Assaut policier chez une famille scolarisant ses enfants à domicile, les enfants enlevés de force

« Les policiers avaient un bélier et s’apprêtaient à enfoncer la porte. » On ne badine pas avec la scolarisation obligatoire en Allemagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wunderlich1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assaut policier chez une famille scolarisant ses enfants à domicile, les enfants enlevés de force

Publié le 3 septembre 2013
- A +

« Les policiers avaient un bélier et s’apprêtaient à enfoncer la porte. » On ne badine pas avec la scolarisation obligatoire en Allemagne.

Par Bob Unruh.

La famille Wunderlich, avec Michael Farris de la HSLDA.

Quatre enfants, âgés de 7 à 14 ans, ont été enlevés dans leur maison située à Darmstadt, en Allemagne, par la police armée d’un bélier, et leurs parents se sont vus signifier qu’ils ne sont pas prêts de les revoir de sitôt, tout cela au prétexte de la scolarisation à domicile, selon un nouveau rapport ahurissant de la HSLDA (Home School Legal Defense Association, l’association de défense juridique de la scolarisation à domicile).

La HSLDA, partisan international de premier plan de l’instruction à domicile, indique que la famille de Dirk et Petra Wunderlich a combattu pendant plusieurs années l’obligation allemande datant de la deuxième guerre mondiale de soumettre tous les enfants aux programmes d’endoctrinement dans les écoles publiques de la nation.

Ce raid bouleversant n’a été motivé que parce que les parents fournissaient à leurs enfants une éducation, selon la HSLDA. L’association souligne que les documents autorisant la police et les travailleurs sociaux à avoir recours à la force sur les enfants ne contenaient aucune indication de mauvais traitements.

« On ne sait pas où les enfants ont été emmenés » indique la HSLDA. « Les fonctionnaires ont promis aux parents de façon menaçante qu’ils ne reverraient pas leurs enfants de sitôt. »

Le raid qui a eu lieu jeudi à 8 heures du matin, alors que les enfant commençaient leur journée de classe, a été décrit par les témoins comme “brutal et malveillant.”

Une équipe de 20 travailleurs sociaux, policiers et agents spéciaux ont pris d’assaut la maison de la famille. La HSLDA indique que le juge Koenig, qui siège au tribunal de la famille à Darmstadt, a signé l’ordre autorisant la saisie immédiate et par la force des enfants.

« Faisant état de ‘l’incapacité des parents à coopérer avec les autorités pour envoyer leurs enfants à l’école’, le juge a également autorisé le recours à la force ‘contre les enfants’ (…) son raisonnement étant que la force devait peut-être se révéler nécessaire parce que les enfants avaient ‘adopté les opinions des parents’ concernant la scolarisation à domicile et ‘qu’aucune coopération ne devrait être attendue’ ni des parents ni des enfants », relate l’HSLDA.

Dirk Wunderlich a raconté à la HSLDA : « J’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu beaucoup de monde, policiers et agents spéciaux, tous armés. Ils m’ont dit qu’ils voulaient entrer pour me parler. J’ai tenté de poser des questions, mais en quelques secondes trois officiers de police sont arrivés avec un bélier et s’apprêtaient à enfoncer la porte, alors je l’ai ouverte. »

« La police m’a poussé sur une chaise et ne voulait même pas me laisser téléphoner au début. C’était le chaos quand ils m’ont dit qu’ils avaient l’ordre de prendre mes enfants. Dès que je faisais un mouvement les agents m’attrapaient, comme si j’étais un terroriste. On ne s’attend pas une seconde à ce que quelque chose comme ça se passe dans notre village si calme et paisible. On aurait dit une scène tirée d’un film de science fiction. Nos voisins et enfants ont été traumatisés par cette invasion. »

Violations des droits de l’Homme

Michael Farris, fondateur de la HSLDA, écrit dans un rapport que ce raid viole bon nombre de précédents judiciaires européens, y compris plusieurs dispositions de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

« Le droit de scolariser son enfant à domicile est un droit de l’Homme,” dit-il, “et la liberté de mouvement et de quitter un pays en sont également. L’Allemagne a nié ces droits à cette famille de manière flagrante. »

« Ce dernier acte de saisir ces quatre enfants innocents est un acte scandaleux digne d’un État voyou. »

Farris dit que la Constitution des États-Unis n’est « pas seule à défendre le droit des parents de décider comment éduquer leurs enfants. »

« L’Allemagne a signé bon nombre de traités relatifs aux droits de l’Homme qui reconnaissent le droit des parents à fournir une éducation différente des écoles publiques afin que les enfants puissent être éduqués selon les croyances religieuses des parents », dit il.

« L’Allemagne n’a tout simplement pas respecté ses obligations en vertu de ces traités ou en tant que démocratie progressiste. La HSLDA et moi-même feront tout ce que nous pouvons pour aider cette famille à retrouver la garde de leurs enfants et s’assurer qu’ils sont à l’abri de cette persécution. Cette affaire montre clairement pourquoi l’affaire de la demande d’asile de la famille Romeike est si importante. Les familles vivant en Allemagne ont besoin d’un espace sécurisé où elles peuvent éduquer leurs enfants en paix. »

L’affaire Romeike a été soumise à la Cour Suprême des États-Unis. En 2010, un juge de l’immigration a accordé l’asile aux États-Unis à la famille, qui a fui l’Allemagne parce que leurs enfants étaient forcés d’être scolarisés dans des écoles publiques.

L’administration Obama, mécontente de ce verdict, a fait appel et obtenu une ordonnance d’une juridiction supérieure pour que la famille retourne en Allemagne. Il a fait valoir auprès de la cour que les parents n’ont aucun droit de décider comment éduquer leurs enfants et quoi leur apprendre, ce pouvoir appartenant à l’État.

Voir le sujet sur les Romeikes ci-dessous.

 

Détention par l’État

L’État allemand a déjà attaqué la famille Wunderlich à plusieurs reprises au sujet de la scolarisation à domicile. Il y a moins d’un an, un tribunal allemand a accordé la garde des enfants aux services sociaux.

Toutefois, les autorités de l’époque ont décidé de laisser les enfants dans la maison familiale parce qu’ils y étaient bien soignés.

WND rapporte que l’État reproche à la famille de ne pas avoir répondu à ses exigences « d’intégration ». La décision émane du juge Markus Malkmus, qui a ordonné la garde des enfants à « l’agence de protection de l’enfance » étatique, selon le jugement.

La famille a également vécu une mésaventure en France quand la police a arraché les enfants à leur maison là-bas, les accusant « d’être seuls ».

À l’époque, deux travailleurs sociaux français et deux policiers sont arrivés sans prévenir au domicile de Dominique Chanal à St. Leonard, France, où vivaient Dirk et Angela Wunderlich et leurs enfants.

La famille avait fui l’Allemagne à cause de plusieurs amendes imposées pour scolarisation à domicile. Les enfants ont été rendus à leurs parents quelque temps plus tard. Mais Dirk Wunderlich a été contraint l’année dernière de retourner en Allemagne avec sa famillle parce qu’il ne trouvait pas de travail ailleurs.

Wunderlich a dit à Mike Donnelly, le directeur des affaires internationnales de la HSLDA que sa femme et lui étaient effondrés.

« Ce sont des gens brisés. Ils ont dit qu’ils se sentaient comme réduits en poussière. Ils ont été très secoués et choqués par l’événement. Mais ils m’ont aussi dit qu’ils avaient suivi leur conscience et les préceptes de leur foi », a déclaré Donnelly. « Même s’ils n’ont pas beaucoup de foi en l’État allemand – ils ont beaucoup de foi en Dieu. Ils sont une famille courageuse qui suscite l’inspiration. »

Donnelly dit que sa question au gouvernement allemand est : « Combien de temps allez vous autoriser que ce genre d’actes brutaux soient perpétrés à l’encontre des familles allemandes ? »

« Pourquoi est-ce si important pour vous de forcer les gens à mettre leurs enfants dans les écoles publiques ? L’écho de cet acte est une résonance d’une époque sombre de l’histoire allemande. Quand les hommes au pouvoir vont-ils se réveiller et changer les choses pour que la brutalité dont ont été victimes les enfants comme les Wunderlichs n’arrive plus à cause de la scolarisation à domicile ? Aucun homme d’État en Allemagne n’est-il prêt à défendre ce qui est juste ? »

Dirk Wunderlich a dit à la HSLDA que sa fille de 14 ans a été emmenée de force hors de la maison.

« Quand je suis sorti, notre voisine pleurait en regardant la scène. Je me suis retourné et j’ai vu ma fille escortée comme une criminelle par deux grands policiers. Ils n’étaient pas aimables du tout. Quand ma femme a essayé d’embrasser ma fille pour lui dire au revoir un des agents spéciaux l’a brutalement poussée d’un coup de coude et a dit “c’est trop tard pour ça. »

Après l’enlèvement des enfants, les autorités ont “invité” les parents à une réunion avec les travailleurs sociaux. Ils se sont entendu dire qu’ils n’avaient même pas le droit à une comparution immédiate au sujet de la situation des enfants.

Jeunesses hitlériennes

L’Allemagne a un long passé de persécution des familles pratiquant la scolarité à domicile.

En 1937 Adolf Hitler a déclaré : “La jeunesse d’aujourd’hui est déjà le peuple de demain. Pour cette raison nous nous sommes fixé la tâche d’inculquer à la jeunesse l’esprit de cette communauté socialiste à un âge précoce, à un âge où l’humain n’est pas encore perverti et donc intact. Ce Reich existe, et se construit un avenir, sur sa jeunesse. Et ce nouveau Reich ne donnera sa jeunesse à personne, mais va prendre les jeunes et leur donner son propre enseignement et sa propre éducation.”

 

Il y a quelques années, un porte parole de l’État allemand, Wolfgang Drautz, a souligné l’importance de la socialisation des enfants dans les écoles publiques.

Sa déclaration faisait suite à une réponse de l’État allemand à une autre famille qui avait refusé que la police emmène leur enfant dans une école publique.

« Le ministre de l’éducation ne partage pas vos vues concernant la soi-disant scolarisation à domicile », indique une lettre officielle. « Vous vous plaignez de l’escorte forcée des enfants à l’école primaire par les policiers locaux responsables. (…) Afin d’éviter cela à l’avenir, l’autorité éducative est en contact avec la famille concernée afin de chercher des possibilités pour aligner les convictions religieuses de la famille sur l’obligation inaltérable de fréquentation scolaire. »

La HSLDA a précédemment relaté via les affaires Konrad et Plett la manière dont l’État allemand considère la scolarisation à domicile comme étant de la maltraitance sur enfant, bien qu’elle soit reconnue comme un droit par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Convention de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales, le Pacte International relatif aux Droits Économiques, Sociaux et Culturels et le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques.

La HSLDA a averti que le comportement des autorités allemandes est une préfiguration de ce à quoi les parents américains devraient s’attendre si la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant était ratifiée aux États-Unis. Ses préoccupations sont détaillées sur le site Parental Rights.

Dans un pays proche, la Suède, WND a également rapporté une affaire dans laquelle les autorités ont arraché un enfant de 7 ans d’un avion alors que les parents déménageaient vers l’Inde pour pouvoir le scolariser à domicile.

Les tribunaux suédois ont ordonné que Dominic Johansson soit définitivement séparé de ses parents, Christer Johansson et Annie Swedish.


Sur le web. Traduction : Laure Lancelle Sanvito pour Contrepoints.

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • La dictature collectiviste ne se cache meme plus.
    A quand l’obligation faite aux familles francaises d’envoyer leurs enfants à l’ecole publique pour qu’ils soient bien conditionnés à la theorie du genre et a l’histoire de france revue en mode « 1984 » ?

  • Lu comme cela, c’est incroyable, et justement je n’y crois pas 🙂

    On peut toujours instruire ses enfants à domicile, mais cela nécessite de prouver qu’ils ne sont pas soumis à l’instruction.

    On demande alors les cours par correspondance, les enfants expédient leurs devoirs régulièrement, et un service peut suivre leur progression.

    Il semble ici que les parents se sont soustraits à tout contrôle.

    • Contrôles ?

    • Qu’est ce qui vous fait dire qu’ils se sont soustraits à tout contrôle.

      L’article ne parle que de l’interdiction formelle du home schooling par principe.

    • En clair il n’y a aucune liberté educative. Vous avez tout juste le droit d’enseigner vous même les inepties que les profs sont payés pour inculquer de force à vos gosses.
      Et si vous avez envie de parler à vos enfants du fait que Jules Ferry était un antisémite notoire condescendant qui voulait formatter les enfants comme on dresse des chiens? Et si vous vulez enseigner á vos enfants que la revolution d’Octobre n’était pas une tenttive de réalisation d’une uthopie mais bel et bien une conquête barbare du pouvoir par des ambitieux psychopathes? Bref si vous avez envie de donner a vos enfant un peu mieux que la soupe dégueulasse qu’on leur sert dans cette education nationale pourrie, vous ne le pouvez pas. Ou plutôt si, vous le pouvez, a condition de les avoir préalablement empoisonné avec l’endictrinement officiel.

      L’ecole sert à remplacer le service militaire…

  • Choquant, mais guère étonnant vu la dérive collectiviste à laquelle on assiste depuis des années.
    De toute façon la sénatrice Laurence Rossignol l’a bien dit récemment « Vos enfant appartiennent à l’État. ».
    A partir de là, tout est permis.

  • En lisant ce billet, j’ai envie de pleurer. Je ne pensais pas que des situations pareilles existaient en Europe.

    • C’est exactement ce que je ressent. Je suis tellement effrayée et effarée par une chose pareille que je pourrais en pleurer.
      …Si on suppose que ce n’est que le début, la suite va être vraiment très très moche ….

  • Vouloir scolariser des enfants dans la « bulle familiale », c’est vouloir les isoler de la société et donc en faire, à coup sûr des « associaux ».
    L’intervention de la police est justifiée.

    • @turnover
      Pauv’type.
      La famille en question n’a rien d’une famille asociale.
      Les parents n’ont rien d’attardés mentaux tortionnaires qui cloitrent leurs enfants, les sous-alimentent, ou les maltraitent, (comme on peut le voir des fois et ou l’intervention est indispensable).
      C’est une famille qui ne se reconnait pas dans les valeurs du pouvoir établi, et qui souhaite vivre différemment. C’est choquant n’est-ce pas ?

    • En lisant une 2nde fois le message de turnover, je réalise que c’était du trolling. Je me suis fait avoir, désolé. 🙂

    • et bien en fait, cela a été étudié.
      Personne ne scolarise ses enfants « dans la bulle familiale » : ces enfants ne vont pas moins que les autres au foot, au musée, au cinéma, au parc, bref : dehors. En fait, ils y vont même plus.
      Et puis souvenez vous, et réfléchissez deux secondes : les enfants du même âge que vous l’étiez étaient-ils de bon exemple à suivre, en terme de comportement social ? meilleur que ceux que vous pouviez avoir chez vous ou ailleurs ? (et je ne vous parle pas d’une école standard du 9-3, de Marseille…)
      Il n’y a strictement AUCUNE étude qui soutienne votre point de vue. A contrario les tenant de l’école à la maison sont capable de vous mettre en avant quantité d’études qui soutiennent l’inverse.

      • @mps : il est évident que vous n’avez pas fait le minimum pour vérifier ce que disent les textes allemands concernés.
        Votre remarque est à ce point caricaturale qu’on se demande si elle est volontairement provocante ou si vous tentez de justifier l’injustifiable par la réfutation de principe.
        La pratique de l’éducation à domicile est interdite sauf à prouver pour chaque cas individuel (d’enfant) qu’aller à l’école provoquerait une contrainte excessive et injustifiée pour l’enfant. Dans les fait il n’y a que 400 cas recensés (et donc autorisés) officiellement en Allemagne.
        http://en.wikipedia.org/wiki/Homeschooling_international_status_and_statistics

      • Perso je suis pour le bizutage pour former l’individu dans l’école où il passe
        Donc l’education « at home  » non, c’est la négation de l’école.

    • L’ednat préparant les enfants à être des chômeurs-fonctionnaires, ce ne sera certainement pas pire…

    • « asociaux », quand on maitrise aussi peu l’orthographe, cela dénote une certaine dose de caractère asocial.

    • pourquoi la police interviendrait elle? au nom de quoi? j’ai été travailleuse sociale te j’ai vu le temps mis pour qu’on enlève des enfants torturés a leurs parents ,et les faits divers prouvent que si un gosse souffre il faut un temps certain pour que la loi se bouge le cul
      j’ai vu qu’on menait par la peau du dos des gosses épouvantés rendre visite à leurs cons de parents pour maintenir le lien !!!!! alors est ce le cas dans cette famille ???
      mieux vaut être con et social qu’asocial et réfléchi sans doute
      certains ont chanté Maréchal nous voilà, c’était très social à l’époque…d’autres ont dénoncé leurs voisins avec les compliments de la comandanture…c’etait des gens pas asociaux pour deux sous !

  • C’est effrayant…mais ce n’est que la traduction d’un témoignage écrit par un militant (Bob Unruh) dont, pour utiliser des termes diplomatiques, les convictions religieuses très fortes dirigent l’ensemble de ses actions publiques et privées.

    La famille Wunderlich est aussi connue pour ses convictions religieuses très fortes et atypiques (que d’aucun qualifieraient de franchement sectaires). Si Mr Unruh pense que ces enfants étaient parfaitement heureux et protégés dans leur cadre familial, ce n’était pas l’avis des services sociaux allemands. Les démêlés de cette famille avec les différents services sociaux européens sont abondants, basés sur les convictions religieuses « non conventionnelles » de la famille, assez généralement considérées comme un endoctrinement sectaire plutôt effrayant.

    L’absence de scolarisation est l’argument classique (et un des seuls possibles) utilisé en Allemagne quand les services sociaux craignent que des enfants soient soumis à des conditions anormales (sévices, endoctrinement sectaire, etc…) pour les retirer à la garde de leurs parents. A ce sujet la législation allemande est plus contraignante que la législation française, cette dernière donnant beaucoup plus de latitude aux services sociaux pour intervenir activement.

    • Sauf maltraitance, il n’y a aucune raison d’enlever des enfants à leurs parents (et réciproquement).
      Ce n’est que de la maltraitance qui ne peut que faire des dégâts bien pires qu’un soit disant endoctrinement des enfants par les parents.

    • Cette famille allemande ,dispose d’un peu plus d’imagination que ertaines autres, pour utiliser le paravent scolaire comme cache à des pratique sectaires déviantes. C’est tout. Et c’est gros comme une maison !.
      Ne pas tomber grotesquement dans le panneau avec des formulations hâtives comme:
      « l’individualisme c’est bien, la collectivité c’est mal ».

      • Vous avez l’air bien renseigné.
        Quelles sont leurs « pratiques sectaires déviantes » ?

      • Ils n’ont pas de télévision ?

      • Sectaire défini par qui ? Déviantes par rapport à quoi ?

        A ce qu’un fonctionnaire à défini quelque part, ou la majorité des électeurs ? Et si on change un jour le fonctionnaire en question, ou la majorité des électeurs penche autrement, alors les « pratique sectaires déviantes » ce sera de ne pas persécuter les juifs, de ne pas bruler les sorcières ? (Déjà vu en Allemagne, pourquoi pas encore une fois ?)

    • Qu’appelez vous un « endoctrinement sectaire plutôt effrayant » ?
      Pour moi, un « endoctrinement sectaire » n’est effrayant que si il peut conduire les endoctrinés à des actions violentes contre les autres. En dehors de ça, la diversité des idées est bonne, et n’a de sens que si elle tolère même les plus farfelues et les plus stupides, y compris « la terre est plate », « le socialisme est la voie vers le paradis sur terre », « Dieu à crée l’Homme a son image », etc.

      l’incarnation
      est-ce
      pire que le programme officiel français, par exemple, et si oui sur quel plan ?

      • J’ajoute :
        l’Allemagne va-t-elle s’écrouler si UNE famille enseigne un grand n’importe quoi ? les enfants seront-ils plus malheureux une fois confrontés à la pensée standard, que si on les arrache à leurs parents ?

        • Non, mais c’est insupportable de voir des gens qui refusent les bienfaits de la collectivité.
          Il faut les mater.

          • Tu cherches quoi en trollant à ce point? Il « faut mater » les gens qui « refusent les bienfaits de la collectivité »? Et on va où comme ça? Qui définit ces bienfaits? quelle collectivité?
            D’un autre côté ton raisonnement est effrayant : pour régler un problème à l’échellon familial, donc privé et presque individuel et en tout cas isolé (400 scolarité à domicile sur le nombre d’allemands, en comptant les resquilleurs, on arrive à 10000 si on est généreux), tu donnes à la personne élue par le peuple (et non pas à la collectivité) le pouvoir d’ingérence dans le cercle le plus privé qui soit : une famille. Pour éviter la peste, tu t’inocules volontairement le choléra! C’est pas ridicule, c’est inconscient.

          • La famille est une structure concurrente de l’État. A ce titre il convient de la BRISER afin d’engendrer un HOMME NOUVEAU.

  • Je pense personnellement qu’il s’agit d’une décision purement familiale qui doit être respecté tant que les enfants se sont pas humiliés et que leur équilibre est préservé.Maintenant dans ce cas il existe beaucoup de zones d’ombres…Droit qui est reconnu par les conventions internationales que toutes le nations civilisées ont ratifies….

  • Je voudrais faire deux remarques :

    Premièrement, je voudrais faire une analogie avec la science économique. Il y a un adage en science économique qui dit qu’ «aucun placement n’est avec certitude plus rentable qu’un autre».
    Il y a une chose similaire dans le domaine politique, à savoir qu’aucun pays au monde n’est avec certitude plus respectueux des droits de l’homme qu’un autre. L’Allemagne respecte certains droits de l’homme un peu mieux que d’autres pays, comme la France ou les États-Unis d’Amérique, mais en revanche d’autres droits de l’homme y sont moins respectés.

    La deuxième remarque est que cette situation ne me surprend pas. J’avais par exemple appris que la police des frontières allemande filtrait les voitures des ressortissants allemands se dirigeant vers la Suisse ou l’Autriche à la saison des sports d’hiver afin d’arrêter promptement les parents allemands qui auraient eu l’idée d’emmener leurs enfants aux sports d’hiver en dehors des périodes officielles des vacances scolaires allemandes.

  • Confrontés a une interdiction similaire en Suisse, nous avons pu poursuivre l’éducation (primaire) de nos enfants en faisant valoir que selon la Constitution, l’éducation était bien obligatoire mais pas l’école. Il nous avait alors suffi de démontrer que nos enfants recevaient effectivement une éducation…

    • Certes, mais la Suisse est quand même (malgré quelques évolutions récentes) un pays bien plus libre que la plupart de ses voisins !

      • @ Alphonse Crespo

        Il me semblait qu’en Suisse, c’était un droit cantonal et pas fédéral, et que ce droit change en fonction des cantons, par exemple Vaud interdit l’écolage à la maison (d’où le grand nombre d’écoles privées), alors que Neuchâtel l’autorise…

  • Tres dur cette histoire, les americains peuvent être fier que leur père fondateur est créé le 1er etre 2emem amendement, on voit toute l’importance de ces textes aujourd’hui ! Car sur la liberté d’expression, le droit de se défendre, le droit d’élever ses enfants comme on le souhaite, les americains sont vraiment protegés meme si tout n’est pas au mieux !
    Je rapellerai a certains que en France ne tout cas, la generation qui arrive va etre la plus stupide depuis tres longtemps (recule de qi de partout en Europe), et cela sur tout les aspects, la plus decazdente (et oui)…. les ecoles privées explosent…. de plus je lis 4h par jour depuis une dizaine d’années, j’ai 27 ans et je vous dis (et vous pouvez vérifier par vous même) que vous pouvez prendre tous les cours d’histoire du collège et du lycée et les jeter par la fenêtre car ce ne sont que des mensonges de a à z ! Les profs dans le publique sont majoritairement les personnes adultes les plus débiles de France !
    Donc éduquer ses enfants a domicile devient aujourdhui un devoir a mon avis ! Ils seront bien plus épanouis !
    Certains commentaires sont d’une naïveté telle que leur auteurs passent pour des beotiens, c’est incroyable !

    • Pour le QI merci la télé ,vive aussi le sport pour la violence.Mes enfants QI élevés,aprés avoir été massacrés par l’école sont restés a la maison,décision difficiles. Ils ont appris a subir les insultes,ne pas répondre aux coups,venant des enfants également des enseignants,nous avons une fois calmé un peu ces cruautés en demandant si un séjour a l’hopital faisait partie du cursus scolaire

  • Je me permets de rappeler qu’en Belgique, le Pouvoir Organisateur de l’Enseignement à domicile est l’Autorité Parentale.
    L’État ne peut agir qu’en tant qu’autorité publique vérifiant si l’on ne fait rien de contraire à l’Ordre public et aux bonnes moeurs. Si donc, des parents instruisent ou font instruire leurs enfants COMME ILS L’ENTENDENT pendant la période d’instruction (qui, elle seule, est obligatoire), ils n’ont rien à craindre, à moins que l’État ne devienne totalitaire… Les fameux Socles de Compétence, nous en avons fait annuler le côté obligatoire, par la Cour Constitutionnelle, et personne ne le sait!
    Quant à la valse des petits papiers que l’État essaie de faire danser à ces parents avec l’argent du contribuable, cela ressemble de plus en plus au ralentissement programmé utilisé par les Soviets jadis.
    Personnellement, je considère comme dangereux de livrer librement et sans discernement nos enfants à l’idéologie très douteuse de l’État.
    Je possède une lettre du Ministre Hazette (Éducation Nationale) reconnaissant que théoriquement, si le P.O. de l’État se permettait de contrôler le niveau du P.O. parental, l’opération inverse serait, elle aussi, légale…
    Je suis prêt à la mettre en oeuvre, histoire de susciter quelques rires gras, mais également à attaquer cet État pour harcèlement si la valse des petits papiers continue… je rappelle aussi qu’une discrimination scandaleuse force ces parents à payer deux fois l’enseignement de leurs enfants, puisque l’État ne leur offre plus ce qu’ils exigent. L’État est très, très riche, et eux, ils sont pauvres et taxés comme des citrons. Un roi et 10 ministres suffiraient, non? Où est-elle cette école de riches qu’ils dénoncent?
    Mes fils, instruits par moi, n’ont eu qu’UN SEUL frein à leurs brillantes études: Le Ministère de la Communauté Française. Ils ne sont pas prêts à l’oublier, croyez-moi!

    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Laetitia Strauch-Bonart
1
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

Suite et fin de notre premier volet…

 

Inégalités à la française et incivisme

Loin de l’obsession égalitariste des Français, invalidée par les chiffres et les faits, les vraies inéga... Poursuivre la lecture

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles