Permanence PS vandalisée à Paris : nouvel échec de la vidéosurveillance

Christophe Girard

Le vandalisme de la permanence de Christophe Girard (PS) montre l’échec de la vidéosurveillance à Paris.

Le vandalisme de la permanence de Christophe Girard (PS) montre l’échec de la vidéosurveillance à Paris.

Par le Parisien libéral.

Christophe Girard, maire du 4e arrondissement de Paris

Christophe Girard, le maire (socialiste) du IVe arrondissement, a déclaré sur Twitter, que la permanence du Parti Socialiste Paris 4ème avait été dégradée.

Local PS du 4eme a nouveau vandalisé. Des lâches, des malades, des sans avenir. Pathétique et minable #hidalGO @BrunoJulliard @RemiFeraud
— Christophe Girard (@cgirard) August 3, 2013

Nulle joie, chacun sait à quel point il est pénible de retrouver sa propriété dégradée, mais nulle compassion non plus.

En effet, le 70 rue François Miron est en plein cœur du Marais, à deux pas de Saint Paul, de Rivoli et des Quais. Or, le secteur, y compris la rue François Miron elle-même, est truffé de vidéosurveillance (voir la carte de Click2Map : Carte des caméras de vidéosurveillance à Paris) et le fichier excel de Paris sans Vidéosurveillance).

Il faut que Christophe Girard, qui ne s’est jamais prononcé contre la vidéosurveillance défendue tant par Dominique Bertinotti (PS) que par Vincent Roger (UMP), se souvienne de ses propos : « J’aime mieux l’idée de caméras d’observation qui permettent en effet dans certains quartiers, dans certains lieux où l’on sait qu’il y a parfois une montée de violence, il est bon d’avoir quelques témoignages, quelques preuves. » (source : CR du CA du 4 mai 2009 – Mairie du 4e – Ville de Paris).

Nous y sommes : bien que le PS regrette le fait de faire l’objet d’attaques régulières au niveau des permanences, tout comme, de manière générale, tous les parisiens sont victime d’incivilité et d’insécurité, le  même PS, pourtant au pouvoir, ne revient pas sur les lois liberticides et coûteuses pour le contribuable, comme la vidéosurveillance. Pourtant, revenir sur ces techniques pourrait au minimum favoriser une vraie politique de sécurité, de proximité, ne serait-ce que parce des moyens financiers seraient dégagés.

Le PS, à commencer par Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo, au pouvoir depuis 12 ans (et ça suffit), ont fait l’éloge de la vidéosurveillance comme outil de lutte contre l’insécurité, sans tenir compte des citoyens qui sont contre cette technique liberticide.

En fait, en parlant du saccage de sa permanence PS Paris 4ème, Christophe Girard fait une quadruple erreur :

  • il montre l’échec généralisé du PS en matière de sécurité à Paris et il rappelle aux Parisiens que bien qu’ils doivent supporter le coût de la vidéosurveillance, cela n’a aucun impact sur la sécurité ;
  • il prouve par A+B que le PS au pouvoir n’a en rien pacifié la France ;
  • il illustre la duplicité du discours qui consiste à dénoncer les actes qui vous touchent vous mais pas le voisin (où était Christophe Girard quand des permanences UMP, notamment, étaient saccagées ?) ;
  • il remet en mémoire, enfin, le fait que le PS, y compris à Paris, a décidément beaucoup d’ennemis, surtout à gauche (lire La permanence de Fanélie Carrey-Conte vandalisée sur le blog le 75020.fr).

En 2014, les habitants du 4ème auront un choix clair.

Soit ils poursuivent avec Christophe Girard, pour qui la gestion des affaires municipales n’était, au mieux, qu’un passe temps utile à son vrai job, puisqu’il a été à la fois chargé des affaires culturelles de la Ville de Paris et dirigeant du groupe LVMH pour lequel la ville de Paris instruit de nombreux dossiers, certains ayant une importance financière, architecturale et urbaine considérable (voir le dossier du Delanopolis20 Minutesla Tribune de l’Art ou le Gri-Gri International).

Soit ils décident de mettre un peu de clarté dans la gestion des affaires municipales, au premier rang desquelles se trouvent la sécurité des biens et des personnes, et votent par exemple pour l’opposition UDI emmenée par Christian Saint-Étienne.


Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.