerne cette fois-ci la rationalité de l’électeur moyen-oriental dans ses choix électoraux. Non, tous les gens ne votent pas dans l’espoir d’une vie meilleure, et une partie de ceux qui le font des erreurs de raisonnement d’un tel ordre de grandeur qu’ils élisent des gens qui feront exactement le contraire.

    Il aurait été préférable de livrer le pays « clé en main » avec une constitution (amendable) plutôt que de demander aux locaux d’écrire la leur – c’est ce qui se fit au Japon au sortir de la WWII par exemple, et fut raisonnablement accepté. Mais compte tenu de l’antiaméricanisme général, il n’est pas sûr que cette manoeuvre aurait réussi, sans compter que la confusion est grande autour du sens de la démocratie, même chez nous.

    Je ne crois pas que l’Iran va s’effondrer sous le poids de sanctions ; chez les islamistes moyen, la misère est aussi une forme de pénitence. Pensons à l’Egypte dont le tourisme a été bien saboté par les Frères Musulmans au pouvoir bien avant les violences. En outre, l’Iran a déjà eu sa rébellion avortée en 2009, il est encore tôt pour retenter le coup.

    Reste enfin une inconnue de taille: lorsque l’Iran aura sa bombe, qu’en fera-t-il? Et de quels moyens de riposte disposeront encore les Occidentaux?

  • Changer de stratégie après un fiasco c’est bien. Eviter dès le départ un fiasco prévisible, c’est encore mieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

ur
3
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d'Ur pendant ce qu'on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d'un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d'Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d'Hammurabi, plus connu. Le code de lois d'Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée signi... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles