Retraites : Le coût de la réformette pour un jeune : 33 000€

Ce billet estime la valeur financière de la réforme des retraites annoncée par le gouvernement. Pour un jeune entrant sur le marché du travail en 2014, la perte a une valeur présente de 33 000€.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites : Le coût de la réformette pour un jeune : 33 000€

Publié le 1 septembre 2013
- A +

Ce billet estime la valeur financière de la réforme des retraites annoncée par le gouvernement. Pour un jeune entrant sur le marché du travail en 2014, la perte a une valeur présente de 33 000€.

Par Acrithène.

Tant pis pour le chômage, le gouvernement a fait le choix d’une poursuite de la stratégie de la gestion des retraites par le matraquage fiscal du travail et par la cavalerie : accroître les sommes investies par les jeunes pour rembourser les promesses faites à leurs grands-parents.

Un des grands avantages du système par capitalisation, c’est sa grande transparence. Au moindre changement dans les perspectives futures de l’économie, les marchés boursiers réagissent et la valeur des sommes provisionnées pour la retraite capitalisée est réévaluée par le marché. Cette transparence joue contre la capitalisation, car elle donne l’impression d’une très forte instabilité. Au contraire, comme personne ne s’amuse à calculer la variation de valeur des retraites par répartition, personne ne réalise leur volatilité.

D’où ce petit billet, dont l’objet est d’estimer combien un jeune de 20 ans a perdu dans la mini-réformette des retraites que le gouvernement nous a annoncée. Concrètement, le gouvernement propose d’augmenter progressivement les cotisations sociales de 0,6 point et d’allonger la durée de cotisation à 43 ans. Cela induit une perte totale de 73 000€ pour un jeune « moyen » entrant sur le marché du travail en 2014, répartie au cours des 43 prochaines années. La valeur financière actuelle de cette perte est d’environ 33 000€.

Hypothèses

Pour établir cette facture, faisons quelques hypothèses grossières mais simplificatrices et raisonnables sur le futur :

  • Notre jeune commence à travailler en 2014, il touche tout au long de sa vie le salaire moyen correspondant à sa tranche d’âge.
  • Le salaire moyen et le plafond de la sécurité sociale progressent de 1% par an, tandis que le salaire moyen progresse aussi de 1,65% par année d’âge (reflétant la structuration des salaires par âge donnée par l’INSEE).
  • Tous les chiffres sont donnés en euros de 2013, supposant l’absence d’inflation (les paramètres actuels du système de retraite le rendent neutre à l’inflation).
  • La distinction cotisations salariales/cotisations patronales n’a pas d’existence économique réelle. Il s’agit d’un résultat basique d’économie publique (explications)

La feuille de calcul Excel est disponible en bas de page.

Facture de la hausse du taux de cotisations

L’an prochain, notre jeune touchera un peu moins de 20 000€ brut, et la hausse de 0,3 point de pourcentage des cotisations retraites ne lui coûtera que 59€. À première vue, pas de quoi s’affoler. En 2017, il gagnera un peu plus de 21 000€, la hausse aura atteint son maximum de 0,6 point, et lui coûtera 130€ par an. Rien de dramatique, tout juste de quoi payer la redevance pour regarder Plus Belle la Vie.

Enfin, en 2056, il touchera un peu moins de 60 000€ bruts, et le surplus de 0,6 point de cotisations lui coûtera 340€. Au total, d’ici qu’il prenne sa retraite en 2056 après 43 années de cotisations, la hausse des prélèvements lui aura coûté en tout 9 075€.

Facture du rallongement de la durée de cotisation

– Cotisations supplémentaires

Le rallongement de la durée des cotisations implique que notre jeune, plutôt que de s’arrêter en juin 2055, ne s’arrêtera qu’en décembre 2056.

Cela lui rajoute six mois de cotisations en 2055. En supposant un salaire brut de 57 400€ et un plafond de la Sécurité Sociale à 55 687€, cela ajoute 4 636€ de cotisations au régime général, et 2 837€ de cotisations au régime complémentaire (non cadre).

Similairement, en lui ajoutant une année complète en 2056, on lui ajoutera 9 365€ de cotisations au régime général, et 5 973€ au régime complémentaire.

Soit une facture totale pour le rallongement de la durée de cotisation de 22 781€.

– Perte de pensions

Par ailleurs, notre jeune perd les pensions qu’il aurait dû recevoir entre juin 2055 et décembre 2056, vu qu’il continue à travailler.

Avec une moyenne des 25 meilleures années (sous plafond) à 42 526€, et un taux de liquidation de 50%, il aurait reçu une pension de 21 263€ au titre du régime général. Comme il perd cette pension pour une année et demie, sa perte totale à ce titre est de 31 895€.

À la perte de pension du régime général faut-il encore ajouter la perte de la pension du régime complémentaire. Pour faire simple, en estimant qu’un non-cadre reçoit une pension complémentaire égale à 30% de sa pension générale, la perte est de 9 568€

Perte totale et valeur actuelle

Si nous faisons les comptes, on arrive à une perte totale, sur l’ensemble des 43 prochaines années, et juste au titre de la réformette, de 73 319€.

Évidemment, ce chiffre n’est pas révélateur de la valeur actuelle de la perte. 1€ perdu dans 40 ans ne vaut pas 1€ perdu aujourd’hui, à cause de la composition des intérêts. À supposer un taux d’intérêt réel (après soustraction du taux de l’inflation) égal à 2%, la valeur actuelle de la perte s’établit à 33 149€.

C’est-à-dire que si un couple de retraités choqué par la traite des jeunes voulait ouvrir un compte bancaire rémunéré à 2% au-dessus de l’inflation afin de compenser la perte financière infligée à notre nouveau travailleur, il faudrait qu’il lui fasse un don de 33 000€ au 1er janvier 2014. Le capital et les intérêts perçus permettront de payer exactement les coûts de la réforme.

Lien vers la feuille de calcul.


Sur le web.

Lire aussi : Retraites, pourquoi la jeunesse devrait se révolter.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • A moins de ne pas avoir les yeux en face des trous, ce jeune doit absolument se domiciiler ailleurs, et construire sa retraite lui-même, sans passer par le système français.

    C’est clair.

    • Bien entendu c’est clair. C’est même clair depuis le début des années 90.

      Pourtant de nombreux « jeunes » n’y comprennent rien, ne s’y intéressent pas : ils sont totalement décérébrés, et croient dans les promesses des politiciens et de l’état.

      J’ai 43 ans… Ca fait exactement 20 ans que je sais que ma génération est sacrifiée : on paye davantage, et on ne touchera pas grand chose pour notre retraite.

      Pas besoin d’avoir fait Polytechnique pour mesurer les effets de la démographie, et la perversion intrinsèque des retraites « par répartition » dans le cadre d’une démographie déclinante.

      Pourtant, où est la révolte des « jeunes » ? Où sont les manifs ?

      Rien.

      Ils sont totalement apathiques.

      Et pire encore : ils sont leurs propres bourreaux. Les « jeunes » devraient massivement voter pour des gens qui proposent de vrais changements…. Eh bien non, ils continuent (comme leurs propres parents) à voter UMPSPCVERTS.

      Tant pour eux. Ce sont des veaux.

      • Si les jeunes sont apathiques, c’est bien parce qu’ils ne voient aucune raison de se révolter. Pourquoi? Parce qu’ils n’ont pas les éléments nécessaires pour: entre la pensée unique et l’inexpérience, comment voulez vous qu’il y ait une prise de conscience?
        J’ajouterais que pour faire des manifs, il faut une organisation et on sait tous à quoi s’en tenir avec les syndicats étudiants, plus prompt à manifester pour l’obtention de PQ triple satinée que pour engager un débat intelligent sur l’avenir des étudiants.

        Pour ma part, si je n’avais pas découvert ce site un an auparavant (grâce à ses détracteurs que je ne remercierais jamais assez), je penserais encore comme un de mes prof d’histoire que les ateliers nationaux furent l’une des plus belles choses jamais conçues par l’Homme.

        • Héhé, c’est aussi grâce à toutes les personnes qui fustigeaient toujours les « ultra-libéraux » que j’ai découvert que j’étais depuis des années un libéral qui s’ignorait. Un très grand merci à eux !

      •  » Pourtant, où est la révolte des « jeunes » ? Où sont les manifs ?
        Rien. Ils sont totalement apathiques »

        Parce qu’ils savent que les retraites seront toujours versées dans 25 ans à ceux qui auront cotisé pendant la durée requise et proportionnellement à leur niveau de cotisation.
        Il existe un contrat.

        • vieux bourg est impayable.
          Tu as toujours ton exemplaire du « contrat » ? lol

          • Bien entendu qu’il y a un contrat puisque ce contrat a été renforcé par la loi sur l’information du futur retraité.
            Auparavant, le futur retraité ne connaissait le montant de sa retraite qu’à la date où il la demandait.
            Maintenant tous es 5 ans, les actifs reçoivent une estimation personnalisée qui a valeur contractuelle.

          • Ha ben c’est parfait alors. Comme les clients de Madoff : ils avaient un contrat, donc tout baigne
            LOL

        • C’est du sarcasme j’espere … regardez un peu comment ca s’est passe dans les pays en faillite. Lors d’une faillite, d’entreprise ou d’etat, tous les contrats ne valent pas plus que du papiers toilettes, et la faillite de la France est quasi certaine a moyen terme.

          • il n’y a aucun risque de faillite comme vous dites, qui plane sur la France.
            Si faillite il y a, ce sera celle des prévisionnistes alarmistes et de certains bloggeurs qui pour faire de l’audience sur leurs sites échafaudent des théories rocambolesques.
            L’abondance de fausses informations diffusées par des rigolos sur internet, est un problème beaucoup plus préoccupant que l’avenir des retraites.

          • parfait parfait.
            lol

        • « Il existe un contrat. »

          Doubleplus mieux que le contrat lui-même, il existera dans 25 ans les ronds pour l’honorer. Si si si si si. Même que c’est marqué dans les Quatrains de Nostradamus.

      • D’après les calculs de nos technocrates, en faisant venir 17 milliards d’immigrés en France, ça doit pouvoir tenir.

  • il n’y a pas que les jeunes qui devraient se revolter. Voir cette serie d’articles pour comprendre comment on nous prends pour des pigeons…

    http://2ccr.unblog.fr/category/retraites/

    • Les fameux 60 milliards qui manquent avec lesquels on pourrait se permettre vachement plein de trucs. Ben oui, forcément si les entreprises font de l’évasion fiscale, si elles arrêtent, tout cette argent sera pour nous, chic chic chic. Taxons mes bons.

      Il y a juste un bug, cet argent « fraudé » il ne disparaît pas de l’économie, il ne va pas dormir sur des comptes offshore. C’est con à dire, mais pour l’essentiel il sert à payer des salaires de gens qui n’auraient jamais eu d’emploi productifs si cet argent avait été taxé « normalement ».

      En France ils auraient peut-être fini contrôleur des impôts ou inspecteur du travail (ou tout autre bureaucrate parasitant comme le sieur Filoche), bref toujours autant d’argent, mais moins de biens et de services produits.
      Et donc au final plus de pauvreté.

  • Je prendrai bien ma retraite avec elle. De toute façon, ça s’ annonce d’ amour et d’ eau fraîche!

  • Le citoyen vieux-bourg nous assure que « Maintenant tous les 5 ans, les actifs reçoivent une estimation personnalisée qui a valeur contractuelle »

    La curiosité (malsaine bien sûr) m’aiguillonnant, j’ai demandé à m’sieur Google

    retraite estimation personnalisée qui a valeur contractuelle

    Ça m’a envoyé directement ici:

    http://www.sedep-lannion.org/inforetraite.html?deploie=7,1,10,11,8,9,6

    où j’ai pu lire:

    « Attention : les montants qui figureront sur l’estimation individuelle globale auront le caractère d’une estimation et, en aucun cas, valeur d’engagement contractuel de la part du ou des organismes concernés. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Un sondage (Smartvote) fait en Suisse, le 19 août 2019, révèle que la majorité des candidats à la députation est en faveur d’un recul de l’âge de la retraite à… 67 ans. Impensable ici. Pourtant, s’il y a une chose à expliquer dans cette période de consultation sur la loi retraite, c’est comment s’en tirer, chez nous, sans bouger significativement l’âge de la retraite ni augmenter la durée de cotisation ?

Surcharge pour les entreprises

Rappelons quelques faits. En 1983, quand Mitterrand a lancé l’idée de la retraite à 60 ans, il y avait... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Par Jacques Bichot.

Le projet de réforme des retraites préparé à la demande du Président de la République a été gelé lorsqu’il a fallu s’occuper d’un problème urgent et sérieux : gérer la crise sanitaire due à l’arrivée inattendue d’un virus assez dangereux, qui a rapidement essaimé sur la plus grande partie de la planète.

Premiers gagnants français : la présidence, le gouvernement et le Parlement

D’une certaine manière, ce coronavirus a tiré une épine du pied du président : celui-ci avait obtenu à l’arraché un vote positif de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles